Route de la Grande Guerre dans la Marne - Etape 1

Circuit de l'étape "de Mondement-Montgivroux à Berru" de la Route de la Grande Guerre dans la Marne (51)

Conflit sans précédent dans l'histoire par son échelle, le nombre de ses morts et l'ampleur des destructions matérielles, la Première Guerre mondiale est déclenchée par l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo le 28 juin 1914. En France, la mobilisation générale est décrétée le 2 août 1914.

S'ensuivent quatre années d'une guerre de position, dite "guerre des tranchées", dont le front s'étend en Europe sur près de 700 kilomètres. Conflit d'un genre nouveau puisqu'il marque également les débuts de la guerre aérienne, l'emploi des chars et des gaz, il se solde par 9 millions de morts et des pays dévastés.

La Marne, le nom des deux batailles décisives de la Grande Guerre ; le nom d’un territoire qui aujourd’hui encore, au travers de profondes cicatrices, témoigne de l’âpreté des combats qui ne cessèrent de s’y dérouler tout au long de cette Grande Guerre, de 1914 à 1918.

Des monuments emblématiques et de nombreux cimetières jalonnent le tracé de l’ancien front sur ce circuit de mémoire. Une multitude de nationalités sont ici représentes et le sol marnais recueille avec respect le plus grand nombre de sépultures militaires de tous les départements français avec 164 145 tombes de soldats.

Votre itinéraire et visites sur le Circuit de l'étape "de Mondement-Montgivroux à Berru" de la Route touristique de la Grande Guerre dans la Marne

Etape 1 :

Ce circuit de mémoire de la Grande guerre et des batailles de la Marne partira de la commune de Mondement-Montgivroux. La bataille de Mondement en septembre 1914 fut un épisode important de la première bataille de la Marne. Le 19e bataillon de chasseurs à pied est installé le 8 septembre au soir au château de Montgivroux et le 9 au château de Mondement.

Les entonnoirs de mines de massiges route touristique de la marne guide du tourisme du grand estBalcon naturel surplombant les Marais de Saint-Gond, ce lieu symbolique a été choisi pour marquer l'avancée extrême de l'invasion. La première bataille de la Marne, qui se déroula du 5 au 12 septembre 1914, est commémorée par le Monument national de la Victoire de la Marne.

Cette gigantesque borne, haute de 35,5 mètres, en béton teinté de rose saumon est décoré de figures dues au ciseau du sculpteur Henri Bouchard et conçue par l'architecte Paul Bigot. A la base du monument, un bas-relief sculpté représente les effigies des généraux qui commandaient une armée durant cette bataille. Au-dessus, gravé dans la pierre, figure l’Ordre du jour du 6 septembre 1914 signé par Joffre.

Implantée sur les conseils du maréchal Foch, sur cette colline du village entre l'église et le château (lieu des combats). Elle domine les marais de Saint-Gond, et marque à cet endroit un point stratégique qui verrouillait le passage vers Paris par le sud. Érigé en 1931 et achevé en 1938, l'inauguration du monument eut lieu en 1951. 

Le musée d'histoire qui se trouve dans l'ancienne école communale, permet d'appréhender l'histoire de la première bataille de la Marne et l'histoire locale inhérente à ces combats, dont le front toucha huit cantons du département de la Marne, ainsi que l'approche culturelle de la Grande Guerre. Le musée rappelle ces combats. Il présente des objets et des documents de la bataille et de l'époque.

A voir : L'église et le cimetière dont le carré militaire. Le château de Mondement : sur le mur d'entrée du château est scellée une plaque à l'effigie du général Humbert qui commandait la Division marocaine pendant la bataille des marais de Saint-Gond et qui ordonna au 77e régiment d'infanterie de reprendre la position de Mondement.

Après cette première visite, prendre la direction de Dormans via la D951 et D18 (41 km). Lors de la première puis de la seconde bataille de la Marne la ville de Dormans est très endommagée. En 1940, la ville subit également d'importants dégâts lors de la bataille de France. La commune est décorée à deux reprises : de la Croix de guerre 1914-1918 le 30 juillet 1920, puis de la Croix de guerre 1939-1945.

Le Mémorial est situé sur la rive gauche de la Marne, sur un coteau dominant la rivière et la ville de Dormans. Le mémorial des batailles de la Marne est construit entre 1921 et 1931, dans le parc du château de Dormans, pour commémorer les deux batailles de la Marne, de septembre 1914 et juillet 1918. Le site est choisi par le maréchal Foch qui le déclare « lieu synthétique de ces deux batailles ».

Dormans est le plus important mémorial consacré aux soldats tués pendant les batailles de la Marne de la Première Guerre mondiale. L’ensemble, édifié entre 1921 et 1931 à l’initiative du Maréchal Foch, comprend une crypte, une chapelle et un ossuaire rassemblant les restes d’un millier de soldats de toutes nationalités. Depuis le chemin de ronde, il offre une vue imprenable sur la vallée de la Marne.

