Route des Monts et Merveilles de Franche Comté

Le circuit de la Route des Monts et Merveilles de Franche Comté

Cette route historique traverse trois départements, soit le Doubs, le Jura et la Haute-Saône. La Route des "Monts et Merveilles de Franche-Comté" reflète un lieu de passage historique.

Dès le Saint Empire romain germanique, cette région permettait la communication entre les pays du Nord et ceux du Sud jusqu'à son annexion par le roi Louis XIV, à la fin du XVIIè siècle.

Les échanges commerciaux et touristiques l'ont rendu à sa vocation de carrefour de l'Europe et ses châteaux-forteresses abritent le plus souvent des musées.

Nous vous souhaitons une bonne des Monts et Merveilles de Franche-Comté.

Votre itinéraire et visites sur la Route des Monts et Merveilles de Franche Comté

Au programme de votre escapade de vos prochaines vacances dans la Franche-Comté sur le circuit de la Route Historique des Monts et erveilles de Franche-Comté, les châteaux de Filain, de Gy et de Saint-Loup lès Gray.

Le château de Filain ((Haute-Saône - 70) fut bâti au XIVe siècle, il s’agit d’une maison forte défendue par plusieurs fossés et des meurtrières. Le Filain chateau route des monts et merveilles de franche comtechâteau de Filain et son jardin à la française se situent à Filain à 13 km au sud de Vesoul. Le château est de style Renaissance, construit en conservant des éléments de la maison forte du XVe siècle et remanié au XVIIIe et au XIXe siècle.

La construction du Château de Filain remonte à la fin du XIVe siècle, c'était un bâtiment classique bordé de quatre tours rondes, défendu par des meurtrières et des fossés. Cet ouvrage fût complèté dans le courant du XVIe siècle, par une construction de type renaissance. La façade est ornée au midi par deux tours carrées qui annoncent le style Henri IV.

Complété au XVIe siècle, le Château de Filain hébergea plusieurs familles de renom, tel que Camus, Sacquenay et Cointet. L'arrêté du 14 avril 1927 qui l'inscrivait à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques ayant été annulé, le château est finalement classé par arrêté du 20 avril 1944.

En 1980, la famille Montornès reprend le domaine et entame la restauration du Château de Filain et de ses jardins. Ces derniers prennent place dans un parc aménagé à la française, et comprennent notamment une haie de buis et une roseraie avec une variété de roses baptisée du nom du château. Il est aujourd’hui lieu d'évènements divers, de réceptions et de visite. Visite extérieure uniquement.

Tout comme le premier, le château de Gy est lui aussi une ancienne maison forte. situé à Gy  à 20 km à l’est de la ville de Gray et 37 km de Besançon. Autrefois résidence des archevêques de Besançon pendant près de 700 ans, sa date de construction est incertaine. Le château de Gy est l’un des monuments les plus anciens de la commune.

Chateau de gy route des monts et merveilles de franche comteSa localisation, éloignée de la ville de Besançon, leur offrait un certain recul. Le château de Gy a été détruit de nombreuses fois, son apparence actuelle est le résultat de deux campagnes de construction, la première sous les ordres de François de Busleyden. La deuxième date du XVIIIe siècle à la suite des travaux du cardinal de Choiseul.

On y remarque son ameublement, des collections diverses, sa luxueuse salle à manger, et principalement son architecture de style gothique. L’histoire du château de Gy est liée à la ville de Besançon. De nombreux conflits ont opposé ses habitants aux divers propriétaires du château, notamment sur les droits de battre la monnaie et sur l’autorité de l’archevêque sur Besançon.

Les dépendances du château sont vendues aux enchères. Entre 1854 et 1876, le château se transforme en école, il est ensuite utilisé comme collège jusqu’en 1974. Le site du château est un site classé par arrêté du 22 juillet 1913 pour son caractère artistique. Le château est classé au titre des monuments historiques en 1922 et 1991 et inscrit en 19911.

