La route Napoléon au départ de Corps (38)

Circuit de La route Napoléon au départ de Corps

Après les Alpes-Maritimes, Les alpes de Haute-Provence et Les Hautes-Alpes, le route Napoléon arrive dans l'Isère. La limite est nette, les paysages changent et font place aux Alpes du Nord : les villages traversés sont alors plus industrielles.

Corps, La Mure, puis Laffrey avec sa côte vertigineuse qui plonge sur Vizille et son chateau. Enfin, pour finir la Route Napoléon, celle-ci remonte au dessus de Vizille pour passer dans la Vallée de Brié et Angonnes, avant de redescendre sur Eybens et Grenoble.

Enchaînant sur son parcours des panoramas grandioses pour votre satisfaction, la Route Napoléon offre aussi un grand moment de conduite aux amoureux de bitume pour leurs vacances.

Le Vol de l'Aigle, volant de clocher en clocher, jusqu'aux tours de Notre-Dame se poursuivra par Lyon, Mâcon, Châlons-sur-saône, Autun, Auxerre et enfin Paris où Napoléon retrouve le trône, que vient d'abandonner Louis XVIII, en fuite vers Gand. Ce seront les Cents-Jours, Waterloo, la Seconde Abdication, enfin le départ vers Rochefort, puis Plymouth et I'île de Ste Hélène...

Votre itinéraire et visites sur La route Napoléon dans l'Isère

La partie iséroise possède son chapelet de belles haltes : traversant la Mure, enjambant le Drac, elle se rend à Vizille en longeant les lacs aux abords de Laffrey, avant de poursuivre jusqu’à Grenoble, mêlant ainsi la beauté des paysages à une approche des richesses culturelles de la région. Sillonner cette célèbre route touristique, c'est aussi partir à la rencontre des jolis villages qui la bordent et elle traverse de superbes paysages de montagne.

Suivre les pas de l’Empereur, de Corps à la Mure, de Laffrey à Vizille puis Grenoble, c’est parcourir une route chargée d’histoire, celle qui fut la Route des Alpes d’hiver, rebaptisée Route Napoléon.

Itinéraire Historique de la route Napoléon dans L'Isère

Corps – La Mure – Laffrey – Vizille – Brié et Angonne – Grenoble. 7ème nuit à Grenoble – Isère (31 km).

Au fil de l'itinéraire, vous découvrirez également  le site historique de la Prairie de la Rencontre, commémoré par une statue équestre de Napoléon mais aussi le lac du Sautet, les lacs de Laffrey, le domaine de Vizille, avec son parc paysager et son musée de la Révolution française, ou encore la ville de Grenoble au riche patrimoine culturel, point d'arrivée de la route Napoléon, dans le département de l'Isère.


Visitez Corps lors de votre escapade sur la route Napoléon, comme toute ville protégée de remparts pendant des siècles, Corps n’offre pas de rues bien rectilignes avec des perspectives lointaines. Au contraire, le charme du bourg provient de ses ruelles étroites et sinueuses, à l’abri des vents ou des fortes chaleurs, où il fait bon se promener.

De l’église Saint-Pierre, au centre du village, rejoignez la Rue du Four et la distillerie artisanale «La Salettina», établie dans la maison natale de Maximin Giraud, l’un des témoins de l’Apparition de la Vierge sur l’alpage de La Salette. Poursuivez ensuite vers la Place Grenette, et découvrez comment les rues racontent chacune un bout d’histoire de la ville.

Le lac du sautet et l obiou depuis corps route napoleon guide touristique isereEn levant la tête, vous apercevez de curieuses ouvertures au-dessus des maisons : ce sont les granges en toiture, témoins du passé rural du village. De plus, vous pouvez voir différents types de génoises, corniches de ciment moulé, simples ou complexes, parfois ornées de peintures ou de mosaïques. Ancêtre du chéneau, elles permettaient de connaître la richesse du propriétaire en comptant le nombre de rangées.

Certaines maisons possèdent des pierres apparentes sur les arrêtes d’angle ; ce sont des éléments purement décoratifs datant de Henri IV à Louis XVI. D’autres portent un écusson que l’on retrouve à plusieurs reprises, portant les initiales IHS («Jésus sauveur des hommes», en latin). Entre la Place Grenette et la Rue de la Paix, vous passez par les anciennes écuries de la ville.

