Les trois châteaux d'Eguisheim

Visite des trois châteaux d'Eguisheim

Les trois châteaux sont appelés dans les anciens titres, le Dagsbourg, le Wahlenbourg et le Weckmund. Ce dernier a été érigé au XIIIe siècle et a probablement été construit par le duc Ulrich de Vaudémont, petit-fils de Gérard d'Alsace. Actuellement ils sont désignés sous le nom de Trois-Châteaux , die drei Exemer Schloesser.

Les trois tours qui se dressent au-dessus d'Eguisheim et de Husseren-les-châteaux sont perchés sur un petit sommet qui culmine à 591 mètres à l'est de Husseren-les-châteaux et à l'ouest d'Eguisheim. On peut rejoindre les trois tours des châteaux depuis le village d'Eguisheim en rejoignant la "Route des cinq châteaux" qu'il suffit de parcourir jusqu'au parking qui est bien signalé.

À partir de cet endroit il faut marcher jusqu'au sommet qu'on rejoint en 10 minutes. On peut également rejoindre les trois châteaux en partant depuis Husseren les châteaux. En longeant le chemin derrière l'église, un chemin forestier permet de rejoindre le sommet en 30 minutes. Le sentier est très pentu. Il est donc déconseillé à ceux qui ne sont pas suffisamment entrainés.

Le Wahlenburg, le plus ancien est connu depuis 1006. Il aurait fait l'objet d'un assaut dès 1026 par le duc de Souabe, Ernest II de Souabe.

Le Dagsbourg était celui qui était le plus imposant des trois et le moins ancien. Les comtes d'Eguisheim sont les plus anciens seigneurs de la région. Descendants d'Etichon, ils ont dans leur lignée plusieurs maisons souveraines d'Europe. Ce château, castrum Hegensheim, mentionnée pour la première fois dans la Bulle de la Rose d'or (1049) doit son origine selon la chronique d'Ebersmunster, au comte Eberhard, le fondateur de l'abbaye de Marbach.

On en attribue la fondation au comte Hugues qui d'après Berler , y avait établi sa résidence, avec la comtesse Heilwige. Entre 1049 et 1054, Brunon d'Eguisheim le futur pape Léon IX aurait consacré une chapelle castrale qui était située dans l'enceinte même du château dédiée à saint Pancrace.

Le Dagsbourg et le Wahlenbourg étaient entourés d'un fossé particulier.

Le Weckmund, placé à l'avant-poste servait de vigie et de rempart aux deux autres auxquels il était relié par un pont-levis. À côté du Weckmund se trouvait une tour ronde, appelée Nellenbourg, que Billing nomme la tour d'oubli ou la prison de la forteresse.

Dans l'enceinte commune des Trois châteaux, il y avait une chapelle dédiée à Saint Pancrace et consacrée par le pape Léon IX. Toutes ces constructions, sauf la chapelle, furent ruinées en 1466, à l'occasion de la guerre que le meunier Hermann Klee suscita contre la ville de Mulhouse.

La lignée des Eguisheim

Eberhard était le petit-fils d'Etichon et le fils d'Adalbert. De ce dernier sortirent les deux branches des Luitfridigènes qui furent les comtes du Sundgau et des Eberhardigènes, les comtes de Nordgau. L'un de ceux-ci, Eberhard IV, fondateur de l'abbaye d'Altorf, eut plusieurs enfants, entre autres Adalbert I , souche de la maison de Lorraine, et Hugues III chef de la lignée Eguisheim-Dagsbourg.

Eguisheim le donjon du weckmund en travaux route touristique du haur rhin guide du tourisme en alsaceSon fils Hugues IV avait épousé Heilwige, fille et héritière du comte Louis de Dabo. C'est de ce mariage que naquit celui qui devint le pape Léon IX. Les Eguisheim s'allièrent par la descendance féminine avec les comtes de Vaudémont et les comtes de Metz. Un petit neveu de Léon IX, le comte Hugues VI, fut surnommé le petit soldat de Saint Pierre, indefessus miles S.Petri, à cause du zèle qu'il déploya pour défendre la cause de Grégoire VII contre l'antipape Guibert.

Il fut assassiné par trahison dans le lit de l'évêque Othon, avec lequel il venait de se réconcilier à Haselach. Le dernier qui porta le titre de comte d'Eguisheim, fut Ulrich de Vaudémont, petit-fils de Gérard d'Alsace et petit neveu de Léon IX. Il fonda l'abbaye de Pairis et mourut sans enfants en 1144. Sa sœur Stéphanie ayant épousé le comte Frédéric Ier de Ferrette, et c'est ainsi qu'une partie du comté d'Eguisheim passa aux Ferrette, de même qu'un mariage devait un siècle plus tard amener le domaine des Ferrette dans la maison des Habsbourg-Autriche.

Quant aux Eguisheim-Dagsbourg, ils s'éteignirent en la personne de Gertrude de Dabo, fille d'Albert II de Dabo-Moha, comte de Metz et de Moha et de Gertrude de Bade (Zähringen), fille d'Hermann III, margrave de Bade, et de sa femme Marie de Bohême. Celle-ci s'était mariée trois fois : premièrement à Thiébaud Ier de Lorraine, deuxièmement à Thibaut IV de Champagne et troisièmement à Simon III de Sarrebruck, comte de Linange. À sa mort en en 1225, ses biens échurent aux évêques de Metz, de Liège et de Strasbourg.

