Les routes touristiques en France

Villages de charmes du Rhône - Circuit 2 (Rhône-69)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 2 de la Route touristique "des Villages de charmes du Rhône"

Après cette visite à Taluyers (km 0) suivre la direction de Montagny, via la D105 et la route du Bâtard (3 km). Le domaine de Montanius, forteresse majeure de la vallée du Rhône à l’époque gallo-romaine, devient au XIIIe siècle le bastion d’une des familles les plus riches du royaume, originaire du Nivernais. La baronnie de Montagny prend alors le titre de « Première baronnie du Lyonnais » et rayonne sur toute la région. 

Le bourg médiéval garde en effet les traces de sa puissance d’antan avec son château aux hautes murailles, bordé de profonds fossés. Quant à sa chapelle romane du XIIe siècle, elles conservent les armoiries des Seigneurs de Montagny présentes sur les vitraux et les fresques intérieures.

Située au cœur des ruelles médiévales du bourg de Montagny, la chapelle témoigne d’une architecture romane primitive typique avec son clocher massif, les arcades de la nef, l’arcature du portail surmontée d’une croix dont la figure géométrique est particulière. Les peintures murales sont remarquables. Le vieux bourg historique, surplombe la vallée du Garon et offre des vues à 360° du Pilat au Mont Blanc

Les ruines toujours visibles aujourd’hui à Montagny témoignent de l’importance de la cité sur une longue période et raconte une partie de l’histoire du vieux bourg. Le château, les hautes murailles entourées de fossés profonds faisaient de Montagny une place forte redoutable et lui permettent de rayonner aujourd’hui encore par son patrimoine unique. A ne pas confondre avec le Montagny de la Loire réputé pour son vin blanc. Ici, c’est la patrimoine tout entier qui a de la bouteille.

Le circuit touristique "des Villages de charmes du Rhône" passera par Mornant. Suivre la route de Chassagny, la route de Varennes, puis sur la gauche la D342 et la D63 qui vous mènera à Mornant (11 km). Située au sud des monts du Lyonnais, sur les contreforts orientaux du Massif central, la commune se caractérise par un relief complexe assez Mornant la tour du vingtain route touristique du rhone guide du tourisme de rhone alpesaccidenté où se mêlent les éléments. Comme en témoignent certains vestiges, la région de Mornant devait être habitée dès l’époque gauloise et même, peut être, avant puisqu’il faut signaler un ensemble mégalithique situé au milieu d’un champ au hameau de Luet.

Les Romains, pendant le règne d’Hadrien, construisirent un aqueduc qui, venant du Pilat amenait l’eau jusqu’à Lyon. L’aqueduc du Gier traverse la commune de Mornant du sud au nord sur une longueur de 6,4 kilomètres. Presque entièrement souterrain, il ressortait à l’air libre pour franchir cinq vallées par des ponts. Aujourd’hui, on peut encore voir les vestiges de trois de ces ponts : Le pont sur le Mornant vestige le plus important, le pont de Corsenat et le pont de la Condamine.

Fort de son patrimoine historique et culturel, vous partirez à la découverte du vieux bourg médiéval de MornantLa tour du Vingtain, haute de 18 mètres, témoigne de l'existence d'anciennes fortifications. Jouissez à son sommet d'un magnifique panorama sur le pays mornantais, le Lyonnais, le Parc Naturel du Pilat et la chaîne des Alpes. Un pan de rempart, construit en moellons, renforcé par une chaîne d'angle harpée, se trouve à l'angle de la rue des Fossés et de la rue Carémi. Le rempart était bordé de fossés dont le souvenir s'est maintenu dans les noms de la rue des Petits-Terreaux et de la rue des Fossés.

La forme urbaine du centre bourg de Mornant, la disposition des maisons autour de l'église en indique le tracé. À l'intérieur du centre bourg ancien, il faut noter la présence de nombreuses maisons qui sont encore le témoignage des siècles passés. On peut ainsi trouver des maisons remontant au XVe siècle. La Maison de Pays, une maison du XVIe agrandie au XVIIIe siècle, un lieu d'exposition d'arts et du patrimoine. L'église Saint-Pierre, bâtie par Pierre Bossan, architecte lyonnais de la basilique de Fourvière, est un édifice remarquable datant du XVe siècle.

