Route "Au gré de la Vienne" Circuit 2 (86)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 2 de la Route touristique "Au gré de la Vienne"

Entre Civaux et le Pays Châtelleraudais présente un paysage singulier de plaines vallonnées plus ou moins boisées et de vallées. Premier Pays labellisé Pays d’Art et d’Histoire, le territoire de la Vienne possède un patrimoine riche et varié qui permet un voyage dans le temps à travers ce deuxième circuit.

Région de passage importante, la Vienne était doté, dès le moyen-âge, d'un réseau "routier" plus qu'honorable. Sillonnée de multiples "chemins de Compostelle". Ce territoire est façonné par des siècles d'Histoire.

Après avoir exploré les sites exceptionnels de Civaux (km 0) sur le premier circuit, poursuivez votre parcours touristique en direction de Lussac-les-Châteaux, via la D749 (8 km). 

Occupé dès l'époque préhistorique, comme en témoignent les nombreuses traces d'art dans les environs, pas moins de douze sites fouillés depuis 1836 témoignent de cette occupation. Les principaux sites sont la grotte de La Marche, découverte en 1937, et la grotte des Fadets, découverte en 1865.

Le territoire de Lussac-les-Châteaux s'est développé au Moyen Âge autour de son château. Les ruines du château médiéval avec son pont-levis peuvent être encore admirées.

Lussac-les-Châteaux possède un patrimoine très riche qui comprend un patrimoine historique, un patrimoine industriel, un patrimoine religieux et un patrimoine rural. Le patrimoine historique de Lussac-les-Châteaux est essentiellement composé de châteaux, dont la plupart est en très bon état de conservation. On citera notamment le Château de la Brûlonnière du XIVe siècle, le Château de la Forge du XVIIIe siècle à Lhommaizé, ou encore le Château de la Mothe du XIIIe siècle.

Lussac les chateaux grottes routes touristique de la vienne guide du tourisme de poitou charentesLussac-les-Châteaux est également connu pour son histoire religieuse très riche et très dense. À Lussac-les-Châteaux et dans les communes environnantes, on retrouve des églises et des chapelles qui datent du XVe, XIVe, XIIe et même du Xe siècle. L’église Saint-Romain de Mazerolles se distingue par un clocher à arcades qui date du XIIème siècle. L’église Saint-Jean-Baptiste de Lhommaizé a été bâtie sur les ruines d’une ancienne église romane au XIXème siècle. 

L’église de Saint-Laurent de Jourdes est une bâtisse qui date du XIXème siècle, mais n’a pas toujours eu sa forme actuelle. En effet, avant, il y avait un édifice qui datait du XIIème siècle. L’église Notre-Dame de Bouresse construite au Xe siècle. L’église Saint-Félix de Sillars est une église très ancienne déjà citée au Xème siècle.

Plusieurs chapelles peuvent être aussi admirés sur la commune à l'instar de la chapelle Saint-Honorat du XIIe siècle. Parmi les nombreuses spécificités de cette chapelle, on citera notamment la croix celtique au sommet de la chapelle qui rappelle l’origine bretonne du vicomte, mais aussi la présence d’un autel sous la forme d’un couvercle de sarcophage mérovingien. Sans oublier la Chapelle de la Rigaudière, la chapelle de Loubressac du XIIIe siècle, la chapelle de Cherchillé...

Chaque monument et lieu d’exception qui composent le patrimoine de Lussac-les-Château est disséminé un peu partout sur tout le canton. Certains d’eux se chevauchent, mais se distinguent assez facilement. Pour compléter la visite, le musée municipal de la Préhistoire, installé dans le Grand Logis de la Renaissance, présente 360 m² d'exposition permanente.

Pour compléter la visite de Lussac-les-Château, il est possible de suivre le parcours fléché et partir en balade à la découverte des abris préhistoriques autour de l’étang.

