Les routes touristiques en France

Route "A la découverte des gorges de la Loire" Circuit 1 (42)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 1 de la Route touristique "A la découverte des gorges de la Loire"

Sur les bords escarpés des gorges se mêlent landes, falaises, forêts. Ces milieux renferment des vestiges du passé qui prouvent une occupation très ancienne de l’homme et témoignent de l’intérêt stratégique de cette zone. Les gorges sont encore aujourd’hui un trait d’union entre les monts du Massif central et la plaine du Forez en particulier au niveau hydraulique. Ce lien est par exemple symbolisé par le canal du Forez.

Située en Haute-Loire, à la limite des anciennes régions administratives de l'Auvergne et de Rhône-Alpes, à quelques encablures du Forez et aux portes du Velay, Aurec-sur-Loire (km 0) est blotti dans une pittoresque boucle de la Loire. Dès l’arrivée sur Aurec-sur-Loire, c’est un fleuve beaucoup plus sauvage que vous découvrirez, une Loire plus tumultueuse, mais toujours avec de petites routes viroleuses et des paysages toujours aussi sympas. La commune s'étend sur les deux rives de la Loire mais le centre ancien se situe sur sa rive droite.

Ce petit bourg d'Aurec-sur-Loire aux allures médiévales, présente quelques bâtiments et ruines pittoresques. Le Château du moine sacristain, en plein cœur de la ville, abrite aujourd'hui l'office de tourisme. On peut s'y promener, ainsi que dans les jardins. Il abrite aussi un musée du vin.Le château de Chazournes, ancien château d'habitation, abrite aujourd'hui le collège des Gorges de la Loire.

Ne manquez pas le parcours de fresques murales. Ce parcours de fresques, composé de huit tableaux, vous guide dans la découverte du patrimoine médiéval exceptionnel d'Aurec. Véritable musée en plein air, l'ensemble offre une promenade historique, poétique, artistique et ludique, unique en son genre en somme. Sur les hauteurs de la commune, à Mons, une table d'orientation offre par temps clair une vue exceptionnelle.

Sortir d'Aurec-sur-Loire au cadre remarquable, en suivant la direction de Saint-Paul-en-Cornillon (6 km), via la D46, la route de Firminy, la D108 et la Route des gorges. Vallée, à la fois sauvage et animée, est dominée par des plateaux ayant conservé leur aspect rural traditionnel, propice aux randonnées. La petite commune de Saint-Paul-en-Cornillon s’articule autour de deux bourgs distincts, qui diffèrent radicalement de par leur positionnement géographique.

Saint paul en cornillon routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesLe bourg niché au creux d’un large méandre de la Loire, Saint-Paul, semble s’être développé autour d’un ancien prieuré bénédictin attesté dès le XIIe siècle sur la rive droite de la Loire et ayant tiré parti du relief plane formé à cet endroit par le fleuve. A l’inverse, celui de Cornillon s’est développé sur les contreforts du piton granitique imposant qui porte encore le château du même nom. Faisant la jonction entre les deux ensembles, un viaduc ferroviaire dit « les 9 ponts » vient compléter le panorama.

Pièce majestueuse du puzzle que forme ce magnifique village de Saint-Paul-en-Cornillon, le château de Cornillon se dresse fièrement au-dessus du bourg de Cornillon et domine les environs depuis un emplacement stratégique, qui permettait le contrôle du couloir reliant la vallée de l’Ondaine au bourg d’Aurec. Les premières murailles du château furent érigées au XIe siècle. Détruit, l'édifice fut reconstruit au XIVe siècle par des seigneurs de la Loire qui y rajoutèrent au fil du temps des éléments nouveaux. Le château est aujourd'hui une résidence privée, habitée, que son propriétaire restaure avec zèle.

Lorsque la brume envahit la vallée, on a vite fait de se croire au milieu des terres celtiques tant la silhouette du château perché en haut du Rocher rappelle les légendes d’outre-Manche. Blotti autour de son château, se trouve le Bourg de Cornillon, séparé par la route départementale du Bourg de Saint-Paul qui s'étend au creux d'un méandre de la Loire. La chapelle de Cornillon, située à l'intérieur des fortifications, faisait office de chapelle seigneuriale. Remarquable par son intérêt architectural du XIe siècle. L’abside romane présente des peintures murales très anciennes, mais recouvertes depuis le début du siècle par un badigeon.

