Les routes touristiques en France

Route à travers le Marais Vernier (Eure-27)

La route touristique "A travers le Marais Vernier" dans l'Eure

Occupant un ancien méandre de la Seine, au coeur du Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande, sur la rive gauche de l'estuaire de la Seine, entre Sainte-Opportune-la-Mare et le pont de Tancarville, le marais Vernier est une vaste tourbière, la plus grande de France, avec ses 4 500 hectares.

Au détour de chemins et de petites routes tranquilles, partez à la découverte de ses richesses naturelles, et de son patrimoine bâti traditionnel, constitué de chaumières au charme typique… Territoire paisible et préservé, composé de roselières, de tourbières, et de prairies humides, où paissent de belles vaches Highland Cattle, est riche d'une importante faune et flore : aulnes, saules têtards, pommiers, orchidées sauvages, roseaux, iris, côté végétaux ; hérons cendrés, cigognes blanches, sarcelles d'hiver, balbuzards pêcheurs et autres oiseaux migrateurs, côté faune.

Entre la vallée de la Seine et la vallée de la Risle, hors des sentiers battus, c'est une escapade idéale le temps d’un week-end ou plus. Le Marais Vernier est situé à l’ouest de la forêt de Brotonne et à la porte de l’estuaire de la Seine, avec à gauche Honfleur, à droite Le Havre et Pont-Audemer au sud. 

La route touristique "A travers le Marais Vernier" en auto, moto, camping-car, en autocar, à vélo...

Pour découvrir la route touristique "A travers le Marais Vernier", le plus simple est d'emprunter, à partir du pont de Tancarvillela RN 182 jusqu'à Quillebeuf-sur-Seine (km 0). Situé sur la dernière boucle de la Seine, la commune fait partie du Parc Régional des Boucles de la Seine Normande. La ville toute entière est empreinte de l’histoire et de la vie des marins. Cet ancien village des bords de Seine, a gardé son caractère de vieux port de pêche traditionnel. Les bateaux y attendaient autrefois la marée haute pour franchir la passe. Ses rues et ses chemins incitent à la promenade, puis il y a la Seine qui apporte une atmosphère singulière.

Marais vernier route des chaumieres routes touristiques de seine maritime guide du tourisme de haute normandieSon charme un peu hors du temps ne laisse personne indifférent. En face, le contraste avec la spectaculaire zone industrialo portuaire de Port-Jérôme est saisissant. Les cheminées et les navires multicolores créent ici un décor unique. La Grande Rue est bordée par des maisons à pans de bois du XVIe siècle, au cours de votre balade, découvrez la Maison Royale appelée aussi Maison Henri IV au n°80-82 et celle de l’Amirauté au n°102. Nombreux sont les motifs sculptés sur les maisons en colombage de la Renaissance : la Sergenterie, la Maison du Paradis, la Maison du Passeur,  le magasin de Sauvetage du XVIIIe, ou par les graffitis gravés sur la pierre des passages et des murs intérieurs, donnant sur des cours intérieures.

Arrêtez-vous sur l'église Notre-Dame-de-Bon-Port du XIIe siècle, beau spécimen de l’architecture Romane Normande. Elle se compose d’une nef à 5 travées avec 2 bas-côtés. Le chœur et le déambulatoire datent de la fin du XVIe siècle. La tour est l’une des plus belles de l’époque romane en Normandie. Elle abrite à l’intérieur, les nombreux ex-votos, des maquettes de bateaux rappellent que nous sommes dans une ville de marins ; d’ailleurs le vitrail Sud est un don des pilotes de Seine en 1894. A découvrir également, l'ancien bac, il permet toujours de franchir les eaux comme autrefois, d'une façon très pittoresque. Allez jusqu'au phare, daté de 1862 situé sur la pointe de Quillebouf

