Les routes touristiques en France

Route des châteaux et Manoirs dans la Loire - Etape 2 (42)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 2 de la Route touristique "des châteaux et Manoirs dans la Loire"

Après vos visites à Chambles (km 0), reprenez votre véhicule en direction du château de Grangent situé à Saint-Just-Saint-Rambert, via la D108 et la D32 (18 km). Coordonnées par GPS : 45° 27' 58,5" Nord, 4° 15' 11,6" EstConstruit au XIe siècle sur une crête au fond des gorges, avant d’être encerclée par la Loire. Un cadre nouveau pour lui : avant que la zone ne soit immergée, il était juché sur un promontoire rocheux à 60 mètres au-dessus du fleuve !

Le château de Grangent était le siège d'un mandement dès 1173, et parait avoir été a cette date entre les mains d'une branche de la famille de Lavieu qui possédait encore le château et le mandement de Grangent en 1290. Puis il fut le fief des seigneurs de Jarez. Il subit de nombreux aléas dus à l'histoire tels que des pillages et des incendies. Le château a vu son dernier gardien s'éteindre il y a deux siècles. 

L’actuelle île de Grangent était un promontoire rocheux haut de 60 mètres, qui dominait les gorges et offrait un point de surveillance idéal sur les environs. Offrant aujourd’hui un panorama pittoresque aux visiteurs, l’île, le château et la chapelle qui s’y trouvent rappellent l’époque où les gorges étaient un axe de passage stratégique entre le Forez et le Velay. Cet ancien château fort a été de nombreuses fois détruit et reconstruit au fil des siècles. Le château de Grangent, avec son donjon de 18 mètres et sa petite chapelle aux tuiles rouges drônent sur l'île.

Saint just saint rambert chateau de grangent routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesL'édifice étonne toujours celui qui le découvre pour la première fois. Le château de Grangent renferme quelques légendes… Dont certaines font froid dans le dos. Le Château de Grangent appartient aujourd'hui au Département. C'est aujourd'hui une propriété privée, qui ne peut malheureusement pas se visiter. Pour une vue panoramique sur l’édifice dirigez-vous le long de la D32, sur la commune de Saint-Just-Saint-Rambert.

Reprendre la D108 vers Saint-Just-Saint-Rambert (110 km). Saint-Just-Saint-Rambert est née de la fusion de Saint-Just-sur-Loire et de Saint-Rambert-sur-Loire en 1973. Ces deux villes ont un passé historiquement riche. Village gallo-romain à l'origine, Saint-Rambert-sur-Loire, alors nommé Occiacum, fut donné à l'abbaye de l'Île-Barbe. Les moines y fondèrent un prieuré et rebaptisèrent le lieu en Saint-André-des-Olmes. En 1078, lorsque les reliques de Ragnebert gardées à Saint-Rambert-sur-Loire furent apportées, le village prit son nom définitif, et fut alors un lieu important de pèlerinage.

Bâti sur une butte dominant la plaine et le fleuve, Saint-Rambert était, au Moyen Âge, entouré de deux murs d'enceinte dont il reste aujourd'hui quelques éléments dont la porte dite de la Franchise. Il est dit que François Ier passa la nuit en ce lieu lors d'un de ses voyages à travers la France. L'hôtel de ville de Saint-Just-Saint-Rambert, rue Gonyn, construit au XVIIe siècle, est l'ancien hôtel particulier de la famille Gonyn de Lurieu. Coordonnées par GPS : 45° 30' 01" Nord, 4° 14' 26" Est.

L'église Saint-André du quartier de Saint-Rambert des XIe et XIIe siècles a connu de nombreuses modifications au cours des siècles, et le prieuré qui la prolonge sur le côté, forment un ensemble qui était à l'origine un monastère fondé à Occiacum, premier nom de Saint-Rambert par douze moines venus de l'Île-Barbe, près de Lyon, entre 603 et 608. La chapelle Saint-Jean a été construite à la même époque. Il a été découvert sous le sol de la chapelle de nombreux corps enterrés à la suite d'une épidémie de peste qui frappa le village au Moyen Âge.

