Circuit de la Route des Manoirs du Perche (61-Orne)

Circuit de la Route des Manoirs du Perche

Au départ de Nocé, la Route des Manoirs du Perche sillonne le "pays des manoirs". Orgueil de la région, ces demeures seigneuriales côtoient un habitat rural de qualité. Petits ou grands trésors, tous ont leur place dans la série les Trésors du Perche.

Ancienne province historique, le Perche se caractérise par une succession de douces collines et de remarquables forêts de hêtres et chênes séculaires, autour de Bellême et dans le massif de Réno Valdieu. Cette escapade pour vos vacances, ce sont les magnifiques manoirs percherons qui seront à l'honneur.

La Route des Manoirs du Perche, c'est le pays des manoirs, des belles demeures et des fameux chevaux percherons. Le bâti, dont les couleurs chaudes vont de l'ocre soutenu au rose, s'intègre harmonieusement au paysage. Le Perche est à bien des égards l'image d'Épinal d'une Normandie authentique et attachante.

Votre itinéraire et visites sur le Circuit de la Route des Manoirs du Perche

Votre circuit sur la Route des Manoirs du Perche. Nombre de manoirs sur cet itinéraire sont des propriétés privées et ne peuvent être visités. La plupart du temps ils sont visibles de la route.

Votre périble commence par Nocé

Plan de la route des manoirs du percheA 8 km à l’est de Bellême, de beaux manoirs sont visibles de la route. Le manoir de Courboyer, à 3 km au nord, est l’une des plus remarquables gentilhommières construites dans le Perche à la fin du XVe siècle.  Le bourg de Nocé est dominé par l'église Saint-Martin (ISMH), d'origine romane (abside). La nef, précédée d'une tour puissamment contrefortée, abrite un mobilier religieux intéressant : statuaire, retable, tableaux, vitraux.

Proche de l'église, le manoir de Barville du XV -XVIe s. fut construit sur l'emplacement d'un ancien château. Cette solide bâtisse, remaniée au XVIIIe s., a appartenu au dernier seigneur de Nocé, Louis-Auguste de Barville, mort exilé en Allemagne, en 1798. La commune de Nocé est riche en manoirs et logis seigneuriaux.

Celui de Courboyer (Cl. MH) compte parmi les plus remarquables du Perche. Le site du Manoir de Courboyer accueille la Maison du Parc et son domaine de 65 ha. Le manoir est ouvert à la visite tous les jours, de 10h30 à 18h (18h30, Tel : 02 33 25 70 10  Édifié à flanc de coteau à la fin du XVe s., il s'aperçoit de loin, depuis l'aire de repos aménagée sur la D 111 route de Boissy-Maugis.

Le logis, au plan cruciforme, est flanqué à l'arrière d'une tour ronde. Sa façade orientale est percée régulièrement de fenêtres, de chaque côté d'une tour d'escalier octogonale, en saillie sur la cour. Aux quatre angles du logis, des mâchicoulis supportent de ravissantes échauguettes en encorbellement, renforçant l'élégance de cette gentilhommière.

De l’époque de sa construction ne subsistent que le logis, les dépendances et quelques vestiges du mur d’enceinte. Sa chapelle, dédiée à Notre-Dame-de-Pitié, Sainte du Perche, a été détruite en 1947 après avoir été interdite au culte dès le XVIIIe siècle à cause de sa vétusté. Le manoir se caractérise par une architecture de type Renaissance avec une belle façade symétrique, des fenêtres à meneaux, ainsi qu’une tour octogonale accueillant l’imposant escalier desservant les cinq niveaux.

Manoir de lormarin route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandieIl a été classé Monument historique en 1981, c’est l’un des plus grands manoirs visitables et ouvert au public toute l’année. Le manoir de Courboyer, ce superbe manoir percheron héberge désormais la Maison du Parc naturel régional du Perche. Une sympathique équipe propose une exposition sur le Perche et son histoire, et un accès libre à la salle du Drapeau, l’un des trois derniers drapeaux de bataille du XVIe siècle restant sur le « Royaume », pris aux ligueurs par Pierre de Fontenay pendant la guerre de Religion.

