Midi-Pyrénées : Histoire

  • Par
  • Le 21/02/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans Découvrir

De l'histoire des Cathares à nos jours, il aura fallu plusieurs siècles aux Midi-Pyrénées pour se construire et devenir le territoire qu'elles représentent aujourd'hui. Ce passé historique est aujourd'hui une véritable richesse car il a façonné à la région avec une identité très forte, dont ses habitants sont fiers.

Parc naturel regional des pyrenees ariegeoises les cascades d ars routes touristiques de ariege guide du tourisme midi pyreneesVers -500  avant J.C., une grande nation gauloise, les Volques, prend ses quartiers dans la région et vers -300 avant J.C., l'une de leurs tribus, les Tectosages, s'établit à Toulouse. Bonnes terres, bonnes positions, ils s'enrichissent.

Au Ier siècle avant J.-C., la romanisation arrive. Tolosa : Toulouse et Lugdunum Convenarum : Saint-Bertrand-de-Comminges prospèrent en troquant les blés de la région contre du vin italien. Puis au Ier siècle après J.-C., le vin n'est plus italien mais entre autres de Gaillac. Les poteries, elles, viennent de Montans et de la Graufesenque : Millau. Toutes les villes gauloises se sont romanisées  : Cahors, Auch, Eauze, Albi...

Le christianisme se diffuse dans la région avec ses premiers martyrs toulousains. Au IIIe siècle, la dédicace par les Toulousains d'un sanctuaire à Saint-Sernin rappellera les martyres subis par l'évêque saint Saturnin. Dernier âge prospère de l'Antiquité finissante, le IVe siècle est marqué dans toute la région par une merveilleuse éclosion dans les campagnes, de grandes "  villas  " comme Elusa : Eauze, Seviac, Chiragan : Martres-Tolosane, Villa Valentine : Saint-Gaudens ou encore la Villa Montmaurin où des riches exploitants résident.

La fin de l'Antiquité est d'une courte embellie pour la région avant les invasions meurtrières des Vandales (406 après J.C.), les bien nommés. La légende veut qu'ils aient épargné Toulouse grâce aux mérites de son pasteur, Saint Exupère. Puis snobant Saint Exupère, les Wisigoths s'emparent de Toulouse. Ce sont les plus "  civilisés  " de tous les Barbares.

Le royaume wisigothique englobe bientôt l'Espagne et le Languedoc. Toulouse, qui a rang de capitale, vit un petit siècle d'or.

Des Cathares à nos jours, la richesse de l'histoire du Midi-Pyrénées

Le village gaulois - L'archéosite

Moyen-âge

En 507 après J.C., Clovis annexe la région, c'est la conquête franque. La légende raconte qu'il fonde alors l'abbaye de Moissac.

Au VIe siècle, des montagnards basques, les Vascons, investissent une plaine qu'ils nommeront "  Gascogne  ". En 778  : Charlemagne échoue dans sa conquête de l'Espagne. En repassant les Pyrénées à Roncevaux, une bonne partie de l'armée se fait étriper dans une embuscade. Roland, neveu de Charlemagne, aurait alors ouvert une brèche (la brèche de Roland) dans la montagne avec son épée Durandal pour permettre à l'armée de Charlemagne de s'échapper.

Puis, lors d'un ultime affrontement, Roland brise son épée et la lance au loin. Celle-ci se serait plantée dans le roc à Rocamadour. On accuse les Sarrasins mais ce sont en réalité les Gascons qui sont responsables. Le Languedoc et le pays toulousain serviront de base aux chrétiens d'Espagne en lutte contre les Arabes.

Au XIe siècle, la région se divise en comtés, Foix, Rouergue, Carcassonne et Toulouse, dont les comtes étendent bientôt leur influence sur tout le Midi. L'ordre de Cîteaux essaime sur toute la région.

En 1177  : Toulouse et Barcelone se disputent le Midi. Un des alliés de ce dernier, Trencavel, vicomte de Carcassonne, est aussi protecteur des Cathares. Le comte de Toulouse croit habile de dénoncer l'hérésie au pape. Cela s'avérera néfaste pour tout le Languedoc. En 1209, un écuyer du comte de Toulouse assassine le légat du pape, Pierre de Castelnau. C'est le début de la croisade dite des Albigeois menée par Simon de Montfort (1209-1213).