Après cette promenade bucolique, prendre la direction de Queaux, via la D25 (20 km). Le bourg a été construit au bord de la Vienne sur le flanc d'une colline. Une promenade dans les rues du bourg intitulée "L’histoire au fil des rues" permet de voyager dans le temps et de témoigner de la vie locale entre le XIXe et le début du XXe siècle. Il y a plusieurs édifices à admirer à Queaux.

Des thermes de l’époque gallo-romaine ont été mis au jour lors de la construction de l’école de Queaux dont subsiste une très belle colonne en pierre sculptée à décor de feuilles imbriquées subsiste de l'édifice. Admirer l'église Saint-Martin de Queaux, lclocher-porche est de style roman. Fait rare dans la région : de part et d'autre de l'entrée sont disposées des tribunes, autrefois réservées aux hommes, le reste de la nef étant réservé aux femmes et aux enfants. ​

La vallée de la Vienne constituant une voie stratégique entre le Nord et le Sud, on note la présence de nombreux châteaux liés à de grandes familles seigneuriales,  édifiés le long des vallées souvent en position dominante : le château de Chamousseau du XVe siècle et lChâteau de Fougeret du XIIIe siècle. Ces châteaux ne sont pas ouverts au public mais peuvent être admirés de l'extérieur.

Queaux se caractérise également par ses nombreux moulins. Dans un cadre verdoyant, calme et boisé en bordure de Vienne, un espace de détente attendra toute la famille. Aire de pique-nique rénovée à disposition gratuitement : tables , barnum en cas de pluie, barbecue. Toilettes pour PMR.

Traversé par la Vienne, Moussac sera la prochaine étape, via la D25 (28 km). Le bourg de Moussac s’est formé à partir d’une villa gallo-romaine et sa christianisation peut remonter au Ve ou VIe siècle, époque à laquelle se propage en Gaule le culte de saint Martin. L’église de Moussac est dédiée à saint Martin. Saint Martin était très populaire au Moyen Âge.

Les deux sarcophages monolithes et trapézoïdaux, exhumés de l’ancien cimetière situé autour de l’église et, déposés sur la place de l’église, peuvent être datés de l’époque mérovingienne et témoignent des pratiques funéraires des premiers temps du Christianisme. Moussac conserve aussi deux pierres tombales de chevaliers anonymes du début XIIIe siècle, ornées d’une épée et d’une lance, actuellement sur la place de l’église.

L isle jourdain vue sur la vienne routes touristique de la vienne guide du tourisme de poitou charentesL’une d’entre elles était conservée au XIXe siècle près du château des Roches. Les logis de La Carte et des Roches sont du XVIe siècle pour leurs parties les plus anciennes. Situé à la limite de la commune de Moussac-sur-Vienne, le Château de la Messelière, a été reconstruit au milieu du XVe siècle. La date de la première construction du château de la Messelière est inconnue (ne se visite pas).

Pour les amateurs de grande nature, l'aire de loisirs du Moulin Chauvet propose un espace ombragé en bord de Vienne avec une aire de jeux pour enfants, un espace sable et une pataugeoire. Vous trouverez sur place : terrains de foot et de volley, panneau de basket, table de ping-pong et boulodrome.

Il est temps de filer en direction de L'Isle-Jourdain, via la D11 (33 km). Réputée comme étant l'un des plus beaux villages de la Vienne, L'Isle-Jourdain se situe sur la rive droite de la Vienne. L'Isle-Jourdain s'est construite autour de sa rivière. Habitée depuis le IVe siècle, la commune de L'Isle-Jourdain s'est développée au Moyen Âge avec la construction de son château seigneurial.

Au fil des siècles, la richesse de son patrimoine architectural mérite le détour. En vous baladant dans la commune, vous pourrez apprécier l'église Saint-Gervais-et-Saint-Protais a pour clocher l'ancien donjon du château seigneurial de L'Isle-Jourdain. Non loin, il est également possible d'admirer le charme de l'église Notre-Dame-de-Saint-Paixent, église romane datant des XIe et XIIe siècles. Elle présente la particularité d'avoir été affublée du donjon de l'ancien château en guise de clocher.

