Route des Châteaux de la Loire d'Anger à Chambord (Val de Loire)

Circuit de la Route des Châteaux de la Loire

Vous aimeriez pour vos vacances en Val de Loire combiner itinérance, nature et visite de châteaux. Voici un circuit pour découvrir le Val de Loire autrement. D’Angers et Orléans en passant par Blois et Tours, n’oubliez pas dans vos visites les villes d’art et d’histoire blotties à leurs pieds, ainsi que les demeures évoquant le souvenir d’artistes illustres : Rabelais, Léonard de Vinci, Balzac…

Chambord et son escalier « magique », Azay et son délicat reflet, Chenonceau et sa galerie enjambant les eaux, Villandry et ses somptueux jardins ponctuent, avec bien d’autres, les rives du fleuve.

Vous pouvez limiter l’itinéraire à la section Chinon-Chambord, en passant par Ussé, Azay-le-Rideau, Villandry, Chenonceau, Cheverny et Blois. Où poursuivre jusqu’à Gien, par Ménars, Talcy, Meung-sur-Loire et Sully-sur-Loire.

Votre itinéraire et visites sur le Circuit de la Route des Châteaux de la Loire

Départ de votre itinéraire : la charmante ville d’Angers.

Sa remarquable forteresse, composée de 17 tours, surplombe la Maine. Découvrez son château, aux remparts bicolores d’ardoise et de tuffeau. A l’intérieur, admirez avec ses 106 m la Tenture de l’Apocalypse. Plus grande tapisserie médiévale du monde et très bien conservée, elle retrace le dernier livre de la Bible par Saint-Jean. Un véritable trésor médiéval très bien conservé.

Angers route des chateaux de la loire guide du tourisme centre val de loireLe château d’Angers se signale par ses murailles colossales ponctuées de tours striées de noir et blanc. Il fut bâti au XIIIe siècle sur ordre de Blanche de Castille, mère de Saint Louis. Le sommet de la plus haute tour offre un beau panorama sur les bords de la Maine, sur Angers, sur le château, l’intérieur de l’enceinte et sa chapelle attenante. Déroulant ses six tableaux sur plus de 100 m de long, la célèbre Tenture de l’Apocalypse, réalisée vers 1370, est exposée dans une galerie du château.

Après la visite du château, Visiter Angers ville d’art et d’histoire où la douceur angevine n’est décidément pas un mythe. Arpentez ensuite les rues de la ville pour saisir toute la douceur angevine qu’évoquait le poète Joachim du Bellay. Angers ne manque pas de points d’intérêt et découvrez ses incontournables : le jardin du Mail, galerie David d’Angers, la cathédrale Saint-Maurice ou encore la collégiale Saint-Martin.

Ensuite par la D 952, qui suit le cours de la Loire, la route rejoint Saumur.

Depuis des siècles, Saumur respire au rythme de son château. Visible à des kilomètres sur son piton rocheux, cette forteresse est à l’image des châteaux de nos livres d’histoires... Le château féodal, qui surplombe le fleuve, subit de nombreuses transformations entre le Xe siècle, époque de sa fondation, et le XIVe siècle, lorsque les ducs d’Anjou s’attachèrent à en faire un fastueux palais résidentiel.

Formant un trapèze flanqué de hautes tours, il déploie une magnificence exceptionnelle pour le Moyen Âge, comme l’attestent les mâchicoulis délicatement ouvragés, les sculptures et moulures ou encore l’escalier d’honneur doté de grandes fenêtres à balustrades. 

Rendez-vous au Château de Brissac, à Brissac-Quincé, à 20 minutes d’Angers (20 km).

La route des chateaux de la loire guide du tourisme centre val de loireSes sept étages, qui font de lui le plus haut château de France, lui valent le nom de Géant du Val de Loire. Les décors se font ici splendides : théâtre Belle époque, meubles prestigieux, plafonds dorés à la feuille... Son parc ne manque pas non plus d’intérêt : admirez ces arbres centenaires qui évoluent le long de l’Aubance, jolie petite rivière !

Pour terminer la journée, partez à la découverte de cavités souterraines. Si l’on doit leur existence à l’extraction de la craie tuffeau qui servait à construire les châteaux, ces troglodytes se voient aujourd’hui reconvertis en caves à vins, restaurants ou champignonnières. Ainsi, à Saint-Hilaire-Saint-Florent, à 35 minutes de Brissac (41 km), découvrez les caves  à vins Bouvet-Ladubay, qui s’étendent sur 8 km.

Direction Montsoreau, et sa forteresse indissociable d’Alexandre Dumas.

