Route de la Guerre de Vendée en Anjou - Circuit 3 (Maine-et-Loire)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 3 de la Route historique "de la Guerre de Vendée en Anjou" dans le Maine-et-Loire

Découvrez à travers ce troisième circuits les batailles ou encore les colonnes infernales, des faits historiques qui ont marqué le territoire, l'histoire et notre pays.

En Maine-et-Loire, les représentants de la révolution Adrien Francastel et Nicolas Hentz sévissent particulièrement à AngersSaumurAvrilléDoué-la-FontaineSainte-Gemmes-sur-LoireLe Marillais et aux Ponts-de-Cé ; 11 000 à 15 000 personnes, hommes, femmes et enfants, sont emprisonnées, 6 500 à 7 000 sont fusillées ou guillotinées, 2 000 à 2 200 meurent dans les prisons.

Vous êtes passionné d'histoire ? Découvrez au travers d'un parcours original les richesses et les vestiges de l'époque des Guerres de Vendée en Anjou. Un retour dans le temps au travers de ses personnages, de tragiques événements, ses batailles, ses massacres...

Vous pourrez aussi voir des vestiges d’une époque révolue dans une région maltraitée par la Révolution. Mais qui donc à du sang sur les Mains ?

De Torfou poursuivre cette escapade en direction de Cholet via la D753 (20 km). Cholet subit de terribles destructions, à l'époque des guerres de Vendée, en particulier lors de la bataille de Cholet, le . En bordure de la voie inter-quartiers, près de l'aérodrome, un monument commémore cet événement.

La première bataille de Cholet se déroule donc le  lors de la première guerre de Vendée. Elle s'achève par la prise par les insurgés de la ville de Cholet

Les républicains comptent 1506 à 3000 morts, contre 301 à 402 du côté des insurgés. Certains cavaliers républicains rejoignent à Beaupréau les forces de Maurice d'Elbée et passent du côté des insurgés. Capturé par les insurgés, le juge de paix de Cholet, Jean-Julien Savary, écrit dans ses mémoires que près de la moitié des combattants républicains périrent lors de la prise de la ville et qu'une centaine de patriotes furent faits prisonniers.

Cholet henri de la rochejaquelein routes touristiques de maine et loire guide du tourisme du pays de la loireSelon lui, Beauvau trouve la mort peu après le début des combats, le commandant de la garde nationale Pocher-Durocher est sauvé par une femme et le commandant en second Maugars est tué en combattant au corps-à-corps après avoir refusé de se rendre. Capturé à Chalonnes-sur-Loire, Joseph Cathelineau, frère de Jacques Cathelineau, déclare lors de son interrogatoire, le 27 mars, devant la commission militaire à Angers, que 200 patriotes, tant de la garde nationale que sans uniforme, ont été tués lors de la prise de Cholet.

La deuxième bataille de Cholet se déroule le , elle voit la victoire décisive des armées républicaines. La troisième bataille de Cholet a lieu lors de la guerre de Vendée le . Les Vendéens prennent d'assaut la ville avant d'en être chassés à leur tour par une contre-attaque républicaine.

Une des spécialités textiles de Cholet est son célèbre mouchoir rouge qui lui vaut son appellation de Capitale du mouchoir et dont Théodore Botrel s'est inspiré pour composer une chanson intitulée Le mouchoir rouge de Cholet.

L'histoire de ce mouchoir remonte aux guerres de Vendée : en effet, le , la grande bataille de Cholet oppose, d'un côté, les Vendéens, avec d'ElbéeBonchampsla RochejaqueleinStofflet, de l'autre Beaupuy, TravotMarceauKléber et les Mayençais. Henri de la Rochejaquelein porte à son chapeau, sur sa poitrine et à son côté, trois mouchoirs blancs de Cholet, afin de mieux se faire reconnaître de ses hommes, mouchoirs qui le désignent tout aussi sûrement aux balles républicaines.

Ayant utilisé un de ces mouchoirs blancs pour panser une blessure, celui-ci devient rouge de son sang. C'est cet acte de bravoure que Théodore Botrel a voulu immortaliser en l'attribuant, sans doute pour la rime, au général vendéen Charette. Un cénotaphe est érigé, au lieu-dit la Haie de Bureau, entre Cholet et Nuaillé, à l'endroit où Henri de la Rochejaquelein est blessé mortellement le .

Depuis, le mouchoir traditionnel de Cholet créé par un industriel local, Léon Maret, est rouge avec des bandes blanches. Il est l'ambassadeur de Cholet, tant intra-muros qu'à l'extérieur de la ville, porté en déplacement par les membres de la Jeune-FranceLe musée du Textile, installé dans l'ancienne blanchisserie de la Rivière Sauvageau, relate l'histoire du textile choletais et les techniques de fabrication du tissu.

Du Moyen-âge aux Guerres de Vendée, en passant par l’essor de l’industrie textile, le patrimoine historique de Cholet s’avère être aussi riche que varié.

