Bastides et villages fortifiés de la Lomagne - Circuit 2 (Tarn-et-Garonne & Gers)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 2 de la Route touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne" dans le Tarn-et-Garonne

Dans le Tarn-et-Garonne, comme dans la plupart des bastides, le centre de la cité est occupé par une place, lieu d’échanges commerciaux, qui accueille les foires et les marchés. La place des bastides était le plus souvent bordée par des galeries couvertes appelées cornières, ambans ou couverts.

Ces lieux de passage, à l'abri du soleil et de la pluie offraient aux commerçants et aux artisans des avancées pour leur échoppes. Les bastides implantée selon un plan orthogonal et ordonnée autour d’une vaste place ont vu leur plein épanouissement aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Ce deuxième circuit de la route touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne est une plongée dans l’histoire en parcourant les rues et les ruelles, quadrillage authentique, église fortifiée, halle monumentale.

Après cette pause à Fleurance (km 0), la prochaine étape de ce circuit touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne" sera la Bastide de Monfort via la D654 (15,3 km). Construite sur l’éperon rocheux d’un coteau, elle domine la vallée de l’Orbe. On prétend que cette bastide avait pour but d’assainir la région infestée par les brigands entre Mauvezin et Fleurance. 

Monfort maison du poete guillaume du bartas routes touristiques de gers guide du tourisme midi pyreneesEn raison de sa position géographique et stratégique, Géraud V, comte d’Armagnac, la baptisa "Mons Fortis", "Montagne fortifiée". ​La Bastide de Monfort est encore ceinturée de quelques éléments de remparts dans lesquels ouvraient au moins trois portes. Une promenade a été aménagée sur l’emplacement des douves.

De la bastide du XIIIème siècle, il subsiste le plan à damier caractéristique avec ses rues se coupant à angles droits et sa vaste place à arcades. Les maisons qui la bordent sont bâties en belle pierre blonde ou en colombage. Aujourd’hui, la Bastide de Monfort présente l’aspect curieux d’une ville médiévale avec ses murs à colombage troués d’ogives et ses habitations Renaissance.

Au centre de la place, la halle en bois du XIXème fait face à l’église gothique Saint-Clément du XIIIe siècle. L’église du XIVe siècle, près de la place centrale et de la halle, comporte un haut clocher octogonal et une très belle nef. Dans les rues de Monfort, de nombreuses maisons témoignent de son passé dont celle où naquit le célèbre poète gascon de la Renaissance : Saluste du Bartas, remarquable par la finesse de ses proportions.

Aux alentours de Monfort, vous découvrirez le site du lavoir et de la fontaine, la chapelle Saint Blaise du XIème siècle, le Château d’Esclignac mais aussi les les petits bâtis gascons, fermes et pigeonniers.  A l'extérieur de la Bastide de Monfort, le site du lavoir, l'abreuvoir et la fontaine mérite une petite visite.

Continuer sur la D654  en direction de Mauvezin, bastide du IXème et Xème siècles via la D654 (25,3 km). Située en Pays Portes de Gascogne, Mauvezin s'étale au flanc d'un coteau enchâssé par deux rivières : l'Arrats et la Gimone qui coulent parallèlement. Frontière entre l'Aquitaine et la Narbonnaise, son ancienne forteresse du IXe siècle était redoutée des alentours. 

Autrefois place forte protestante et capitale de la vicomté de Fezensaguet, la petite bastide de Mauvezin, où vécut Jeanne d'Albret, mère du futur roi Henri IV, a conservé sur sa grande place une splendide halle entourée de maisons anciennes à arcades. Reposant sur des piliers de pierre, la vieille halle du XIVe siècle est agrémentée d'une superbe charpente en bois. 

Près de la halle de Mauvezin se dresse la maison Henri IV, belle demeure gasconne du XVIe siècle, dont l'intérieur abrite de nos jours le bureau de poste. Dans le village, vous pourrez parcourir des ruelles étroites et parallèles, traverser la grande place, voir les terrasses et la promenade du château, installée sur les vestiges de l'ancien château vicomtal, pour profiter du panorama sur la basse ville, l'église avec son clocher de style gothique.

Un petit musée tenu par les "Amis de l'Archéologie et de l'Histoire" est ouvert tous les lundis après-midi ainsi que pour certaines manifestations. Mauvezin, est inscrite dans la Communauté de Communes Bastides de Lomagne.

Le parcours touristique passera par Cologne (34,3 km), implantée en Rivière-Verdun à la limite du Fezensaguet et du Gimois. Cette Bastide présente la particularité d'être situé à l'intersection de la Gascogne gersoise et de la Gascogne toulousaine, et donc de présenter des caractéristiques architecturales appartenant à ces deux catégories.

Cologne maisons a colombage routes touristiques de gers guide du tourisme midi pyreneesLa bastide de Cologne, ville nouvelle du Moyen Âge, fondée en 1284, présente un caractère pittoresque, avec sa place centrale entourée de couverts et de maisons typiques du XVe et XVIe siècles, aux façades alternant brique toulousaine et pierre de Lomagne. La place est l'une des plus belles du Gers avec son ensemble de couverts magnifiquement restaurés.