La pointe de Quillebouf, qui sépare les parties abandonnées et les parties entretenues du Marais Vernier, est un promontoire rocheux dominé par le phare. De là, on jouit d’une belle vue sur le fleuve, le pont de Tancarville et les installations pétrolières de Port-Jérôme. Engagez-vous sur la route des Maris et commencer la visite du marais par Les Herbages, hameau situé sur une digue construite par les spécialistes hollandais appelés par Henri IV en 1607 pour assainir les marécages et largement détruite par remembrement

La digue des Hollandais, délimitait et isolait le marais «ancien» des crues de la Seine. Enfin, viennent les terres poldérisées par l’endiguement de la Seine au 19e siècle. Le marais subit des transformations successives, par le drainage du sol avec le plan Marschall de l’après-guerre puis par la mise en culture intensive des terrains polderisés au nord entre 1970 et 1990. Cette volonté manifeste d’exploiter toutes les terres du marais et de favoriser la culture intensive a crée un déséquilibre dans la gestion de l’eau et du territoire. Les inondations sont plus fréquentes du fait de l’affaissement des tourbières, les fossés s’envasent par manque d’entretien et le pâturage  tend à disparaître.

Se rendre ensuite à Marais-Vernier (27 km), ce village possèdent un certain nombre de maisons anciennes, très typiques du Marais : leurs fondations et soubassements sont construits en silex et blocs de craie, les murs en pans de bois et colombage vertical pour tenir le torchis. Les deux versants du toit sont couverts de roseaux et le faitage est planté d’iris.  Au moment de la floraison, les villages sont donc fleuris jusqu’au sommet des maisons. Le nom de la localité du Marais-Vernier est attesté sous la forme Marescus Warnerii au XIIe siècle dans un cartulaire de Jumièges.

La commune de Marais-Vernier compte une grande variété de monuments et de sites historiques captivants. L'église Saint-Laurent des XIIe, XVe et XVIe siècle,  elle a été consacrée en 1129 par Baudri de Bourgueil, évêque de Dol. La mairie du XIXe siècle ; un château du XVIIe siècle ; une croix de cimetière du XVIe siècle. Deux manoirs : le premier du XVIe siècle au lieu-dit la Côte ; le deuxième du XVIIe siècle au lieu-dit le Bout d'Aval ; de nombreuses fermes : une des XVIIIe et XIXe siècles, une des XVIe et XVIIIe siècles, une du XVIIIe siècle, une des XVIIIe et XIXe siècles au lieu-dit Quartier du Château, une du XVIIIe siècle au lieu-dit le Bout d'Amont et une dernière du XVIIIe siècle au lieu-dit la Côte.

Marais vernier la pointe du roque routes touristiques de l eure guide touristique de la haute normandieDepuis à ce charmant petit village, rendez-vous à présent à La ChevalerieEn passant par Saint-Samson-de-la-Roque (30 km), un autre village pittoresque. La commune est établie sur le promontoire rocheux qui sépare le Marais-Vernier de la vallée de la Risle à son confluent avec la Seine. Cette position élevée lui assure un très large point de vue sur la basse vallée de la Seine et son embouchure. Admirez l'église Saint-Samson, une partie date de 1877 et sont de l’architecte Perrée. On y trouve un toit à longs pans ainsi qu'une flèche polygonale. Une partie de ses matériaux de construction proviendrait de l'abbaye de Pental, dont un claveau sculpté datant de l'époque carolingienne. Le château de la Chevalerie des XVIIIe et XIXe siècles ; la chapelle Notre-Dame du XIVe siècle ; deux maisons : une du XVIIIe siècle au lieu-dit Saint-Samson et une autre du XVIIIe siècle au lieu-dit le Castel. Le manoir de Tinnetot du XVIIIe siècle, manoir de brique, colombage, torchis et essentage d'ardoise. Il s'agit du fief de la famille Laisné de Tinnetot. Mention du fief dès 1504, reconstruction du logis au XVIIIe siècle.

Continuez jusqu'à la pointe de La Roque (32 km) et sa maison-phare construite en 1849, perchée sur une falaise dominant l'estuaire, haute de ses 50 m avec un feu fixe blanc. Elle est désaffectée depuis 1910. La pointe de la Roque dispose d’une table d’orientation qui permet de découvrir toute la Baie de Seine, depuis ce site exceptionnel.