En contrebas du rocher, le site des Neuf-Ponts fait face à un gué où les pêcheurs du dimanche se pressent. En vous arrêtant à Saint-Paul-en-Cornillon, prenez le chemin des Jonquilles, et laissez faire la magie du site et de ses histoires. Accessible par le chemin des Jonquilles, le Mont Fayn doté d’une table d’orientation, représente un très beau belvédère remarquable sur les Gorges de la Loire et le Pilat, avec le pont du Pertuiset en arrière-planVous risquez aussi d’entendre parler de géants, mais, rien d’inquiétant, ils sont occupés à forger...

Suivre la route des gorges et la D108, en direction de Pertuiset. Traverser la Loire par le Pont du Pertuiset (13 km). Vous voilà aux portes du Forez. Une voie d'origine préhistorique existait au gué de la Loire au lieu dit « Le Pertuiset ». Des restes en sont encore visibles sur la route de crête au dessus de l'ancien gué noyé par la création du barrage de Grangent. Par son caractère audacieux, ce pont suspendu constitue un élément architectural significatif dans le site grandiose des Gorges de la Loire. Il a été inauguré en 1989 sous le nom de « Pont du Bicentenaire de la Révolution », mais reste dans la mémoire de la population locale " le Pont du Pertuiset ".

En entrant dans le département de la Loire, par le sud, le fleuve Loire a creusé des gorges pour se frayer un passage dans le plateau granitique qui sépare les monts du Forez et le massif du Pilat. Ces gorges aux pentes abruptes compose une mosaïque de milieux naturels très contrastés : les paysages typiques de région de faible altitude alternent avec des secteurs plus montagnards dans les vallées des affluents du fleuve où pointent des falaises rocheuses. 

Dirigez-vous vers Caloire bordée par la Loire à l'est et au sud, via la D108 (17 km). Traverez Vareilles (18 km), La Roche (20 km) jusqu'à Chambles (23 km). La commune est situé dans les monts du Forez, culminant à 740 m d'altitude, sur la rive gauche de la Loire dont il domine les gorges, bénéficiant d'un panorama d'exception. Le charmant village de Chambles est une véritable découverte. cette situation stratégique explique la richesse historique de la localité où un oppidum gaulois est érigé au second siècle avant notre ère.

Chambles gorges de la loire presqu il du chatelet routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesAu Moyen Âge, lui succèdent un château à l'emplacement du bourg actuel au XIIe siècle, puis un château seigneurial sur le hameau de Vassalieux au XIIIe siècle et un troisième sur le site d'Essalois aux XIVe et XVe siècles. La Révolution marque la fin de cet âge d'or. S'il ne reste plus rien de l'ancien oppidum, le site étant désormais interdit avec la présence de trous et de fosses après que des fouilles archéologiques mirent au jour d'importants trésors comme des outils, amphores, le patrimoine historique de Chambles demeure très riche et justifie une balade jalonnée de nombreux édifices. 

Dans le bourg de Chambles, l'église romane Saint-Pierre du XIVe siècle a été restaurée en 1830 sur les bases d'une chapelle médiévale. De là, on peut visiter le cœur du village, où les traces de son aspect médiéval sont encore visibles comme les murs de fortification, les maisons anciennes. On poursuit cette promenade avec la tour de Chambles, haute de 18 m et aux murs fortifiés larges d'un mètre et demi. Datant du IXe siècle, ce donjon devait être intégré dans un système défensif plus vaste. Accessible jusqu'au sommet, elle offre un magnifique panorama sur les gorges de la Loire.

Admirez l'ancien prieuré de Notre-Dame de Grâce, qui pour ses parties les plus anciennes date du début du XVIIe siècle, restauré au XIXe siècle. Le site est resté également dans l'histoire pour un fait divers : en juin 1891, le tristement célèbre anarchiste Ravachol y assassina l'ermite Jacques Brunel… En contrebas du village de Chambles, la chapelle Sainte-Foy du Châtelet situé dans une clairière date du XIe siècle, elle vaut le détour.

Cette découverte du riche patrimoine local peut inclure l'ermitage du Val-Jésus du XVIIe siècle, les vestiges de la chapelle Saint-Roch du XVIIe siècle, ou encore le pigeonnier de la GardeOn citera encore le manoir de Vassalieu du XIIIe siècle, ancien fief seigneurial, plusieurs fois reconstruit.