Le pont Saint-Sylvain existe à cet endroit depuis le xie siècle sur une route reliant la Marche au Poitou. Le pont doit son nom à la statue de saint Sylvain qui a été érigée sur un parapet en 1876. Le corps du saint martyrisé jeté dans la Vienne aurait été retrouvé à cet endroit qui va alors devenir un lieu de pèlerinage. Pour profiter des espaces naturels sensibles, direction le lac de Chardes pour une balade en famille ou entre amis.

Prendre la D8 pour vous dirigez vers Availles-Limouzine (51 km), la commune offre les divers témoignages d’un riche passé historique. Le vieux château situé sur la rive gauche de la Vienne, dont subsistent encore quelques beaux restes avec une des tours du château, s’ouvre sur la rue des Cavaliers du Roy, nommée ainsi en souvenir des régiments de cavalerie, qui, logeant chez l’habitant, passaient leurs quartiers d’hiver à Availles.

Situées aux deux extrémités de la rue des Cavaliers. se trouve deux les portes de la ville. La porte dite de la Rivière, très bien conservée, donnait sur le pont détruit par les Anglais lors du siège de 1350. Donnant sur la place de la Mairie, on peut voir une belle porte en ogive, avec les glissières de la herse ; elle était  encadrée de tours qu’on devine aisément : il ne reste rien hélas du pont-levis.

Le bourg d'Availles-Limouzine, dont l'église se dresse au sommet de l'éperon que gravit la rue du vieux village, domine la vallée de la Vienne. Il faut flâner dans le village pour découvrir de vieilles portes et des maisons médiévales dont la maison rue Adrien-Veillon. Situé sur les communes d'Availles-Limouzine et d'Abzac sur la D99, le lieu-dit des Fontaines Salées jouit de sources naturelles d'eaux salées. 

Prendre la direction de Pressac, via la D34 (58 km). Profiter d'une balade dans le bourg pour admirer l'église Saint-Just de Pressac du XIIe siècle, le décor sculpté tant à l'extérieur qu'à l'intérieur est consacré au bestiaire et aux végétaux. des monstres à queue phallique ornent les chapiteaux, des griffons et des femmes serpents décorent les modillons. A voir les anciennes maisons du centre du village et le pont qui enjambe le Clain.

Poursuivre en direction d'Usson-du-Poitou, via la D741 (78 km). Riche d'un patrimoine architectural qui témoigne de sa longue histoire, avec ses maisons de bourg à deux étages et ses imposantes maisons bourgeoises mérite une halte. La commune compte douze châteaux.

L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul d'Usson-du-Poitou a été bâtie à l'époque romane au XIe siècle, remaniée au XVIe siècle après avoir été, comme on peut le constater pour d'autres églises de la région, fortifiée pendant la guerre de Cent Ans. Elle présente une belle ornementation, en particulier un bas-relief de la crucifixion au-dessus du porche, et des chapiteaux représentant des lions, des griffons et des atlantesIncontournable également : Le logis de la Guéronnière et le château de Badevillain.

Baladez-vous pendant cette étape dans les Jardins de la Clouère, aménagés pour les visiteurs et profitez d’un environnement semi-sauvage où sont conservés des arbres remarquables.

Continuer votre escapade vers Bouresse, via la D727 (90 km). Le peuplement de la région est attesté dès l'époque gallo-romaine avec un camp romain au lieu-dit la Fuite ou la Fuye situé à 2 km de Bouresse. Un puits gallo-romain a été découvert, au cours de travaux de voirie au milieu de la Grand'Rue. De cette époque, il existe aussi un réseau de souterrains-refuges. Celui-ci est condamné de nos jours pour des raisons de sécurité.