Niché au pied des montagnes du Pilat, Longes classé "village remarquable" sera la prochaine étape de ce parcours, via les D342 et D502 (32 km). Son nom ferait référence au centurion romain Longinus qui aurait percé le flanc du Christ avec sa lance. A moins qu’il ne s’agisse d’une référence à Caius Cassius Longinus, qui avec le bien nommé Brutus, aurait fait assassiner Jules Cesar. Ce nom est aussi associé à la forme allongée de la montagne qui surplombe le village : le Crêt de Longe. Longes offre une vue splendide sur la vallée du Rhône, jusqu’aux Alpes par temps clair.

L'implantation d'un prieuré bénédictin serait à l'origine de la création de Longes. Le village de Longes entra ensuite dans les possessions de la maison de Roussillon.  Longes fut à plusieurs reprises ravagée par les guerres de religion et par les épidémies de peste du XVIe et XVIIe siècleCe village pittoresque de Longes est composé de maisons en schiste et notamment des fermes de la région, typiques du Jarez. Le schiste est une roche qui a pour particularité d'avoir un aspect feuilleté, et de se débiter en plaques fines ou « feuillet rocheux ». Ces maisons de schiste rendent le village particulièrement pittoresque et harmonieux.

Comment ne pas tomber sous le charme d’une architecture traditionnelle magnifiquement préservée pendant votre promenade à LongesSon patrimoine présent se distingue par de nombreux monuments dont l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, construite au XIVe siècle et agrandie au XIXe siècleSon lavoir impluvium, sa fontaine et son four à pain en fonction une fois par an. La Jurarie, maison forte édifiée par les pères Chartreux. La chapelle de Nuzières cachée au fond d’un vallon, et celle de Dizimieux , dans le hameau du même nom, construite en 1883 entièrement restaurées...

Longes offre de nombreux sites naturels à découvrir, dont le mont Monnet, l'un des sommets du massif du Pilat culminant à 789 m, ouvrant un panorama exceptionnel sur la vallée du Rhône. Au sommet, vous tomberez sur une petite chapelle et sa statue de la vierge, ainsi qu’une table d’orientation pour orienter votre chemin. Le crêt de Longes et les roches de marlin sont encore une occasion de faire une très belle randonnée dans les plateaux de la région, en passant par la Chartreuse de Sainte-Croix et les Roches de Marlin, pierres druidiquesCertains appellent ces pierres “pierres des sacrifices”, d’autres “Roches du diable” ou enfin “Pierre qui chante”. 

Riverie petite cite de caractere route touristique du rhone guide du tourisme de rhone alpesRevenez sur vos pas, puis prendre la direction de Riverie, via la D502 (54 km). Située sur une arête rocheuse, Riverie est le plus petit village du département du Rhône. Il permet d'admirer la vue dégagée sur la vallée du Rhône et le massif du Pilat. Riverie n’est pas surnommée «le balcon du Lyonnais» pour rien. Le village s'est développé au début du second millénaire, siège d'un fief appartenant aux seigneurs de Roussillon. Sa position dominante sur un éperon en fait un point stratégique pour surveiller la plaine. Un château fortifié est alors édifié. La petite forteresse passe ensuite aux ducs de Bourbon, aux comtes de Forez, puis, Riverie est érigé en baronnie au XVIIe siècle.

Plusieurs fois remanié, le château est vendu et partagé entre différents propriétaires au cours du XIXe siècle. Une partie appartient désormais à la commune. Riverie a conservé un visage pittoresque et un riche patrimoine. Le village est labellisée Petite Cité de Caractère, autour de la place du marché, le village est jalonné d'habitations anciennes bordant les ruelles et de bâtiments d'origine médiévale qui lui donnent un cachet remarquable, tel l'ancien hôpital aménagé en restaurant. Datant également du haut Moyen Âge, l'église dédiée à la Conversion-de-Saint-Paul mérite aussi d'être observée, une pièce d'orfèvrerie du XVIe siècle, en sont les éléments les plus remarquables.

Autre élément de patrimoine de Riverie, la croix du cimetière datant du XIXe siècle. En extérieur, on remarquera l'ancienne "terrasse" du château avec ses allées d'arbres où avait été planté en 1595 un tilleul à la demande de Sully, le ministre du roi Henri IV, pour symboliser la paix retrouvée après les guerres de Religion. Achèvez la découverte la Cité de Caractère par le chemin de ronde. Par beau temps, à 730 mètres d'altitude, la vue panoramique qui justifia la création de ce village fortifié est devenue une vraie leçon de géographie. On peut y distinguer tout un pan de la géographie de la région, au-delà de Mornant et des monts du Lyonnais, s'étirant du col de la Faucille au nord (Jura) aux monts du Diois au sud, au sein des Alpes méridionales, en passant par l'agglomération lyonnaise et la vallée du Rhône.