A voir à quelques kilomètres au nord du village de Chambles, via la D108 le Château d'Essalois (31 km) du XIVe sièclese dresse sur un éperon rocheux dominant la LoireL’ensemble du château d'Essalois constitue par son volume et sa position l'un des points forts du paysage des gorges de la Loire. A l’intérieur, découvrez le Centre d’Interprétation des Gorges de la Loire, espace pédagogique sur le patrimoine de ce site classé des gorges de la Loire. Au sommet de la tour du château, vous bénéficiez d'une vue panoramique à 360° sur le fleuve, le barrage, et les monts du Forez.

Des sentiers de randonnées permettent de parcourir le site. Reposant et propice à la contemplation, le paysage se révèle être un terrain de randonnées à travers bois, crêtes escarpées et bord de Loire enthousiasmant.

La prochaine étape de cette escapade sera Saint-Rambert (41 km), en restant sur la D108. Saint-Rambert, ancien village gallo-romain et autrefois appelée Occiacum puis Saint-André-des-Olmes, fut pendant longtemps un lieu de pèlerinage. Les reliques de Saint-Rambert furent apportées en 1078. Saint-Rambert possède un patrimoine architectural important. Pour faciliter votre promenade, partez à la recherche de Jehan, le petit modillon échappé du chevet de la plus grande église romane du département. Fil conducteur du parcours,il vous permet de découvrir des panneaux explicatifs sur le riche patrimoine historique de Saint-Rambert.

L’église du quartier Saint-Rambert, appelée Saint-André date des XIème et XIIème siècles. Elle constituait, autrefois, avec le Prieuré, un monastère. Celui-ci fut fondé par douze moines bénédictins venus de l’Ile-Barbe entre 603 et 608. C'est la plus grande église romane du département, qui possède la caractéristique d'avoir un clocher et une tour porche. Les anciens bâtiments conventuels du prieuré qui abritent aujourd'hui le Musée des Civilisations.

La porte Franchise, seule porte appartenant à l'ancienne enceinte encore visible tient son nom du droit d’asile dont bénéficiaient les délinquants qui parvenaient à entrer dans l’enceinte du Prieurè. Selon, l’Abbé Signerin, c’est suite à la visite de François 1er en 1536 que la porte a conservé son nom. Celui-ci venu prendre possession du Comté de Forez, confisqué au Connétable de Bourbon aurait accordé quelques franchises communales.

La chapelle Saint-Jean du VIIe ou VIIIe siècle, située proche de l’église, fut construite par les moines de l’Ile-Barbe comme solution de remplacement en attendant que la grande église soit édifiée. Elle permettait de recevoir les ouvriers. Elle faisait également office de lieu de prière pour les moines et les manants.

Saint rambert chateau de grangent gorges de la loire routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesAprès avoir admirez les nombreuses maisons à pans de bois de Saint-Rambert reprendre votre véhicule pour vous dirigez vers Saint-Cyprien (47 km), situé au cœur de la plaine du Forez. Peuplée dès l'époque gallo-romaine, la commune de Saint-Cyprien posséderait encore un hameau au nom d'origine gauloise. Mais le village tel quel n'existe que depuis le Xe siècle lorsque le roi de Bourgogne octroya une charte à l'abbé du monastère de l'île Barbe.

En 1880, la construction du canal du Forez permet l’irrigation du village afin de limiter les effets des sécheresses. La plupart des terrains agricoles sont dits « séchants » et nécessitent cette irrigation pour avoir un rendement minimal. Avant la construction de la nouvelle route reliant Andrézieux à Saint-Cyprien, en 1818, la RD 498 et du pont sur la Loire, les diligences et autres chariots traversaient la Loire par un bac. Partez au Gour des Véroniques pour admirer le sentier thématique de la commune riche en surprises. Saint-Cyprien dévoile des paysages exceptionnels accessibles lors de randonnées balisées, à pied ou en VTT.

L'église de Saint-Cyprien a été construite au XIXe siècle sur les vestiges du premier édifice religieux. De style gothique, elle est placée sous le vocable de saint Cyprien, un martyr décapité au début du IIIe siècle de notre ère. Elle possède notamment des reliques de Saint-Cyprien, né en 210, évêque de Carthage, martyr, décapité par ordre de l’empereur Valérien en 258 à Curubis., ainsi qu'un clocher qui culmine à une quarantaine de mètres de hauteur.

