Art, culture et histoire Circuit 1 (Creuse)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 1 de la Route touristique "Art, culture et histoire" dans la Creuse

Le parcours touristique "Art, culture et histoire" peut débuter à Nouaille (km 0) où la première visite sera destinée au Domaine de Banizette qui vous emmènent dans une époque ancienne.

Grâce à une remarquable collection d’objets et de véhicules anciens, pendant un bonne heure découvrez comment les hommes et les femmes menaient une vie si différente de celle d’aujourd’hui à la campagne.

Dans le village admirer l'église Saint-Pierre-Saint-Paul, elle dépendait de l'archiprêtré d'Aubusson. Les trois premières travées occidentales datent du XIIe siècle, le clocher est séparé de la nef de l'église. Il a probablement été construit au XVIIe siècle.

Prendre la direction de Gentioux-Pigerolles via les D26 et D992 (10,8 km). Sous l'Ancien Régime, le village appartenait au Comté de la Marche.

Ce village faisait partie de la Commanderie de Charrières (Ordre de Malte), comme en témoignent les « terriers » de 1789  ainsi que l’église. Jamais le Plateau des Mille Sources ne fut si bien nommé, puisque c’est dans ce secteur que naissent le Thaurion, la Creuse, et la Maulde.

Important centre d’émigration des maçons et tailleurs de pierre dès 1850. Depuis le Moyen Âge, comme dans toutes les villages du département, beaucoup d'hommes partaient tous les ans dans les grandes villes sur les chantiers du bâtiment pour se faire embaucher comme maçon, charpentier ou encore couvreur. C'est ainsi que les maçons de la Creuse devinrent bâtisseurs de cathédrales.

Ainsi la Creuse a perdu la moitié de sa population entre 1850 et 1950. On retrouve dans le livre de Martin Nadaud, Mémoires de Léonard, la description de cet exode qui marqua si fortement les modes de vie.

Une immense statue de lave volcanique, la Statue Notre-Dame-du-Bâtiment, dédiée aux maçons de la Creuse se trouve sur la commune de Gentioux-Pigerolles. On y monte par un sentier, autrefois au milieu des bruyères, aujourd'hui dans des forêts de sapins. Sur le socle en lave, partie intégrante de la statue, sont sculptés les outils des différents métiers du bâtiment.

Vous serez également charmés par l'église Saint-Martial d'origine romane. Ancienne dépendance de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (commanderie de Charrière), dotée d'un clocher carré au siècle dernier.

Vous passerez sans doute devant le monument aux morts de Gentioux. Cet ouvrage constitue un véritable repère sur la place principale du bourg et fait partie des dix monuments d’inspiration pacifiste recensés en France. Pour l'anectode, les soldats qui passaient devant recevaient l'ordre de tourner la tête pour ne pas le voir, vous comprendrez pourquoi en vous y rendant. Il fut construit en 1922, à l'initiative de Jules Coutaud, maire SFIO (partie socialiste).

Gentioux pigerolles le pont de senoueix routes touristiques de la creuse guide du tourisme du limousinSitués à 3 km à l'est de Gentioux vers Pigerolles, se trouve l'église Sainte-Madeleine de Pallier tout comme la maison de notaire royal. L'emplacement est celui d'une ancienne dépendance de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem rattachée à la commanderie de Charrières et qui a peut-être auparavant appartenu aux templiers

Située juste au-dessus, la chapelle date du XIIIe siècle, elle se trouve à côté du cimetière où l'on peut voir des dalles funéraires gravées de la croix de Malte. On peut aussi visiter à proximité une reconstitution d'un jardin médiéval, avec ses plantes aromatiques et médicinales, ses roses, son « arbre de vie ».

Le petit pont de Senoueix dit pont romain, est situé à 5 km au nord de Gentioux-Pigerolles. Il enjambe, par son unique arche faite de gros blocs de granit mal dégrossis, le Thaurion ou Taurion qui n'est à cet endroit qu'un petit ruisseau au milieu de la lande du plateau de Millevaches.

Poursuivre vers Royère-de-Vassivière via la D8 (23,6 km), commune de moyenne montagne située au carrefour des lacs de Vassivière et de Lavaud-Gelade, intégrée au parc naturel régional de Millevaches. Les amateurs de nature seront comblés !