Faisant suite à La Reine Margot, La Dame de Monsoreau relate les amours contrariés de Diane de Méridor, de son vrai nom Françoise de Maridor, épouse du comte de Montsoreau, et de son amant Bussy d’Amboise durant le règne d’Henri III. L’histoire de la belle fait l’objet d’une exposition dans le château.

Vous ne manquerez pas de flâner dans les ruelles fleuries de Montsoreau et de Candes-Saint-Martin, commune voisine située au confluent de la Vienne et de la Loire classé "plus beaux villages de France". Un peu plus loin, autre visite intéressante : la champignonnière du « Saut aux Loups », à Montsoreau, à 50 minutes de Brissac (56 km) ou 23 minutes de Saint-Hilaire-Saint-Florent (18 km).

Dans ses caves poussent champignons de Paris, pleurotes ou encore shiitakes, ces fameux champignons chinois. Puis faire un crochet vers l’abbaye de Fontevraud, à 20 minutes en voiture de Saumur (18 km). L’un des plus prestigieux ensembles monastiques de France, recelant les gisants d’Henri II de Plantagenêt, d’Aliénor d’Aquitaine et de Richard Cœur de Lion. Elle impressionne par sa beauté et sa prestance.

Direction la Touraine, de Chinon à Azay-le-Rideau

Prenez ensuite la direction de Chinon, à 21 minutes de Fontevraud (21 km). Pour visiter la ville et sa forteresse royale,

Chateau de chinon de la rive gauche de la vienne apres la restauration route des chateaux de la loire guide du tourisme centre val de loireLa route longe la Vienne pour rejoindre le château de Chinon, siège de la célèbre entrevue entre Jeanne d’Arc et le dauphin Charles, futur Charles VII. L’édifice étire 400 m de fortifications le long de la rivière. Érigé au Xe siècle, il fut occupé par les Plantagenêts, jusqu’à sa prise par Philippe Auguste en 1204. Il est constitué de trois ensembles séparés par des fossés, qui furent plusieurs fois remaniés jusqu’au XIIIe siècle : le fort du Coudray, le château du Milieu, dominé par la haute tour de l’Horloge, et le fort Saint-Georges.

Du haut de son éperon rocheux, la Forteresse Royale de Chinon s’impose et surplombe la Vienne. De nombreux panoramas vous permettront d’ailleurs d’apprécier toute sa vallée, ainsi que la ville de Rabelais. Venez découvrir près de 150 mètres de remparts et leurs tours, au gré d’un parcours spectacle qui vous plongera véritablement dans l’histoire de la forteresse. Les logis royaux, entièrement restaurés, s’apparentent à des logis tourangeaux du XVème siècle. Vous pouvez aussi profitez de votre présence pour une promenade dans les vignes.

La route traverse la forêt de Chinon, direction le château enchanté d’Ussé, dont Charles Perrault fit la demeure de la Belle au bois dormant. Les pieds dans l’Indre, dissimulé à l’ombre de la forêt, ce château blanc hérissé de cheminées, de tourelles et de clochetons fut élevé au XVe siècle par Jean de Bueil, capitaine de Charles VII. Il fut régulièrement rénové jusqu’au XIXe siècle, d’où son aspect hétéroclite, mêlant les éléments médiévaux, Renaissance et classique.

Chateau d usse route des chateaux de la loire guide du tourisme centre val de loireC’est ensuite la traversée de l’Indre et de la Loire, pour rejoindre la sévère forteresse de Langeais, bâtie par Louis XI sur le site d’une ancienne citadelle, dont une partie du donjon est toujours visible. Les noces d’Anne de Bretagne et de Charles VIII, qui marquèrent la fin de l’indépendance du duché de Bretagne, furent célébrées en ce lieu en 1491.

Parfaitement conservé, richement meublé, la forteresse de Langeais renferme une collection de tapisseries exceptionnelle, dont la série dite des Neuf Preux, créée au début du XVIe siècle.

Direction la rive opposée de la Loire et le château de Villandry, célèbre pour ses jardins, créés par l’érudit espagnol Joachim Carvallo, qui acquit le domaine en 1906. Ils abritent notamment un Jardin d’amour où les végétaux, taillés en forme de cœur, de lyre, de harpe ou de poignard, dessinent une superbe carte du Tendre.

La route longe l’Indre jusqu’à Azay-le-Rideau. Niché dans un écrin d’arbres, sur un îlot, le château d’Azay-le-Rideau fut édifié pour Gilles Berthelot, trésorier de François Ier. Fleuron de l’élégance et du raffinement, il conjugue le charme du gothique et l’esprit Renaissance. Balzac, qui eut l’occasion d’y déjeuner, le décrivait comme un « diamant taillé à facettes ».