Le memorial des batailles de la marne a dormans route touristique de la marne guide du tourisme du grand estL'imposant ensemble est dû aux architectes Marcel et Closson. Un escalier monumental mène à un grand parvis où se trouvent un cadran solaire et la table d'orientation qui indique les noms des villages de la vallée de la Marne où s'est déroulée la bataille de 1918.

A voir : Le château des XIVe et XVIIe siècles, l'église Saint-Hippolyte des XIE et XIIe siècles, l'église Saint-Martin de Soilly, La lanterne des morts, Une nécropole renfermant des sépultures de soldats de l'Allemagne, du Commonwealth et de la France.

Poursuivre vers Chambrecy par la D980 (67 km), sur la route de Reims à Ville-en-Tardenois, Chambrecy fait partie du nord du parc naturel régional de la Montagne de Reims.

Le cimetière militaire italien de Bligny est situé sur le territoire de la commune. Il s’agit du plus grand cimetière italien situé sur le front français. Sont inhumés ici les soldats italiens qui se sont engagés comme volontaires dans l’armée française, tombés en Argonne et sur le front de Champagne. Un cimetière militaire britannique de la Première Guerre mondiale se trouve sur une colline dominant le village, le long de la route de Reims.

A voir : L'église Saint-Julien, elle recèle des peintures murales du XVe siècle.

Suivre vers la D980 et D386 en direction de Marfaux (74 km), située dans la Montagne de Reims, la commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le 30 mai 1921. La commune accueille un cimetière militaire britannique et un cimetière militaire allemand de la Première Guerre mondiale. Il est l’un des plus grands cimetières du Commonwealth de la région. Il rassemble 1 114 dépouilles de soldats du Royaume-Uni et de 15 soldats néo-zélandais.

A voir : L'église Saint-André est de style roman. Elle date du XIIe siècle et est classée monument historique le 5 juin 1923.

Prendre la direction de Reims, la ville martyre via la D22 (96 km). Au cours de la Première Guerre mondiale, Reims fut détruite à 80% par les bombardements allemands. Le 19 septembre 1914, un bombardement mit feu à la charpente de la Cathédrale des Sacres des rois de France : l’énorme brasier fit fondre les cloches et les plombs des verrières, et éclater la pierre.

C'est ce jour que les Allemands entrent dans Reims et occupent la ville jusqu'au 13 septembre. Durant cette période des obus français touchent le monument. Cependant, après la bataille de la Marne, les Français reprennent la cité. Ce sont les 17, 18 et 19 septembre que les bombardements allemands sont les plus violents

Soldat dans une tranchees route touristique de la marne guide du tourisme du grand estÀ la fin de la guerre, seul le gros œuvre avait résisté au pilonnage des obus. Martyrisée par quatre années de guerre, l’édifice sera restauré avec l’aide financière de généreux donateurs, en particulier de fondations américaines.

Le carré militaire du cimetière du nord : Situé rue du Champ de Mars à proximité du monument aux morts, ce cimetière regroupe 306 soldats et des victimes civiles tués au cours de la première guerre mondiale.

Le carré militaire français du cimetière de l’ouest : Situé rue de Bezannes, ce cimetière fut ouvert à Reims en 1893.

Le cimetière de l’est : la mémoire des Sous-Lieutenants Herduin et Millant : Sous-Lieutenants qui au cours de la première guerre mondiale ont été exécutés sans jugement pour avoir abandonné leur poste alors qu’ils étaient parti faire une pause avant de reprendre le combat.

Le monument aux soldats d’Outre mer : Ce monument érigé en 1963 est constitué de deux obélisques de 7 mètres de haut, symbolisant l’union des combattants métropolitains et africains, et d’un bloc d’une tonne, symbolisant la résistance de Reims et de ses défenseurs pendant la première guerre mondiale.

Ce monument remplace l’ancien monument à l’armée Noire, démantelé par les allemands durant la deuxième guerre mondiale et dont il existe une réplique à Bamako (Mali).

Le monument aux infirmières : Ce monument fut érigé à Reims (place Aristide Briand) après la première guerre mondiale, en hommage aux infirmières françaises et alliées victimes de leur dévouement.

Le monument aux morts : Ce monument a été réalisé dans le cadre de la reconstruction de la ville détruite à 60%. Celui-ci honore la mémoire des 4 567 Rémois morts pour la France et les 740 victimes civiles décédées au cours de ce conflit.

Le monument aux morts des 132ème, 332ème régiments d’infanterie et 46ème Territorial : Ce monument fut érigé (place Léon Bourgeois) pour honorer la mémoire des soldats tombés aux Eparges entre le 23 octobre 1914 et le 12 avril 1915.

A voir : le Musée des Beaux-Arts, Musée-Hôtel Le Vergeur, Ancien Collège des Jésuites et le Planétarium, le Fort de la Pompelle, le Musée de Reddition, le Musée Automobile Reims Champagne, la Chapelle Foujita, la Basilique et le Musée Saint-Remi, le Cryptoportique, la Porte Mars, la Place Royale …

Reims doit sa célébrité à sa cathédrale, lieu des sacres des Rois de France et au vin de Champagne, la ville étant le siège de nombreuses et importantes Maisons. 