Commune très étendue, Royère-de-Vassivière jouxte les rives du Lac du barrage jusqu'à Vauveix en passant par Masgrangeas et la Presqu'île de Broussas. Elle est le théâtre de sites naturels protégés comme la Lande du Puy de la Croix, plusieurs tourbières, la Rigole du Diable creusée peut être par le diable lui-même, située dans la Vallée du Thaurion.

Mais aussi de la presqu’île de Chassagnas qui s’avance et surplombe le lac de Vassivière. Sur l'île de Vassivière, au centre du lac, on peut découvrir le centre international d'art et du paysage et son bois de sculptures. Ce dernier accueille régulièrement des expositions temporaires d'art contemporain.

Si le village de Royère-de-Vassivière possède quelques beaux exemples de patrimoine architectural et culturel. L'église Saint-Germain date de la fin du XIIIe siècle, et on peut apprécier un porche et un clocher du XVe siècle. 

Face à l'église Saint-Germain, sur la place de la Mayade, la fontaine de Cérès, construite en 1871, présente la Déesse entourée de têtes de lions. C'est la Déesse Cérès qui apprit aux hommes l'art de cultiver la terre, de semer, de récolter le blé et d'en faire du pain.

Remarquez lanterne des morts dans le cimetière. Avant 1776, Royère possédait plusieurs lieux d'inhumations. L'intérieur de l'église était réservé aux curés, aux bourgeois et à l'exception de rares artisans et laboureurs

Le cimetière à l'extérieur autour de l'église permettait d'inhumer les habitants baptisés. Chaque village de Royère y possédait son propre tombeau. À partir de 1776, l'inhumation à l'intérieur de l'église est interdite, pour des raisons d'hygiène, par déclaration royale, à l'exception de celle des curés.

Non loin de Royère-de-Vassivière, on peut également découvrir la Pierre du Crapaud, un bloc erratique. A ne pas manquer également, la croix de Magadou, cette croix en granite est remarquable. Cette dernière date du XVIe siècle et se trouve près des vestiges du château de Royère-de-Vassivière détruit par les Anglais pendant la guerre de cent ans.

La prochaine étape sera Saint-Martin-Château par la D7 et la D51 (38 km), situé sur une butte granitique, surplombant une boucle de la Maulde. Mais, on ne trouve point de château. Pourtant, une importante nécropole atteste de la présence ici d'un centre de pouvoir dés le haut Moyen-Age. A la Révolution française, le , la paroisse de Saint-Martin-Château faisait partie du Poitou. Un circuit patrimonial parcourt le village perché.

Saint martin chateau la cascade des jarrauds routes touristiques de la creuse guide du tourisme du limousinEntre 1143 et 1156, l'évêque de Limoges, Gérald II, donna l’église de Saint-Martin-Château à l'Abbaye Saint-Martial de Limoges et de Saint Denis de Peyrat. L’église caractéristique de la montagne limousine date du XIIe siècle, pourvue d'un rare clocher tour isolé, carré à l'extérieur, rond à l'intérieur, possède un gisant (tombeau sculpté). 

En suivant la vallée de la Maulde, plusieurs "ponts de planches" sur d'anciens chemins sont signalés, il s'agit en fait de grands blocs de granit taillés en planches formant des ponts pour le passage des hommes et des troupeaux. Mais le clou de votre balade, la célèbre cascade des Jarrauds, un événement dans le paysage de la vallée de la Maulde où l'eau fait une chute de plus de 15m.

La cascade présente une déclivité de quatorze mètres sur une longueur d'environ trois kilomètres. La cascade des Jarrauds rentre dans l'histoire au XIXe siècle alimentant une dynamo permettant à la ville de Bourganeuf d'être la troisième ville française à recevoir l'électricité en 1886, une première à l'époque.

Pour couronner cette prouesse technique, le premier téléphone de la région reliait les installations de la cascade et de Bourganeuf, alors que l'utilisation commerciale du téléphone datait en France seulement de 1879. Une voie romaine se trouve sur le site de la cascade des Jarrauds.

Votre escapade tourisque, vous emmène à présent à Bourganeuf, la ville lumière via la D51 (53,7 km). Dominant la vallée du Taurion, la cité de Bourganeuf, site majeur du territoire, fondée au XIIe siècle par les Chevaliers de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, invite à la découverte de son patrimoine médiéval. Bourganeuf était le chef-lieu de la « vénérable langue d'Auvergne » jusqu'en 1750 où il fut déplacé à Lyon.