Continuer vers Veauchette, via la D108 et la D54 (53 km). Au Moyen Age, Veauchette faisait partie de la paroisse de Veauche, bien que ces terres soient situées en zone inondable, les moines y avaient créé des étangs qui représentaient une source de revenus appréciable. En 1345 le prieur de Veauche qui avait fait construire les deux étangs dits « de Chazet », échangeait avec le comte de Forez Guy Vil la dîme qu’il percevait sur ces étangs contre un autre impôt. Ce n’est vraisemblablement qu’à la Révolution que Veauchette s’est érigée en commune.

L’église date du XVIIe siècle, agrandi d’une travée de façade vers 1880. Avec une abside arrondie et un transept à peine apparent, de style roman. A l’intérieur se trouve une bonne copie du crucifiement de Proudhon remise par l’empereur Napoléon III lors de son passage à Veauchette. Veauchette peut se vanter d’avoir un riche patrimoine historique dû à l’histoire du château de Sasselange et de ses propriétaires.

Le château de Sasselange situé à Veauchette a connu de nombreux propriétaires prestigieux. Parmi ceux-ci, les Rostaing, seigneurs de Veauchette, ont régné sur la commune pendant 300 ans. Le château porte les traces de différents siècles. Ainsi, la grande cheminée dans les anciennes cuisines date du XVe siècle. Les plafonds « à la française » des chambres du premier étage remontent, quant à eux, au moins au XVIIIe siècle. Ces chambres du château de Sasselange restent célèbres : d’après la tradition, l’Empereur Napoléon III et l’Impératrice y ont séjourné lors d’une visite au marquis de Sasselange en 1860.

Poursuivre vers Craintilleux (58 km) par la route dite de Veauchette. Le village a un passé riche d'histoire. dès 1116 une église relié à La Chaise Dieu existe. En 1233, le prieuré saint Léger est construit. Le village se trouve sur la route de Lyon à La Chaise Dieu, de 2001 à 2014 ,la commune était un membre actif du réseau des sites casadéens. C'est à ce moment là que prend naissance l'essor du village. En 1629, le Comte de Rostaing est seigneur de Craintilleux.

Au XVIIe siècle, la paroisse dépendait de l’élection de Montbrison et la Seigneurie appartenait au Grand Bailli du Forez. La nouvelle église Saint Léger de Craintilleux à été construite en 1858 dans le style ogival et il reste encore quelques tronçons de murs avec des amorces des voûtes de l’ancienne, près du clocher, dans le cimetière. L’intérieur a une nef avec chœur et transept, le tout voûté.

En 1863, le Maire lance une grande souscription pour permettre la construction d'un pont reliant craintilleux à Rivas. Le passage entre les deux rives était source de nombreuses noyades. La fontaine Saint Maurice situé sur la commune est une source historique connue depuis le xvie siècle.

Continuer vers Unias, via la D108 (62 km). Une villa romaine fut mise à jour, en bord de Loire sur la commune d’Unias à la fin du siècle dernier par un groupe d’archéologues de la région. Sur le passage d’une voie romaine, il existait à Unias encore au Moyen Age et même plus tard un gué pour franchir la Loire. Des travaux importants furent entrepris au XVIIe et XVIIIe siècle sur la Loire pour rendre le fleuve navigable entre Saint-Just et Roanne, on transportait alors le charbon sur les « Rambertes ». Ce charbon remontait jusqu’à Paris pour alimenter la Cristallerie de Sèvres.

L'église Saint-Barthélemy d'Unias est mentionnée au XIe siècle comme dépendant de l'abbaye de SavignyL’Eglise a un chevet en galets de la Loire et parement de briques. Témoin du temps, une croix en pierre de Volvic au bourg, ces croix servaient à indiquer les directions (Craintilleux – Boisset dans le cas présent).

Passez Boisset-lès-Montrond (65 km), Ce village est une étape agréable pour les randonneurs des voies vertes, entre sa rivière ombragée « la Mare », son pont-canal et la Loire qui se faufile sous les arches majestueuses du viaduc de l’ancien chemin de fer devenu piétonnier.

L'église Saint-Blaise du XIIe siècle domine le vieux village, construite sur le rocher qui surplombe la mare. A l'intérieur, on peut admirer la grisaille violette des vitraux, la beauté des marbres des autels, l'antique cuve baptismale ornée de sculptures celtiques et le chemin de croix moderne.  Remarquable de loin, son robuste clocher qui s’enorgueillit d’une charpente et d’une cloche du XVIème siècle, se pare la nuit d’une clarté bleutée.

