Route "aux portes de la Brenne" (Vienne)

La Route touristique "aux portes de la Brenne" dans la Vienne

Située à l'est du département de la Vienne aux confins du Poitou, du Berry et du Limousin, cette route touristique vous emmènera aux portes de la Brenne. De nombreux manoirs, moulins, châteaux et ruines médiévales jalonnent cette région verdoyante et vallonnée.

La région, proche du parc naturel régional de la Brenne, présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées et de vallées. L'habitat est proche du type berrichon. Les maisons ont été bâties avec des matériaux locaux et couvertes de tuile plate. L'étage servait de grenier, auquel une lucarne et une échelle donnait accès.

À l'arrière de chaque maison, un jardin potager apportait un complément important à l'économie domestique. Chaque façade de maison est percée par une porte et une fenêtre qui éclairent une pièce unique. Venez découvrir un territoire rural riche en histoire et en patrimoine architectural : site gallo-romain, et villages typiques sous influence berrichonne.

La Route touristique "aux portes de la Brenne" en auto, moto, camping-car, en autocar, à vélo...

Aux portes de la Brenne, ce parcours touristique partira de l'office de tourisme de La Trimouille (km 0). La Trimouille se situe à l'est de Montmorillon, à la limite des départements de l'Indre et de la Haute-VienneAvant de commencer ce parcours, une promenade dans la commune s'imposse, elle présente un bâti à la fois remarquable et pittoresque avec ses vieilles maisons, les moulins et les ruines féodales de l’ancien château des ducs de La Trémoille dans le centre du bourg.

La Trimouille présente une architecture qui témoigne de l'influence des régions voisines. L'église Saint-Pierre a été construite entre 1843 et 1846, l'église est surtout intéressante pour son bénitier. Il daterait de l'époque gallo-romaine ou du Haut Moyen Âge. Ce serait une ancienne pile à mil. En effet, au Moyen Âge, après l'abandon de la culture du mil, il aurait été transformé en cuve baptismale. L'église abrite aussi un sarcophage en bâtière de la fin du XIVe, début du XVe siècle.

Profiter de belle vue sur la Benaize, située à côté du château de La Rivière l’ancienne église saint Pierre du XIe siècle se dresse à environ 1,5 km du bourg de La Trimouille de l’autre côté de la rivière Benaize. Vendue comme bien national en 1794, elle appartient maintenant au domaine privé. Le style des peintures encore visibles à l’intérieur est proche de celles de Saint Savin. Le château et église Saint-Pierre de La Trimouille du XIe siècle (ne se visitent pas).

Les moulins de Gersant du XVe siècle et moulin Neuf  sont en accès libre. A découvrir le Logis de la Brosse. Ancien fief du XVe relevant de la baronnie de Montmorillon. Les deux tours rondes de chaque côté de la partie centrale ont conservé leurs mâchicoulis et un petit chemin de ronde. Une bretèche assure la défense de la porte d’entrée. Construit au bas Moyen Age ce petit château allie le rôle défensif à la fonction résidentielle.

Prendre la D121 en direction de Journet (6 km). Au Haut Moyen Age, le bourg se constitue dans la vallée autour de l’église Saint-Martin. Les très nombreux sarcophages mérovingiens témoignent de l’importance de la christianisation à cette époque. Sur la place de l’église admirer les maisons de caractère typique de la région.

Journet l eglise routes touristique de la vienne guide du tourisme de poitou charentesLa lanterne des morts du XIIe siècle, aujourd’hui déplacée sur la place, était dans l’ancien cimetière. Le fut de la colonne est creux. Une porte ouverte à la base et des encoches pratiquées à l'intérieur permettait d'accéder au lanternon et d'y allumer une lampe à huile. La table est orientée à l'est et peut recevoir un autel portatif pour les offices.

Mais l’histoire de Journet est très liée à celle du Prieuré Roman de Villesalem du XIIe siècle, il dépendait de l'abbaye de Fontevrault. Au XIe siècle, des courants religieux entrainent des croyants à rechercher la communion avec Dieu dans des lieux isolés, d’où l’implantation d’un Prieuré à Villesalem. Il ne reste aujourd’hui que l’église qui, après avoir été transformée en bâtiment agricole, a été restaurée. C’est un des plus beaux édifices romans du Poitou.