Prendre la direction de Saint-André-la-Côte, via les D113 (58 km). Point culminant des Monts du Lyonnais côté Rhône (934m), le Signal de Saint-André-la-Côte vous offre un panorama exceptionnel du haut de la passerelle aménagée par la Copamo et équipée d'une table d'orientation. Par temps clair, la vue est ouverte sur les Alpes, le Massif du Pilat et les Monts du Lyonnais. La mise en valeur de ce site naturel vous permet de mieux connaître les paysages qui l'entourent et de situer toutes les montagnes qui se dessinent à l'horizon, mais aussi de découvrir les travaux du géographe Cassini.

Après cette pause bucolique, continuez vers Saint-Symphorien-sur-Croise, via la D113 et D311 (74 km). Installée sur un piton rocheux, le village fortifié de Saint-Symphorien-sur-Croise classé parmi les "Plus Beaux Détours de France", a conservé tout son charme d’antan. Autrefois peuplée par les Ségusiaves, le village de l'époque médiévale doit son nom actuel à saint Symphorien d'Autun, un martyr chrétien décapité. On peut encore admirer des vestiges de l'ensemble de trois lignes de remparts autour de la ville. On peut ainsi découvrir la tour du rempart datant du XIIIe siècle, la porte de la Riverie, du XIVe siècle, ou encore des habitations privées datant du XIVe siècle. Ces dernières se situent non loin de l'église, contre le premier rempart de la cité médiévale.

Sur la place de la Bouterie a conservé son architecture médiévale, on peut encore admirer deux maisons avec un étage en encorbellement. Conservatoire des savoir-faire d'autrefois, la Maison des Métiers permet de découvrir des démonstrations d'artisans du cuir, des salaisons, du bois ou encore du chapeau de paille. La collégiale de Saint-Symphorien-sur-Croise construite sur un piton rocheux à l'emplacement d'un ancien château fort, date du XVe siècle. Consacrée au saint qui a également donné son nom à la commune, elle présente un intéressant aspect de forteresse en raison de sa fonction défensive. Des chapelles latérales ont été ajoutées aux XVe et XVIe siècles.

Saint-Symphorien-sur-Coise était autrefois connue pour la fabrication du drap noir et le travail des cuirs. Le quartier de la Brêche domine la vallée de l'Orzon où étaient implantées les tanneries. On y voit encore quelques maisons basses habillées de galeries sous l'auvent desquelles on mettait sécher les peaux après le tannage. Dans le Vieux Bourg de Saint-Symphorien-sur-Croise se trouve la maison natale d'Antoine Pinay qui fut Président du Conseil sous la IVe République. A l'époque moderne apparurent les industries du meuble et celles de salaison.

Construit à la fin du XVIIe siècle, l'Hôtel-Dieu regroupe aujourd'hui l'ancien mezel dédié aux malades contagieux, ainsi que la grange des Pauvres qui accueillait autrefois les pèlerins se dirigeant vers Le Puy-en-Velay. La croix des Pénitents est également un monument à apprécier à Saint-Symphorien-sur-CoiseCapitale historique des Monts du Lyonnais, aux confins du Lyonnais et du Forez, la visite de Saint-Symphorien-sur-Coise, avec son riche patrimoine naturel et architectural offre une remontée dans le temps jusqu'au Moyen Âge et la Renaissance.

Montrottier le portail de l ancien prieure route touristique du rhone guide du tourisme de rhone alpesPoursuivre votre périple touristique vers Montrottier, via la D4 (102 km). Montrottier possède un patrimoine historique que la commune a la volonté de conserver, d'entretenir et de faire vivre à travers des saynettes, des visites guidées ou des brochures disponibles en mairie.  Le bourg, qui se situe à 700 mètres d'altitude, offre un panorama très vaste sur la campagne environnante et la chaîne des Alpes au loin, par temps clair.