Eguisheim vestiges du chateau d eguisheim porte d entree du wahlenbourg route touristique du haur rhin guide du tourisme en alsaceCe dernier hérita des terres de Dabo et en grande partie de celles d'Eguisheim. En 1251, le château d'Eguisheim était devenu un fief castral de l'évêque de Strasbourg et l'ancienne seigneurie fut incorporée dans le Haut-Mundat, formant un troisième bailliage composée des communes de Gueberschwihr, Gundolsheim, Ossenbihr, Orschwihr, Soultzmatt avec la vallée, la moitié de Westhalten, Wittelsheim, Obermorschwihr, Osenbach, et Weinfelden (Suisse) avec Eguisheim comme chef-lieu.

Le château est plusieurs fois détruit

Les trois châteaux furent plusieurs fois ravagés et réparés. Le premier des trois édifices est détruit une première fois en 1026 au cours d'un assaut du duc Ernest de Souabe. Il fera l'objet d'une nouvelle attaque dès 1144 et une troisième fois en 1198. En 1298, le village d'Eguisheim assiste impuissant au siège de l'empereur Adolphe de Nassau, mais résiste néanmoins. Devant tant de vaillance les troupes de Adolphe de Nassau levèrent le siège.

C'est à la suite de ces attaques que le village fut entouré d'une muraille, octogonale comme celle du château sous Rodolphe de Habsbourg. Le château et le village sont de nouveau pillés entre 1370 et 1380 par les Anglais, puis en 1444 par les Armagnacs conduits par le dauphin de France, le futur Louis XI.

En 1466 lors de la guerre des Six Deniers, le Wahlienbourg et le Weckmund sont détruits par les milices de Turckheim et Kaysersberg. Un meunier avait à cette époque réclamé son dû à la ville de Mulhouse. Il vint se plaindre auprès de Pierre de Réguisheim. Ce dernier alerta la noblesse alsacienne et emprisonna des ressortissants de Mulhouse.

Eguisheim le donjon du chateau de wahlenbourg route touristique du haur rhin guide du tourisme en alsaceEn signe de représailles, les bourgeois de cette ville, aidés des gens de Kaysersberg et de Turckheim vinrent mettre le siège aux châteaux qu'ils incendièrent. Le château était occupé alors par Pierre de Régisheim. Le Haut-Eguisheim ne s'en relèvera jamais. Le Dagsbourg est abandonné deux siècles plus tard.

Château fort dit château de Haut Eguisheim

Histoire : L'occupation du site des châteaux forts de haut Eguisheim remonte à l'époque romaine (vestige de mur romain dans la courtine du Dagsbourg) ; la première citation du château médiéval daté de 1006, époque où il appartient au comte Hugues IV, comte de Nordgau et père du futur pape saint Léon IX ; au 12e siècle il existe deux châteaux puis trois, chacun comportant un donjon, mais divisé entre plusieurs seigneurs : le comte de Ferrette tient la partie sud avec le Wahlenbourg, puis le Weckmund, actuellement sur la commune de Husseren le château.

Le comte de Dabo est propriétaire du Dagsbourg au nord ; à la fin du 12e siècle le château est partiellement détruit et reconstruit ; en 1251 il devient la propriété de l'évêque de Strasbourg qui le donne en fief au comte de Ferrette ; en 1466 le château est pris par les villes de la décapole et détruit sauf la chapelle Saint-Pancrace ; à la Révolution le Dagsbourg est acheté par la commune d'Eguisheim, les deux autres châteaux revenant à la commune de Husseren-les-Châteaux ; du château du Dagsbourg subsistent le donjon carré (deux de ses murs sont écroulés) , une partie de la courtine (comprenant un vestige romain) , du logis et des écuries.

Précisions : classé par liste de 1840 Type : Inventaire général du patrimoine culturel Epoque : 12e siècle

Carnet pratique de Eguisheim

 
 

Pour vous rendre à Eguisheim

Eguisheim

Légère pluie 13 °C

Légère pluie

  • Min: 12 °C
  • Max: 14 °C
  • Vent: 15 kmh 0°

Le saviez-vous ?

Légendes

Si l'on en croit une vieille légende, les Trois-Châteaux seraient l'un une source de feu, l'autre une source d'eau, et le troisième une mine d'or. Ailleurs on affirmait que les trois tours servaient de cadran solaire aux travailleurs de la plaine. À onze heures, l'ombre du château couvrait complètement la façade du Dagsbourg, à midi celle du Wahlenbourg, à une heure celle du Weckmund. À trois heures les Trois-Châteaux projetaient leur ombre tout droit devant eux sur la déclivité de la montagne.

C'est dans le château (Castrum Egisheimiensis) qui est mentionné la première fois dans "la Bulle de la Rose" en 1049 que serait venue au monde Bruno d'Eguisheim, fils du comte Hugues IV d'Eguisheim et Heilwige du comté de Dabo.

Nos coups de coeur à Eguisheim

Hébergement :

Restauration :

Découvrez les sites et lieux touristiques du Haut-Rhin

Préparez vos vacances à Eguisheim avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans le Haut-Rhin avec nos partenaires

  • Séjour Randonnées en raquette en Alsace

    Soultzeren hivers guide touristique alsace

    Pour partir à la découverte des coins les plus secrets des paysages d'Alsace de ses forêts, pour les amateurs de sports d’hiver et de petites stations familiales, le massif des Vosges vous attend. La raquette à neige en Alsace est une des activités hivernales de pleine nature par excellence. Juchez sur ces supports et munis de bâtons, vous voilà partis en balade à l’assaut des sommets enneigés du massif des Vosges pour ce séjour proposer à partir de :

    0,00€ TTC

    Détails

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 18/09/2017