Route sur les traces des Gallo-romains

La Route Sur les traces des Gallo-romains en Haute-Marne

Antérieurement à la conquête romaine, le territoire qui forme aujourd'hui le département de la Haute-Marne était occupé par les Lingones, l'un des peuples les plus anciens et les plus puissants des Gaules. Cantonnés sur la limite de la Belgique et de la Celtique, ils confinaient, au nord, avec les Remi et les Leuci ; au sud, avec les Aeligdui ; à l'ouest, avec les Senones et les Tricasses ; à l'est, la Saône les séparait des Sequani.

Ils avaient pour capitale Langres, qui a pris le nom du peuple, mais qui s'appelait auparavant Andomadunum. Leur capitale, Langres, implantée sur un site de hauteur, se trouvait au carrefour des grands axes routiers, et leur territoire bénéficiait de nombreux avantages : fertilité des terres, abondance des sources, nombreux sites de hauteur naturellement protégés.

L’époque gallo-romaine, qui s’étend pendant les cinq premiers siècles de notre ère, a vu le développement d’une civilisation utilisant la pierre comme élément essentiel de construction. Révélés par des fouilles archéologiques, des vestiges en sont parvenus jusqu’à nous, à la ville comme à la campagne à découvrir surcette route touristique "Sur les traces des Gallo-Romains en Haute-Marne d'une distance de 58 km.

Ainsi que les autres peuplades gauloises, les Lingons reconnaissaient, sous le nom de Diex, et non Dis, comme plusieurs auteurs l'ont écrit, un esprit souverain et créateur de l'univers, un Dieu qui punit le vice et récompense la vertu. Ils croyaient aussi à l'immortalité de l'âme.

C'était en plein air, au sein des forêts, que s'accomplissaient leurs mystères sacrés. On retrouve encore, en plusieurs endroits de la Haute-Marne, de ces grandes pierres druidiques sur lesquelles ils sacrifiaient à leur divinité.

Votre escapade passera par Facerolles où dans le bois de Montgessey furent retrouvés, en 1980, les vestiges d'un mausolée d'époque gallo-romaine et la voie de la Blaise, une voie romaine qui allait de Langres à Reims.

Une grande villa gallo-romaine se trouve sur votre chemin sur la commune d'Andilly-en-Bassigny. Découvert et partiellement détruit lors de la construction de la ligne de chemin de fer de Chalindrey à Mirecourt en 1879, le site fut tout d'abord fouillé en 1895 par le curé du village, Virgile Multier (1859-1932).

Pour finir votre circuit touristique : Bourbonne-les-Bains connue pour son thermalisme et ses eaux bienfaitrices.

La Route Sur les traces des Gallo-romains en Haute-Marne en auto, moto, camping-car, en autocar, à vélo...

Nous vous proposons de commencer votre parcours touristiques à partir de la commune de Faverolles (km 0) au sud de Chaumont. Dans le bois de Montgessey furent retrouvés, en 1980, les vestiges d'un mausolée d'époque gallo-romaine. Il se trouve juste contre la voie romaine, dans un enclos carré d'une trentaine de mètres de côté, entouré par un fossé et un talus intérieur.

Site du mausollee pres de faverolles routes touristiques dans la haute marne guide du tourisme grand estIl fut construit à l'époque augustéenne, à l'extrémité du domaine d'un lingon de haut rang social. C'est le seul exemple de mausolée de cette époque dans le nord de la France. Il est comparable au mausolée des Julii aux Antiques de Glanum, à Saint-Rémy-de-Provence ou à celui d'Orange, quartier de Fourches-Vieilles.

Ce monument, en forme de tour et sur trois niveaux, mesurait plus de 25 mètres de haut, sur une base carrée de 8 mètres. Le second niveau de forme octogonale soutenait le dernier niveau qui se composait d'une tholos à huit colonnes corinthiennes, surmontée d'une toiture en flèche.