Vous traversez ensuite l’ancienne gare, qui permettait jadis de rejoindre Grenoble, puis prenez pieds sur le chemin de ronde, dont les vestiges délimitent de petits jardins potagers. La Fontaine Neuve, probablement d’époque gallo-romaine, rappelle la forte présence de l’eau dans l’environnement local. Plus loin, vous pénétrez dans le quartier de Lara, le plus ancien, qui était l’une des portes d’entrée du village.

Ensuite, dans la Grand Rue, vous passez devant la maison où Napoléon dormit la nuit du 6 au 7 mars 1815, lors de son retour de l’Île d’Elbe, puis devant une façade ornée d’intéressantes têtes sculptées datant du Moyen Age.

De là, vous traversez la Route Napoléon à proximité du renommé Hôtel de la Poste, connu pour son restaurant gastronomique, pour rejoindre la maison natale de Mélanie Calvat, l’autre enfant témoin de l’Apparition de La Salette. Enfin, vous rejoignez le Belvédère de Saint-Roch en passant une nouvelle fois par la Route Napoléon, dite ici «Rue des Fossés» car elle fut construite sur les anciens fossés des fortifications.

La déambulation architecturale dans le village s’arrête là, mais rien ne vous empêche de la poursuivre à votre guise, pour découvrir d’autres particularités que nous aurions omises de signaler ici.

La ville de La Mure est située sur la route Napoléon, à 900 mètres d'altitude. Elle est entourée des sommets du Vercors et des Écrins. Baladez-vous dans les rues jusqu’aux halles du XVIIème siècle (marché le lundi), en passant par la Tour de l’Horloge (1720) et le musée Matheysin, installé dans un ancien hôtel particulier, qui montre le travail de la mine.

La ville est en effet connue pour ses Houillères fermées en 1997. Le site minier souterrain la Mine Image à La Motte d’Aveillans se visite, la production du charbon matheysin fut organisée par Bonaparte. Au Pont de Ponsonnas, on fait du saut à l’élastique, à 107m de hauteur. Les deux passerelles himalayennes, uniques en Europe, permettent de faire le tour du lac du Monteynard en enjambant les gorges du Drac et de l’Ebron. Vertigineux !

La route napoleon a la mure guide du tourisme iserePartez à la découverte de cette petite ville de moyenne montagne (890 m d’altitude) réputée jadis pour ses mines d’anthracite alentour. Chargée d’histoire, La Mure reste marquée par le souvenir du passage de Napoléon lors de son retour de l’île d’Elbe en 1815. Au cœur du Dauphiné et de l’Histoire, la capitale de la Matheysine a été localité gallo-romaine, cité delphinale au Moyen Age, bastion protestant assiégé lors des guerres de Religion en 1580 puis bourg important animé par le commerce, l’artisanat et l’agriculture.

A la fin du XIXe siècle, le village se fait ville dotée d’importants équipements grâce aux retombées des fameuses « mines de La Mure ». Affaiblie par la fermeture de celles-ci, en 1997, la cité retrouve peu à peu son dynamisme pour le plus grand plaisir de 5 300 Murois, des Matheysins et des touristes. Pour débuter la visite, prenez un peu de hauteur en rejoignant la colline du Calvaire.

Non loin des trois croix, vous découvrirez une vue imprenable sur la ville et les montagnes environnantes. Au départ de l’office du tourisme, prenez la première montée à droite (Chemin du Calvaire), courte mais un peu raide, sur environ 400 m. Redescendez en direction du centre-ville pour rejoindre l’Hôtel de Ville. Positionnez-vous du côté des escaliers de la façade Nord, pour apprécier l’architecture de celui-ci.

Poursuivez la visite en empruntant la rue du Château (derrière l’hôtel de ville) jusqu’au château de Beaumont. Descendez le boulevard Marcel Reymond (historien de l’art et artiste), première rue à gauche, vers le lycée et le jardin de ville. Après être passé devant le Théâtre, dirigez-vous vers la cour de l’école des Capucins, sur votre gauche.

Longez sur 100 m la place des Capucins et redescendez les escaliers pour rejoindre la rue Murette (1re à gauche), qui vous mènera à la halle (1843), au Musée matheysin et au beffroi (1720). En haut de la rue, vous découvrirez la halle sur votre droite et le Musée Matheysin sur votre gauche. Empruntez la Grande Rue à main droite.

Continuez tout droit puis prenez la rue Calemard (à droite) et tournez tout de suite à gauche, pour atteindre la place Pérouzat. A gauche de la banque, suivez la petite rue des Lavoirs. Passez sous le porche pour rejoindre la place Dr. Béthoux. Face à vous l’église Notre-Dame-de-l’Assomption. Pour les personnes à mobilité réduite ou avec poussettes, prenez la rue Bayard, à l’angle de la pharmacie, rejoignez la place du Dr. Béthoux en prenant la première rue à gauche. 