Sur la commune de Journet se trouve également le château du Ry, mentionné en 1451 comme étant la propriété du seigneur Louis de Chazerat. Au fil du temps, le château a perdu son aspect de forteresse. Au XIXe siècle., Mr de Lépinay fait planter autour de l’étang des essences rares comme des cyprès chauves et des orangers des Aussages qu’il a ramenés d’Amérique centrale. Le domaine appartient à l'académie des Sciences, propriété privée ne se visite pas.

Poursuivre vers le village d'Haims, via la D33 (12 km). Le village d’Haims mentionné dès 954 sous la forme Agentis, est l’un des plus anciens villages de la région. De nombreux ferriers témoignent en outre de l’occupation du site pendant l’Antiquité. Huit ferriers ont été mis au jour sur la commune par prospection aérienne. A voir l'église. A voir l’église Saint-Michel des XIe, XIIIe et XVe siècle, avec des peintures au plafond réalisée par un artiste local au XVIIIe du Poitou.

Longée par le Salleron, Haims offre des randonnées agréables et ombragées, notamment au gué de Thenet sur le circuit "les chemins de Villesalem", dont l’originalité est d’avoir une passerelle construite avec d’anciennes pierres tombales.

Continuer vers le hameau de Thenet, via la D118 (17 km) où  se trouve "l’arbre d’Henry IV", un tilleul à grandes feuilles, présumement planté sous le règne du roi. L’arbre d’Henry IV se situe sur la place herbée du hameau, point de jonction des villages alentours (Béthines, Journet). A la fin du XVIe siècle, le ministre Sully alors Gouverneur du Poitou, entre autre, décide de la plantation des tilleuls devant toutes les églises de France. 

En effet, le petit hameau de Thenet possédait une église, détruite à la Révolution. Une croix a été nouvellement installée sur une pierre marquant l’emplacement de l’église disparue. Aujoud’hui, sa circonférence atteint 5,30 m, l’une des premières circonférences départementales de l’espèce, d’une hauteur et d’une envergure actuelle de plus de 10 mètres, elles atteignaient plus de 20 mètres avant un élagage sévère en 1989, destiné à le restructurer.

La vallee du salleron passage thenet routes touristique de la vienne guide du tourisme de poitou charentesSon tronc a la particularité d’être bien creux, troué de toutes parts, il possède un bel empattement marqué où une pierre de taille est incrustée. Sa floraison est encore généreuse et odorante, il est possible d’en faire une infusion réputée sudorifique et calmante. Pour couronner ce décor idyllique, le château de Thenet veille encore sur cette place et ce tilleul. A voir aussi le gué sur le Salleron, construit avec des pierres tombales.

​Suivre la direction de Villemort, via la D118 et D119 (23 km). La tour de la commanderie de Rouffac au lieudit la Commanderie date du XIIe siècle. Elle est construite en moellon. La commanderie templière est fondée au xiie siècle et sera rattachée, ultérieurement à celle de Blizon, située de nos jours dans le département voisin de l'Indre. La commanderie tirait ses revenus de ses possessions à savoir des bois, des terres et des habitations.

De nombreux bâtiments agricoles, il ne reste rien. De même du logis et de la chapelle. La tour est le seul vestige.

Passer Béthines, via la D32 (29 km), village boisé frontalier de l’Indre et de son Parc Naturel Régional de la Brenne, et proche de la remarquable abbaye de Saint-SavinL'église Saint-Pierre-ès-Liens de Béthines, date de la première moitié du Xe siècle, époque des prêtres Dodon et Israël où Bétines est alors vicus. Elle aurait été fondée par saint Martial. En 1184, elle fait partie de l'abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe qui nomme le curé de Béthines.

Il y a également une croix en face de l’église Saint-Pierre-ès-Liens, avec les outils de la passion du Christ, ainsi que le soleil et la lune. De presque 10m de hauteur, elle a été réalisée par le compagnonnage et érigée en 1822. Le socle de cette croix, en pierre, date probablement du XVIIe siècle car une croix existait déjà sur la place avant la Révolution.