Pendant près de 10 ans, le château de Gy a ensuite accueilli des manifestations culturelles notamment les fêtes du bicentenaire de la révolution. En 2012, une restauration de la toiture de la tour Marmet est réalisée. Le château est aujourd’hui une propriété privée, il est néanmoins possible de le visiter. Les visites guidées se font uniquement pour les groupes à partir de 10 personnes (contacter l'Office de tourisme au 03.84.32.93.93).

Le château de Saint-Loup fut pour sa part dès 1292 une forteresse puis fut embelli entre les XVIIe et XIVe siècles. Situé dans la commune de Saint-Loup-Nantouard dans le département de la Haute-Saône. Chateau et parc de 60 ha ouverts à la visite à partir du 15 mai jusqu'aux journées du patrimoine. Locations salle de réception.

Chateau de saint loup route des monts et merveilles de franche comteLa première forteresse fut construite en 1292 par Eudes de Fouvent pour protéger le gué de la rivière Morthe. Les guerres qui ravagèrent tant de fois la Franche-Comté le détruisirent à maintes reprises, mais il fut toujours reconstruit et toujours habité. Les principaux travaux sont dûs au baron de Klinglin et à la famille de Menthon, propriétaire depuis 1832. Cette famille, dont les origines savoyardes remontent au Xeme siècle a toujours été associée à l'histoire de la Franche-Comté.

De l’ancien bâtiment ne subsistent qu’une ancienne chapelle, deux tours et une partie du mur de l’enceinte. Son aménagement et son mobilier sont demeurés tels quels, conférant ainsi au château des allures nobles. Sa vieille cuisine médiévale dispose par ailleurs d’une sublime collection de cuivres. Collection également de mini crèches, de marionnettes présentées par un passionné !

Horaires et dates d'ouverture : du 15 mai aux journées du patrimoine en septembre : ouvert mardi vendredi et dimanche , ouvert de 14 h à 18 h. et sur rendez-vous visite guidée toute l'année ; d'octobre à avril : sur rendez-vous uniquement groupe de 20 pers mini. Durée moyenne de la visite : 45 mn à 1 h ; salle de réception de 165 m2 avec 10 chambres. ; gite rural

L’itinéraire se poursuit ensuite sur Saint-Broing avec l’abbaye de Corneux, sur Arley et son château et sur Arc-et-Senans pour la visite de sa saline royale.

Chateau de corneux route des monts et merveilles de franche comteLe château de Corneux, à quelques kilomètres à l'est de Gray, le petit village de Saint-Broing comprend sur sa commune un château qui fut autrefois abbaye, reçut dès le XIe siècle les chanoines de l’ordre de Prémontré mais ses bâtiments conventuels ne furent érigé qu’au XVIIIe siècle.

Par la suite, en 1791, l’emplacement fut vendu puis réaménagé en château. On en visite le réfectoire, la chapelle, le cloître, une partie de l’ancien logis abbatial, de même que l’ancienne cuisine, le grand escalier et une partie de l'ancien logis abbatial. En 1791, l'abbaye fut vendue et devint, après quelques travaux, un château. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 2003.

Le château d’Arlay, classé monument historique depuis 1996 et ouvert au tourisme l’été, est une ancienne forteresse ruinée qui reprit vie au XVIIIe siècle grâce aux travaux ordonnés par la Comtesse de Lauraguais, qui y fit aménager divers bâtiments, de même qu’un splendide parc.

À partir de XIIIe siècle les seigneurs puis barons de Chalon-Arlay et de Salins sont les seigneurs les plus puissants du Jura médiéval dans la partie sud du Comté de Bourgogne. L’exploitation des mines de sel de Salins assure leur prospérité. Ils font construire un important château fort de style anglo-saxon sur la colline qui domine Arlay et le château actuel, sur l’emplacement d'un ancien oppidum gallo romain.