Il existe également plusieurs châteaux sur la commune à découvrir : Le Château de La Baraillère, c'était autrefois une importante maison forte, sa construction date du XIVe siècle. Elle doit son nom de la famille Barailher ou Barailler, qui y vivait au XIVe siècle. Aujourd'hui, le Château de la Baraillère accueille dans ses murs une entreprise privée. Le Château est privé et fermé au Public. Coordonnées par GPS : 45° 30' 01" Nord, 4° 14' 26" Est.

Le château de la Merlée est un petit château bâti de 1767 à 1770 à Saint-Just par André Gabriel Gonyn de Lurieu, possesseur de La Merlée et du fief de CollongeLa famille Gonyn, connue à Saint-Rambert-sur-Loire depuis 1377 se divisa en deux branches. La branche ainée prit le nom de Gonyn de Lurieu et la cadette, celui de Gonyn de Forette. C'est Thomas Gonyn de Lurieu qui acquit le fief de La Merlée après son mariage, en 1689, avec Marie Tardy, petite fille de Christophe Valous, président en l'élection de Forez à la fin du règne de Louis XIII.

Le bâtiment principal reconstruit en 1767 est inspiré du style classique du XVIIIe siècle. Il se compose de deux corps de logis reliés par un bâtiment de façade. Cette façade est développée sur trois niveaux surmontés par un niveau mansardé agrémentés de fenêtres, et un fronton triangulaire. Le château de la Merlée est une propriété privée, il ne se visite pas. Coordonnées par GPS : 45° 30' 48" Nord, 4° 15' 17" Est.

Votre prochaine visite sera le château de Bonson, via la D108 (23 km), situé au centre de l'ancien bourg de BonsonCoordonnées par GPS : 45° 31' 10" Nord, 4° 14' 25" EstLe château de Bonson, dont la partie la plus ancienne est datée de 1686, est situé au centre de l'ancien bourg de Bonson. Il est à l'origine, l'habitation très rustique de la famille Sauveterre. Hérité par les Gonyn de Forette au début du XVIIIe siècle, il devient alors domaine agricole, puis un rendez-vous de chasse de cette famille qui le transforme en propriété de plaisance en 1818.

Le château de Bonson passe par mariage à la famille Praire de Neysieux dont les actuels propriétaires sont les descendants. L'orangerie est remarquable par ses 24 baies arrondies et le parc clos de murs orné d'arbres aux essences rares comme les libocèdres, cyprès chauves, cèdres de l'Atlas,... ils furent créés au XIXe siècle... Ils entourent l'ancienne église du village construite au Moyen-Age. Celle-ci, connue sous le vocable de Notre-Dame, est un lieu de pèlerinage très fréquentéLe parc est aussi doté d’une fabrique, d’une glacière et d’un plan d’eau.

Le parc du Château de Bonson est traversé, dans sa longueur, par le ruisseau appelé "La Benédiction". Il s'agit d'un ancien bief créé en amont, par les prieurs de Saint-Rambert en Forez pour activer leurs moulins. Au fond du parc, les eaux de la Bénédiction se jettent dans la rivière "Le Bonson", affluent de la Loir. Au XIXe siècle, Camille Praire de Neysieux fit construire, à quelques centaines de mètres de la demeure familiale, le petit Château de la Péguette, de style Louis XIII, entouré d'un parc de 3 Ha. Coordonnées par GPS : 45° 31' 10" Nord, 4° 14' 25" Est.

Il existe un autre château à proximité : le Château de Lurieuconstruit au XIXe siècle sur l'un des anciens domaines ruraux des Gonyn de Forette. Coordonnées par GPS : 45° 31' 27" Nord, 4° 13' 00" Est.

