Route des parcs et châteaux Etape 1 (Essonne)

Circuit de l'étape 1 "de Juvigny-sur-Orge à Dourdan" de la Route touristique des parcs et châteaux dans l'Essonne

Le département de l'Essonne regorge de trésors patrimoniaux classés. Cette première étape de la route touristique des Parcs et Châteaux de l'Essaonne, vous propose de découvrir quelques sites essonniens qui méritent le détour et dont certains font l’objet d’une protection particulière de l’Etat en raison de leur intérêt historique, architectural ou artistique.

Vous profiterez de cette belle balade pour contempler le patrimoine naturel, historique et architectural du territoire. Les deux villes médiévales que sont Dourdan et Étampes proposent des fortifications et autres vestiges remarquables du Moyen Âge. 

À découvrir également dans les incontournables, le Domaine du Piédefer, la tour de Montlhéry, le château et les jardins de Saint-Jean-de-Beauregard, célèbres pour ses fêtes des plantes, celui Le château de Janvry ou encore le château du marais...

A tout seigneur tout honneur, le 1er à être classé fut le château fort de Montlhéry, dès 1840, dont il subsiste notamment la tour qui se visite lors des journées du patrimoine. Celui de Dourdan, qui date du XIIIe siècle, est dans un état de conservation remarquable.

Votre itinéraire et visites sur le Circuit de l'étape 1 de la Route touristique des parcs et châteaux dans l'Essonne

Boulevard de la Cascade ou avenue Botherel, se situe le Parc des GrottesSitué sur un coteau de la Seine, il possède un balcon qui offre une vue panoramique dégagée sur Juvisy-sur-Orge et laisse deviner le cheminement du fleuve.

Juvisy sur orge le parc des grottes routes touristiques de essonnes guide touristique de ile de franceLe parc des Grottes est constitué d'une grande pelouse et se situe entre le grand ensemble composé par les parcs Ducastel, de la Mairie, aux Oiseaux et Flammarion d'une part et les parcs Gounod et Lambert d'autre part. Le parc actuel est le résultat d'une histoire du site commencée au XVIIe siècle, avec la construction d'un parc régulier, dessiné par Le Nôtre.

La visite suivante sera le Parc de l’observatoire Camille-Flammarionun site organisé autour de chambres de verdure offrant plusieurs ambiances. La structure est globalement restée telle que conçue à l'époque de Camille-Flammarion vers 1880 : une grotte rocaille, un belvédère de l'if, des petits bassins-réservoirs pour le potager. Ce parc doit être plutôt considéré comme un jardin, son espace favorise la relation de complicité entre le visiteur et l'œuvre de Camille Flammarion.

Situé sur l'avenue de la Cour de France, l'observatoire Camille-Flammarion était à l'origine un bâtiment construit en 1730 qui servait d'auberge à la Cour se rendant régulièrement à Fontainebleau. En 1882, Camille Flammarion reçoit cette propriété historique d'un généreux admirateur de ses œuvres. L'illustre astronome s'empresse alors de transformer cette ancienne bâtisse en observatoire.

A découvrir à Juvisy-sur-Orge : L’obélisque appelé la « pyramide de Juvisy » construite en 1756 pour commémorer l’utilisation de la route royale rectiligne entre Villejuif et Juvisy par l’abbé Jean Picard pour cartographier la France. Le pont des Belles-Fontaines construit entre 1724 et 1728. L’église paroissiale Notre-Dame-de-France, la chapelle Saint-Dominique : les balustrades en forme de fer à cheval et le bassin attenant ont été aménagés par André Le Nôtre en 1657.

Prendre la direction de Viry-Châtillon via la N7 (4 km), la ville a préservé un patrimoine digne d'intérêt, plus de 50 hectares de parcs et jardins dont certains comprennent des zones protégées pour leur biodiversité ajoutent à l'attractivité de la cité.

Un total de cinquante hectares de parcs et jardins sont répartis sur le territoire communal de Viry-Châtillon, les plus importants sont le parc Choiseul à proximité du château, le parc Deparchy en bordure de l’Orge dans le quartier des Coteaux de l’Orge, le parc du Pré aux Bœufs dans le quartier de Châtillon en bordure de la route nationale 7, le parc André Leblanc en centre-ville, le parc à Bateaux et la promenade des bords du lac, aménagées autour de l’étang de la Justice et des Noues de Seine.

On relèvera parmi les incontournables le Domaine du Piédefer, une propriété datant du XVIIe pour ses parties les plus anciennes. Il faut s'attarder dans le jardin, doté d'une orangerie et d'un parterre à la française agrémenté d'un jet d'eau typique du XIXe siècle. A voir aussi le Nymphée, une salle ornée de coquillages et rocailles, dans un style baroque italien du XVIIe. Un des rares exemples encore existant de ce type de décor fort prisé sous Louis XIV.

