Les paysages Romanesques sur les traces de George Sand (Indre)

La Route touristique des paysages Romanesques sur les traces de George Sand

De la Vallée Noire à Gargilesse, les paysages berrichons évoquent irrésistiblement l’atmosphère des romans de George Sand.

La douce région de Nohant, dans l’Indre, ne fut pas pour George Sand un simple lieu de villégiature. La romancière a nourri son œuvre, à la fois champêtre et socialement engagée, de ce décor bucolique, de ces paysages et de ces habitants.

On retrouve aujourd’hui sur la route touristique des paysages Romanesques sur les traces de George Sand, parfaitement conservés, les lieux qui l’ont inspirée tels que le moulin d’Angibault, le château de Boussac ou le bois de Chanteloube.

L’occasion pour chacun de découvrir sur ce parcours touristique, un univers empli de poésie. Une région qui n’a rien perdu de son mystère ni de sa beauté, habitée encore par le fantôme de la dame de Nohant.

Si George Sand est omniprésente sur ce circuit touristique que ce soit à travers les noms des rues ou dans les environs, où l'on découvre les sites décrits dans ses romans comme le moulin d'Angibault à Montipouret, la Mare au diable à Mers-sur-Indre, la forteresse de Sarzay, le château du Petit Coudray à Verneuil-sur-Igneraie, le parc des Parelles à Crevant...

Il ne faut pas oublier Gargilesse, ce petit village de la Vallée des Peintres, labellisé « Plus beau village de France », tant aimé de l’écrivain où elle avait sa maison secondaire, la Villa Algira.

On ne peut clore le chapitre sur George Sand sans vous parler du fameux moulin d’Angibault et son air d’un autre temps ; des villages aux doux noms aussi charmants que leurs clochers : Lys-Saint-Georges, Sarzay, Montlevicq, Le Magny, Chassignolles, Verneuil-sur-Igneraie et ses potiers de la Vallée Noire…La basilique de Neuvy-Saint-Sépulchre classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Berry de George Sand regorge de souvenirs : En assiettes, en statues, dés à coudre en porcelaine, baromètres, sabots peints, calendriers et autres produits dérivés, la figure sandienne demeure omniprésente en Berry. 

Vous voici à présent sur la route des plus beaux sites sandiens après un passage obligé à la librairie du domaine !

La Route des paysages Romanesques sur les traces de George Sand en auto, moto, camping-car, en autocar, à vélo...

Les paysages Romanesques sur les pas de George Sand d'une distance de 84 km peut commencer à partir de Neuvy-Saint-Sépulchre (km 0). Commencer par la visite de la basilique romane du XIème et XIIème siècles avec rotonde, sur le modèle du Saint Sépulchre de Jérusalem, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO au titre des chemins de Saint Jacques de Compostelle.

Neuvy saint sepulchre basilique saint jacques le majeur routes touristiques dans l indre guide du tourisme centre val de loireC'est une pépite d'architecture romane, la rotonde de la basilique fut édifiée par Eudes de Déols du XIe au XIIe siècle et accueillit ensuite quelques gouttes de sang du Christ rapportées des Croisades.

A voir à Neuvy-Saint-Sépulchre : la Tour médiévale, les Halles aux piliers métalliques, Puits...Après cette halte accueillante sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, prétexte à de belles rencontres avec celles et ceux qui vous initieront à leur Berry en toute simplicité. Prenez la direction de Lys-Saint-Georges via la D74 et D69 (7 km).

Lys-Saint-Georges nichée sur une colline qui domine la rivière "Le Gourdon", petit village de la Vallée Noire dont George Sand a écrit : "une paroisse au nom poétique et au paysage sublime".

En flanant, vous pourrez admirer : le château du XIVème - XVème - XVIème siècle, l'église Saint-Léger du XIIIème  siècle, la maison du Parlement, la maison du jardinier avec une reconstitution d'un intérieur berrichon. Sur la route de Neuvy, la léproserie ou la maladrerie ancien hôpital avec une chapelle du XIIIème et un magnifique point de vue sur la "Vallée Noire".

Le château de Lys-Saint-Georges, qui se trouve au cœur de la Vallée Noire, a été construit sur une ancienne forteresse médiévale. De cet ancien château, probablement édifié au XIIème siècle, reste la haute tour de pierre, le donjon, que vous pouvez voir côté rue. A l'origine, la forteresse était composée de 11 tours, de murailles et d'un pont-levis qui enjambait les douves.