Quitter Cholet pour La Jubaudière via la D15 (34 km). Stationnez votre véhicule place de l‘église, puis entrez dans l‘édifice. Les habitants se sont longtemps raconté les histoires relatives à M. Charruau. Ce curé est resté parmi ses paroissiens. Il fait avec eux la virée de galerne et, encore en 1798 à la reprise des persécutions, il continue d’assister autrui, déguisé en meunier (sauf les dimanches et jours fériés où il célèbre la messe dans la grange du Mesnil).

Cette pratique dominicale se prolonge après la loi du Décadi, car son église, brûlée fin janvier 1794 par les colonnes infernales de Cordelier, reste longtemps en ruine. 3 jours après l’incendie, lorsque reviennent les rescapés des massacres, ceux-ci sont surpris d’apercevoir au milieu des décombres fumants la statue de la Vierge toute noire de suie mais ayant, intacts accrochés à ses mains, les rubans qui étaient en fait les ceintures des mariées, offertes en symbole de la fin de la vie de jeune fille.

On crie alors au miracle. En 1877 l’un des successeurs du curé Charruau, l’abbé Luçon, futur archevêque de Reims, restaure cette statue. Aujourd’hui, son manuscrit peut être consulté à la mairie. Cette statue est toujours dans l’église actuelle. Elle a été initialement sculptée dans un bloc de tuffeau. Des parties taillées dans le bois ont été rajoutées pour remplacer des morceaux manquants.

Le Marquis de Lescure, l’un des chefs de l’armée vendéenne appelé "le Saint du Poitou", mortellement blessé au combat de la Tremblaye, devant Cholet le 15 octobre 1793 et décédé aux portes de Fougères au cours de la Virée de Galerne, fait promettre à son épouse d’élever le fils de Cathelineau Jacques-Joseph né le 28 mars 1787, du mieux qu’elle pourra.

Ecoutons la marquise devenue ensuite Mme Louis de La Rochejaquelein : « Je le mis au Collège de Beaupréau, mais il ne pouvait pas apprendre le latin, je me décidai à l’enlever des classes et le mis chez René Pauvert à La Jubaudière (ancien commissaire aux vivres de l’armée vendéenne), fabricant et faisant fabriquer beaucoup de toiles. Il resta chez M. Pauvert ».

A 21 ans, il épouse une de ses nièces, Marie Coiffard, de la ferme de la Gourgoulière qui lui donnera 6 enfants. Jacques Joseph exerce son métier de tisserand jusqu’à la fin de l’Empire, et en 1814 devient percepteur à Cholet. Autre site visible depuis la route de Trémentines : Domaine de la Giraudière (propriété privée) A l’époque des Guerres de Vendée, les habitants de la Giraudière prennent le chemin de l’exil.

Chateau de la giraudiere routes touristiques de maine et loire guide du tourisme du pays de la loireLe 26 janvier 1794, le château est incendié par les colonnes infernales du Général Crouzat. Au retour des habitants, le château est en grande partie en ruine. Ne reste intact que le portail. du château de la Giraudière : Ce magnifique porche crénelé constitue l'entrée du château de la Giraudière édifié au XIXe siècle. Les origines de la construction du porche remontent au XVIe siècle.

A voir aussi le château de la Gautrêche construit en 1853 par Antoine-Jules Fourchy qui était notaire à Paris. Pour allier le prestige et l'économie, l'architecte a eu recours aux matériaux locaux. La demeure est construite en schiste avec corniches et modénature en briques et toiture en ardoise.

Continuer vers La Jallais via la D15 (38 km), laissez votre véhicule place de la Mairie et remarquez le presbytère. L’ancienne église a été incendiée. A la place du parking actuel se trouvait le cimetière. Le presbytère a été incendié en 1794 par les colonnes infernales. Descendez rue du Pont Piau (à gauche du presbytère) vers la place du sous-préfet Barré.

Ici se trouve l‘oratoire avec vue sur le Château de la Brinière (propriété privée). L’oratoire  est un bâtiment dont le sous-préfet de Beaupréau, Barré, était propriétaire. Occupé à l’époque par les républicains, il a été rénové récemment par le groupe d’histoire local et est ouvert lors des Journées du Patrimoine. Le 13 mars 1793, Cathelineau et Perdriau attaquent Jallais et s’emparent du Château de la Brinière où ils trouvent chevaux, armes et munitions mais aussi le canon le "Missionnaire".

Jallais a été marqué par le passage des colonnes infernales. Le 26 janvier 1794, deux colonnes infernales commandées l’une par Cordelier venant de la Jumellière et de Neuvyen-Mauges, l’autre par Crouzat venant de Chemillé, arrivent à Jallais à la première heure. Le lendemain, le château est incendié, Cordelier écrit au général en chef Turreau : « Dans le cours de la journée, je me suis occupé de fouiller, ainsi que tu me l’as commandé, les environs de Jallais.