En fin de parcours à la sortie de Nocé sur la route de Berd’huis, il sera possible de découvrir le manoir de Lormarin du XVIe s. À quelques kilomètres de là, toujours sur la commune de Nocé qui ne compte pas moins de sept manoirs, se tient celui de Lormarin. Alban Cristin, son propriétaire est féru d’histoire. Le manoir de Lormarin avec ses trois tours rondes coiffées de toits en poivrière et son logis à hauts pignons de pierre, cette gentilhommière a noble allure.

Le manoir a été construit vers 1560, par une famille de Protestants, à la fin des guerres de religion. Il est, l’un des rares, a présenter trois grandes tours rondes. Cette imposante bâtisse a appartenu à la famille de Tascher, connue pour avoir donné à l’Empire français son impératrice, Joséphine de Beauharnais, épouse de Napoléon Ier.

Un siècle durant, avant qu’Alban n’en fasse l’acquisition, le manoir n’était qu’une ferme. Un long travail de restauration, fait en grande partie des mains des propriétaires, sera nécessaire avant qu’il n’apparaisse sous son meilleur jour. Ouvert à la visite extérieure toute l’année, du jeudi au dimanche, de 14h à 19h. Tél. : 02.33.25.41.89.

Le manoir du Grand Saint-Quentin reconstruit au XVIe s. sur l'emplacement d'une forteresse ruinée cette demeure à hauts pignons (ISMH) présente encore une belle façade et une tour d'angle cylindrique.

Dancé

Citée vers l'an 1 000, le bourg de Dancé possède l'église Saint-Jouin (ISMH) a été au XVe s. par un bas-côté comportant un alignement de cinq pignons et un porche d'entrée Renaissance. Le clocher présente une bizarrerie inexpliquée : au-dessus de la toiture en pavillon, on a placé à chaque extrémité une croix surmontée d'un coq et d'une poule. Cela prête à sourire avec les facétieux qui disent que "pour Dancé (danser), il faut bien le couple !

Le manoir du Plessis un corps de logis élancé au toit pentu et aux fenêtres à meneaux protégées par de remarquables grilles en fer forgé, annoncent la demeure seigneuriale. Les quatre vastes salles de ce manoir (ISMH), des XVe -XVIe s. présentent des cheminées monumentales. Une pièce haute, aux ornements et signes cabalistiques peints, serait-elle la "chambre philosophale" d'un amateur d'ésotérisme ou d'alchimie.

De même, que cache la tradition orale qui veut qu'une danse célèbre ait séjourné au manoir du Plessis. Visite extérieure autorisée du 05/08 au 15/09, 10h-13h ; 15h-18h. Visite intérieure uniquement sur demande. Tel 02.33.83.01.13.

Berd'Huis

Manoir de la fresnaye a saint germain de la coudr route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandieSaint-Agnan sur Erre

Ce petit bourg pittoresque de Saint-Agnan sur Erre est groupé autour de son église qui a conservé son charme d'autrefois. Un cadran solaire, peut-être antérieur au XVIIe s., a été gravé sur une pierre encastrée dans l'arête d'un contrefort. Sa restauration a permis de reconstituer une sentence versifiée évoquant l'inexorable fuite du temps.

Le château de Lorière

Élevé au milieu du XVIIIe s, à l'emplacement d'un ancien manoir, le château de Lorière (ISMH) est resté en son état d'origine. Souligné par deux chaînages de pierre calcaire, l'avant-corps non saillant est surmonté d'un fronton aux armes des constructeurs, la famille de Carpentin, originaire du
Boulonnais.