Petit détour en direction de l'Abbaye de Villesalem (34 km). L‘église de Villesalem est la seule qui subsiste des six prieurés fontevristes établis dans la Vienne. Le chevet porte encore les stigmates des guerres de Cent ans et de religion. Le prieuré de Villesalem vendu à la Révolution est transformé en bâtiment agricole jusqu'en 1914. Son rachat par l‘état, en 1961, met un terme à sa lente dégradation. Se visite. Des concerts et des visites y sont organisés notamment pendant l'été.

La prochaine étape sera Liglet, via la D120, D675 et D32 (43 km). Le bourg de Liglet, dénommé "Lilec" en 1093 se forme autour de son église dédiée à Saint-Hilaire et Sainte-Marguerite du XIe, XIIIe, XVe et XIXe siècles. Le bénitier, l'un des plus anciens du département de la Vienne, date du XIe siècle. Son décor sculpté comporte une croix, des losanges et des damiers. 

La présence religieuse, forte dans ce petit village où se trouve aussi une chapelle du XIe siècle, a été également marquée au Moyen-Age avec l’établissement des prieurés de Marcilly et de Fontmoron. La maison forte du XVe siècle située à proximité de l’église Liglet rappelle que la localité est située aux confins du Poitou anglais et du Berry Français pendant la guerre de Cent ans.

Elle appartenait aux seigneurs de Bélâbre. La maison forte permettait, grâce à son système défensif, de protéger la population qui se réfugiait juste à côté, dans l'église. C’est en 1434 que Catherine de Lespinasse, dame de Bélâbre donne autorité aux habitants de Liglet de fortifier l’église pour la mettre à l’abri des gens d’armes qui ravageaient le pays.

Le long de la rivière Benaize, qui traverse le territoire du bourg, s’échelonnent des châteaux et des demeures privées, anciens fiefs défensifs, tels Courtevrault, Peucot et, à Liglet même, le fief de la Tour et celui du Corcheron. Les prieurés se fortifient, aussi, comme celui de Fontmoron.

Liglet présente un patrimoine bâti traditionnel bien préservé et marqué par le Berry. Dans le bourg comme dans les villages, le patrimoine vernaculaire témoigne de la société rurale d’autrefois, de la vie quotidienne et de son évolution au fil du temps. Les maisons les plus anciennes situées dans le « bas-bourg » sont caractéristiques : toiture à forte pente, couverture de tuiles plates, escalier extérieur, échelle permettant d’accéder au grenier. 

Brigueil le chantre chateau de mareuil routes touristique de la vienne guide du tourisme de poitou charentesLa commune possède aussi un pierris, le pierris est un gué permettant la traversée de la Bénaize. Il est constitué de 23 grosses pierres rondes et ovales. Ce type de gué qui est aménagé pour les piétons uniquement, est fréquent dans la région et datent du Moyen Âge. Ces gués étaient souvent protégés par une place forte ou par un prieuré. Les contrebandiers, et plus particulièrement les faux sauniers, les utilisaient, sous l'Ancien Régime, pour aller du Poitou en Champagne berrichonne.

Poursuivre en direction de Fontmoron, via la D32 et D156 (45 km). Le fief de Fontmorond relevait de la châtellenie d’Angles et comprenait le prieuré, les métairies de la Porte et de l’Epau, le village de Fontmoron, la tuilerie et le moulin du prieuré, les exploitations du Grand et Petit-Gâts, de la Jacquetière et de la Gerbaudière. La source de "Font de Moron" est à l’origine du prieuré de Fontmoron.

C’est dans ce vallon isolé que l’abbaye de Fontgombault dans l'Indre fonde un prieuré, vraisembablement au cours du XIIème siècle. Les moines du prieuré de Fontmoron, aidés de laïcs, défrichèrent la brande et exploitèrent les terres. Afin de les drainer et de les assainir, ils aménagèrent des étangs et développèrent la pisciculture. Ils installèrent des moulins sur l'un des étangs.