Le parcours passera par le Château de Bouthéon situé sur la commune de Andrézieux-Bouthéon, via la D9498 (27 km). Coordonnées par GPS : 45° 32' 37" Nord, 4° 15' 54" Est. Le château fait partie des nombreux châteaux français de l'époque Renaissance. Vous pourrez voyager à travers le temps grâce à l'architecture, la façade, les différentes pièces du Château de Bouthéon. Le Château de Bouthéon fut l'ancienne résidence des La Fayette, des Bourbon (XVème siècle) et des Gadagne (XVIème siècle).

Andrezieux boutheon chateau de boutheon routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesLa construction du Château de Bouthéon date du XIIIe au XIVe siècle, remanié au XIXème siècle. Le château témoigne de l’évolution architecturale sur huit siècles d’histoire. L’édifice est en effet passé de place forte médiévale à château de plaisance, résidence Renaissance, appartements bourgeois et enfin site culturel et touristique. Il est devenu aujourd'hui la propriété de la ville qui l'a fait restaurer et transformer en site culturel et touristique. Le site est ouvert toute l'année à la visite et aux séminaires d'entreprises. 

Depuis la grande tour du belvédère du Château de Bouthéon, la vue porte sur la plaine et les Monts du Forez, le Mont du Pilat et les Monts du Lyonnais ainsi que sur la Réserve naturelle régionale des gorges de la Loire. On peut y apercevoir 27 clochers1 ainsi que, notamment, le Château d'Essalois, le Château de Montrond et le prieuré de Saint-Romain-le-Puy.

Dans cette ancienne forteresse médiévale, ce sont les fantômes qui font la visite, les tableaux parlent, les métiers tissent encore et les poissons nagent en sous sol. Dehors, le Parc de du Château de Bouthéon vous invite à la rencontre du monde animal et végétal pour une communion totale avec la nature. Le long des sentiers, dans un cadre enchanteur, outre une collection d'arbres remarquables, vous croisez des races animales oubliées ou rares : néo-aurochs, chèvres du Rove, chevaux de trait Auxois, ânes du Bourbonnais, pigeons frisés milanais…

Surplombant la plaine du Forez, la commune d’Andrézieux-Bouthéon est née de la fusion, en 1965, des anciennes communes d’Andrézieux et de Bouthéon. Village médiéval, l'histoire de Bouthéon est fortement liée à celle de son château, cité en 1224 en tant que castrum de Boteon appartenant aux comtes du Forez qui fut rattaché au domaine royal en 1531 avec toutes les autres possessions du connétable Charles III de Bourbon.

Il existe d'autres châteaux à proximité d'Andrézieux-BouthéonChâteau de la Bastie d'Urfé - Distance : 16 km, le Château de Rochebaron - Distance : 18 km, le Château de Couzan - Distance : 19 km.

Poursuivre vers le Château de Sury bâti à Sury-le-Comtal, via la D9498 (36 km). Coordonnées par GPS : 45° 32' 18" Nord, 4° 11' 02" EstProfitez donc de cette étape pour poussez la porte du salon du Cardinal de Sourdis à la chambre dite de Diane, vous accomplirez un voyage fabuleux. Entre ville et jardin, le château de Sury renferme derrière ses façades austères et imposantes, un trésor : de nombreuses pièces décorées dans un style Louis XIII.

Pendant une dizaine d’années, des ébénistes de renom se succèdent : Claude Désiré, Germain Bedoin et Dimanche Marceau. Du salon de Sourdis à la chambre de Diane, le visiteur accomplit un merveilleux voyage à travers la vie de château au XVIIe siècle. Un salon de musique du XIXe siècle, une bibliothèque de style Empire ornée de colonnes et de coquilles sculptées, viennent parfaire cet ensemble. La décoration peinte ou sculptée d'une qualité exceptionnelle éblouit le visiteur.

Le Château de Sury n’est attesté qu’en 1173 et le comte Guigue II de Forez en fait son lieu de résidence. C’est ainsi que Suri devient Suri-le-Comtal. Ce sera la résidence de cette famille jusqu'à la mort d’Anne de Forez, dame de Mercoeur, Comtesse de Forez, dauphine d’Auvergne et dernière héritière de cette lignée, en 1417. En 1577, François de Barjac, seigneur de Pierre Gourde et chef de la Réforme, ravage le château et l’église, détruisant tous les titres.