La date de 1746 est gravée sur le cintre de la porte sud, L'édifice est entouré d'un beau parc à l'anglaise (ISMH) aménagé au XIXe s., où alternent perspectives sur les collines du Perche, pelouses, bois et bosquets plantés d'essences exotiques, telles que séquoias, cèdres de l'Atlas, pins Laricio de Calabre, thuyas plicata. Le parc est ouvert à la visite du 1er mai au 30 septembre , 10h-12h ; 14h-18h et sur rdv pour les groupes.

La Rouge

L’église Saint-Rémi de La Rouge conserve un remarquable mobilier religieux dont un retable polychromé de la fin du XVIIe s. Pour visiter, s'adresser à la mairie.

Le manoir de la Gauberdière

Élevé à la charnière des XVe et XVIe s., ce manoir a conservé depuis l'Ancien Régime son caractère d'origine. Le corps de logis est desservi par une tour octogonale conduisant à l'étage. La porte d’'entrée, gothique, est couronnée d'un gable abritant une vierge, et surmonté d'un choux frisé. Visite extérieure autorisée.

Le manoir de Malaise

Saint cyr la rosiere l eglise sainte gauburge route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandieOn rejoint ce manoir dont on peut voir la façade ocrée, de la route, par un chemin planté de jeunes chênes. Son cadre de verdure lui donne un aspect romantique. Édifié au début du XVIe s. le logis est protégé par une tour ronde et s’appuie sur une tour carrée contenant l’escalier de pierre. La porte d’entrée, sculptée, est encadrée de trous à mousquets.

Au rez-de-chaussée, une petite fenêtre gothique éclaire ce qui fut la chapelle. Le premier étage a conservé une belle fenêtre à meneaux décorée de personnages grotesques sculptés en cul-de-lampe. Visite extérieure autorisée.

Le manoir de l’Épinay

Construit sur une colline, ce manoir de l'Epinay (ISMH) se signale par une fortification sur laquelle s’adosse un pigeonnier. Après la porte piétonnière accolée au porche d’entrée, on découvre une ancienne maison forte du XIVe ou XVe s. surélevée d’un étage à pans de bois, architecture rare dans le Perche.

Une tour de défense et une bretèche viennent s’ajouter à ce logis qui a conservé deux belles cheminées monumentales. Visite extérieure autorisée.

Suivre la route jusqu’à Préaux-du-Perche et voir le manoir de la Lubinière, une élégante demeure du XVIe siècle

Préaux- du-Perch

La juxtaposition de constructions qui s'échelonnent du XIIe au XVIIe s. fait l'originalité de l'église Saint-Germain (ISMH). Le clocher, partie la plus ancienne, forme une sorte de porche-narthex voûté. Dans le chœur, maître-autel avec beau tabernacle à deux étages et retable en bois peint (XVIIIe s.); restes de peintures murales (XVIe s.) dans la chapelle sud ; statues polychromées (XVIe s.). 

Sainte-Gauburge

Prieure ste gauburge st cyr la rosiere route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandieNaguère paroisse, le hameau de Sainte-Gauburge est un bel exemple de l'architecture percheronne. De nombreux types d'habitation y sont présents : petites maisons rurales, manoir et demeures de dignitaires ecclésiastiques s'ordonnent à proximité d'un ancien prieuré bénédictin (Cl. MH) fondé au XIe s. Le logis du prieur (fin XVe-début XVIe s.) se signale par de beaux encadrements de fenêtres moulurés.

À l'intérieur, remarquables cheminées à manteau sculpté. La façade du bâtiment des moines est agrémentée d'une tour Renaissance avec tourelle en encorbellement. Quatre salles voûtées d'ogives occupent le rez-de-chaussée. L'étage, remanié au XVIIIe s. comprend quatre cheminées Louis XV. L'église (Cl MH) remonte aux XIIIe et XVe s. Le clocher, de style flamboyant, se termine par quatre pignons percés d'une rose et cantonnés de quatre pinacles.