Empruntez ensuite la rue des Fossés sur votre gauche puis, au carrefour, l’avenue du Docteur Tagnard et rejoignez l’église Saint-Pierre-Julien-Eymard. Enfin, retournez sur vos pas jusqu’au carrefour, puis prenez la rue du Breuil sur votre droite pour rejoindre votre point de départ.

La Vizille, Le Domaine de Vizille est l’un des premiers sites touristiques de la région Rhône-Alpes : le château du XVIIe siècle, le musée de la Révolution française, des jardins sur une centaine d’hectares, une forêt avec des arbres centenaires, une roseraie et un parc animalier.

La Révolution Française a commencé au château avec "le serment du Jeu de Paume" de 1788 avant même l’assemblée de Versailles. Le château du XVIIème siècle abrite aujourd’hui le Musée de la Révolution française. Promenez-vous dans le parc dont une partie abrite un parc animalier.

Chateau de vizille le parc et le canal route napoleon guide du tourisme isereBerceau de la Révolution française, Vizille est située au cœur de trois vallées alpines : Belledonne, Oisans et Vercors. Commencez votre découverte par la Place du Château, située au centre de la ville. Une statue surnommée « Marianne », symbole de la Liberté y a été érigée en 1888 pour commémorer le centenaire de l’Assemblée de Vizille du 21 juillet 1788.

Cette assemblée revendiqua la convocation des États Généraux du royaume afin de réfléchir à un nouvel ordre politique. Cela suscita un grand engouement dans toute la France et le roi fut contraint de convoquer les États Généraux. Cette réunion dans la salle du Jeu de Paume du Château de Vizille est désormais connue comme l’acte fondateur de la Révolution française !

En suivant les panneaux « circuit historique », au niveau de la Place Stalingrad sur la droite vous entrez dans le quartier historique du Château de Paille. Ce bourg, présent dès 739 s’est développé au pied de l’éperon rocheux en contrebas du Château sur un espace pentu et exigu. Par sa position stratégique élevée il était protégé des invasions et des inondations de la Romanche mais pas des incendies qui ravageaient les maisons aux toits de chaumes, d’où son nom de Château de Paille.

Continuez votre découverte du vieux Vizille en direction du cimetière, Rue du Château du Roy puis Rue du Prieuré. Au cœur du cimetière se trouve un prieuré construit en 993 par l’Abbaye de Cluny qui devait être plus grand que la cathédrale de Grenoble. Il n’en reste qu’un portail avec tympan sculpté en marbre de Vizille classé monument historique en 1906.

Sortez du cimetière et descendez en direction de la Rue Général de Gaulle jusqu’à l’Église. Construite fin XVIIIe siècle, elle a remplacé une ancienne chapelle de pénitents et est devenue la première église vraiment paroissiale de la ville. A 50 m, vous verrez l’Hôtel de ville. De style classique, il a été édifié au XIXe siècle sur l’ancienne Place au Grain.

Le bâtiment se compose d’un portique avec une rangée d’arcades en calcaire et de deux étages dont la travée centrale est ornée d’un fronton et d’un campanile. Revenez ensuite sur le Place du Château et empruntez la grande porte d’accès au Domaine de Vizille. 

Grenoble, avec L’auberge les Trois Dauphins où a logé Napoléon, est devenue l'Auberge Napoléon, au n°7 de la rue Montorge. Une plaque, rue de Bonne indique la porte par laquelle il fit son entrée dans la ville. La place Grenette fût l'emplacement du campement des 150 soldats qui ont suivi Napoléon dans sa reconquête du pouvoir.

L isere au niveau de gieres route napoleon guide touristique isereGrenoble présente de nombreuses richesses hiver comme été. Amateurs de patrimoine ou de sciences et techniques, ses sept musées vous ouvrent leurs portes. La vieille ville offre de vraies surprises, telle que la Cathédrale de Notre-Dame et son étonnant "ciborium".

Vous êtes à Grenoble, ville sertie de montagnes, qui ne culmine pourtant qu’à 212 mètres d’altitude et revendique le fait d’être la plus plate de France ! Véritable carrefour des Alpes, Grenoble mixe à merveille culture, innovation et grand air. Riche de plus de 2000 ans d’histoire, les possibilités pour découvrir son patrimoine et son atmosphère sont donc nombreuses…

Pourquoi ne pas commencer votre visite par l’emplacement de l’ancienne Porte de Bonne ? En effet, c’est au bout de l’actuelle rue de Bonne que se trouvait l’ancienne porte par laquelle Napoléon a fait son entrée dans la ville en 1815. Une plaque commémorative se trouve à l’angle de la rue. Au bout de la rue, prenez à gauche et rendez vous sur la Place Grenette.