L'itinéraire touristique des gorges de la Loire passera par Magneux-Haute-Rive, via les D105 et D6 (72 km). La première mention médiévale du village apparaît en 918 dans la donation faite à l'abbaye de Savigny de l'église Sainte-Marie, du prieuré de Alta Rivoria, des maisons, des champs, prés, moulins jusqu'au lieu-dit Buscio (Le Bois) ainsi que des vignes situées plus au sudEn 1183, l'église Saint-Martin dépendait de l'abbaye de l'Île-Barbe, probablement à la suite du rattachement du prieuré à celui de Sury-le-Comtal.

En août 1250, Guy Vcomte de Forez, revenu d'Orient depuis janvier, donna à son cousin Guillaume d'Acre, la moitié du château de Magneu et de sa seigneurie, se réservant la garde du prieuré. Ses descendants le gardèrent jusqu'en 1356Le Château de Magneu est aujourd'hui une propriété privée. Cette propriété de famille vous offre un lieu incontournable avec son jardin à la française, sa salle voûtée, sa charpente apparente en chênes du château, ses piliers en briques et sa cheminée. La restauration à l’identique de ce lieu d’exception lui donne un charme et une harmonie somptueuse.

Prendre la direction de Chambéon, via la D107 (75 km). Eau, air et terre, ces trois éléments sont réunis sur la commune de Chambéon pour le pus grand plaisir des habitants et des visiteurs. La commune de Chambéon est connue pour ses deux plans d'eau. Bien évidemment, le lien avec la terre est directement fait à Chambéon quand on connait l'origine de son nom : "champs bons". L'activité agricole fait évoluer au gré des saisons les paysages, qu'il est possible d'admirer à pied, à vélo, à cheval... dans les chemins et sur les petites routes de Chambéon

Qui dit Chambéon dit également Ecopôle du Forez, qui permet de découvrir le biodiversité et où des activités et animations sont régulièrement programmées.

Restez sur la D107, puis la D112 jusqu'à Cleppé (86 km). Cleppé situé dans le Forez, à la particularité d'être coupé en trois bourgs : le Bourg et le centre du village historique, près des vestiges du château ; Naconne, à quelque 2 km en direction de Feurs et l'Olme, autre bourg en direction de Montbrison qui flirte avec Poncins petite commune voisine. 

Chateau de cleppe routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesEn 1667, le château de Cleppé nommé aussi Château de Clappier est donné par lettres patentes par le roi de France, Louis Le Jeune, au comte Guy II pour récompense de services rendus. Au fil des siècles, le château devint une résidence des Comtes du Forez. Demeure favorite de la Comtesses Jeanne et de sa fille Anne Dauphine d’Auvergne et qu’un roi de France visita en 1452. Le château fut détruit au XVII siècle sur ordre de Richelieu. De cet ancien Versailles des Comtes du Forez, ne subsiste qu’une tour restaurée, devenue belvédère avec une table d’orientation d’où l’on admire les monts du Lyonnais, la plaine du Forez avec la Loire et les Montagnes du Soir.

L’Eglise de Cleppé d’origine romane était dédiée à Saint Martin. On peut y admirer, en particulier, les Fonts Baptismaux du XVII siècle et le clocher qui renferme une des cloches les plus anciennes du Forez. D’une belle facture, elle est datée de 1466. Divers petits patrimoines jalonnent la commune : une borne de justice entre Cleppé et Poncins, un lavoir à Naconne, plusieurs croix.

Poursuivre en direction de Nervieux, via la D112 (91 km)Le charmant petit bourg installé sur un contrefort qui domine la Loire possède un beau patrimoine architectural et naturel. Plusieurs châteaux prennent place sur le territoire de Nervieux, à l'instar de celui de Sugny, ancienne propriété du peintre Nicolas Cizeron, et de celui de La Salle. Aujourd'hui propriété privée, ce dernier laisse cependant apercevoir une très belle chapelle de style gothique.

En vous baladant dans Nervieux, vous vous laisserez séduire par l'église Saint-Martin de la fin du XIXe siècle où vous pourrez observer avec curiosité la cabane Jean Serpent. Située au cœur du bois de Riou, elle a hébergé Michel Vergne, surnommé Jean Serpent, car il chassait les vipères pour les apporter à l'Institut Pasteur qui exploitait leur venin. Derrière l'hôtel de ville, il est possible de profiter du grand parc. Ne manquez pas non plus d'emprunter le chemin de procession avec ses quatorze croix, ou d'aller admirer la chapelle des Chasseurs à La Brèche. Plusieurs lavoirs sont également visibles dans le village et ses environs. Ils sont accessibles via un très agréable cheminement piéton.