Le choeur est éclairé par de grandes fenêtres à meneau central surmonté d'une rosace. À l'intérieur, superbe piscine gothique flamboyant décorée d’une dentelle de pierre finement ciselée. Ecomusée du Perche. Ouvert toute l'année, tous les jours, sauf le mardi, de 10h30 à 18 h (18h30, du 01/04 au 30/09). Visites guidées du Prieuré, toute l’année. Tel 02.33.73.48.06 Fax 02.33.73.18.94  

Saint-Cyr-la-Rosière

Saint-Cyr la Rosière  L’église Saint-Cyr et Sainte-Julitte (ISMH), des XV-XVIe s. présente un porche roman ogival (Cl. MH), seul témoin de l'église primitive. Le clocher, flèche d'ardoise octogonale, abrite l'une des plus anciennes cloches du Perche, Gauburge, datée de 1586. Le coq, copie de celui de la Sainte-Chapelle, a été dessiné par Eugène Viollet-le-Duc. Dans la chapelle latérale de droite, retable Renaissance avec une Mise au Tombeau en terre cuite polychromée (XVIe s.).

La Chapelle Notre-Dame de Clémencé

Selon la tradition, existait près de la Rosière un chêne où était vénérée une statue de la Vierge Notre-Dame de Clémencé. L'autel de cette chapelle du XVe s. (ISMH) occuperait l'emplacement de ce chêne, témoin de guérisons miraculeuses. Un vitrail évoque celle de la dame de la Cornillière qui fit bâtir cet édifice de pèlerinage de notoriété locale.

Le manoir de l’Angenardière

A 2 km de Saint-Cyr-la-Rosière; dans une jolie campagne, le manoir de l’Angenardière qui date du XVIe siècle. Flanqué de deux grosses tours. Ce manoir comme la quasi-totalité des manoirs du Perche, ne se visite pas. Remarquablement restauré, ce grand manoir (ISMIH) dresse sa silhouette d'allure médiévale au milieu d'une enceinte bien conservée (murs, fosés secs).

Le logis seigneurial (XVIe s.) flanqué de deux grosses tours couronnées de mâchicoulis, est relié à l'une des tours d'angle par une galerie à l'italienne au décor Renaissance. Découverte extérieure autorisée jusqu'au porche d'entrée.

Dolmen de la pierre procureuse a saint cyr la rosiere route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandieLa Pierre Procureuse

Ce dolmen, qui remonte à la fin du néolithique (2500 avant JC.), est ormé d'une table de couverture s'élevant à 1,80 m audessus du sol. Elle repose en oblique sur trois supports dont un seul est encore debout. Les pierres formaient à l'origine les parois d'une chambre funéraire, incluse dans un tumulus, aujourd'hui arasé.

Cette sépulture mégalithique est auréolée d'une légende : "...le jour de Noël, à minuit, chaque année, la pierre se soulèverait et on pourrait voir dessous un trésor. Mais malheur à celui qui ne se presserait pas assez vite de le ramasser, car, au dernier coup de minuit, la pierre retombe et écrase le chercheur peu diligent ou trop avide. D'après d'autres légendes, cette pierre procurerait à ceux qui la touchent la santé et toutes sortes de biens. De là son nom de Pierre Procureuse."

L'Hermitière

L'Hermitière Depuis la route, le château de l'Hermitière (ISMH) se détache sur un fond de colline boisée. Le logis, élevé au XVIIIe s., est de proportions harmonieuses. Il est précédé d'une grosse tour ronde coiffée en poivrière, le colombier. Ce dernier a conservé son échelle tournante qui permettait d'accéder aux trous des boulins, cases où pondaient les pigeons. 

Découverte extérieure des abords du château autorisée, du 01/05 au 08/05 et du 01/07 au 15/09 , du mardi au vendredi sauf jours fériés, 13h-19h et sur rdv.

Le parc du château de Lorière, à 2 km au nord du Theil, route de Rémalard est ouvert (entrée payante – 1 heure de visite) de mai à fin septembre, les week-ends et jours fériés (le château ne se visite pas). Parc à l’anglaise planté il y a plus de 150 ans sur 15 ha.