Au milieu de la place, la superbe halle du XIVe siècle, surmontée d’un petit beffroi à couverture en poivrière et qui abrite une mesure à grain en pierre du XVe siècle. Son église Notre-Dame-de-l'Assomptionséparée de la place est pleine de charme et renferme une salle du trésor. Les anciennes douves du Moyen-Âge représentant les anciennes fortifications de la bastide de Cologne existent encore en partie.

Remonter vers Sarrant via la D165 (41,6 km). Nichée aux confins de la Lomagne, le petit village concentrique, resserré autour de son église, que seulement trois rues viennent découper. La première, circulaire, reprend l’ancien tracé des fossés, la seconde, semi-circulaire traverse le village tandis que la dernière toute droite longe l’église… 

La charmante cité médiévale de Sarrant fait partie des "plus beaux villages de France". Vu du ciel, la bastide de Sarrant ressemble à une coquille d'escargot fermement enroulée autour de son église du XVe siècle. Le cœur du village constituant un ensemble de maisons à encorbellements et colombages et de monuments remarquable, sont autant d'attraits à découvrir en flânant.

Une porte fortifiée du XIVe siècle, ancienne porte de ville surmontée d'une tour carrée, commande l'accès aux ruelles de ce lieu de charme où il fait bon de flaner. Le jardin médiéval de Sarrant est le reflet de ce petit village extraordinaire. L'église Saint-Vincent, de style gothique méridional, a été édifiée en belles pierres de taille à partir du XIIIe siècle et agrandie à la fin du règne d'Henri IV.

Fait remarquable, probablement unique en Gascogne, une importante confrérie de musiciens, dont beaucoup sont aveugles, s’est développée au cours du XVIe siècle. Entre 1580 et 1640, plus d’une centaine de musiciens, violons, vielles, tambourins à cordes et flûtes, ont été recensés. Les maîtres violons de Sarrant forment des apprentis venus de tout le pays, du Béarn, du Pays basque, ainsi que du Roussillon, alors espagnol.

Sarrant plus beau village porte de la villes routes touristiques du gers guide du tourisme midi pyreneesFace à la porte de ville de Sarrant, la chapelle de Notre-Dame de la Pitié, édifiée au XVIIe siècle, renferme une émouvante Piéta du XVIe siècle, en bois doré à la feuille d'or. Non loin du village, surplombant la Gimone, se dressent les tours du château de Savaillan du XVIe siècle, tout imprégné encore de la gloire de son plus illustre occupant Denis de Mauléon, vaillant compagnon d'armes du roi Henri de Navarre, futur Roi de France.

Pour le retour dans le Tarn-et-Garonne, suivre la direction de Maubec en restant sur la D165 (46,2 km). Village chargé d’histoire, idéalement placé sur un éperon rocheux, Maubec est ceinturé de remparts du Moyen-Age, aujourd’hui restaurés. A l’intérieur, les maisons de caractère et à colombages, en pierre semblent sous la protection d’une église majestueuse.

L'église Saint-Orens du XVe siècle à la grande originalité de possédé une façade avec un énorme clocher-porche, haut d'environ trente quatre mètres, d'un type assez exceptionnel dans la région. De forme octogonale comme celui de l'église de Mauvezin (Gers), il fut abattu par les huguenots en 1590. L'électrification des cloches a été l'occasion d'une découverte émouvante : trois boulets de canon datant très probablement du siège de 1590 lors des Guerres de Religion.

Maubec perché au-dessus de la Gimone, ancienne cité fortifiée agrémentée de petites ruelles pittoresques dans lesquelles il fait bon se promener. Le calcaire blanc est partout présent à Maubec. Site défensif redoutable, le village fut à plusieurs reprises le théâtre d’âpres combats. Laissez-vous séduire par son patrimoine avant de reprendre ce circuit touristique.

Continuer vers Faudoas (50,6km), ancien village muré, l'histoire de cette commune est connue depuis le XIe siècle. En 1352, Faudoas avait construit des remparts lorsque Jean de L'Isle chargea Béraud de Faudoas, seigneur du lieu, de défendre cette place contre les Anglo-gascons.

Faudoas présente un bâti à la fois remarquable et pittoresque avec ses maisons à colombage en encorbellement reposant sur des colonnades en pierre, chaussée de la Gimone avec l'ancien moulin à eau, la chapelle d'Escudès et l'église Saint-Laurent construite à partir de 1898 au centre du village qui compte de somptueuses peintures de l'artiste Gaillard-Lola.

La prochaine étape sera Escazeaux via la D44 (57,5 km). Le village qui occupe une position dominante au rebord du plateau avec un très beau point de Escazeaux maisons a colombage routes touristiques du tarn et garonne guide du tourisme du midi pyreneesvue sur la vallée de la Gimone, Beaumont de Lomagne et les coteaux lomagnols, a conservé aux abords de l’église, de jolies maisons à colombages. L’église, de style néo-gothique fut construite pendant la Guerre de Cent Ans et ruinée au XVIe siècle pendant les Guerres de Religion.