Le château d’Arlay est un château privé du XVIIIe siècle au pied des ruines d’un ancien château fort du XIIIe siècle, du village jurassien d’Arlay à 12 km au nord de Lons-le-Saunier. Le Château d'Arlay est réputé être le plus ancien « château-vignoble » de France. Depuis 1996, on peut y visiter le Jardin des Jeux, créé par la Comtesse de Laguiche, propriétaire actuelle des lieux.

A l'emplacement du cloître d'origine, une cour d'honneur a été dessinée, accessible par un porche. Fermée sur trois côtés, cette cour s'ouvre sur le Parc Romantique par delà un belle fontaine en "fer à cheval". Sur la façade principale, la Comtesse fit poser des entourages de fenêtre en pierre de couleur ocre, derniers vestiges de l'ancien château de Nozeroy, dont elle hérita également.

Chateau d arlay route des monts et merveilles de franche comteAu centre de la façade, un balcon à colonnes ouvre la vue sur le vieux bourg d'Arlay et le Revermont. Pendant environ une heure, il propose au promeneur un parcours d'une vingtaine d'étapes, depuis la Glacière, en passant par le Sentier Sensoriel de découverte de la vigne, jusqu'aux vestiges de la forteresse médiévale, au sommet de la colline.

Allées ombragées de vieux tilleuls, Théâtre de verdure, boulingrin, grotte, bergerie, gloriette, points de vue sur le Revermont et la Bresse, jeux d'ombre et de lumière..., ici tout invite à la rêverie, assis sur un banc à contempler le paysage. Ce parcours s'achève par le Jardin des Jeux, mêlant fleurs, fruits et légumes en figurant un jeu de croquet géant, des jeux de table et de jardin.

En 1996, Renaud et Annie de Laguiche créent le « Jardin des Jeux » : un jardin botanique ouvert au tourisme sur le thème du « divertissement et du jeu », roseraie, parcours de croquet avec ses arceaux de verdure et cloche centrale, boule de buis, thème des quatre as, des dominos, des damiers avec des mélanges de salades, fruits, légumes et de fleurs. Les jardins sont labellisés « Jardin remarquable ».

Situé au cœur du vignoble du Jura, le domaine viticole du Château d’Arlay cultive un vignoble de 21 hectares en A.O.C Côtes du Jura de Pinot noir, Trousseau, Poulsard, Chardonnay et Savagnin, à flanc de colline autour de l’ancien château-fort en ruine.

Enfin, la saline royale d’Arc-et-Senans, inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1963, était anciennement un complexe industriel et architectural sans pareil. Édifiée entre 1775 et 1779, elle est aujourd’hui une témoin importante d’une industrie révolue : l’exploitation du sel gemme. On retrouve sur les lieux l’institut Claude-Nicolas Ledoux, en l’honneur de son architecte, et on peut assister aux diverses activités, animations et expositions qui y sont proposées.

En s’arrêtant sur près de Champagnole, on visite le Château de Syam, que l’on nomme encore à ce jour la Villa palladienne. Le château de Syam ou villa palladienne ou château Carnot est une villa de style palladien du XIXe siècle, à Syam, au sud de Champagnole, dans la vallée de l'Ain et de la Saine, dans le haut-Jura. Champagnole est  surnommée « la Perle du Jura ».

Chateau de syam route des monts et merveilles de franche comteConstruite en 1818, la demeure est d’inspiration italienne et aménagée tel un théâtre. Ancienne maison de maître du vaste domaine industriel des Forges de Syam voisines, la villa et son vaste parc forestier sont classés aux monuments historiques depuis le . Le patrimoine industriel des Forges de Syam est inscrit aux monuments historiques depuis le 19 octobre 1994.

Actuelle propriété privée, les pièces du rez-de-chaussée et l'importante bibliothèque du dernier étage sont ouverts à la visite, avec de remarquables décors, fresques, tableaux, meubles et d'importantes collections d'objets et de documents d'époque... Des expositions et concerts y sont régulièrement organisés. Les anciennes écuries accueillent diverses manifestations.