Le logis du prieur a été fortifié par la construction de deux tours au xve siècle pour protéger le prieuré de l'attaque des Routiers. Le prieuré, lors de la Révolution, fut vendu comme bien national. Entre 1850 et 1890, il appartient à Émile Colin, gentilhomme cultivé, voltairien, qui y accueillit George Sand. La chapelle du prieuré est dédiée à saint Antoine du Désert.

Très jolie vue sur la Vallée de la Benaize. Possibilité d’accès à la rivière à pied par un petit chemin sur la droite du château de la Rivière (privé ne se visite pas). Un vieux manoir et ancien site défensif, il est enfoui dans les bois en aval de La Trimouille sur la rive droite de la Benaize. Il faisait partie d’un système défensif placé le long de la Benaize.

Passer Les Hérolles, via les D156 et D15 (54 km), situé en limite du Poitou, du Berry, et du Limousin. Cette situation a favorisé le développement d’une foire très importante qui remonte au Moyen Age et qui se tient le 29 de chaque mois aux Hérolles.

Puis se diriger vers le village typique de Thollet, via la D10 (59 km), admirablement situé sur les bords de la Benaize, elle peut être fière de son riche héritage du passé. Flaner dans ses ruelles aux belles maisons de type berrichon et son gué sur la Benaize. Les toponymes Camp-de-César, les Gannes, Le Cluzeau, Les Châtres, Les Châtelards, La Fortilesse et la Tourelle laissent supposer des systèmes défensifs d’époques diverses.

La situation surélevée du prieuré permettait la surveillance du gué. L'église Notre-Dame du XIIe siècle, sur le glacis d'un contrefort du mur sud de la nef, il est possible de découvrir un cadran solaire qui daterait du Moyen Âge. Les peintures sont de la même époque. Le clocher octogonal présente la particularité de pencher vers l'ouest. Ce défaut qui empêchait les cloches de sonner, est dû à des erreurs commises lors de la construction de la charpente.

Le parcours touristique passera par Brigueil-le-Chantre (64 km). Enserré dans un double méandre de l’Asse, le bourg de Brigueil occupe une position élevée par rapport à la vallée. Brigueil a conservé quelques restes des anciens remparts, deux portes du XIVe siècle et la base d'un donjon carré du XIIe siècleL’église Saint-Hilaire XIIe et XVe siècle. construite au sommet du plateau et dans le périmètre de l’enceinte fortifiée, s’intègre au système défensif du bourg.

L'eglise de style roman et Limousin dominait l’ancien gué du lieu-dit « Les Planches » qui permet l’accès aux hameaux et aux carrières de granit. Il en permettait, aussi, la surveillance et la perception de taxes. Elle possède un beau portail de style gothique du XIIIe siècle, très proche de celui de l'église Saint-Maxime de Confolens.

L'habitat de Brigueil-le-Chantre est proche du type berrichon. Il se caractérise par l'utilisation de moellons de grès calcaire et de granit, voire d'argile. Des exemples sont visibles au hameau "Les Vaux" où des maisons d'ouvriers agricoles construites au XIXe siècle illustrent ce type d'habitat. Les maisons s'alignent de part et d'autre de la rue principale du bourg. Prendre la ruelle à gauche jusqu’à la rivière pour découvrir le Pierrat des Vaux, son hameau et découvrir ainsi un joli point de vue sur le village. 

Au hameau "Lajonc", il est possible de voir un autre type d'habitat: des maisons en pisé. L'argile étant abondante sur le territoire de la commune de Brigueil-le-Chantre, quelques maisons paysannes ont été construites en pisé, c'est-à-dire en terre glaise et en pierraille. Le soubassement est toujours en moellons pour éviter les remontées de l'humidité.

Le cimetière abrite la base d'une lanterne des morts de l'époque médiévale. Le Château de Mareuil du XVe siècle et restauré au XIXe siècle, se trouve sur la commune de Brigueil-le-Chantre. C'est un ancien fief relevant de la baronnie de Montmorillon. Le château domine la vallée de l'Asse, comme l'ancienne forteresse de Peutro ou le château ruiné de Fleix. ces forteresses construites à la fin du Moyen Age sont un témoignage du climat d'insécurité lié à la position frontalière de Brigueil.