Revenir en arrière et suivre la route qui longe le bas des collines jusqu’à l’extrémité sud du Marais où se trouve le hameau de Bouquelon (40 km). Sur la route, profitez du site aménagé. Le panorama vous permet de découvrir d’un seul coup d’œil l’ensemble du Marais dont les courtils, "jardins" en vieux français. Observables depuis la table d’orientation, les parcelles agricoles ont une forme unique en France : ce sont des bandes de terrain de plus d’un kilomètre de long pour quelques dizaines de mètres de large. Ces courtils s’étirent jusqu’au cœur du Marais-Vernier et correspondent à une division ancestrale des terres dont la forme s’explique par ses difficultés d’accès. 

Le hameau de Bouquelon dépendait du seigneur de Roys. Le nom de la localité est attesté sous les formes Bouchelon en 1180, Boquelont et Bochelont au XIIIe siècle. La commune de Bouquelon compte deux édifices inscrits et classés au titre des monuments historiques :  l'église Saint-Ouen, cette église, placée sous le patronage du seigneur de Roys, a été construite au XIe siècle. Certains éléments de cette époque subsistent : le portail ouest et une fenêtre au nord. L'édifice a été reconstruit au XIIIe siècle. La sacristie date du XVIIIe siècle. L'église Saint-Ouen abrite un étonnant Christ assis en marbre blanc et surtout une extraordinaire série de verrières des XVe et XVIe siècles qui ornent ses chapelles. 

Le domaine du château du Plessis composé, entre autres, d'un manoir, d'un colombier, d'un bois. La chapelle Saint-Eustache comporte des œuvres du peintre Symon Gredovin de 1608. Celui-ci compose plusieurs peintures murales avec des figures de l'Ancien Testament, des apôtres et du Jugement dernier. En 1750, le château est agrandi d'une aile en retour sur le pavillon d'entrée du XIVe-XVe siècle. En 1844, une chapelle funéraire néo-gothique est édifiée par l'architecte Jacques-Eugène Barthélémy à la demande de Charles-Henri Lebœuf, comte d'Osmoy, maire de la commune.

Le parcours passe par Saint-Thurien via la D90 (44 km), le nom primitif etait Saint Thurien de Beuville. Le nom de la localité est attesté sous la forme Sanctus Turianus de Buvilla dans le cartulaire de Fécamp au XIIe siècle. Il existe sur la commune, le hameau de La-Rue-de-Beuville qui contient encore le nom primitif de Saint Thurien. En 1215, pour avoir combattu avec bravoure lors de la bataille de Bouvines, Guillaume du Fay reçut de Philippe Auguste le fief de Saint-Thurien ; celui-ci resta propriété de la famille du Fay jusqu'en 1696, date à laquelle il passa à la famille Grossin du Breuil. A voir sur la commune de Saint-Thurien : l'église Saint-Thurien des XVIe et XVIIIe siècle, le château de Saint-Thurien du XIXe siècle, un manoir du XVIe siècle.

Marais vernier poste d observation de la grand mare routes touristiques de l eure guide touristique de la haute normandiePoursuivre en direction de Sainte-Opportune-la-Mare, via la D810 (47 km). Sainte-Opportune-la-Mare est le lieu d'origine et l'ancien fief d'une grande famille appartenant à la noblesse normande, les "de la Mare". Des membres de cette famille viking, originaires de Nordmøre, commencent à émigrer vers la Méditerranée avant l'an 1050, faisant souche en Italie méridionale, puis en Sicile au XIIe siècle. Les de la Mare d'Italie, d'abord implantés à Ravello et sa région en Campanie, étendent par la suite leurs domaines. Ils s'implantent par la suite en Apulie, du côté de Barletta, en Calabre, et enfin, à Messine en Sicile. La branche italienne de cette famille normande donne plus tard la famille Della Marra. D'autres membres de cette famille se fixent à peu près à la même époque en Angleterre après la bataille d'Hastings de 1066. Leurs descendants portent encore de nos jours le patronyme de la Mare.