Au Xe siècle, l'abbaye de Savigny fit élever à Saint-Martin-les-Périls un prieuré, poste avancé pour la protection contre les brigands. Le château de Montrottier eut à soutenir plusieurs sièges. Il fut pris et démantelé par l'Archevêque Renaud, lors des guerres de l'Eglise de Lyon avec l'abbaye de Savigny en 1196. Dans la deuxième partie du XVe siècle, Guichard de Pavie fit reconstruire le château et bâtir la partie centrale de l'église actuelle. Le marché de Montrottier remonte à Louis XIV, période de la construction des halles qui existent encore de nos jours. De hautes maisons formant murailles dominent la place. Ce sont les anciens remparts du château auxquels ont été accolées les habitations.

L'entrée des maisons se fait à l'étage. Autrefois, les rez-de-chaussée étaient habités ou servaient d'ateliers particuliers pour le tissage du chanvre. Les métiers à tisser la soie se trouvaient en revanche à l'étage. Les encadrements de fenêtres du grenier sont généralement en bois. Des poulies servaient à monter le bois ou diverses denrées. Une pompe, au milieu de la place, a remplacé le puits. Le Suel du Dîme servait de champ de foire, et jusque vers les années 1980, s'est tenu le marché aux fraises. Tous les éléments du patrimoine de Montrottier sont mis en valeur grâce à des panneaux apposés sur les monuments dans le village. Il suffit de suivre les pas bleus et de vous laisser guider par les numéros. 

Continuez vers Saint-Julien-sur-Bibost, via la D24 et la D33 (111 km), petit village au pied du mont Arjoux. La première mention de Saint Julien-sur-Bibost apparaît dans le cartulaire de l’Abbaye de Savigny au Xème siècle bien que l’on fasse remonter son existence depuis l’époque romaine. Saint-Julien-sur-Bibost offre quelques balades pittoresques autour de son église du XVIIe siècle, de son moulin à eau toujours en activité, et de son église dans laquelle 247 pièces d’or furent découvertes en 1891.

L’église de Saint Julien date du XVIIe siècle, elle contient, entre autres, une statue de vierge à l’enfant en bois doré et un reliquaire. Elle est également dotée d’un carillon de 7 cloches. Saint Julien est un soldat romain, originaire de Vienne en Dauphiné. Il est Persécuté et se cache à Brioude en Haute-Loire où les soldats du Consul Crispinus partis à sa recherche réussissent à le découvrir avant de le décapiter. Saint-Julien-sur-Bibost s’est construit autour de son église.

Au hameau de Tyr, se trouve la ferme Reverdy dont l'architecture est typique des fermes des monts et coteaux du Lyonnais. Cour fermée, logis avec galerie, peintures murales, four à pain, pressoir, dépendances, meubles d'époque, outillages, costumes… on peut notamment y admirer des peintures murales remarquablement conservées. Elle a été récemment restaurée afin d'être montrée au public et devenir le lieu de différentes manifestations

Implanté au bord du ruisseau Le Conan, le Moulin Marcel Coquard date du XVIIe siècle. Dès 1718, le moulin a nécessité des réparations, commandées par le Sieur Tranchant, maître boulanger à St Just de Lyon. Il porte aujourd'hui le nom du dernier meunier qui a cessé d'exercer en 1996. La roue à auges, les meules et le mécanisme ingénieux restent en état de fonctionnement et la visite révèle, sur trois niveaux, le cheminement du grain à la farine. Le château de Senevier, ancienne propriété de la famille de Jussieu, le moulin a eau du Tallot, toujours en activité, sont également des lieux superbes à découvrir au détour d’une ballade à Saint Julien. Par ailleurs, 10 croix sont répertoriées sur la commune dont celle, d’esprit gothique (XV-XIXs), située au coeur du village Saint-Julien-sur-Bibost.

Retour sur Beaujeu, via la D385.

Fin de cette deuxième étape de cette Route touristique "des Villages de charmes du Rhône".

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 1 de la route touristique "des Villages de charmes du Rhône".

Pour vous rendre sur la route touristique "des Villages de charmes du Rhône"

Légère pluie

Taluyers

13 °C Légère pluie

Min: 11 °C | Max: 14 °C | Vent: 26 kmh 200°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue)
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots !

Nos coups de coeur sur la Route touristique des Villages de charmes du Rhône

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique du Rhône

Préparez vos vacances sur la route touristique "des Villages de charmes du Rhône" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "des Villages de charmes du Rhône" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 07/10/2021