Escazeaux était un village fortifié, il tire son nom de l’occitan “casale” qui désignait les terrains et les jardins entourant les habitations. Son origine est assez ancienne puisqu’il bénéficiait dès le Moyen-Âge du statut communal octroyé par les vicomtes de Terride, seigneurs du lieu. Quatre portes munies de ponts-levis donnaient sur les fossés.

Les murailles à mâchicoulis étaient de loin en loin pouvues d'échauguettes reliées par un chemin de ronde ; il est question d'une forteresse en 1403. Le village d'Escazeaux avait aussi un petit hôpital entretenu par des legs charitables.

Poursuivre vers Belbèse via la D44 (66,6 km), prendre le temps de profiter de la Table d'orientation avec une très belle vue sur la vallée de la Gimone, de Beaumont-de-Lomagne et Larrazet. Puis, prendre la D928 jusqu'à la Bastide de Larrazet (71,5 km). La route vers Larrazet offre un paysage des plus agréable, car très varié, d’abord la vallée où la paisible Gimone s’étale entre des zones ombragées et verdoyantes, vouées pour la plupart à la culture.

C’est dans la vallée que se niche Larrazet première bastide de l’abbaye de Belleperche, édifié entre 1253 et 1265, dominée par son clocher octogonal en pierre qui lui même surmonte la très belle église orgueil de la population.

Avant 1268, le bourg était fermé par une enceinte cernée par un fossé profond converti en aqueduc périphérique, le village conserve des restes de son enceinte. Riche en patrimoine de qualité, comme toutes les bastides, Larrazet est construit sur un plan régulier.

Le village de Larrazet comporte des passages couverts dans des rues bordées de maisons anciennes colombage et pans de bois, construites du XVIe au XIXe siècles, ses ruelles étroites bordées de couverts supportant des logements, les halles, les pigeonniers, ses vestiges de remparts et l’arceau de l’ancienne porte de la Barbacanne sont une invitation à la déambulation.

Larrazet est un site historique pour les religieux, puisque l’abbaye de Belleperchette, créée vers 1130-1140 par la famille Argombat, y vécu quelques années jusqu’à son affiliation à Clairvaux en 1143. L’abbaye cistercienne de Belleperche, fut à l’origine de neuf bastides dans la seconde moitié du XIII° siècle. Six ont subsisté, plus ou moins bien peuplées; Belleperche a œuvré dans le cadre de la Lomagne et ses abords, en Gascogne orientale.

Larrazet la halle routes touristiques du tarn et garonne guide du tourisme du midi pyreneesAu XVIe siècle Johan de Cardailhac, abbé de Belleperche, ordonne la construction d’une église, flanquée d’un majestueux clocher hexagonal ainsi que d’un massif pont de pierre qui alimente de passage routier qui aujourd’hui n’existe plus. L’église St Marie-Madeleine (XVIe siècle) a été bâtie en pierre de taille et arbore un retable baroque en chêne massif de 60 m² de superficie.

Johan de Cardailhac, en charge de l’abbaye de Belleperche, fit édifier en 1500 le palais abbatial sur l’emplacement de la tour forte. Le Château abbatial domine la vallée de la Gimone. Il fut pillé et partiellement détruit pendant la Révolution.

Pour finir votre périple sur cette route touristique, prendre la direction de Sérignac par la D25 et D61 (77,9 km). Située au dessus de la vallée de la Gimone, sur un plateau à 207 mètres d’altitude, le village de Sérignac a quelques caractéristiques d’un village fortifié. Sérignac doit son nom à un riche propriétaire gallo-romain, Serenius qui possédait une vaste propriété à côté de la Gimone où se situe aujourd’hui la zone artisanale.

Les murailles de cet ancien village fortifié de Sérignac se sont effondrées à la fin du XVIe siècle. Néanmoins les vestiges de caractère médiéval sont encore visibles de nos jours à travers des maisons à colombages et des ruelles étroites.

On entre dans Sérignac par le porche de la mairie. A l'extrémité de l'enceinte du village se trouve le porche de l’église qui mène au cimetière. La Mairie, les maisons à colombages du village,  un lavoir à l’ancienne, méritent le détour.

L’église de Sérignac, dédiée aux saints martyrs de Milan, Saint-Gervais-et-Saint-Protais fut  détruite en 1561, et reconstruite au même endroit en 1772. Sa situation  est pittoresque : à l’extrémité de la rue principale, le mur nord est adossé à la butte sur laquelle sont bâties les maisons, tandis que le mur sud domine les anciens fossés et les pentes d’un ravin.

Pour le retour sur Beaumont-de-Lomagne prendre la D61 (84,2 km).

Fin de cette deuxième étape de cette Route touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne" dans le Tarn-et-Garonne.

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du Circuit 1 de la Route touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne".

Pour vous rendre sur la route touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne"

Fleurance

Nuageux 10 °C

Nuageux

  • Min: 9 °C
  • Max: 12 °C
  • Vent: 11 kmh 310°

Le saviez-vous ?

Nos coups de coeur sur la route touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique du Tarn-et-Garonne

Préparez vos vacances sur la route touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "des bastides et villages fortifiés de la Lomagne" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 01/02/2020