La cité médiévale de caractère doit sa renommée  à l'accueil, au XVe siècle, d' un prestigieux prisonnier : Prince Djem, fils de l'empereur ottoman Mehmet II, dit "Le Conquérant". Surnommé "Zizim" par la population locale. 

Le prince Djem, vaincu par son frère en 1482 se voit contraint de fuir chez les Hospitaliers à Rhodes, en juillet 1482. Pierre D’Aubusson, alors Grand Maître de l’ordre des Hospitaliers l’envoie en France en résidence forcée.

Bourganeuf cite medievale routes touristiques de la creuse guide du tourisme du limousinDe 1486 à 1488, Zizim séjourne à Bourganeuf ​traité avec déférence, mais en otage, où Guy de Blanchefort, neveu de Pierre d’Aubusson, et grand prieur de la langue d’Auvergne de 1512 à 1513,  a fait construire une tour-prison afin d'emprisonner ce prince. La tour dite Zizim, est une haute tour ronde, ouverte à la visite, cette tour, dotée d'une superbe charpente, abrite des objets issus de fouilles archéologiques.

L’ensemble médiéval de Bourganeuf, saura certainement éveiller votre intérêt, mais n’hésitez pas à flâner aussi dans les petites ruelles, afin de découvrir les trésors cachés tels que le château datant du XIIe siècle, ancien siège du Grand Prieuré d'Auvergne, la Tour Lastic du XVe siècle, la chapelle des Pénitents Blancs du XIIe siècle...

Admirer l'église Saint-Jean, édifiée, tout comme le château, au Moyen Age par les Hospitaliers, avec sa croix byzantine et son orgue classé Monument historique, orgue le plus ancien de la région.

Sans oublier la chapelle du Puy dominant Bourganeuf, le patrimoine local n’en est pas moins intéressant. Des chapelles, des ponts, des moulins, des sites archéologiques font de la région de Bourganeuf une véritable réserve patrimoniale vernaculaire. Montez jusqu'à la colline de La Perrière, d'où l'on peut voir de très belles vues sur la ville.

À découvrir aussi : le musée de l'électrification à Bourganeuf qui retrace l'incroyable histoire de l'électrification de Bourganeuf, une des premières villes éclairées d'Europe. Les turbines, l’installation hydroélectrique, divers objets et écrits vous racontent leur histoire.

Pour les plus courageux, l’une des plus belles promenades est celle des Gorges du Verger.  De ce premier site classé du Limousin en 1912  est né le circuit romantique d’Emile de Girardin. Ce site était entre autre fréquenté par George Sand, au XIXème siècle.

Quittez la cité médiévale de caractère pour vous rendre à Soubrebost via la D36 (63,3 km). Arrêtez-vous pour visiter l'église de l'Assomption de la Très-Sainte-Vierge, romane, remaniée au XVe siècle, comme en témoigne son portail de style gothique flamboyant. Elle contient une rare statue de la Vierge en cuivre sur une âme en bois du XIIIe siècle.

Dans le village voisin de Soubrebost, par la D13, au hameau de la Martinèche (66,6 km), l'espace muséographique "la Maison Martin Nadaud" vous fera découvrir le parcours hors du commun, d'un homme devenu élu du peuple, républicain convaincu aux idées toujours d'actualité en ce début de XXIe siècle.

Prendre la direction de Pontarion, après le hameau de la Martinèche située dans les bois se trouve la pierre aux neufs gradins (67,2 km), curiosité naturelle légendaire. Le site est remarquable à bien des points de vue. Un panneau à l'entrée le signale comme étant une "énigme archéologique". Un sentier assez raide monte au sommet de la colline où se trouvent de gros blocs de granite.

Pontarion pierre aux neufs gradins routes touristiques de la creuse guide du tourisme du limousinAutrefois la Pierre aux neuf Gradins s'appelait "Le Tribunal Romain" La position géographique de cette colline a pu être utilisée comme poste de guet ou et de signaux optiques. La tradition des feux optiques se poursuit juqu'à Bibracte. De façon certaine, 3 pierres présentent des formes non naturelles. Les traces des outils de taille se distinguent nettement.