Bourg archambault le chateau routes touristique de la vienne guide du tourisme de poitou charentesLa dernière étape de votre escapade "aux portes de la Brenne" sera Bourg-Archambault, via la D10 (72 km).  Ce village s’est développé autour de son église dédiée à saint Laurent et de son château. La richesse patrimoniale de cette commune mérite le détour… L'église Saint-Laurent fut construite à l'époque romane et a été remaniée au fil des siècles. Le clocher porche érigé à l'Ouest constitue aujourd’hui la partie la plus ancienne du bâtiment.

Bourg-Archambault possède également un château remarquablement conservé, constitué de deux parties, l'une médiévale et l'autre plus récente, entourées de douves. Il se compose d'un enceinte flanquée de tours, d'un châtelet d'entrée et d'un logis très restauré au XIXe siècle. Le château actuel a été construit par Poncet de Rivière, chambellan du roi de France, Louis XI, sur un édifice plus ancien qui a été rasé. Visite possible en septembre  « journées du patrimoine ».

Au hameau de la Frissonnière se trouve une construction curieuse dans la campagnes. Ce manoir est de style anglo-normand bâti entre le XIXe et le XXe siècle. par Emile Moreau, ancien maire de Saint Léomer. Le donjon est en réalité un château d’eau qui permet l’alimentation en eau courante de la propriété. (privé, ne se visite pas)

Sur le site de Masamas se trouve un site gallo-romain du 1er s. av JC, découvert par l’abbé Florentin Reix vers 1945. Il comprend un mur d’enceinte, un propylée orienté à l’est et deux temples jumeaux à vestibule et cella carré. Plus profondément enfouies, les bases d’un sanctuaire gaulois datant de la seconde moitié du Ier s. av JC, sont encore visibles.

Bon, ça y est, les enfants en ont assez des vieilles pierres ? Dirigez-vous vers La Trimouille, via la D33 et D727 (84 km).

Carnet pratique de la route touristique "aux portes de la Brenne"

Les incontournables de cette route touristique

Visites & Activités

  • Les visites des villes et villages.
  • Circuits de randonnées pédestres et cyclotouristiques.
  • Descentes sur la Vienne en canoë-kayak

Activités et Festivités

  • La Trimouille
  1. Plusieurs circuits Découverte du Patrimoine, piétons, vélos et voitures sont disponibles à l'Office de Tourisme - silatrimouille@orange.fr
  2. Atelier des collectionneurs : Venez découvrir un musée ludique à La Trimouille au 18 rue de la République, route du Dorat. En dehors des horaires et dates prévues, possibilité sur rendez-vous pour les groupes. Renseignements au 05 49 91 52 60 - 05 49 91 34 87 - 06 31 67 24 56.
  • Journet
  1. Fermes à visiter à Journet et à Liglet, pour découvrir la fabrication du fromage et l‘élevage des chèvres. Visite et dégustation sur rendez-vous. (tél : 05.49.91.62.02)

Plus d'information :

Pour vous rendre sur la route touristique "aux portes de la Brenne"

Bélâbre

Nuageux 17 °C

Nuageux

  • Min: 16 °C
  • Max: 17 °C
  • Vent: 15 kmh 240°

Le saviez-vous ?

La lanterne des morts

Les hypothèses les plus diverses ont été émises quant à sa fonction : phare destiné à guider les voyageurs égarés ; enseigne indiquant un cimetière, donc un lieu dangereux à éviter ; fanal permettant aux morts quittant leurs tombes pour hanter les vivants de retrouver leur cimetière à l'aube...

Toutefois, il est vraisemblable que la lanterne ait été un fanal funéraire. En effet, dès l'Antiquité, il était de tradition d'entretenir une flamme auprès des tombes. Cette coutume fut reprise par les premiers chrétiens pour qui la mort n'est qu'un passage de la lumière terrestre vers la lumière céleste. Les tombeaux s'ornèrent de bougies.

Elles furent ensuite remplacées par une bougie de pierre, plus solide, résistante aux intempéries : la lanterne des morts.

Nos coups de coeur sur la route touristique "aux portes de la Brenne".

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de la Vienne

Préparez vos vacances sur la route touristique "aux portes de la Brenne" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "aux portes de la Brenne" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 09/09/2020