Gémages

L'église Saint-Martin de Gémages surprend par la tour sans flèche de son curieux clocher-porche (XVe s.) terminé par un toit en bâtière. Jadis, on sonnait la cloche par une corde tirée du dehors et passant par une ouverture encore visible. Un cas unique dans la région. L'intérieur conserve un retable à dais Manoir de la vove route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandiedaté de 1634 et des peintures murales (Cl. MH) des XIIIe et XVIe s.

Saint-Germain de la Coudre

Depuis la D 286, peu après le chemin de la ferme du Désert, vue au loin sur le manoir de la Fresnaye (ISMH), construction originale et complexe des XIVe-XVIe s. Possibilité de visite.  02.33.83.57.64. du 01/07 au 15/09, du mardi ai vendredi sauf jours fériés, 13h-19h et sur rdv. L'église Saint-Germain (ISMH) s'ouvre par une porte de la pré-Renaissance.

Dame-Marie

De l'ancien enclos prioral transformé en ferme, il reste un corps de logis avec une porterie du XIVe s. (ISMH). Composée d'un porche à charroi en arc brisé et d'une poterne à piétons en plein cintre, murée. Derrière l'église Notre-Darne (XVe s.) remaniée au XIXe, se trouve le jardin du prieuré, aménagé en agréable lieu de repos. 

Sous le choeur, revêtu de boiseries (XVIIIe s.) a été dégagée une crypte romane dédiée à saint Blaise. La statuaire (XVIe s.) et le mobilier religieux sont intéressants. À l'est du choeur, la porte fortifiée est le seul vestige d'un château médiéval.

St-Jean-de-la-Forêt

La commune de Saint-Jean de la Forêt, paradoxalement lune des  moins boisées du Perche du fait de défrichements intenses, présente la particularité de posséder sept calvaires ou croix. Tous oeuvre de l'abbé Frédéric Goblet, curé de la paroisse de 1901 à 1923, témoignent d'un culte du souvenir exacerbé lié au profond traumatisme de la guerre de 1914-1918.

Colonard-Corubert

Petit village de Colonard-Corubert au nord-est de Bellême présente un ensemble de maisons percheronnes typiques, dominé par la Ferme de la Grande Maison, ancienne demeure seigneuriale de Colonard-Corubert construite au XVIe siècle

Courthioust

Manoir de barville route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandieCette commune fut rattachée à celle de Colonard en 1823. L'église Notre- Darne (Cl. MH) remonte aux XIe-Xlle s. (abside, portail). Elle fut remaniée à la Renaissance (baies à meneaux flamboyants, côté sud). Pour éviter que l'église ne soit vendue comme bien national, les "manants et habitants" de Courthioust la rachetèrent. On assurait, il y a cinquante ans, quelle était toujours la propriété des quarante-sept familles que comptait la paroisse à la Révolution

Bellême

En lisière de la belle forêt qui porte son nom, Bellême est la capitale historique du Perche. C’est une ville pittoresque avec ses vestiges médiévaux, son porche du XVe siècle, ses voûtes et ses nombreux hôtels particuliers des XVIIe et XVIIIe siècle, tel l’hôtel Bansard-des-Bois près des douves de l’ancienne forteresse. Voir également le jardin du presbytère, pour la vue sur la magnifique forêt de Bellême

Mauves-sur-Huisne

Ce bourg de Mauves sur Huisne, véritable village-rue, connut une certaine notoriété par la naissance, en 1825, de "Jean le Blanc", ancêtre, selon la tradition, du cheval percheron actuel, fruit du croisement entre une jument du cru et un étalon arabe. De Corbon on découvre l'admirable site de Mauves dont les maisons aux toits de tuiles brunes dominent la vallée de l'Huisne. Un élégant clocher contreforté portant la !nargue du XVIIe s. signale l'église Saint-Pierre (ISMH). 