Ses décors étaient finement sculptés et chargés d’une symbolique funéraire : haut-relief évoquant une scène de chasse : lions grandeur nature, centaures marins à buste humain et queue pisciforme, masques funéraires appartenant au cortège bachique : Bacchus, Ménade, Silène, bas-relief d’armes, colonnes, chapiteaux, corniches à modillons et caissons…

Devenu carrière au fil du temps, le site cependant donna à ses découvreurs nombre de fragments conservés aujourd'hui dans l'atelier archéologique du village. Aux alentours du site ont été retrouvées les carrières d'où étaient extraits les matériaux qui ont servi à l'édification du monument.

Troncon de voie romaine a faverolles routes touristiques dans la haute marne guide du tourisme grand estLa voie romaine qui passe à proximité du mausolée vient de Langres « Andemantunum », grand carrefour routier à l'époque. Elle se détache de la voie de Langres à Reims , succédant à une voie gauloise qui reliait les capitales des cités des Lingons et des Rèmes par Bar-sur-Aube. La voie qui passe à Faverolles se prolonge probablement en direction du Nord Nord Ouest vers Châlons-en-Champagne et Reims en passant par Chaumont, la vallée de la Blaise et Vitry-le-François. C'est une des grandes voies romaines de Haute-Marne : la Voie de la Blaise.

En partie conservée sous l'humus forestier, elle est dégagée devant vous sur plusieurs centaines de mètres. On devine encore de part et d'autre, le fossé et les talus qui la bordaient. Les techniques de construction des voies s'adaptaient à la topographie du terrain et aux ressources locales en matériaux disponibles.

Sur plusieurs centaines de mètres apparait ce qui fut à l'époque le pavage de la voie, sur lequel reposait la couche de cailloutis damés, partie aujourd'hui disparue. Les ornières, signe d'un trafic intense, sont très remarquables. Peu avant le site du mausolée, les ingénieurs romains ont pratiqué une large tranchée permettant ainsi d'adoucir la pente ici naturellement très forte. Les matériaux dégagés étaient rejetés sur les côtés.

Prendre la direction de Langres via la N19 (18 km). La ville est classée ville d'art et d'histoire, bâtie sur un éperon barré, entouré par la Marne et la Bonnelle. Des gaulois occupèrent de bonne heure l’éperon langrois dominant les vallées de la Marne et de la Bonnelle à 475m d’altitude. A la suite de la conquête de la Gaule en 52 avant Jésus-Christ, les Romains donnèrent à la ville sa première vocation stratégique.

La cité capitale des Lingons, nommée Andematunnum est alors à la tête d’un vaste territoire et constitue le carrefour de nombreuses voies de communication. De cette époque subsiste un arc monumental qui marquait l’accès Ouest de la cité. Mais l’essentiel des connaissances réside dans l’examen des collections lapidaires, plus de 500 blocs répertoriés, et dans les découvertes apportées par l’archéologie contemporaine : mosaïque de Bacchus, stèles funéraires…

Langres porte gallo romaine routes touristiques dans la haute marne guide du tourisme grand estEtablie sur une position quasi imprenable, la ville de Langres conserve encore aujourd’hui des traces de son histoire antique. Les arcs romains dont l’un, incorporé aux remparts postérieurs est bien conservé, témoignent de la romanisation rapide des Lingons, trente ans seulement après la conquête : ils constituaient des entrées prestigieuses d’Andemantunnum.

Comme toute ville antique, Langres comportait des thermes, des temples, des habitations plus ou moins luxueuses. Occupée sans interruption, la ville moderne recouvre les vestiges, mais les trouvailles et les dons ont pourvu le musée d’art et d’histoire de collections particulièrement riches sur Langres et ses environs : on peut ainsi approcher le monde funéraire, les objets de la vie quotidienne, les grands monuments et la décoration intérieure, avec une impressionnante mosaïque polychrome trouvée lors de la construction du musée.

La cité constitua, à partir du ier siècle, un important nœud routier : La Voie romaine Lugdunum (Lyon) -Augusta Treverorum (Trèves) du réseau Agrippa traversait la ville par son cardo. Cet axe était rejoint peu avant l'entrée sud de la cité par la voie la reliant à Vesontio (Besançon). Il ressortait au nord par la Longe Porte et se prolongeait par la Voie romaine Langres-Metz.