Le jardin d'agrément du château de Syam dessiné et planté à partir de 1818 a été inscrit au pré-inventaire des jardins remarquables. En légère déclivité par rapport à la demeure, un parterre en terrasse exécuté en 1901 fait face à l'entrée principale de la façade sud. Plusieurs aménagements extérieurs ont été réalisés vers 1901 et 1912 : campagnes de plantations, travaux de terrassement, élargissement des allées.

À voir près de Champagnole et du château de Syam

Le Musée archéologique (XXe siècle), Rue Baronne Delort. Il présente des trouvailles gallo-romaines et mérovingiennes mises au jour par les fouilles effectuées dans le canton de Champagnole, en 1965 et 1992.

L'Église Saint-Cyr-et-Sainte-Juliette de Champagnole XVIIIe siècle. Elle contient un autel, un retable et un orgue du XVIIIe s, inscrits au titre des monuments historiques depuis 1994. Les deux premiers objets proviennent de la congrégation des Ursulines de Poligny, et le dernier de celle des Dominicains de cette même ville.

Château d'eau de Champagnole (XIXe s), dont la tour et l'horloge publique sont inscrits au titre des Monuments historiques depuis 1990 ;

Hôtel de ville (XIXe s), Rue Baronne Delort, dont le vestibule, l'escalier et l'élévation sont inscrits au titre des Monuments historiques depuis 1997 ;

Dans un rayon de 25 km du château de Syam :

Complexe des 5 lacs, composé des lacs d'Ilay, de Narlay, du Vernois, et du Petit et du Grand Maclu, visible depuis un belvédère situé à quelques kilomètres de La Chaux-du-Dombief ; et le Lac de Chalain, à Fontenu ; Lac de Vouglans, à Lect ;

La Cascades du Hérisson, à Doucier ;

Communes d'Arbois (lieu de villégiature de Louis Pasteur), Baume-les-Messieurs (label Les Plus Beaux Villages de France), Château-Châlon (label Les Plus Beaux Villages de France), Poligny (capitale gastronomique du Comté) et Salins-les-Bains (site Unesco).

Ensuite, on arpente le château de Joux. Le fort de Joux est situé dans le Doubs à 5 km de Pontarlier, il surplombe la cluse de Pontarlier ouvrant passage vers la Suisse dans le massif du Jura. Il fait partie de la commune de La Cluse-et-Mijoux. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le .

Déjà recensé dès 1034, le château, par son emplacement stratégique, servait en quelque sorte de lieu frontière. De nos jours, on en visite les divers bâtiments, on en visite le musée et on y assiste à des spectacles et représentations diverses.

Chateau de joux route des monts et merveilles de franche comteLe Château de Joux est un exemple d'architecture militaire développée de façon continue du Moyen Âge au XIXe siècle. Schématiquement, la partie la plus ancienne est le donjon médiéval et le mur Ouest de la troisième enceinte (qui donne du côté du Doubs). Viennent ensuite la première enceinte, la tour du fer à cheval, le magasin à poudre et l'entrée de la troisième enceinte avec son pont levis.

Le glacis, le chemin couvert et la troisième et quatrième enceintes ont été reprises par Vauban avec un tracé bastionné. La partie Ouest de la cour du donjon ("escalier" gris donnant sur la Rochette), la seconde enceinte avec sa guérite en pierre et son escalier miné à trappe amovible datent du XIXe siècle. la cinquième enceinte et le plateau de la Rochette ont été totalement reprises par Joffre entre 1879 et 1881.

Le château et la batterie de la Rochette, datées du XIXe siècle ont été classés monument historique le 18 juillet 1996. Prison d'État, il a hébergé des personnages aussi illustres que Mirabeau ou Toussaint Louverture. Aujourd'hui, ce monument, implanté dans un site naturel grandiose et romantique, est un véritable livre grandeur nature de l'histoire de l'architecture militaire de ces dix derniers siècles.