Près de la mairie, en bordure de l'Huisne, se trouve l'ancien grenier à sel et, face à la mairie, en retrait, une maison à tour octogonale au XVIe s. a appartenu à Jehan Goevrot, médecin de François 1er. Les ponts Catinat furent construits en 1610, à l'initiative du père du maréchal de France, Nicolas de Catinat, capitaine au service de Louis XIV et seigneur du lieu. Jadis clos de murs, le manoir de la Mare (XVe s.) se distingue par sa grosse tour ronde en poivrière édifiée à un angle du logis. Une échauguette en pierre de taille agrémente la façade arrière de cette ancienne demeure seigneuriale.

Corbon

Le manoir de courboyer a noce route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandieCorbon Ce bourg minuscule, bâti dans un méandre de l'Huisne, fut, sous Charlemagne, chef-lieu d'un comté, le Corbonnais. Jusqu'au XIIe s., la monnaie émise dans le Perche était dite "moneta corbonensis". Sur cette "capitale" a toujours couru une légende, celle du fondateur mythique du cheval percheron, le cheval Bakis, monté par Hélidor, petit-fils d'Enée.

Leur rencontre avec un cheval en or, sans cavalier ni harnais, statue dressée jadis à la gloire du percheron, a été transmise par la tradition orale. Un dicton en est resté : "À Corbon en Corbonnais. Sous la pièce des Trois Noyers. Un cheval massif en or y est".

Courcerault

L'église Saint-Pierre de Courcerault, remaniée au XIXe s. (clocher néo-roman) présente la particularité de posséder deux cadrans solaires gravés au XVIIe s. sur deux contreforts de la nef. Saurez-vous les découvrir et... lire l'heure au soleil ? Près de l'église, le tilleul plusieurs fois centenaire a un tour de taille impressionnant : 4,60 m à 1,30 m du sol.

Le bois de Sublaine (privé) fut, en 1944, le théâtre d'une tragédie qui démantela le «maquis de Courcerault». Promenade jusqu'à l'Hôtel Garnier, ancienne fermette témoin de ce fait de Résistance. Circuit (5 km aller-retour, 1 h 25 mn) balisé et décrit. Départ place de l'église.

Le manoir de la Vove

Gardien de la vallée de l'Huisne, la Vove était l'une des plus importantes maisons fortes du Perche. Élevé aux XVIe-XVIIe s., le manoir (Cl. MH) présente un logis à deux étages éclairé par de larges fenêtres à meneaux et desservi par une tour d'escalier octogonale s'ouvrant par une porte à gâble flamboyant délicatement sculpté. Une tourelle cylindrique en encorbellement permettait d'accéder à la chambre du guetteur.

À l'arrière, la grosse tour ronde est celle du donjon. Une chapelle, de style gothique, complète l'ensemble. Saisie à la Révolution et vendue comme bien d'émigrés, la Vove devint une maison de ferme, avant qu'une remarquable et complète restauration ne lui rende toute sa dignité. Selon la tradition, les seigneurs de la Vove, parmi les plus puissants seigneurs percherons, avaient le pouvoir de guérir de la maladie du carreau, "qui est un amas d'humus au costé du ventricule qui le durcissent". Découverte extérieure des abords du manoir autorisée, toute l’année, lundi et samedi, 14h-17h.

St-Maurice-sur-Huisne

Colonard-Corubert

Le manoir de lormarin route des manoir du perche guide du tourisme de l orne normandieColonard-Corubert La commune est née de la fusion de quatre anciennes paroisses dont celle de Corubert, qui fut réunie à Colonard en 1959. Pour se rendre à ce pittoresque hameau de fond de vallée, abandonner le circuit fléché, gagner le centre du bourg et, face à la route de Mortagne, tourner à gauche.