Traversez Saint-Georges-de-Baroille (97 km). A découvrir sur la commune la chapelle de Baroille, lieu de pèlerinage depuis le XIIe siècle. Ancienne église - mère du village. Oppidum de Chazy. La chapelle de Baroille du XIIIe siècle, clocher et murs remaniés au xvie siècle. Le Viaduc de Chessieux sur la Loire.

Passez Vézelin-sur-Loire, via la D38 et la D112 (105 km), pour arriver à Bully (115 km), via la D112 et D203. L’histoire de Bully provient essentiellement de l’existence des mines d’anthracite situées à Fragny dont il reste aujourd’hui en vestige une cheminée sur une propriété privée. Le promeneur s’étonne de rencontrer, en pleine nature, cette haute cheminée restée debout alors qu’alentour, toute trace de construction a à peu près disparu.

La marina du cap de Bully est le premier port à partir de Roanne. Il peut accueillir jusqu’à cent bateaux, il offre aux amoureux de la plaisance et de la pêche aux carnassiers d’excellentes conditions.

Ce circuit passera par Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire (122 km), via la D203. Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire, Village de caractère prend place de chaque côté de la Loire. Les paysages alentours, la nature préservée et les vieilles pierres à découvrir le temps d'un séjour dans les environs sauront séduire les amateurs de villages de charme. Ne manquez pas de vous arrêter à l'Office de Tourisme pour obtenir les clés du charmant petit musée de la maison du Curé, cela mérite le détour.

Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire séduit les visiteurs par son caractère médiéval et ses ruelles à forte pente qui lui confèrent un charme certain. D'origine très ancienne, comme en témoignent les différents bâtiments et autres monuments à découvrir sur place. Pleine d'intérêt, l'église Saint-Maurice dévoile un superbe chœur entièrement recouvert de fresques datant du XVIIIe siècle. Non loin de là, l'église Saint-Jean est plus récente, elle présente notamment un clocher-porche du XIIe siècle.

En vous baladant dans les ruelles du village de Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire, ne manquez pas d'admirer le manoir du Cadran Solaire ou celui de La Mure, tous deux édifiés au XVIe siècle. Plusieurs ateliers d'artisanat local peuvent être découverts sur place à l'instar d'un atelier de poterie ou d'une fonderie artisanale. Plusieurs sentiers de randonnées balisés permettent d'apprécier la faune et la flore locales et de découvrir le patrimoine historique de Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire.

Saint jean saint maurice sur loire village de caractere de loire routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesDu haut de son imposant donjon du XIIème siècle, le point de vue sur la Loire est unique ! Par son site en balcon sur la Loire, Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire offre un point de vue sur la retenue du barrage de Villerest construit en 1982.  Au pied du village Saint-Maurice se trouve le port de La Caille. Véritable balcon dominant le fleuve. Laissez-vous séduire par ses points de vue remarquables : oppidum celte, église, donjon, remparts, fresques, manoirs renaissance...

Filez en direction de Villerest, via la D18 et la rue Saint-Sulpice (134 km) situé en bordure de la Loire. La richesse du patrimoine naturel et architectural de Villerest séduit tous les visiteurs de passage. Son patrimoine architectural et paysager particulièrement riche est le fruit d’une très longue histoire qui commence au paléolithique et est intimement liée au fleuve Loire. Il y a plus de 25000 ans les chasseurs-cueilleurs établissaient déjà un campement de plusieurs cabanes au Saut du Perron, aujourd'hui submergé sous les eaux du lac créé au début des années 1980 par le barrage destiné à régulariser le débit du fleuve.

Le principal attrait touristique de Villerest est sûrement son village médiéval fortifié qui embellit le centre historique. Ce bourg et ses remparts présentent un ensemble de ruelles anciennes avec des maisons à colombages typiques du Moyen Âge ou encore des demeures datant de la Renaissance, comme la maison du Dauphin. A l'intérieur des remparts, l'église dédiée à saint Priest et à saint Jean-Baptiste ne manque pas d'intérêt avec son abside du XIIIe siècle et son style mêlant l'art roman auvergnat et bourguignon.