À travers les quelques six cents pièces exposées, le musée d'armes offre à ses visiteurs une véritable rétrospective de l'armement et de l'équipement du militaire français, depuis le 17ème siècle jusqu'au fusil Lebel de 1886. Une quarantaine de pièces rarissimes lui assurent aujourd'hui une réputation internationale. Le musée d'armes est fermé pour rénovation, une partie de la collection est visible au musée de Pontarlier.

Sur Montbéliard, on parcourt le Musée d’art et d’histoire Beurnier-Rossel qui compte d’impressionnantes collections de mobilier et d’objets liturgiques et domestiques, ainsi que le château des Ducs de Wurtemberg. Ce dernier, surplombant dignement la cité de Montbéliard, fut construit sur l’emplacement d’une ancienne forteresse au XIIIe siècle. Il est actuellement un musée qui comporte une grande variété d’œuvres et vestiges des temps passés.

En dernier lieu, on visite le superbe château de Belvoir, bâti au XIIe siècle dans le département du Doubs. Dominant de 150 mètres le val de Sancey, le château de Belvoir occupe l'emplacement d'un oppidum gaulois transformé en castrum par les romains. Un premier château fut édifié à la fin du XII° siècle, mais les bâtiments actuels trouvent leur origine à la fin du XV° / au début du XVI° siècle lorsque la famille de Cusance reconstruit le château.

Chateau de belvoir route des monts et merveilles de franche comteRacheté en 1955 par le célèbre peintre Pierre Jouffroy, il fera l'objet d'une longue et patiente restauration pendant près de 50 ans. Après le terrible incendie qui dévasta l'aile orientale en 1968, 10 années seront nécessaires pour relever ce bâtiment de la ruine. Entièrement meublé, il présente diverses collections de meubles, tableaux anciens, armes anciennes et souvenirs historiques.

Rare témoin de la période féodale, ses bâtiments furent entièrement restaurés à partir de 1956 puisque dans un état quasi irrécupérable. Aujourd’hui, on y observe plusieurs armes anciennes, des meubles d’une grande beauté et plusieurs tableaux du XVIIe siècle, entre autres.

Le château de Belvoir est ouvert à la visite de Pâques à la Toussaint, tous les dimanches et jours fériés, et tous les jours en juillet et août. Le château est inscrit au titre des monuments historiques le 6 septembre 1956. Le château de Belvoir lui-même et ses abords forment sur 46 hectares un site classé depuis le 25 septembre 1992, surface elle-même incluse dans un site inscrit.

A ne pas manquer : la visite du village qui s’articule autour de ses halles du XIV° siècle, les seules de Franche-Comté à deux travées de bois. Ouverture de Pâques au dernier dimanche d'octobre les dimanches et jours fériés et tous les jours en juillet et août. Horaires : 10h - 11h30 (dernier départ de visite) et 14h - 17h30 (dernier départ de visite).

A visiter lors de votre passage sur ce site de la Route des "Monts et Merveilles de Franche-Comté"

Les halles de Belvoir : connues dès 1314, modernisées à la fin du XVIIe siècle, elles sont les seules halles de bois conservées en Franche-Comté ; Maisons des XVe et XVIe siècles dans le village ;L'église du début du XVIIIe siècle remplaçant la chapelle castrale Saint-Nicolas ;La vierge de Belvoir.

Sur Vaire-Arcier, les jardins et château de Vaire-le-Grand sont parmi les rares sites de la région à avoir conservé puis entretenu leur jardin dans l’esprit originel. De style classique, le château fut construit dans la première moitié du XVIIIe siècle. On s’y extasie devant la beauté de ses jardins, de même que son architecture magnifique.