Entre 1825 et 1848, il séjourna régulièrement au château de Saché, situé à 7 km d’Azay-le-Rideau. Cette belle demeure des XVe et XVIIe siècles accueille un musée dédié à l’écrivain. Au château de La Chatonnière, d’autres jardins sculptés et enivrants attendent les promeneurs.

Après ses visites, reprenez la route en direction de la jolie Cité Royale de Loches, à 1h en voiture (62km). La route file le long de l’Indre pour rejoindre le château de Loches. Son donjon monumental fut délaissé, au XIVe siècle, au profit du logis Royal, plus confortable. Ce dernier conserve le souvenir des Azay le rideau route des chateaux de la loire guide du tourisme centre val de loireamours de Charles VII et d’Agnès Sorel.

À la mort de sa favorite, le roi éploré commanda un somptueux mausolée de marbre et d’albâtre, qu’il fit placer dans la collégiale Saint-Ours de Loches. Admirez à l’intérieur du château de Loches, ses armures, tapisseries flamandes et autres splendides tableaux, à l’exemple du retable du Liget " La passion du Christ du XVème". Son logis royal, bel exemple de la Renaissance, a quant à lui reçu Anne de Bretagne, Agnès Sorel ou encore Jeanne d’Arc.

Petite ville médiévale pleine de charme, la cité fortifiée de Loches impressionne avec son donjon de 36 mètres extrêmement bien conservé. Loches, dominée par son château, précieuse cité historique sur l'Indre, où l'on appréciera les ruelles pavées et les maisons anciennes. Les habitants de longue date se souviennent d'une ville encore plus dynamique qu'aujourd'hui, tenant une place prépondérante dans la vie, notamment agricole, du département.

L’itinéraire continue vers Chenonceau, chef-d’œuvre de la Renaissance française. Érigé à partir de 1515 pour un conseiller de Louis XI, Charles VIII et Louis XII, le pavillon carré, flanqué de tourelles, passa aux mains de François Ier puis d’Henri II, qui l’offrit à Diane de Poitiers. La favorite le prolongea par un pont au-dessus du Cher ; l’épouse légitime, Catherine de Médicis, qui chassa sa rivale des lieux à la mort du roi, poursuivit les travaux et termina la galerie sur le pont.

Chenonceau est un château de femmes : Diane de Poitiers, Catherine de Médicis, Louise de Lorraine et la duchesse de Mercoeur y ont vécu, chacune lui laissant une touche personnelle.  Le domaine a d’ailleurs beaucoup d’élégance : belles allées d’honneur ombragées, jardins floraux à la française, labyrinthe végétal, arche de cariatides, pont à arches qui enjambe le Cher, salles et chambres soigneusement ornées.

La route traverse la forêt d’Amboise pour rejoindre, en lisière du bois, la pagode de Chanteloup, seul vestige d’un petit Versailles érigé par le duc de Choiseul. Du haut de l’édifice, le panorama s’étend sur la Loire et la forêt.

Chenonceau route des chateaux de la loire guide du tourisme centre val de loireDirection le château voisin d’Amboise, transformé par Charles VIII en majestueux palais gothique. De retour d’Italie, en 1496, le roi entreprit de nouvelles restaurations inspirées de l’art renaissant italien, que poursuivirent ses successeurs. Invité par François Ier, Léonard de Vinci demeura au Clos-Lucé, près du château, jusqu’à sa mort en 1519.

En 1560, Amboise fut le théâtre d’un événement qui allait déclencher les guerres de Religion. Des protestants tentèrent d’enlever François II pour le soustraire à l’influence des catholiques. Le complot échoua, et les rebelles furent pendus haut et court aux balustrades du palais.

Le Château d’Amboise est une fortification qui domine la ville et un palais, principalement aménagé par Charles VIII entre 1492-1498. Plus tard, d’autres souverains s’y succédèrent jusqu’à son abandon.  Malheureusement, une partie du château a été détruite lors de la Révolution française et du Premier Empire. 

Du château, il ne reste actuellement que le Logis royal et la chapelle Saint-Hubert, où se trouve la tombe de Léonard de Vinci, qui sont accessibles. La visite commentée gratuitement par un guide vaut la peine pour comprendre le contexte historique des XVième  et XVIième siècles, d’autant que les alliances de l’époque étaient complexes.

La chapelle Saint-Hubert est tout simplement magnifique. Ses vitraux et ses bas-reliefs gothiques sont remarquables. Malheureusement, le lieu est en péril puisque certains touristes ont pris la mauvaise habitude de voler des morceaux de bas-reliefs de la chapelle.