En 1609, Henri IV donne le château à Gabrielle d’Allonville, Dame de Saint-Cyr et de Quincampoix contre l’hôtel du Cheval-Blanc, à Fontainebleau. Quand Jacques de la Veuhe, seigneur de Montagnac achète le Château de Sury à Gabrielle d'Allonville, ce n'est encore qu'un édifice défensif, encore adapté à la guerre médiévale dans une région intégrée depuis près d'un siècle au domaine royal de la couronne. Si les Guerres de Religion occasionnent des dégâts majeurs dans la province, l'utilité du château-fort est devenue mineure.

Pendant la Révolution, Sury-le-Comtal prend le nom de Sury-la-Chaux. A cette époque le calcaire est brûlé dans des fours à chaux. Vous pouvez aussi voir l'église Saint-André et la chapelle Saint-Etienne. La chapelle et le cimetière sont mentionnés dès 1225.

Prendre la direction de Saint Romain-le-Puy, via la D8, puis tourner sur la gauche pour vous rendre au Château de La Bruyère (42 km). Coordonnées par GPS : 45° 33' 22" Nord, 4° 07' 26" EstLe Château de la Bruyère a remplacé un ancien château du XIVe siècle, qui avait été détruit. Le Château de La Bruyère est une vaste bâtisse rectangulaire datant des XVIIIe et XIXe siècles composé d'un logis avec deux retours d'aile.  Il est possible de voir les façades et la toiture du château de la Bruyère depuis la route.

En 1167, Guy II de Forez, alors en conflit avec l'Archevêque de Lyon, obtint de Louis VII, les droits régaliens pour le Château de Saint-Romain. En 1173, la permutation entre le Comte de Forez et l'Église de Lyon indique que l'Archevêque de Lyon cèda ses droits, sur le Château de Saint-Romain-Le-Puy, au Comte Guy II de Forez. Le Château de La Bruyère a été commencé en 1798 par Damien Battant de Pommerol, avocat à Montbrison et achevé vers 1803. Le décor de l'antichambre consiste en une tenture papier à palmettes, sphinx stylisés en camaïeu, grisaille, cassolettes. Les dessins sont inspirés de la maison Réveillon, peut-être exécutés vers 1790.

Filez vers Saint-Romain-le-Puy, via la D95 (145 km) située au bord du canal du Forez. Sa caractéristique la plus remarquable est que le village est dominé au nord par un cône basaltique de 80 m de hauteur, au sommet duquel est construit le prieuré. De ce belvédère on bénéficie d'une belle vue sur la plaine du Forez, et d'une flore méditerranéenne discrète (figuiers, anis, amandiers...).

Eglise prieurale de saint romain le puy routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesAdmirer l'église prieurale de Saint-Romain-le-Puy, l'un des jalons de l'art roman forézien. Son architecture témoigne de l'intensité artistique des environs de l'an mil, à la charnière de l'art carolingien et de l'art roman. Singulier et énigmatique, le prieuré domine la plaine et offre un panorama exceptionnel, il arbore avec fière allure les empreintes de sa splendeur passée.

Dirigez-vous vers Précieuxvia la D107 (50 km). Du Moyen Age à nos jours on peut suivre l’histoire de Précieux à travers une église qui remonte au XIème siècle et qui fut plusieurs fois remaniée, et à travers deux châteaux, dont l’un abrite aujourd’hui un important lycée agricole. Le Château de Précieux fut entièrement reconstruit au XIXe siècle. Coordonnées par GPS : 45° 35' 14" Nord, 4° 09' 07" EstLe Château de Précieux a appartenu à la famille Guichard-Perrachon, qui créa en 1898, le Groupe casino. Le château fut construit en 1778, pour Jean Baptiste Beysson, Bourgeois à Précieux. En 1815, le domaine "Terre du Grand Clos" fut racheté par Claude François Gérentet, de Montbrison.