Une voie se dirigeait vers le nord-ouest en direction de Durocortorum (Reims), sur l'axe Lugdunum-Gesoriacum (Boulogne-sur-Mer). Cette voie quittait la cité par un petit arc de triomphe intégré au rempart et encore en place de nos jours. Son parcours nord contourne la colline des Fourches et se dirige vers Humes-Jorquenay ; c'est l'actuelle R.N.-19.

Une autre grande voie reliant Autessiodurum (Auxerre) à Argentoratum (Strasbourg) passait par son decumanus et franchissait la Marne vers Peigney. Vers le sud-est une autre voie, dont une partie du tracé correspondrait à l'actuelle R.N.-19, conduit à Vesoul après franchissement de la Saône à Port-sur-Saône (Portus-Abucinus).

Andilly en bassigny villa romaine routes touristiques dans la haute marne guide du tourisme grand estÀ l'extérieur de la ville, quatre nécropoles ont été mises au jour, aux quatre points cardinaux de la cité, classiquement situées le long des grandes voies de communication. La construction de la citadelle, au XIXe siècle, à l'emplacement de l' « ancien cimetière », a permis de mettre au jour une collection lapidaire très abondante.

Aujourd'hui, de nombreux objets déposés dans le musée d'Art et d'Histoire témoignent de l'importance de cette capitale antique.

Quittez Langres vers Andilly-en-Bassigny par la D74 et D35 (38 km). Situé à proximité du mont Mercure, le site gallo-romain d'Andilly-en-Bassigny se niche dans un repli du paysage du Bassigny où dominent prairies verdoyantes et collines boisées. La première mention de découvertes archéologiques sur le site remonte à 1832 : un sarcophage de l'époque mérovingienne est mis au jour parmi des restes considérables de constructions.

A mi-chemin entre Langres, la capitale des Lingons, et le sanctuaire thermal de Bourbonne-les-Bains, la villa gallo-romaine d’Andilly-en-Bassigny est construite au cours du 1er siècle après J.-C. selon un plan caractéristique : un corps de logis comprenant de nombreuses pièces d’habitation ainsi que des thermes privés et des jardins d’agrément ; et une partie agricole dévolue au stockage des outils et des récoltes.

Les thermes particulièrement bien conservés de plus de 600 m2, comprennent des pièces chauffées par hypocauste, système antique de chauffage par le sol. Le propriétaire, sans doute un notable aux fonctions importantes, pouvait utiliser la villa pour son loisir tout en laissant la charge de l’exploitation à un régisseur libre ou esclave.

Bourbonne les bains vestiges routes touristiques dans la haute marne guide du tourisme grand estRésidence d’un riche propriétaire, la villa d’Andilly s’apparente à ces grandes exploitations agricoles et pastorales établies dans le cadre d’un régime domanial. Ayant probablement supplanté les installations "rudimentaires" d’une ferme indigène, l’établissement correspond à la romanisation de l’habitat et des habitudes de vie. Construite en dur vers le milieu du premier siècle, son plan a été modifié à plusieurs reprises pour en arriver aux vestiges actuellement visibles.

Plus d’un siècle après l’abandon du site romain, une nécropole mérovingienne d’une centaine de personnes est implantée dans les ruines de la villa. Classé Monument Historique, le site archéologique a la particularité d’être une des rares villas conservées visitables dans l’Est de la France.

Pour votre dernière étape de la route touristique sur les traces des Gallo-Romains en Haute-Marne, prendre la direction de Bourbonne-les-Bains via la D35 et la D417 (58 km). Cité du peuple gaulois des Lingons, Bourbonne-les-Bains tire son nom du dieu gaulois Borvo, lié comme la déesse Damonaà la source chaude dont les bienfaits étaient donc déjà connus et utilisés dans un cadre religieux.

Les Romains construisent des thermes et les nombreux ex-voto retrouvés à Bourbonne-les-Bains témoignent de l'importance du culte qui y était pratiqué. Sanctuaire thermal dès le 1er siècle, la ville de Bourbonne-les-Bains s’est établie autour de ses sources chaudes aux propriétés bénéfiques.