Musee du fort de la pompelle route touristique de la marne guide du tourisme du grand estLe monument de la Pompelle : Erigé après la première guerre mondiale, ce monument se situe à l’emplacement de la ferme d’Alger, là où se sont déroulés de 1914 à 1918 des combats acharnés pour la prise du fort de la Pompelle.

Aux portes de Reims, le Musée du Fort de la Pompelle est le plus important musée de la région consacré à 14-18. Il offre des vitrines contenant de nombreux objets ayant appartenu aux soldats, des collections de sabres, des mannequins revêtus des différents uniformes des armées française, allemande et alliées, et notamment ceux du corps expéditionnaire russe.

Le musée possède un riche patrimoine d’artillerie depuis le célèbre canon français de 75 jusqu’aux «crapouillots» (petits mortiers de tranchées) et présente également une salle consacrée à l’aviation. Pièce maîtresse du musée, la collection de 560 casques de l’armée impériale allemande, dite collection Friese, est unique au monde par son importance et sa diversité.

Ce fort fut construit de 1880 à 1883. C’est le seul fort qui soit resté aux mains des français durant la grande guerre, assurant la défense de Reims. Il fut cependant lourdement détruit par des bombardements allemands.

A proximité de Reims :

Cimetière militaire de Sillery 51500 Sillery Ce cimetière fut crée en 1923 pour recevoir les corps des militaires français provenant de nombreux cimetières communaux des environs, ainsi que des cimetières provisoires aménagés tout au long de la Première Guerre mondiale en arrière du front.

Observatoire du Mont-Sinaï à Verzy 51380 Verzy Sur le bord de la crête, une casemate situe l’observatoire crée après la libération de Reims en 1914 d’où le général Gouraud observait les positions allemandes. Le site avait été dénommé ainsi par les militaires en langage conventionnel. Une table d’information complète la vue étendue en direction de Reims et des monts de Champagne.

Pour la prochaine étape de votre parcours sur les trace des poilus de 14-18, prendre la direction de Berru via la D980 (107 km). La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le . Le Cimetière allemand de Berru 51420 Berru Il rassemble les dépouilles de plus de 17 000 soldats allemands (dont 4 500 en ossuaire).

A proximité du cimetière, les sous-bois portent encore la marque des trous d’obus et les amorces du réseau de tranchée mis en place par les troupes allemandes.

Pour les Rémois, le mont de Berru est aujourd'hui synonyme depuis des lustres de promenades très agréables dans un environnement de qualité. C'est l'occasion d'admirer des beautés naturelles comme les tritons crêtés dans les mares et les orchidées sur les flancs secs. Autre patrimoine remarquable, l'église Saint Martin du 12e et 13e siècles. Mais le village fut occupé bien avant.

Fleuron de cette histoire très ancienne, le casque gaulois découvert sur le territoire et montré comme perle rare au musée d'archéologie nationale de Saint Germain en Laye. L'origine du nom Berru vaut son pesant d'or. Fils d'une reine de Belgique, cent ans avant J-C, le nommé Berr installa sa demeure sur le mont.

Il eut l'idée de mettre de l'ordre dans les emplacements disparates des huttes l'environnant en les alignant de part et d'autre le long d'un chemin. Ainsi naquit la rue du seigneur Berr. C'est-à-dire Berru ! En parcourant la balade fleurie, vous emprunterez les chemins longeant ces remparts dont les vestiges sont encore visibles.

Fin de cette première étape du circuit historique et de mémoire de la Route de la Grande Guerre dans la Marne : Itinéraire de Mondement-Montgivroux à Berru (107 km).

Fin du circuit ou suivez le deuxième circuit touristique de l'étape 2 "de Montgon à Orval".

Le saviez-vous ?

Parvenus aux portes de Paris le 2 septembre, les Allemands, plutôt que de tenter de s'emparer de la capitale, essayent de prendre à revers l'ensemble du corps de bataille français par une manoeuvre d'encerclement. S'engage alors la "bataille de la Marne" où Joffre, chef d'état-major, et le général Gallieni, commandant la place de Paris, lancent une contre-offensive générale marquée par de hauts faits d'armes : le général Foch résiste héroïquement dans les marais de Saint-Gond et l'armée du général Maunoury est transportée par les taxis de Paris au nord de la Marne : constatant l'échec de leur action, les Allemands se replient le 10 septembre sur l'Aisne ; leur commandant en chef, von Moltke, est remplacé par von Falkenhayn. Paris est sauvé.

Découvrez les deux circuits de la Route de la Grande Guerre dans la Marne​

Circuit 1 Etape : "de Mondement-Montgivroux à Berru"

Circuit 2 Etape : "de Berru à Souain-Perthes-lès-Hurlus"

Pour vous rendre sur le Circuit de l'étape "de Mondement-Montgivroux à Berru"

Sedan

Ciel dégagé 11 °C

Ciel dégagé

  • Min: 10 °C
  • Max: 14 °C
  • Vent: 11 kmh 250°

Nos coups de coeur sur le circuit de l'étape "de Mondement-Montgivroux à Berru"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristiques de la Marne

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans la Marne avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 18/07/2018