Situé sur un éperon rocheux s'avançant sur la Loire, l'oppidum vitrifié de Lourdon est un site privé ouvert lors des Journées du Patrimoine. Une statue de Vierge de Lourdes a été élevée au XIXe siècle sur les vestiges. Le musée de l'Heure et du Feu  est un musée sur l'histoire du feu et des instruments pour le fabriquer, installé dans un ancien logis forézien. Il permet également de découvrir un logis typique de la région avec une reconstitution d'une cuisine rurale du XIXe siècle avec d'anciens ustensiles et une collection d'horloges, pendules et autres montres. 

Situé après le barrage, le train touristique des belvédères permet d'effectuer une promenade le long du lac de Villerest, du barrage de Villerest et de magnifiques paysages. Situé dans les gorges de la Loire, le lac de Villerest est un paradis. Aménagé, il présente deux ports de plaisance, ainsi que de nombreuses activités nautiques. Des aires de pique-nique sont également installées un peu partout, et des circuits pédestres permettent de faire le tour du lac.

Pour la dernière étape de ce circuit  des gorges de la Loire, prendre la direction de Roanne, via la route de la Mirandole et la D53 (140 km). Située sur les bords de la Loire, en région Auvergne-R hône-Alpes, Roanne est une ville riche de plus de 2 000 ans d'histoire. Celle que l'on appelait Rodumna, à l'époque gallo-romaine, conserve encore aujourd'hui de nombreuses traces de ce passé glorieux, à travers ses monuments, mais également sa culture.

Les amateurs d'histoire et de belle architecture trouveront leur bonheur en déambulant dans les rues animées de ce joyau de la Loire. De sa splendeur antique, Roanne a su conserver de nombreux vestiges. Les monuments religieux à découvrir ne manquent pas à Roanne, et le plus beau d'entre eux est sûrement l'église Saint-Etienne toute en pierres dorées et roses. L'église Notre-Dame des Victoires, l'église Sainte Anne, ou encore l'église Saint-Louis, édifice de style roman construit à la fin du XIXe siècle, ne manquent pas non plus de charme. Construite en 1630, la chapelle Saint-Nicolas-du-Port fut bâtie par les mariniers angoissés à l'idée de voir arriver la peste dans leur ville. Elle s'élève toujours aujourd'hui non loin des quais du port de plaisance.

Outre le patrimoine architectural et les rues commerçantes du centre-ville de Roanne, le visiteur pourra également partir à la découverte du musée Joseph Déchelette, situé dans un hôtel particulier du XVIIIe siècle, qui expose des collections d'archéologie, de peintures, de sculptures et de céramiques. Située dans une ancienne maison médiévale, la maison des Métiers d'art de Roanne, dans le centre historique, accueille différentes expositions temporaires.

Halte gastronomique réputée, Roanne est aussi une ville fluviale disposant d'un agréable port de plaisance dont les quais, le long du canal, incitent à la flânerie. Le port de plaisance est l'un des grands attraits touristiques de Roanne, situé en plein centre ville.

Fin de cette première étape de cette Route touristique "A la découverte des gorges de la Loire".

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 2 de la route touristique "A la découverte des gorges de la Loire".

Pour vous rendre sur la route touristique "A la découverte des gorges de la Loire"

Couvert

Aurec-sur-Loire

12 °C Couvert

Min: 12 °C | Max: 12 °C | Vent: 18 kmh 212°

Le saviez-vous ?

La Ramberte

Embarcation longue de vingt-cinq mètres, large de quatre mètres, pouvait transporter vingt-cinq à trente-six tonnes de charbon. Plusieurs milliers de barques ont descendu la Loire entre 1704 et 1850. En 1830, la marine sur la Loire s’achève suite à la première ligne de chemin de fer française reliant Saint-Étienne à Andrézieux.

La famille des Rostaing

Le marquis Just-Antoine-Marie de Rostaing. Ce haut personnage historique participe, dès 1778, avec Lafayette, aux combats de la guerre d’indépendance des colonies anglaise ? en Amérique aux côtés des Américains. Le prestige d’avoir participé à la création d’une nouvelle nation et ses idées libérales nouvelles font du marquis de Rostaing un véritable héros.

Nos coups de cœur sur la route touristique "A la découverte des gorges de la Loire"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de Loire

Préparez vos vacances sur la route touristique "A la découverte des gorges de la Loire" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "A la découverte des gorges de la Loire" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 09/09/2021