Les barons du Nord viennent combattre l'hérésie et s'octroyer de nouvelles terres. Le comte de Toulouse hésite entre leur prêter main-forte ou secourir ses vassaux. Ses atermoiements lui coûteront ses états, qui reviendront dans l'escarcelle de Saint Louis, et peu à peu, la France que l'on connaît prend corps. La lutte dure vingt ans et se termine le 12 avril 1229 par le traité de Paris (ou de Meaux).

Une grande partie du Languedoc entre officiellement sous l'administration directe du roi. Dans le même temps se met en place l'administration royale. L'université de Toulouse est fondée en 1229, parrainée par l'ordre des Dominicains, prompts à défendre l'orthodoxie. Ils y excellent jusqu'à l'excès. La reprise de la croissance, aux XIIe et XIIIe siècles, a comme conséquence la mise en place du réseau des bastides, castelnaus et sauvetés.

De la Renaissance à la Révolution

Au début du XIVe siècle, avec la guerre de Cent Ans (peste, brigandages), Toulouse perd la moitié de sa population. Le Languedoc restera désormais attaché à la dynastie légitime. Son loyalisme est récompensé par la mise en place d'institutions, qui jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, devaient dessiner son visage administratif  : le parlement de Toulouse et les Etats du Languedoc.

Vieille terre d'hérésie, le Midi Toulousain se montre particulièrement réceptif aux doctrines des Réformateurs du XVIe siècle. La plupart des villes possède une église calviniste et des villes comme Castres, Montauban, Millau ou Pamiers sont administrées par des consuls réformés. L'expulsion des protestants de Toulouse le 17 mai 1792 donne le signal des guerres de religion, avec, pour conséquences, quarante années de dévastations.

A cette même période c'est l'âge d'or du pastel, plante tinctoriale, dont les feuilles donnent un bleu profond, prisé pour la teinture des draps. Il fait la fortune des grands marchands toulousains comme Pierre d'Assézat. Cependant, les guerres de religion et la concurrence de l'indigo ruinent la production du pastel alors cultivé dans le Lauragais et l'Albigeois. Le roi ayant retiré aux états de la province le droit de voter et de répartir les impôts, le Languedoc se soulève en 1629.

Le gouverneur, le duc de Montmorency, qui se joint au mouvement, est battu au combat en 1632. Condamné à mort par le Parlement de Toulouse, il est décapité dans la cour du capitole. Désormais, la région se tiendra tranquille, d'autant qu'à Alès, Richelieu signe l'édit de grâce qui met fin au cycle infernal des guerres de religion.

De la fin du XVIe au début du XVIIIe siècle, la région subit de nouveau des fléaux tels que la famine et l'épidémie. A partir de 1715, le Midi Toulousain bénéficie de l'apaisement des luttes religieuses et sociales et de la politique de modernisation menée par les états provinciaux. La culture du maïs prend de l'ampleur, transformant complètement la campagne toulousaine.

Parallèlement se développent les activités industrielles, l'extraction du minerai de fer des Pyrénées et à Carmaux, la métallurgie et la verrerie à Foix, la draperie à Albi, Castres, et Montauban. Plus spectaculaire est l'amélioration des voies de communication, comme le Canal du Midi construit de 1666 à 1681 par Pierre-Paul Riquet et les réseaux routiers. Les départements actuels reçoivent en 1808 leurs limites, avec la création du Tarn-et-Garonne.

De la Révolution au XXIe siècle

A partir des années 1850, la région connaît un fort mouvement d'exode en l'absence d'une économie prospère, malgré les industries minières : Decazeville, Carmaux, la métallurgie : Pyrénées, Saut du Sabo, les mégisseries : Mazamet, Graulhet ou encore les draperies : sud du Tarn, Pyrénées. Entre 1851 et 1954, la région perd le quart de sa population  ! Alors que la ville de Toulouse ne cesse de grandir.

Il faudra attendre encore de longues années après la fin de la Seconde Guerre mondiale pour qu'apparaissent les premiers signes annonciateurs d'un renouveau inespéré. L'arrivée des rapatriés d'Afrique du Nord, quelques succès industriels : Caravelle, le choix de Toulouse comme métropole recevant de l'Etat de grands équipements et des activités nouvelles...

Dès les années soixante le frémissement s'annonce. C'est bien par Toulouse que s'est amorcé ce renouveau économique qui ne cesse de se développer.

Nos coups de coeur dans le Midi-Pyrénées

Hébergement :

Restauration :

Les dernières news touristiques

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes :

  • Feux interdits (pas de barbecue)
  • Camping interdit
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. 

​Pensez boite à mégots !

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans le Midi-pyrénées avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Histoire Midi-Pyrénées tourisme

Ajouter un commentaire