Quatre détachements de 50 hommes chacun, auxquels j’avais attaché des officiers de mon état-major, ont tout parcouru. J’avais ordonné de passer au fil de la baïonnette tous les scélérats qu’on aurait pu rencontrer et de brûler les hameaux et les métairies qui avoisinent Jallais. Mes ordres ont été ponctuellement exécutés et, dans ce moment, quarante métairies éclairent la campagne…». C’est dans ce château que Bonchamps, atteint d’un coup de sabre au coude le 15 juillet 1793, vient soigner sa blessure.

Autre site visible sur Jallais, le château de la Chaperonnière : Situé sur les bords de l'Evre, entre Beaupréau et Jallais, vous distinguerez le vieux manoir
de la Chaperonnière qui fut probablement édifié au début du XVIe siècle. Le site doit son nom à la puissante famille des Chaperon qui posséda la terre jusqu'à la fin du XVe siècle.

Après avoir connu de nombreux propriétaires, le château fut le lieu d'un des derniers épisodes de l'insurrection vendéenne. En 1832, le généralissime Cathelineau y fut en effet abattu par un lieutenant de gendarmerie, alors qu'il préparait une insurrection.

La duchesse de Berry met au monde Henri comte de Chambord et duc de Bordeaux à la mort de son mari assassiné en 1820. Devant ce qui se passe à Paris, la duchesse pense que les provinces royalistes de France sauraient une fois de plus montrer leur fidélité à la Couronne. Elle projette de soulever le Midi et la Vendée et remettre ainsi son fils sur le trône.

Chateau de la chaperonniere routes touristiques de maine et loire guide du tourisme du pays de la loireBeaucoup tentent de la dissuader, la situation n’étant pas la même qu’en 1793 et les Vendéens étant las de la guerre. De plus, la religion et la pratique religieuse ne sont pas remises en cause. Mais la duchesse réussit à pénétrer en Vendée à partir d’avril 1832 et adresse une proclamation aux Vendéens et aux Bretons.

Sur la rive gauche de la Loire, 3 corps d’armée royalistes dont le 1er est commandé par Jacques-Joseph de Cathelineau (anobli en 1816), fils du grand Cathelineau. Le 23 mai, Cathelineau et ses 2 compagnons, M. de Civrac, ancien maire de Beaupréau et M. Moricet, ancien receveur des finances de Beaupréau, viennent chercher refuge à l’ancien château de la Chaperonnière tenu par le metayer Guinhut.

Lieu idéal puisque y a été construite une cache sur 3 étages qui communique par des trappes bien dissimulées à partir du grenier. Cathelineau confie à Guinhut de la poudre, du plomb et des bons royaux. Mais les espions de Louis-Philippe remarquent que Guinhut achète des quantités de viande anormales pour sa maisonnée.

Le dimanche 27 mai 1832, en début d’après-midi, le château est cerné par un détachement du 29e régiment de ligne aux ordres du lieutenant Reynier et par un détachement de gendarmes. La fouille commence et ne donne rien. Alors on s’en prend à Guinhut, on le fait tomber à genoux, un canon de fusil dans la bouche.

A ce moment-là, la trappe est découverte, un soldat la soulève. Cathelineau entendant les plaintes du fermier Guinhut, monte ardemment l’échelle et dit aux soldats : « Ne tirez pas, nous sommes sans armes ». Le lieutenant Reynier commande le feu, les soldats refusent de tirer. Fou de rage, Reynier arrache le fusil de l’un de ses hommes et tire sur Cathelineau à bout portant.

Le fils du Saint de l’Anjou est mort. Le cadavre est emmené vers Cholet, ainsi qu’une dizaine d’hommes trouvés dans le manoir et attachés en file. Ils comparaîtront le 28 janvier 1833, devant la Cour d’assises du Loiret, défendus par Me Janvier du barreau d’Angers. Ils seront acquittés

La tour de la Bouëre est le vestige d'un château bâti au XIIIe siècle. Les jeunes gens de la Poitevinière vinrent demander à la Comtesse de La Bouëre des armes pour participer à l'insurrection. Le château fut totalement incendié en novembre 1793. Il fut reconstruit. Mais après la mort de la Comtesse en 1867, le château est laissé à l'abandon. Les ruines ont été démolies en 1905.

Fin de cette troisième étape de cette Route historique "de la Guerre en Vendée en Anjou".

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 4 de la route historique "de la Guerre en Vendée en Anjou".

Pour vous rendre sur la route historique "de la Guerre de Vendée en Anjou"

Torfou

Ciel dégagé 13 °C

Ciel dégagé

  • Min: 13 °C
  • Max: 13 °C
  • Vent: 40 kmh 301°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes :

  • Feux (pas de barbecue) et Camping interdit
  • La nature est fragile. Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. 

​Pensez boite à mégots !

Nos coups de coeur sur la route historique "de la Guerre de Vendée en Anjou"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique du Maine-et-Loire

Préparez vos vacances sur la route historique "de la Guerre de Vendée en Anjou" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route historique "de la Guerre de Vendée en Anjou" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 15/04/2020