A proximité de Précieux, au lieu-dit Curraize, se trouve le Château de la Curraize, via la D101 (52 km). Coordonnées par GPS : 45° 35' 11,4" Nord, 4° 09' 03,96" EstLa construction du Château de la Curraize date du XVIIeme siecle. Il se situe au choeur d'une exploitation agricole de plus de 500 hectares. Le nom du Château de la Curraize provient de la rivière la Curraize qui passe à proximité. Le Château de la Curraize est privé, fermé au public.

Prendre la D8 et l'avenue de Saint-Etienne en direction de Moingt (58 km). Moingt est une ancienne commune qui a fusionné avec Montbrison. Ancienne station thermale gallo-romaine, Aquae Segetae, elle a conservé plusieurs vestiges de bâtiments de cette époque : les anciens thermes romains dans le Clos Sainte-Eugénie, et le théâtre romain. Devenue Mondonium au Moyen Âge, c'était, au XIIe siècle, un bourg fortifié, mentionné comme castrum.

On peut voir l'église Saint-Julien-d'Antioche, construite au XIe siècle et reconstruite partiellement au XVe siècle, avec son clocher roman. De ses anciens remparts, il reste la tour de la Porte des SarrasinsCoordonnées par GPS : 45° 35' 33,55" Nord, 4° 04' 27,49" EstMoingt fût capitale du comté, avec plusieurs églises dont l'église paroissiale Saint-Jean-Baptiste détruite au XIXe siècle, un hôpital et un château, donné par le Comte du Forez, Guy IV, au chapitre de l´église Notre-Dame de Montbrison. Une maladrerie fut construite en 1140.

Traversez Montbrisson, puis prendre la direction du château de Vaugirard à Champdieu, via l'avenue Charle de Gaule et la D5 (64 km). Coordonnées par GPS : 45° 38' 21,48" Nord, 4° 04' 22,8" EstCette belle bâtisse de la Renaissance construite au XVIIe siècle conserve de nombreux secrets. A commencer par sa construction en pisé qui lui valut d’obtenir en 2011 le label Européen des constructions remarquables en terre.

Ce château de style classique, a été construit entre 1610 et 1620 à l’initiative de Jacques Girard, marchand de grains et conseiller et procureur du roi au bailliage de Forez. Alors qu’il résidait déjà à Montbrison il souhaitait se faire bâtir une « demeure de plaisance d’été ». La famille Girard de Vaugirard reste propriétaire jusqu’à la Révolution Française. Ensuite, celui-ci appartient à la famille de Lescure, lorsque Catherine Gabrielle, dernière héritière des Girard de Vaugirard, épouse Jean-François de Lescure, avec qui elle aura un fils, qui héritera du domaine : Jean-Baptiste de Lescure. La famille semble avoir fait restaurer les peintures du « Carrousel » du grand salon en 1837.

Champdieu chateau de vaugirard routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesSitué à quelques kilomètres de Montbrison, le château de Vaugirard fait partie des demeures de plaine édifiées pour l’aristocratie forézienne. Habité par la même famille de sa construction à la fin du XIXe siècle, il présente, à côté d’un décor sculpté et peint de belle qualité mais assez représentatif du goût de la 2e moitié du XVIIe siècle, un décor original de la fin des années 1830, qui replace le château dans une continuité historique, familiale mais aussi monarchique, sur le point de s’éteindre.

Deux grandes salles sont ornées de fresques, sur le grand carrousel de Louis XIV. Elles rendent hommage à cette grande fête avec jeux équestres organisée à la demande du roi pour célébrer la naissance du dauphin. Une telle représentation est unique en France sur les murs d’un château. Les plafonds sont à la Française et les cheminées sont de style baroque. De composition harmonieuse et symétrique, ses pavillons entourent une cour d’honneur. Le parc d'origine fut replanté à l'anglaise au début du XIXe siècle, sa cour d'honneur précédée d'une allée, témoigne du classicisme français du Grand Siècle, et ses toitures en ardoises coiffées de clochetons. 