Votre circuit touristique passera par Pontarion par la D941 (70 km). Pontarion était jadis une cure de l'ancien archiprêtre de Bénévent-l'Abbaye.

L'église de Pontarion conserve les tombeaux de plusieurs seigneurs du lieu. Dans l'église, 32 pierres tombales forment un dallage et sont ornées de croix, équerres, marteaux, signes de seigneurs, chevaliers, maçons ou tailleurs de pierre. Le château de Pontarion construit pour Antoine d'Aubusson, du XVe siècle, se compose de murs crénelés et de bâtiments flanqués de tours rondes à mâchicoulis, bordant en partie une vaste cour.

Au pied du château de Pontarion et le long du Thaurion, s'étendent le Jardin des Mouillères, puis le verger conservatoire et l'arboretum. Dans un cadre de verdure et sous le château du XVe siècle, l'Espace Pêche et Nature permet une formidable balade au bord du Thaurion. A la maison'' Maurice Lecante'' sont présentées des expositions et animations l'été.

A 1 kilomètre de Pontarion, les coffres funéraires de la nécropole des Sagnes dévoilent les coutumes funéraires anciennes.

Passer Thauron via D10, puis prendre la direction de Bosmoreau-les-Mines par la D43 et D61 (84,7 km). Bosmoreau est mentionné comme une ancienne possession de l'ordre du Temple. Elle faisait partie des commanderies de la province templière d'Auvergne. La commanderie fut dévolue à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et devint un membre de la commanderie de Bourganeuf.

Bosmoreau est devenu Bosmoreau-les-Mines du fait que l'on y a extrait d'assez importantes quantités de charbon et de houille de 1784 à 1958. Le Musée de la Mine de Bosmoreau retrace l'histoire de l'exploitation du charbon et la vie des mineurs à travers 7 salles d'exposition. La balade "les chemins de la mine", véritable musée à ciel ouvert, permet de découvrir les anciens sites miniers.

Restez sur la D43 jusqu'à Saint-Goussaud (108,3 km). Saint-Goussaud abrite le deuxième sommet des monts d'Ambazac, le puy de Jouer (ou mont Jouer), qui culmine à 694 mètres. Ce point culminant entre les Monts d'Ambazac et les gorges abruptes du Thaurion, offre un sublime panorama. C'est là que le 5 novembre 689, l'ermite Goussaud y fut enterré. Sur le Puy de Jouer se trouvent aussi les vestiges d'un théâtre et d'un temple gallo-romain.

Saint goussaud lanterne des morts routes touristiques de la creuse guide du tourisme du limousinLe petit village de Saint-Goussaud offrent un large patrimoine naturel, bâti et archéologique. Au fil des décennies, le village s'est enrichi d'un patrimoine riche, varié voir même exceptionnel. Saint-Goussaud fait partie de ces petits hameaux dont la nature environnante ne peut que vous embarquer dans un monde fait de légendes et de mystères.

Commencez votre promenade vers l'église de Saint-Goussaud construite au XII ème et XIIIème siècle, cette église est un mélange d'art roman et gothique. L'église abrite plusieurs trésors parmi son mobilier et objets. Non loin de l'église, on remarque une lanterne des morts du XIIe siècle, haute de 5,50 mètres, rapportée de l'ancien cimetière. Construction atypique et principalement concentrée dans le limousin.

La relative rudesse du climat et l'enclavement qui en découle l'hiver donnent à Saint-Goussaud un caractère davantage montagnard qu'aux communes creusoises des alentours. Cela se ressent notamment dans l'architecture locale et dans certaines traces de la vie passée, comme les loges en pierre sèche qui abritaient les bergers en cas de mauvais temps.

Fin de cette première étape de cette route touristique "d'Art, culture et histoire" (108,3 km).

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 2 entre Saint-Goussaud et Nouaille.

Pour vous rendre sur la route touristique "Art, culture et histoire"

Bonifacio

Peu nuageux 19 °C

Peu nuageux

  • Min: 19 °C
  • Max: 19 °C
  • Vent: 4 kmh 0°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes :

  • Feux interdits (pas de barbecue)
  • Camping interdit
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. 

Pensez boite à mégots !

Nos coups de coeur sur la route touristique "Art, culture et histoire"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de la Creuse

Préparez vos vacances sur la route touristique "Art, culture et histoire" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "Art, culture et histoire" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 08/09/2019