Sainte-Opportune-la-Mare abrite deux antennes de l’écomusée de Basse- Seine : l’une expose le processus de fabrication des alcools dérivés de la pomme, I’autre sur le travail des forgerons de la région. Le village domine la Grand-Mare, vaste étang poissonneux couvert d’une roselière, où sont collectés les excès d’eau du Marais, ensuite écoulés dans la Seine par le biais du canal Saint-Aubin. La Grand-mare est le seul étang naturel du bassin Seine-Normandie. Il s’avère qu’il n’est pas nécessaire d’aller au bout du monde pour se déconnecter et se sentir dans un autre monde ! 

L’étang de la la Grand-Mare,constitue une étape privilégiée pour de nombreux oiseaux migrateurs dont une tour observatoire permet de voir les espèces nicheuses. Le mirador donne également sur la réserve naturelle des Mannevilles où, dans un cadre merveilleusement fleuri, paissent des chevaux camarguais et des taureaux d’Ecosse. Mais au-delà de cet immense spectacle qui s'offre à perte de vue, il faut apprécier la multitude de sensations apaisantes qui s'en dégage, ses odeurs, son grand air, et rester aux aguets des bruits perçant le silence. Des visites organisées par le centre de découverte de la Nature du Parc Régional de Brotonne permettent de découvrir la faune et la flore. 

Lors d’une promenade, vous rencontrerez des chevaux camarguais et des bovins Highland qui se sont acclimatés aux zones humides. Le long des sentiers, vous verrez de longues et basses maisons de ferme à l’ancienne, ou longères, avec leurs toits de chaume et leurs vergers de pommiers, reflétant une Normandie authentique loin de l’agitation du monde contemporain où tant de choses se précipitent.  Le Marais-Vernier est riche d’un patrimoine naturel remarquable avec ses arbres têtards, ses haies de houx et ses espèces protégées.

Carnet pratique de la route touristique "A travers le Marais Vernier"

Les incontournables de cette route touristique

Visites & Activités

L'observatoire de la Grand'Mare, propriété de la Fédération des Chasseurs de l'Eure, surplombe l'étang du même nom. Cet étang est en effet une vaste réserve de chasse et de faune sauvage où canards et oies sauvages viennent se ressourcer en période de migration.

Cet observatoire d'accès libre permet d'observer les oiseaux migrateurs en période de migration, ainsi que des oiseaux sédentaires tout au long de l'année.

Plus d'information

  • Mairie de Quillebeuf-sur-Seine - 74 quai de Seine – 27680 Quillebeuf sue Seine - Tél : 02.32.57.51.25 - mairie-dequillebeuf@wanadoo.fr - Site internet
  • Pont Audemer Risle Normande : Site internet
  • Tourisme Pontaudemer Risle Normande : site web
  • Normandie Sud Tourisme -  site web
  • Normandie Tourisme : site web

Pour vous rendre sur la route touristique "A travers le Marais Vernier"

Ciel dégagé

Ablon

13 °C Ciel dégagé

Min: 11 °C | Max: 13 °C | Vent: 8 kmh 0°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Les lieux les plus enchanteurs sont souvent les plus vulnérables. L'affluence du tourisme pouvant fragiliser encore plus les lieux, veillez à en prendre soin et à ne laisser aucune trace de votre passage. Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter le droit de propriété et à la vie privée, respecter les panneaux signalétiques et consignes. 

  • Veillez à toujours respecter les biens et les personnes lors de votre passage et de ne pas pénétrer sur les terrains privés.
  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue) - La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir. Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne. L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots.

Soyez vigilants et attentifs à tous ces petits gestes pour que nos petits et grands paradis le reste encore de nombreuses années et que les personnes qui passeront derrière nous en profitent tout autant.

Nos coups de cœur sur la route touristique "A travers le Marais Vernier"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de Eure

Préparez vos vacances sur la route touristique "A travers le Marais Vernier" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "A travers le Marais Vernier" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 23/02/2024