Champdieu sera votre prochaine étape de ce circuit, via la D8 (64 km). Le village de Champdieu peut s'enorgueillir d'un riche passé[non neutre]. L'histoire de Champdieu commence autour de l'an mil, lorsqu'un groupe de moines venus de l'abbaye de Manglieu en Auvergne, fonde le prieuré de Champdieu. Ils y construisirent une église et des bâtiments conventuels parfaitement conservés. Plus tard, Champdieu situé sur la route de Cluny deviendra une halte appréciée par les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Au XIVe siècle, la venue des routiers incita les prieurs à construire deux enceintes fortifiées pour protéger le bourg. La première était constituée par la muraille du « Vingtain » et de ses tours, elle enfermait l'essentiel de l'ancien bourg de Champdieu. La seconde, comprenant l'église Saint-Sébastien et Saint-Domnin et le prieuréLes siècles ont passé, le village a grossi, s'est ceint d'une muraille pendant la guerre de Cent Ans, la Renaissance a laissé quelques traces, et nous est parvenu quasi intact aujourd'hui. Le Pic de Purchon, piton basaltique des monts du Forez, est situé sur la commune.

Après ce détours à Champdieu suivre la direction du Château de Chalain-d'Uzore bâti au lieu-dit le Bourg, via la D5 (68 km). Sur le flanc ouest du mont d’Uzore se dresse cette somptueuse demeure aux pierres de lave. Cordonnées par GPS : 45° 40' 22" Nord, 4° 04' 21" EstLe château de Chalain attesté, en 1260, pris le nom du dyke volcanique qui s'élève à proximité pour le distinguer du château comtal du même nom. A cette période, son propriétaire était Guillaume d'Aubigny, qui devait le tenir de sa femme ou de sa belle-mère, car lui-même était de petite noblesse.

Le Château de Chalain était alors de taille modeste. Il connaitra plusieurs propriétaires successifs dont la famille Lévis-de-Couzan. Cette même famille résidait dans la forteresses de Sail-sous-Couzan, au sommet de l’éperon rocheux. Mais au XVIe siècle, Claude Lévis-de-Couzan préfère venir s’installer à Chalain d’Uzore et y apporte un souffle de nouveauté avec l’architecture de la renaissance… 

Au Château de Chalain-d'Uzore, Claude de Lévis de Couzan fait aménager, dans la cour intérieure, une sublime galerie renaissance sur deux niveaux et bordée de colonnes. Chaque encadrement de porte ressemble à l’entrée d’un temple. Et pour aller plus loin dans le raffinement, les décors intègrent des parties couvertes de feuilles d’or. La galerie donne accès à une grande salle que l’on appelle la “Camera magna”.

En 1562, Claude Lévis-de-Couzan y fait aménager une monumentale cheminée. Un bloc monolithe composé de grandes sculptures elles aussi recouvertes de feuilles d’or. Un décor exceptionnel supposé émerveiller chaque personne entrant dans cette immense salle. En face de l’immense cheminée, un petit escalier mène à une porte tout aussi remarquable. Remarquable par son encadrement de colonnes et son fronton, mais aussi par la porte entièrement décorée de marqueterie.

C’est aujourd’hui la seule porte du XVIe siècle encore existante au Château de Chalain-d'Uzore. Mais il en existait plusieurs… Cette porte menait aux appartements privés. Il est inscrit en latin sur le fronton : “mieux vaut la solitude que la foule”. Il faut contourner l’église du village pour découvrir cette demeure et ses splendides jardins.

L’église Saint-Didier du XIe siècle, est une partie intégrante du Château de Chalain-d'UzoreAu Moyen Age, le château ne comptait pas simplement le logis du seigneur : il englobait aussi l’église et  le premier village de Chalain d’Uzore. Il s’agissait à la fois d’une chapelle seigneuriale et d’une église paroissiale. En observant l’extérieur de l’édifice, on peut facilement imaginer que la maison seigneuriale est venue s’accoler à l’église par la suite.  La majeure partie de cet édifice date de l’époque romane.