C’est sur cette place qu’ont bivouaqué les 150 soldats qui ont suivi Napoléon dans sa reconquête du pouvoir. Aujourd’hui de nombreux bars animent cet espace qui fait le lien entre le quartier historique de la ville et l’hyper centre actuel (place Victor Hugo). Au bout de la place, prenez à gauche, rue Montorge : Napoléon y logea, du 7 au 9 mars 1815. Il avait pris une chambre au 1er étage de l’auberge des trois dauphins (aujourd’hui café Jules Vernes) qui se trouve à côté de l’actuelle Auberge Napoléon.

On peut encore voir trois moulures de dauphins sur la façade de l’ancienne auberge. Poursuivez votre balade en déambulant dans le Jardin de ville. Idéal pour un piquenique, cet agréable jardin se compose d’un vaste espace boisé et d’un jardin de fleurs occupé de nos jours par une roseraie. Le duc de Lesdiguières le fit aménager au XVIIe siècle à proximité de son hôtel particulier qui accueille aujourd’hui la Maison de l’International.

Avancez jusqu’au départ du téléphérique de la Bastille et remontez la rue H. Berlioz qui longe le jardin pour rejoindre ensuite la place Saint-André. Dominée par deux édifices majeurs de l’histoire de la ville, le Palais du Parlement et la collégiale Saint-André, elle accueille aussi le Café de la Table Ronde, plus vieux café de Grenoble, et deuxième plus vieux de France, ouvert en 1739 !

Au centre, la statue du chevalier Bayard. Votre découverte de la ville se poursuit par la place aux Herbes, puis la place Notre-Dame, carrefour prisé pour ses terrasses et ses restaurants d’ici et d’ailleurs. Là, la fontaine des Trois Ordres rappelle que la réunion du clergé, de la noblesse et du Tiers état du Dauphiné a été, en 1788, l’un des événements fondateurs de la Révolution française.

Suivez ensuite le tramway jusqu’à la place Sainte-Claire. Ses marchés alimentaires et de produits régionaux créent une animation quotidienne pour tout le centre-ville. La prochaine étape de votre  balade urbaine ? L’Office de Tourisme, situé non loin, qui saura vous conseiller sur de nouveaux quartiers à visiter !

La « marche de l’Empereur » : la Route Napoléon est l'une des plus belles voies alpines qui doit son nom à l’itinéraire emprunté par Napoléon Ier de retour d’exil. Une succession de panoramas extraordinaires qui traverse l’Isère du sud vers le nord.

En arrivant à Grenoble, dernière étape de son périple, Napoléon s'exclama : « Jusqu'à Grenoble, j'étais un aventurier, ensuite j'étais un Prince ! ». Et vous après avoir parcouru cette route que direz-vous !?!... (vous pouvez laisser vos commentaire en fin de page).

A découvrir :

• L'ascension de l’Obiou, qui domine le Trièves et la Maltheysine.

• Les abords de la base nautique du Sautet : via ferrata, tyrolienne, saut à l’élastique au pont de Ponsonnas. En toile de fond le Dévoluy, le Vercors, le mont Aiguille.

• De Corps à Mens : le Trièves offre des paysages magnifique, décor superbe ayant inspiré le romancier Giono. Ici, on s'immerge dans une nature jalousement préservée et l'on traverse des villages authentiques dont la population a su rester écologique avant la lettre. Un must pour la randonnée qui est fêtée en juin lors du Festival des randonnées du Trièves

• Faire les gorges sauvages de la Souloise depuis un bateau écologique permet de profiter du magnifique canyon où se déploient des merveilles géologiques.

• Monter dans un wagon des années 1930 pour découvrir les paysages somptueux du Vercors : le chemin de fer de la Mure se prend à Saint-Georges-de-Commiers

• Classé Monument historique, le château de Vizille abrite aujourd’hui le musée de la Révolution française.

Pour vous rendre à La Mure

Mens

Légère pluie 4 °C

Légère pluie

  • Min: 0 °C
  • Max: 9 °C
  • Vent: 18 kmh 38°

Nos coups de coeur sur La route Napoléon dans l'Isère

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de Rhône-Alpes

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans l'Isère avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 06/09/2017