On raconte que le château, et par conséquent le village, doit son nom à un traité de réconciliation qui aurait été signé dans le château entre Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion. On comprend facilement l’appellation de lys, qui symbolise les armes du Royaume de France, et Saint Georges, qui est le Saint Patron de l'Angleterre. C'est au XVIème que la famille Bertrand fait ériger l'important logis que vous pouvez toujours admirer.

Quittez Lys-Saint-Georges pour Mers-sur-Indre via D19 et D38 (14 km). Le Château du Magnet se trouve sur la commune, visiter l'église Saint-Martin et surtout la Mare au Diable. La Mare au diable n’est pas loin, elle se trouve dans le bois de Chanteloube, elle n’est pas bien grande ni bien profonde. Une croix en bois est toujours plantée en son milieu.

De là, on rejoint à quelques kilomètres Montipouret et son moulin d’Angibault. Le premier est le décor de François le Champi, le second du Meunier d’Angibault, de même que le magnifique château de Sarzay un peu plus loin, tout droit sorti des brumes d’Irlande. Le moulin est alimenté par la Vauvre, affluent de l’Indre.

Moutipouret via D69 (16 km) passer au Moulin d'Angibault, George Sand est tombée sous le charme de ce lieu unique et en a fait un personnage de roman que l'on retrouve dans le Meunier d'Angibault.

Moutipouret le moulin routes touristiques dans l indre guide du tourisme centre val de loireVisiter l'église Saint-Martin : la partie la plus ancienne est un fragment de chœur du XIIe siècle, orné de quatre colonnes à chapiteaux à feuillages. Le portail du XIIIe siècle, placé sous le clocher, est désaxé par rapport au chœur. La chapelle du nord est voûtée avec liernes et tiercerons. Situé sur la place devant l'église, admirer la Croix : elle date du XVe siècle, elle a des soubassements et emmarchements remarquables.

Déplacez-vous vers le village de Sarzay via D49 et D41 (23 km). Site exceptionnel par son histoire, sa conservation et son authenticité, la forteresse de Sarzay fût bâtie vers le milieu du XIVème siècle par le Seigneur Matthieu de Barbançois. L'édifice servit de cadre à George Sand pour son roman Le Meunier d'Angibault (1844), dans lequel il est décrit comme un castel assez élégant ou un manoir antique.

Le Château de Sarzay est un des principaux sites sandiens. Sortie intacte de la guerre de cent ans, des guerres de religion, de la fronde, de la révolution et du temps qui passe, elle est aujourd'hui l'un des monuments les plus photographiés. De nombreuses salles meublées ont conservé leur authenticité. Le sommet des tours, où se situe une superbe charpente, permet de découvrir la beauté du paysage.

Des douves profondes restaurées, la chapelle et la halle complètent la beauté du site. Depuis 1983 et sans relâche, Richard Hurbain - le propriétaire - s'attache à lui redonner son aspect d'origine qui en fait tout son sens. Avant de partir de poursuivre votre circuit sur la route touristique des paysages romanesques visiter l'église Saint-Pierre.

Prenez la direction de Fougerolles via la D41 et D927 (31 km). Essayez de trouver le Chêne des Pendus du XVe siècle : planté selon la légende, il est situé sur la commune de Saint-Denis-de-Jouhet mais est la propriété de Fougerolles.

Au cœur du bois de Villemort, il aurait été planté par le seigneur de Rochefolle, égaré lors d'une chasse, en contrepartie de l'aide d'un vieillard. Son nom lui vient de son rôle lors des battues au loup : il servait à y suspendre les carcasses des fauves.

Sur la commune de Fougerolles se trouve deux châteaux. Le Château féodal de Fromenteau du XVe siècle : il ne reste plus que son pigeonnier, visible depuis la RD 927. Il compte 1 400 niches. Une autre tour est recouverte sous les broussailles. Et le Château féodal de Rochefolle : il fut bâti à la lisière de la forêt de Villemort. De forme approximativement quadrangulaire, il occupait une position forte au-dessus du Gourdon. 

Admirer l'Abbaye de Varennes du XIIe siècle : abbaye cistercienne fondée sur l'emplacement d'une installation antérieure des disciples de Saint Benoît du vie siècle qui a été détruite. Abandonnée depuis la Révolution, il reste l'église abbatiale, ouverte au public en été, et deux logis (la Maison de l'abbé, 1699 ; la Maison du prieur, 1725) devenus propriétés privées, ainsi que des communs.

Sarzay le chateau routes touristiques dans l indre guide du tourisme centre val de loireVisiter l'église Saint-Pierre du XIIe siècle : elle date en grande partie du xiie siècle mais elle a bénéficié de restaurations au XIXe siècle qui lui donnent son aspect actuel. À l'intérieur, la pierre tombale d'un abbé de Varennes, Jean VI, est exposée.