Chateau de vaire le grand route des monts et merveilles de franche comteÀ l'époque gallo-romaine un castrum couronne la butte rocheuse qui domine la vallée du Doubs, où est construit l'actuel château. Le château de Vaire est un château du XVIIIe siècle de style Classique construit en 1713 dans la vallée du Doubs à Vaire en Bourgogne-Franche-Comté à 13 km au nord-est de Besançon.

Le château de Vaire fut édifié au XIe siècle par le seigneur Gauthier de Vaire, vassal du Comté de Bourgogne. À la suite de la mort du duc de Bourgogne Charles le Téméraire en 1477, le roi Louis XI annexe le duché de Bourgogne de ce puissant ennemi indépendant et fait totalement anéantir les châteaux qui lui ont résisté dont celui-ci.

Le château et le jardin à la française, protégés au titre des monuments historiques, ont été remarquablement restaurés et sont ouverts au tourisme durant l'été depuis 1992. Le jardin de Vaire, constitue une mise en scène, du paysage environnant et par son grand art figure parmi l'un des plus beaux témoignages de Jardin à la Française.

Ce château de Vaire du XVIIIe est fameux pour ses jardins à la française, qui offrent un belvédère sur la vallée du Doubs. Le jardin forme trois terrasses centrées de deux bassins, ornées de parterres, de topiaires d'ifs taillés, de boulingrins, devant le logis. Les terrasses se prolongent par un jardin régulier. Après avoir été inscrits une première fois en 1998, les jardins ont été inscrits monument historique le 10 mai 2012.

Tout en poursuivant la Route des "Monts et Merveilles de Franche-Comté", on bifurque vers Rigney, pour en visiter son imposant château de la Roche. D’abord forteresse défensive au XIIIe siècle, elle devint une agréable maison de campagne au XVIe siècle. Le château de la Roche, campé sur une falaise qui domine la vallée de l’Ognon, serait construit sur l’emplacement d’un site gallo-romain.

Le château de La Roche est un château du XIIIe siècle de style classique dans le Doubs à Rigney, à 26 km au nord-est de Besançon. Il fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le .

Chateau de la roche route des monts et merveilles de franche comteAprès la Révolution française, le domaine est acheté par le comte de Scey qui y établit une sucrerie en 1811. En 1847, le château devient une fromagerie puis un domaine agricole en 1854, et une ferme-école en 1869. En 1986, Jean de Foucauld (diamantaire de Paris) achète la bâtisse à l’abandon et la fait entièrement restaurer pour accueillir des expositions artistiques temporaires.

Le château de la Roche est formé de bâtiments certains maintenant disparus, entourant trois cours. Le logis au plafonds à la française et cheminées à hotte comporte une chapelle. De l'aile est il ne reste que le soubassement voûté et le pigeonnier. Le moulin, attesté dès 1392, a été modernisé au XIXe siècle.

Il a conservé son barrage et une partie de son canal. De la sucrerie de 1811, la fromagerie en 1847 et la ferme-école, subsistent divers bâtiments dont les étables surmontées du fenil et la grange.

Le château de La Roche sert de nos jours à des expositions festivals et des expositions diverses. Il constitue un attrait pour les vacanciers lors d'un séjour dans la région.

Autour du château de La Roche

La grotte Saint-Hippolyte

Une grotte remarquable située à proximité des sentiers de randonnée. Cette grotte porche, haute de 35 m, large de 20 m, et donnant accès à une galerie de 120 m de long, conserve quelques rares vestiges d'un château. Les Comtes de La Roche, seigneurs de Saint-Hippolyte ont fortifié l'accès de la grotte, vers le XIe siècle.

Les 3 gros chênes (quercus petraea) de Rigney : âgés d'environ 300 ans, plantés sur l'ancien champ de foire du village sous Louis XIV.

Enfin, on visite le château médiéval d’Oricourt, Oricourt est située dans le département de la Haute-Saône. Son territoire comprend une colline sur laquelle le village est construit. Son altitude varie de 278 à 393 mètres, elle fait partie des collines pré-jurassiennes et comprend une grande partie de forêt.