A voir encore au gré de votre flanerie dans Viry-Châtillon, la Maison-Dieu du XVIIIe siècle, ancien dispensaire religieux, un lavoir du XVIIIe dans la rue Choiseul, et dans la même rue, le pavillon Choiseul, qui se compose d'une maison principale du XVIIe siècle, de deux pavillons d'entrée et d'un grand parc. 

Ne pas oublier l'hôtel de ville, ancien château de la Tournelle puis le château Lacroix du XVIIIe, acquis par la ville en 1943, auquel des ailes ont été ajoutées en 1973, la villa Pierre l'Ermite du XVIIIe, le pavillon gothique, unique vestige du château de Viry ou encore le château des Marches du XVIIe et XVIIIe siècles, désormais conservatoire de musique.

Direction Montlhéry par la N104 (17,8 km), la ville est riche d’un patrimoine architectural varié, acquis durant les différentes époques d’occupation. Eminente cité du Hurepoix, celle de la Foire à la Tomate, fief de la famille de Montlhéry depuis l’an 991 puis domaine royal à partir de 1118, Montlhéry est célèbre pour sa tour, la bataille qui s’y déroula le  et sa présence stratégique sur l’axe historique majeur de Paris à Orléans.

Montlhery le chateau routes touristiques de essonnes guide touristique de ile de franceLe château de Montlhéry dont ne subsiste que le donjon est situé sur la rive gauche de l'Orge. Le château construit sur un pignon rocheux, le plus haut de la contrée, fut intimement lié à l’histoire de France sous les premiers capétiens.

Du Moyen Âge, époque glorieuse de la ville, subsiste de nombreux monuments dont  l’église de la Sainte-Trinité construite sur les ruines de la chapelle Notre-Dame-du-Mont-Carmel élevée en 1160. Subsiste aussi du Moyen Âge l’Hôtel-Dieu construit en 1149, les ruines de l’ancienne prison de la PrévotéS’ajoute un nombreux patrimoine.

Sortir de Montlhéry pour se rendre à Saint-Jean-de-Beauregard via la D446 et D35 (33,7 km). Petit village typique au porte orientale du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, doté d’un remarquable château de style Louis XIII, Saint-Jean-de-Beauregard et son domaine sont réputés pour leurs fêtes des plantes du Printemps et de l’Automne.

Du château de Saint-Jean-de-Beauregard on a une belle vue sur la vallée de la Salmouille et la plaine de Marcoussis, d'où le nom de "Beauregard". Le domaine de Saint-Jean-de-Beauregard est labellisé "Jardin remarquable"Le domaine est une destination prisée par les amateurs de jardin du monde entier.

Sertie dans un écrin de terres et de bois, cette propriété familiale a conservé tout le charme, l'esprit et l'élégance de son environnement du XVIIe siècle : un château meublé et toujours habité. 

Du salon d’été à la bibliothèque en passant par le salon vert et la salle à manger, son décor intérieur remarquablement préservé témoigne d’un art de vivre raffiné et délicat. Avec le plus grand pigeonnier d'Ile-de-France et un remarquable potager fleuri à la française unique par la diversité et la rareté de ses collections végétales.

La prochaine étape sera le petit village de Janvry par la D40 (39,1 km). Intégré au parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse, Janvry est réputé pour son château. Le château de Janvry a été construit entre 1600 et 1650 dans un style architectural typiquement Louis XIIIMalheureusement, durant la Révolution de 1789, le château fut dévalisé.

Le village de Janvry est parsemé de bâtiments notables, entre vraies richesses architecturales et trésors vernaculaires. La maison "La Chanson" du XIXème siècle a vu défiler Chaliapine, Coco Chanel, Gérard Philippe. Une belle ferme du XVIIIème se situe sur la place de l’église. Elle conserve encore une halle de déchargement au milieu de la cour.

Après cette pause suivre la direction de Courson-Monteloup via la D3 (47,6 km) pour visiter le Château de Courson. Le château de Courson fut la propriété en 1676 de Guillaume de Lamoignon, premier président du parlement de Paris, et au XIXe des Arrighi, ducs de Padoue, cousins de Napoléon. Ces derniers transformèrent le parc "à l'anglaise".

Le parc romantique du château est l'œuvre des plus grands paysagistes des trois derniers siècles. Labellisé "Jardin Remarquable", il est connu pour ses arbres de collection  : cèdres, tulipiers, séquoias, pins laricio de Corse, et ses plantations florales. Il s'agit d'un château privé ouvert au public les dimanches et jours fériés après-midi de mi-mars à mi-novembre.

Poursuivre votre périple vers Val-Saint-Germain en prenant la D27 (56,7 km) pour visiter le château du maraisConstruit par l’architecte Jean-Benoît-Vincent Barré pour Jean Le Maître de La Martinière, trésorier général de l’Artillerie et du Génie, il est considéré comme l’un des plus remarquables exemples de château de style Louis XVI en région parisienne. Il est situé dans la vallée de la Rémarde, qui alimente son grand canal.