L'histoire de Bouresse est liée à celle de l'importante abbaye de Nouaillé-Maupertuis car ce sont les moines de l'abbaye qui ont fondé un prieuré à Bouresse au Xe siècle. Récemment encore, en plus de l'église Romane Notre-Dame datant du XIIe siècle dont on dit qu'elle comporterait une crypte, quelques traces de ce prieuré subsistaient encore avec une grange située derrière le monument aux morts.

Une échoppe médiévale avec sa devanture caractéristique se situe au carrefour des routes de Lussac-les-Châteaux, de L'Isle-Jourdain et de VerrièresUn autre monument, le donjon de la Rigaudière de Faon du XVe siècle, est situé sur la commune.

Suivre la direction de Verrières, via la D8 (96 km). On peut y voir : l'église Saint-Michel de Verrières, construite pour la première fois au XIIe siècle. Une piscine romane à deux arcades jumelées sur une colonnette est aménagée dans le mur sud du chœur.

Le Pont de Saint Braillard ou encore appelé "pont des fessées" construit au XIXè siècle est situé en bas du bourg de la Commune, il enjambe le ruisseau de la Dive. Dans sa paroi nord, au-dessus de l'arche unique, se trouve une sculpture récente de saint Brillard. Un lavoir est situé sur la Dive, à côté du pont Saint-Brillard, et date de 1840. 

La Chapelle de la Rigaudière de son vrai nom Chapelle Sainte Radegonde, se situe à mi-chemin entre Verrières et Bouresse et était autrefois un lieu de pèlerinage. Elle a été construite en 1827 afin d'abriter le "Pas" de Sainte Radegonde. Il y avait à cet endroit à l'époque gallo-romaine un temple ou un sanctuaire. La roche dans laquelle est présente la prétendue empreinte de la Sainte, a été rendue brillante par les frottements répétés des pèlerins.

Liniers eglise notre dame routes touristique de la vienne guide du tourisme de poitou charentesL'itinéraire passera par Tercé, via la D2 (112 km). Tercé possède plusieurs éléments remarquables à ne pas manquer. Le manoir de la Thibaudière date des XVIe et XVIIe siècles, formé d’un beau corps de logis rectangulaire, où vous pourrez observer une cuisine d’époque de la Renaissance ayant conservé ses éléments d’origine.

L’unique musée public de la Vienne sur le thème de la seconde guerre mondiale se trouve sur la commune de Tercé, il présente une salle consacrée aux années 1939/1940 et deux autres salles mettant en scène la vie quotidienne, les résistants, les prisonniers de Guerre...

Enfin, découvrez un site étonnant : les carrières du Normandoux, recensées dans le patrimoine industriel du Poitou-Charentes qui en retrace l'historiqueAu rond point de la sortie de Tercé sur la route de Saint Julien l'Ars, on a une vue panoramique sur les carrières de Normandoux et 7 tables de lectures, surplombant les carrières retracent l’évolution de l’exploitation de la pierre de taille pour des constructions dans toute la France depuis 1854.

La dernière étape de ce circuit touristique sera Liniers, via la D153 et D20 (125 km). A voir l'église romane Notre-Dame-de-Liniers du XIe siècle, au XIXe siècle, deux chapelles latérales et une sacristie sont construites. Pour finir votre parcours, prendre la direction de Châtellerault, via la D1 et D749 (151 km).

Fin de cette deuxième étape de cette Route touristique "Au gré de la Vienne".

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 1 de la route touristique "Au gré de la Vienne".

Pour vous rendre sur la route touristique "Au gré de la Vienne"

Montmorillon

Nuageux 16 °C

Nuageux

  • Min: 15 °C
  • Max: 17 °C
  • Vent: 8 kmh 340°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Veillez à respecter les lieux lors de vos visites. Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes :

  • Feux (pas de barbecue) et Camping interdit
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. 

​Pensez boite à mégots !

Nos coups de coeur sur la route touristique "Au gré de la Vienne".

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de la Vienne

Préparez vos vacances sur la route touristique "Au gré de la Vienne" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "Au gré de la Vienne" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 07/09/2020