Au Moyen-Age, la porte médiévale, devant l’église, était le seul accès au bourg castral et au logis seigneurial. Elle demeure le seul vestige visible du premier bourg de Chalain d’Uzore, possession des comtes du Forez dès le XIIIe siècle. Chalain-d'Uzore fait partie du Forez, sa situation permet de découvrir une vue magnifique sur les monts du Forez.

Poursuivre vers Marcilly-le-Châtel, via les D110 et D8 (74 km). Petit village situé en bordure de la plaine du Forez, sur un ancien site volcanique, il est réputé pour ses vignes qui font partie de l'AOC Côtes du Forez ainsi que pour sa volerie située au sommet d'un château médiéval du XIIee siècle détruit et reconstruit au XIXe siècle.

Marcilly le chatel le chateau ste anne routes touristiques de la loire guide du tourisme de rhone alpesBâti sur un piton basaltique, Marcilly-le-Châtel fut occupé par les gaulois et les romains, une sépulture gauloise à crémation et des tuiles à rebord y ont été découvertesL'église Saint-Cyr dépendant du prieuré de Marcilly est mentionnée à de multiples reprises à partir de 1080Un hôpital, vraisemblablement situé à la Brandisse, est mentionné au début du XIIIe siècle. En 1167, Guy II de Forez, alors en conflit avec l'archevêque de Lyon, obtient de Louis VII les droits régaliens pour le château de Marcilly.

Les premières citations du château Saint Anne apparaissent dès 1010. Coordonnées par GPS : 45° 41' 44" Nord, 4° 02' 17" EstCette citadelle tenue par les comtes de Forez se dresse face au repaire des Couzan. Durant la guerre de Cent Ans, elle subit les assauts de routiers. Vers 1450, avec son donjon, sa double enceinte crénelée et sa chapelle Sainte-Anne, le château a belle allure. Il est alors tel qu’on le voit dans l’Armorial de Guillaume Revel. Siège d’une vaste châtellenie, il est démantelé par Richelieu au XVIIe Siècle.

Il ne reste alors que quelques masures éboulées de la clôture, plusieurs pierres du bastion et une petite chapelle sous le vocable de sainte Anne. Ce n’est que bien plus tard qu’il est racheté par un riche propriétaire Stéphanois : Hyppolite de Sauzéa. Celui-ci fait reconstruire le Château… à sa manière. Il mélange hardiment styles et matériaux. L’enceinte avec ses tours à gorge mêle la brique et le basalte… Des tours, des lanternons s’élèvent.

Depuis 1987, le Château Sainte-Anne est loué à la Volerie du Forez, qui présente au Public, 40 rapaces, 12 espèces différentes et quelques autres animaux. Vous assisterez à un spectacle de présentation de ces volatiles.

Continuez sur la D8 jusqu'au Château de Goutelas à Marcoux, via la D8 (80 km). Coordonnées par GPS : 45° 43' 19,2" Nord, 4° 00' 30,6" EstLe Château de Goutelas remonte à l’époque féodale où il n'était qu'une modeste maison forte. Il fut transformé en demeure Renaissance au XVIème siècle. Il fut progressivement abandonné au fil des héritages à partir du milieu du XIXème siècle. Le dernier héritier en date, un agriculteur de Marcoux, fit don du bâtiment et des terrains à la société civile dont il est associé pour assurer le sauvetage du Château de Goutelas et y fit créer le Centre culturel.

Le projet culturel « Humanisme, droit, création » illustre la riche histoire de ce château bâti au XVIème siècle.  La renommée du château provient qu'il fut un des lieux du roman "l'Astrée". L'écrivain Honoré d'Urfé écrivit ce roman, de 1607 à 1627, rendant hommage au lieu ou il passa son enfance. Son roman fut lu dans toute l'Europe, entre le XVIIe et XVIIIe siècle. Cette oeuvre imposante est composée de 5399 pages et est composée de 293 personnages. L'Astrée est considérée comme le premier roman d'amour et de chevalerie. 