Ensuite, prendre la direction de Saint-Denis de Jouhet la D19 (35 km). Visiter le prieuré de Saint-Denis de Jouhet. Les bâtiments du prieuré situés à 1 100 mètres au sud-est de l’église St Denis, au lieu dit encore le Prieuré, servirent de logement à un certain nombre de chanoines gouvernés par un prieur qui était en même temps chapelain de l’église.

L’appartenance berrichonne de cette église Saint-Denis est contrebalancée par d’évidentes affinités limousines. Au moyen-âge, elle formait un prieuré de l’abbaye augustinienne d’Aureil, non loin de Limoges.

Le paysage ondulé de la Marche dans lequel elle s’inscrit, le granit qui constitue son gros œuvre, ce granit rosé sur lequel les joints à la chaux dessinent un quadrillage blanc, tout cela annonce au visiteur qui atteint le bourg en venant des plaines berrichonnes, qu’il vient de pénétrer dans un autre milieu géographique et artistique.

Trois châteaux se situe sur la commune de Saint-Denis de Jouhet : le Château de Seguières (privé) : sa tour domine la vallée du Gourdon. Le Château de Fourson (privé) : maison forte du XVe siècle et le Château de Lusignan (privé) : c'est une belle maison de maître au bord d'un bois.

Au lieu-dit "Les Mottes" : à la sortie du bourg, sur la gauche, en direction de Chassignolles, il y a des vestiges d’une motte féodale fossoyée intégrée au jardin d’une belle maison de maître. Le Moulin Dumont est la plus vieille maison (privé) de la commune, elle porte sur son linteau de porte la date du 9 mai 1642.

Avant de quitter Saint-Denis de Jouhet  flaner au parc paysager de "La Pommeraie" ouvert au public. Aménagé sur 3ha de prairie en plein bocage berrichon, ce sont 7 jardins plantés de pommiers qui chacun à leur façon vous parlent du fruit, de son histoire et de ses techniques de formation.

Une collection de Reinettes dont certaines très anciennes, le Clos des Belles, théâtre de verdure orné de pommiers formés en vases Médicis et autres colonnes spiralées, une pergola reproduisant l'architecture d'un cloître palissée de variétés connues depuis le Moyen-Age et un jeu de cache-cache en charmilles planté de la fameuse Pomme d'Api.

Ces différents jardins font appel à des techniques en voie de disparition, tombées en désuétude mais reflétant une époque où le beau et le bon se mariaient parfois magnifiquement. La Pommeraie Idéale tient avant tout d'une démarche artistique sur le très long terme.

Votre promenade bucolique finie continuez votre escapade touristique vers La Buixerette via D72 (42 km).  Visiter l'église Saint-Mandé : église à nef unique, ornée d’un clocher carré à flèche octogonale. À l’intérieur, chœur à chevet plat. L’église a gardé de nombreuses statues en particulier celles de saint Mandé, patron de la paroisse, de Saint Maurice et de saint Blaise patron des laboureurs. 

Vous serez sans doute surpris par le Chêne Rond : un arbre au port remarquable situé au lieu-dit éponyme. Il est remarquable non tant par sa taille (4,80 m de circonférence) que par son houppier ; une multitude de branches droites partent toutes ensemble d’un tronc assez court, un peu comme un palmier.

Prochaine étape de votre circuit touristique le village d'Orsennes via D72 (53 km). A voir le Château du Breuil-Yvain du XVe et XVIIIe siècles et l'église Saint-Martin. Puis, votre chemin vous emmène à Gargilesse-Dampierre, via la D39 et D91 (61 km). Le village est une halte incontournable pour tous les amoureux en quête d’un week-end romantique, suivant l’idylle de George Sand et de son dernier amour, Alexandre Manceau.

Gargilesse dampierre vieilles maisons plus beau village de france les routes touristiques dans l indre guide du tourisme centre val de loireEn chef de file du romantisme, George Sand s’établit à Gargilesse-Dampierre. L’auteure vient fréquemment dans son petit refuge de l’Indre pour retrouver le calme propice au travail d’écriture. Intéressée par la chasse aux papillons, elle y séjourne à plusieurs reprises et découvre un papillon très rare qui donne son nom à sa petite maison secondaire de Gargilesse, la Villa Algira, achetée par Alexandre Manceau en 1857.

La maison présente aujourd’hui  une collection de ses effets personnels, témoins de ses nombreuses passions et de sa vie quotidienne en Berry. Classée parmi les Plus Beaux Villages de France, Gargilesse a accueilli aussi un grand nombre de peintres impressionnistes séduits par la vision de ses maisons aux toits pentus, harmonieusement regroupées autour du château.