Tout comme aujourd’hui, mais avec une dimension religieuse très importante, les thermes antiques accueillaient certainement un public nombreux, désireux de s’attirer la faveur des dieux et de guérir de ses maladies : ils invoquaient pour cela Borvo et Damona, couple divin d’origine gauloise.

Les offrandes des pèlerins (monnaies, autels gravés, objets divers) constituent les collections archéologiques du musée municipal, qui comprennent également des stèles funéraires et des objets provenant du reste de la ville. de ses maladies. Les offrandes des pèlerins (monnaies, autels gravés, objets divers) constituent les collections archéologiques du musée municipal.

Situé dans le parc de l'actuel établissement thermal, un curieux monument regroupe les rares vestiges d'architecture gallo-romaines encore visibles et fournissent la preuve d'installations thermales dans ces lieux depuis Auguste. Diderot qui séjourne à Bourbonne en 1770 parlait des découvertes faites en 1755 et 1763 : des pavés de mosaïque, de la faïence et un bassin octogonal.

Carnet pratique de la Route sur les traces des Gallo-romains

Les incontournables de cette route touristique

Visites

Faverolles

Musée de Faverolles - Atelier Archéologique - Téléphone : 03 25 87 67 67 / Fax : 03 25 87 73 33 - Email : info@tourisme-langres.com - Site web

Une maquette et divers blocs monumentaux permettent également de comprendre l’architecture du mausolée.

Langres

Musée d'Art et d'Histoire : site web

Andilly-en-Bassigny

Site gallo-romain d'Andilly-en-Bassigny

  • Ouvert du 1er juin au 18 septembre de 10h à 12h30 et de 14h à 18h en semaine ; de 10h à 18h les week-ends et jours fériés. 
  • Visites guidées les week-ends et jours fériés (durée 1h).

Dans les environs :

En Haute-Saône : la villa de Jonvelle (site) Les thermes de la villa de Jonvelle sont particulièrement bien conservés. Les structures visibles permettent de suivre le fonctionnement et le rituel des bains, de plus les bassins sont ornés de mosaïques quasi intactes.

Dans les Vosges : le sanctuaire de Grand (site, musée) Le village vosgien de Grand abrite un amphithéâtre qui était capable d’accueillir 17 000 spectateurs… Bâti entre le 1er et le 2e siècle de notre ère, il se classe parmi les dix plus grands du monde romain. La mosaïque visible dans l’antique basilique est elle aussi exceptionnelle : avec ses 224 m2, elle est une des plus grandes connues pour l’antiquité. Grand était un sanctuaire consacré au dieu Grannus, forme locale du dieu Apollon. Site web

Plus d'information

Office de Tourisme du Pays de Langres Square O. Lahalle - BP 16 52201 LANGRES Cedex Tél : 03 25 87 67 67 Fax : 03 25 87 73 33 Courriel : info@tourisme-langres.com 

Office de tourisme de Langres : site web

Office de Tourisme de Bourbonne-les-Bains Centre Borvo - BP 34 52400 BOURBONNE-LES-BAINS Tél : 03 25 90 01 71 Fax : 03 25 90 14 12 Courriel : bourbonne.les.bains@wanadoo.fr.

Bourbonne-les-Bains tourisme : site web

Comité Départemental du Tourisme et du Thermalisme de Haute-Marne Cours Marcel Baron - BP 2048 52902 CHAUMONT cedex 9 (France) Tél : 03 25 30 39 00 Fax : 03 25 30 39 09 Courriel : cdt@tourisme-hautemarne.com - Site web

Conseil général de la Haute-Marne Conservation départementale - BP 509 52011 CHAUMONT cedex 9 Tél : 06 81 07 32 09 Fax : 03 25 32 86 04 - Site web

Pour vous rendre sur la Route Sur les traces des Gallo-romains

Rolampont

Ciel dégagé -0 °C

Ciel dégagé

  • Min: -0 °C
  • Max: 0 °C
  • Vent: 4 kmh 201°

Le saviez-vous ?

 

Nos coups de coeur sur la Route sur les traces des Gallo-romains

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de la Haute-Marne

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans la Haute-Marne avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 10/07/2018