La route longe la rive gauche de la Loire sur une vingtaine de kilomètres, direction le château de Chaumont-sur-Loire, offrant, depuis la terrasse, une vue superbe sur le fleuve en contrebas et sa vallée. Trapu, puissant, d’inspiration féodale, il fut acquis par Catherine de Médicis. Entre ses murs, l’astrologue Ruggieri aurait prédit à la reine les destins funestes de ses trois fils et la fin des Valois…

La route quitte les berges de la Loire pour rejoindre, en lisière de forêt, le château de Beauregard, ancien relais de chasse célèbre pour sa galerie de portraits, puis le château de Cheverny. Ce palais, qui annonce l’architecture classique, dévoile un intérieur d’un luxe inouï. On admirera notamment la salle à manger tendue de cuir de Cordoue et agrémentée de panneaux illustrant l’histoire de Don Quichotte et les tapisseries ornant la chambre du Roi.

La route retrouve la Loire et l’incontournable château de Blois, qui devint résidence royale sous Louis XII. Marqué par la féodalité, le gothique, la Renaissance et le classicisme, ce palais est un concentré de l’histoire architecturale du Val de Loire. L’aile François-Ier, avec sa façade des Loges et son superbe escalier à vis, est sans doute la partie la plus impressionnante de l’édifice.

C’est ici que se retira le poète Charles d’Orléans, père de Louis XII, après avoir passé 25 ans dans les geôles anglaises suite au désastre d’Azincourt. Il s’entoura d’une cour d’artistes et de lettrés, au nombre desquels figurait François Villon. Plus tard, en 1588, Blois fut le théâtre de l’assassinat du duc de Guise, ordonné par Henri III.

Chambord route des chateaux de la loire guide du tourisme centre val de loireL'escapade sur ce circuit de la Route des Châteaux de la Loire se poursuit vers le château de Chambord, que François Ier fit élever à partir de 1519 dans le but d’asseoir et de célébrer sa puissance : 440 pièces, 365 cheminées, 84 escaliers, 800 chapiteaux, un parc immense ceinturé par un mur de 33 km de long… C’est sur la visite de ce que Flaubert appelait un « monument d’orgueil » que s’achève l’itinéraire.

Chambord est certainement le château le plus célèbre du Val de Loire. Il a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 1981, bien avant le reste de la région, et possède de nombreuses autres distinctions (réseau Natura, classement aux monuments historiques etc). Le site se distingue par sa démesure,  Il est entouré d’un grand parc forestier qui fait le lui le plus grand site du Centre Val de Loire. C’est dans ce parc même que se déroulent les chasses présidentielles.

Si vous avez le temps découvrez le Château de Valençay, son parc à l’Anglaise et ses jardins à la française. Ce prestigieux château à l’harmonieuse alliance entre architectures Renaissance et Classique devint en 1803 la propriété de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord, ministre des Relations extérieures de Napoléon. Son intérieur, richement meublé (tableaux, objets, marbres…), est du plus grand intérêt, à l’image du Grand Salon de style Empire.

Le saviez-vous ?

Le cadre noir de Saumur

Héritant d’un patrimoine prestigieux, l’Ecole Nationale d’Equitation s’est constituée autour du Cadre Noir de Saumur en 1972. L’Ecole est le siège du Pôle France Equitation. Les Ecuyers du Cadre Noir de Saumur, corps des professeurs de l’Ecole Nationale d’Equitation, forment et perfectionnent les cadres supérieurs de l’équitation. Elle est depuis 2010 l’une des composantes de l’Institut français du cheval et de l’équitation.

En dehors des circuits classiques des Châteaux de la Loire, il existe des alternatives plus insolites : survoler les châteaux de la Loire à bord d'une montgolfière, parcourir la route des Châteaux en 2CV, naviguer en douceur et accoster aux alentours d'une royale demeure, pénétrer secrètement les souterrains du château de Brézé, assister au brame du cerf au parc de Chambord...

Informations pratiques 

Retrouvez toutes les infos sur les châteaux de la Loire sur le site des châteaux de la Loire

Pour vous rendre sur le Circuit de la Route des Châteaux de la Loire

Angers

Couvert 19 °C

Couvert

  • Min: 17 °C
  • Max: 20 °C
  • Vent: 15 kmh 170°

Nos coups de coeur sur la Route des Châteaux de la Loire

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique du Centre-Val de Loire

Préparez vos vacances sur la Route des Châteaux de la Loire avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la Route des Châteaux de la Loire avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 09/05/2018