Ce petit village d’artistes situé au cœur de la Vallée de la Creuse garde les traces d’Armand Guillaumin ou Léon Detroy qui, comme Monet ou plus tard Francis Picabia, posent leur chevalet sur les rives de la Creuse. Fort agréable, la promenade autour de l'église et du château dévoile un bel ensemble de maisons aux toitures pentues.

Dernière étape de votre périple touristique sur les traces de George Sand, le village de Cluis via D75 (74 km). Admirer le Château de Cluis-Dessous  du XIIe et XVe siècles : il accueille tous les étés des chantiers de restauration. Le Château de Puy d’Auzon du XIXe siècle : c'est la résidence à partir de 1832 d'Étienne de Saint-Martin (1831 - 1911), député de l'Indre, conseiller général, maire de Cluis. Il abrite aujourd'hui un centre d'aide par le travail.

Visiter l'église Saint-Paxent du XIIe siècle, la Chapelle Notre-Dame-de-la-Trinité XVe siècle : le pèlerinage de la Trinité débute à la chapelle et le Manoir de Cluis-Dessus du XVe et XVIIe siècles : l'ancien château des Gaucourt est occupé par la mairie. Admirer la Tapisserie d'Aubusson : les tapisseries sont conservées dans la salle du conseil de la mairie, datent des xviie et xviiie siècles. 

A voir aussi les Halles du XVIIe siècle et la Bibliothèque François-Bailly : on y trouve des sarcophages de bois du Xe siècle.

Retour sur Neuvy-Saint-Sépulchre via D990 et D927 (84 km) pour finir la boucle de ce circuit touristique.

Carnet pratique de la Route touristique des paysages Romanesques sur les traces de George Sand

Les incontournables de cette route touristique

Visites

  • Moutipouret

Moulin d'Angibault : site web

  • Gargilesse

Au cœur des vieilles ruelles de Gargilesse, la maison de Léon Detroy est ouverte au public et présente ses œuvres dans un écrin personnel et intimiste. L’artiste, malheureusement méconnu, est pourtant une figure majeure parmi les peintres impressionnistes de la vallée de la Creuse.

L’été, le son de la harpe guide les visiteurs jusqu’à la belle église romane qui accueille chaque année le Festival de Harpe, un des grands rendez-vous de musique en Berry.

À voir également, la villa Algira, petite maison-refuge de George Sand, aujourd'hui transformée en musée dédié à la romancière

Plus d'information

Lys-Saint-Georges : site web

Mers-sur-Indre : site web

Sarzay : site web

saint-denis de jouhet : site web

Cluis : site web

Maison de George Sand : site web

L’office de tourisme de Gargilesse-Dampierre vous accueil les lundi, mercredi, jeudi, vendredi de 14h00 à 17h00

Le samedi de 9h30 à 12h00 dans les locaux de l’agence postale communale - 02.54.47.85.06 ou 02.54.25.53.46 - office-tourisme.gargilesse@wanadoo.fr

Gargilesse-Dampierre : site web

Pour vous rendre sur la Route des paysages Romanesques sur les traces de George Sand

Neuvy-Saint-Sépulchre

Nuageux 20 °C

Nuageux

  • Min: 20 °C
  • Max: 20 °C
  • Vent: 8 kmh 110°

Le saviez-vous ?

George Sand est une figure exemplaire du mouvement romantique, au XIXe siècle, dont elle a incarné les idéaux et les combats. Elle a osé, au risque et au mépris du scandale, s’affranchir des conventions pour mener une vie de femme libre.

Passionnée, elle a aimé l’amour, avec le poète Alfred de Musset, puis avec le compositeur Frédéric Chopin, ses deux plus célèbres amants. Courageuse et volontaire, elle s’est battue, à une époque où les lois imposaient aux femmes d’être sous l’entière dépendance des hommes, pour l’égalité des sexes.

Elle a lutté aussi, aux côtés du peuple et des pauvres, contre les inégalités et les injustices. Et puis elle a écrit, beaucoup, et s’est illustrée surtout, avec des œuvres comme la Mare au diable et la Petite Fadette, dans le genre du roman champêtre, qui célèbre la nature et la vie paysanne.

À toi de jouer : aide George Sand à retrouver trente plumes d'écrivain dans le salon de sa maison de Nohant et découvre douze différences entre l'original et la copie d'une de aquarelles de cet écrivain.

Nos coups de coeur sur la Route des paysages Romanesques sur les traces de George Sand

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de l'indre

Préparez vos vacances dans l'Indre avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans l'Indre avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 18/05/2018