On remarquera :

L'ancienne maison seigneuriale de Brainville, aujourd'hui ferme de la Grand' Maison. Ce petit manoir de la fin du XVIe s., à rampants de pignon plats, présente à l'arrière une tour ronde contenant un escalier de pierre en vis

L'église Saint-Pierre et Saint-Paul (XVIe s.), édifice restauré au XIXe s. (1877 au pignon). La porte est gothique avec linteau en anse de panier. • de nombreuses petites maisons typiquement percheronnes.

Le manoir des Perrignes

L'ancien colombier seigneurial, transformé au XIXe s. en habitation se dresse en avant-garde. Niché dans la verdure, le logis (XVIe s.) est terminé, d'un côté, par une toiture en pavillon et une tour-donjon, et, de l'autre, par un petit pavillon et une chapelle flanquée de deux tourelles coniques du début du XXe s.

Si vous avez le temps, nous vous conseillons de visiter

La Perrière

Perché sur un éperon de grison, ce petit village dévoile tout le charme d’une ancienne place forte, avec ses vieilles ruelles étroites. On y voit encore de nombreuses traces du passé, notamment des maisons des XVIe et XVIIe siècles. Perché sur un éperon de granit, ce petit village possède tout le charme d’une ancienne forteresse, avec ses vieilles rues étroites.

Il y a un bar très agréable, salon de thé, une brocante (magasin d’antiquités) et une galerie de l’artiste sculpteur. Vous pouvez y voir de nombreuses maisons pittoresques des XVIe et XVIIe siècles. Assurez-vous de faire une promenade autour de l’église, derrière lequel vous profiterez une vue remarquable sur la vallée.

Rémalard

A 18 km au nord-est de Bellême, gros bourg percheron où naquit Octave Mirbeau, l’auteur du roman Journal d’une femme de chambre. La mairie est installée dans la gentilhommière où il passa son enfance.

De Rémalard, en prenant la route de Moutiers-au-Perche; sur la droite de celle-ci, à environ 5 km, on aperçoit dans un vallon le manoir de Voré, manoir privé, beau château dans le plus pur style XVIIIe siècle, mais le moins percheron des manoirs du Perche.

Moutiers-au-Perche

A Moutiers-au-Perche, parcourez ce village pour découvrir ses maisons qui s’accrochent à un versant de colline.

Villeray

Un magnifique village du Perche, assez caractéristique, à flanc de coteau au pied du château du XVIe siècle à façade blanche. En parcourant ce village de Villeray vous découvrirez de superbes maisons. Au bord de la rivière, un moulin, et plus haut un charmant château.

Le saviez-vous ?

Pour édifier un manoir, il fallait faire partie de la noblesse, « avoir le droit d’édifier une bâtisse de son rang », explique Alban Cristin, propriétaire du manoir de Lormarin.

Il explique la forte concentration de manoir dans le Perche. « Quatre générations de Rotrou sont parties en croisades accompagnées de fermiers. Une fois revenus de la Terre Sainte, pour les remercier, les paysans sont anoblis par le roi. Ils étaient alors en droit d’édifier leur manoir. » Ce qu’ils ne manquèrent pas de réaliser.

La ferme percheronne

Par ses formes et matériaux, la ferme percheronne reflète bien l’identité de ce territoire rural. Les manoirs racontent eux aussi l’histoire du Perche. Accrochée à flanc de coteau, la ferme percheronne, par ses matériaux simples tirés du sous-sol et de la forêt, fait partie intégrante du paysage.

Son architecture fonctionnelle témoigne d’une longue histoire du monde rural : ses bâtiments en « U », en carré ou en « L » regroupent logement, écurie, étable, grange, poulailler.

Pour vous rendre sur le Circuit de la Route des Manoirs du Perche

La Pichotière

Couvert 12 °C

Couvert

  • Min: 11 °C
  • Max: 12 °C
  • Vent: 18 kmh 230°

Nos coups de coeur sur la Route des Manoirs du Perche

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de Basse-Normandie

Préparez vos vacances sur la Route des Manoirs du Perche avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la Route des Manoirs du Perche avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 29/08/2017