Chateau du marais routes touristiques de essonnes guide touristique de ile de franceC'est un château privé, qui appartient aux descendants d'un frère de Talleyrand. Il est ouvert au public les dimanches et jours fériés après-midi de mi-mars à mi-novembre : on visite essentiellement le musée Talleyrand installé dans les dépendances et le parc.

​Après avoir passé la grille du château du marais, vous vous trouverez dans l’allée de platanes. Celle-là même dont Chateaubriand disait : « le Marais n’a pas perdu son allée de platanes à la révolution » et dont le fabuliste Florian écrivait qu’en sortant de l’allée de platanes il quittait un paradis.

Puis vous verrez sur votre droite un bâtiment ocre rose, le plus ancien de ce lieu, c’était autrefois un moulin. Il abrite souvent des expositions. N’hésitez pas si c’est le cas à aller y faire quelques pas. Sur votre gauche vous apercevrez une tour du XII ème siècle reconvertie à usage de pigeonnier puis la partie du XVII ème siècle ou se trouve le musée dont les heures de visite sont affichées à coté de la grille d’entrée.

En route à présent pour Saint-Sulpice-de-Favières via la D27 (69,9 km) où se situe le Arboretum du château de Segrez dans la vallée de la Renarde, dans l'ancienne province du HurepoixSegrez constitue avec Ermenonville, le Désert de Retz, le Petit Trianon ou Méréville un des rares jardins pittoresques ou « anglo-chinois » de la fin du XVIIIe siècle parvenus jusqu'à nos jours.

Segrez se distingue par son très bel état de conservation et par sa composition paysagère, privilégiant la mise en valeur des attraits naturels du site et le caractère vraisemblable de ses fabriques, à la manière d'un Capability Brown en Angleterre. Le jardin pittoresque et son arboretum sont quant à eux labellisés Jardin Remarquable.

A découvrir aussi à Saint-Sulpice-de-Favières : l'église Saint-Sulpice, elle est l'un des plus beaux exemples du gothique en Île-de-France. L'ancien presbytère du XVIIIe siècle et l'ancienne enceinte fortifiée du XIIIe siècle.

Continuer vers Dourdan par la D82 et D148 (85,2 km). Edifiée sur les rives de l’Orge, Dourdan doit sa notoriété, dès l’époque gallo-romaine, à ses ateliers de potiers. Ville historique encore entourée de ses remparts, Dourdan est aujourd’hui le témoignage d’un passé toujours vivant et d’un patrimoine architectural fort bien conservé. Témoin de son riche passé de ville royale et de capitale du Hurepoix.

Dourdan le chateau routes touristiques de essonnes guide touristique de ile de franceAdmirez le Château du XIIIème, l'une des seules forteresses d’Ile de France ayant conservé l’essentiel de ses structures. Édifié au XIIIe siècle à la demande de Philippe Auguste pour défendre et symboliser le pouvoir royal, le château de Dourdan constitue de nos jours un superbe exemple d'architecture militaire.

En attestent l'enceinte quadrangulaire ponctuée de tours et entourée de fossés secs, le châtelet fortifié, et le donjon isolé de forme cylindrique. Du sommet de ce dernier, une jolie vue sur la cité et les alentours boisés attend les visiteurs.

La forteresse présente également la particularité d'abriter, dans l'ancien grenier à sel du XVIIIe siècle transformé par la suite en habitation, le musée municipal, à l'intérieur duquel se succèdent des collections relatives à l'archéologie, aux beaux-arts et à l'histoire locale.

Face au château de Dourdan, d'autres monuments se dévoilent au regard, comme la halle datant de 1836 et l'église gothique Saint-Germain-l'Auxerrois, des XIIIe et XVe siècles, dont les flèches dominent la cité.

Fin de cette première étape du circuit touristique : itinéraire du circuit entre Juvisy-sur-Orge et Dourdan (85,2 km).

Fin du circuit ou suivez le deuxième circuit touristique des Parcs et châteaux de l'Essonne  : étape de Dourdan à Mériville.

Pour vous rendre sur la route touristique des parcs et châteaux

Bonifacio

Partiellement nuageux 15 °C

Partiellement nuageux

  • Min: 15 °C
  • Max: 15 °C
  • Vent: 4 kmh 20°

Le saviez-vous ?

Circuit de l'étape 1 "de Juvigny-sur-Orge à Dourdan" de la Route touristique des parcs et châteaux

Circuit de l'étape 2 "de Dourdan à Mériville" de la Route touristique des parcs et châteaux

Nos coups de coeur sur la route touristique des parcs et châteaux

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de Essonne

Préparez vos vacances sur la route touristique des parcs et châteaux avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique des parcs et châteaux avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 12/05/2019