À l’écart des grands axes routiers, le château fort d’Oricourt semble s’échapper d’un conte médiéval. On s’attend presque à voir surgir quelques chevaliers en armes, tout droit sortis de l’une des deux tours imposantes qui, du haut de leurs 25 mètres, surplombent l’ensemble fortifié. Ce château fort, le mieux conservé de Franche-Comté, fut bâti au XIIe siècle.

Depuis sa construction au XIIe siècle, le château d’Oricourt a toujours été la propriété de familles de haute naissance, notamment ­Nicolas Rolin, fondateur, avec son épouse Guigone de Salins, des Hospices de Beaune en 1443. Malgré sa conservation minutieuse, le château connut des épisodes de restauration au fil des ans.

Chateau medieval d oricourt route des monts et merveilles de franche comteÉdifié vers le milieu du XIIe siècle sur le bord d’un plateau, face à la plaine de Lure, le château d’Oricourt est un château fort à double enceinte. La première enserre la basse cour (cour de ferme) et la seconde, la haute cour (cour d’habitation). Dans cette dernière, vous découvrirez un ensemble de bâtiments du XIIe et du XVe siècle, le puits, une citerne, la boulangerie, des caves et une grande salle à manger.

Deux tours carrées de 25 mètres de haut dominent les courtines et de profonds fossés. À l’extérieur, côté village, a été érigé un imposant colombier.

Épargné par la Révolution, Aujourd’hui, lieu de pédagogie et d’apprentissage, il est l’hôte de plusieurs évènements, expositions et spectacles intéressants. Ce voyage dans le temps, qui permet de découvrir huit siècles d’architecture seigneuriale, n’aurait pas été possible sans l’acharnement, la passion de Jean-Pierre Cornevaux, l’actuel propriétaire, qui a fait de la restauration du site l’œuvre et le but de sa vie.

Depuis 2003, une fête médiévale est organisée à travers le village et le château chaque premier week-end de juillet, afin de financer la restauration du château commencée en 1969. Elle a accueilli plus de 5 000 visiteurs en 2013. Le château a également accueilli en septembre 2016 son premier festival de jazz de l'association BledArt.

A voir autour du château d’Oricourt

La mairie

Construite au milieu du XIXe siècle en deux temps, sur une place aplanie par les habitants de l'époque, elle dispose d'un clocheton élevé en 1900, couvert en ardoise et surmonté d'un coq. Elle a abrité l'école communale jusqu'en 1960.

Les maisons anciennes

Le village est constitué de plusieurs maisons anciennes, datant de la fin du XVe au XIXe siècle24. L'une d'elle a reçu pour sa restauration le premier label délivré par la fondation du Patrimoine en Franche-Comté. L'ancien four banal, transformé en habitation, porte la date de 1687. Il a été construit parallèlement au pigeonnier.

Les fontaines et les puits

Il demeure trois fontaines dans le village: la grande Fontaine du Centre, du XIXe siècle24, bâtie en calcaire gris, la Fontaine de la Perrotte, datant de 1882, construite en grès rose et malheureusement ruinée, et la Fontaine du Bas, en fonte, installée en 1902 et la seule encore en eau actuellement. Une rare cuve médiévale est visible en contrebas du château, elle alimentait son ancien potager. À noter un puits de marque Dragor sur la place du village, installé en 1932.

Pour vous rendre sur la Route des Monts et Merveilles de Franche-Comté

Ormenans

Nuageux 16 °C

Nuageux

  • Min: 15 °C
  • Max: 17 °C
  • Vent: 8 kmh 94°

Le saviez-vous ?

 

Nos coups de coeur sur la Route des Monts et Merveilles de Franche Comté

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristiques de Franche-Comté

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la Route des Monts et Merveilles de Franche Comté avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 19/05/2017