De la maison forte bâtie au XIIIe siècle, le Château de Goutelas garde la trace des remparts et le donjon transformé en campanile. Son plan en H est l’œuvre de Jean Papon, grand juge et lieutenant au baillage du Forez de 1545 à 1590. De la Renaissance datent aussi les décors des porches, l’entrée et les fresques de la chapelle, des cheminées et quelques plafonds. Les toitures brisées, la façade, et un escalier monumental du XVIIIe siècle sont l’œuvre de l’architecte italien Dal Gabbio.

Située à l'angle sud de la cour d'honneur, la chapelle est flanquée d'une tour campanile dont le rez-de-chaussée faisait office de sacristie. Elle date de la reconstruction du château de Goutelas par Jean Papon. De dimensions modestes, bâtie sur un plan carré, elle est éclairée par une baie en plein cintre située sur le mur est.

L'entrée se fait par une porte au décor soigné, entre deux colonnes à chapiteaux corinthiens qui supportent un entablement dont la frise est gravée d'un verset biblique en latin : « Non sic impii ». Au sens littéral, ce verset gracie le juste et condamne le mécréant. Mais dans un deuxième sens, « plus énigmatique et dans le goût de la Renaissance, il confond l'impie et le barbare et les oppose à l'humaniste qui voit juste »

Cette demeure Renaissance est un lieu de vie, de fête, de création et d’innovation, le château de Goutelas s’ouvre au public, aux promeneurs, aux artistes… pour des concerts, des expositions, des visites mais aussi des repas en terrasse pour profiter de la vue exceptionnelle sur la plaine du Forez.

Redescentre vers le bourg de Marcoux, via la D20.1 (82 km). Le bourg Marcoux est situé dans le vignoble des côtes-du-forez, le haut de la commune, tant par l'habitat en pierre que par le climat, se rattache aux monts du ForezAu nord se dresse le volcan de Montaubourg. Âgé de plus de 60 millions d'années, il serait l'un des plus vieux volcans d'Europe. La zone artisanale de la Tuilerie, à l'est, témoigne de plus de deux siècles d'exploitation de l'argile. Seul le plus vieux bâtiment date de cette période, il porte le nom de tuilerie Pradelle. Une vingtaine de Croix se situé sur l'ensemble de la commune. Un chemin spécifique pour les découvrir a été créé, avec son explication sous forme de livret.

Continuer en direction de Chalmazel-Jeansagnière via les D20 et D110 (106 km). Au coeur des "Montagnes du Soir", dans la seule station de ski du Haut Forez, Chalmazel domine la vallée du Lignon. La construction du Château de Chalmazel date de 1231 sous l'impulsion des Marcilly, puis s'est poursuivie, en 1372, par les Talaru. Ce château féodal fait partie du Domaine du Forez et servait à contrôler la route d'Auvergne par le col du Béal. Coordonnées par GPS : 45° 42' 9" Nord, 3° 51' 3,96" EstVenez revivre huit siècles d'histoire.

Le comte Guy IV de forez ordonne la construction du château de Chalmazle à partir de 1231 qu'il finance à ses frais. A la Renaissance, cet édifice devient la propriété du marquis de Talaru, qui de retour des guerres d'Italie, projette des embellissements de style Renaissance : façade ajourée, galeries de la cour intérieure et peintures de la chapelle, sculptures... avant d’abandonner en 1533 ce château en raison des hivers trop rudes. À la mort du dernier marquis, Louis Justin de Talaru, en 1850, le Château de Chalmazel est légué à la congrégation des Sœurs de Saint-Joseph, qui l'utilise comme hospice et dispensaire jusqu'en 1972.

Durant quelques années ce sont les sœurs Saint-Joseph qui l'occuperont et effectueront de nombreuses restaurations. En 2002, les nouveaux propriétaires décident de l’ouvrir à la visite et de créer des chambres d’hôtes. D’aspect médiéval, le château de Chalmazle présente à la fois des éléments de la maison forte d'origine et de tous les styles qui se sont succédés au fil des siècles : meurtrières, base des murailles, donjon, chemin de ronde à mâchicoulis, galeries, chapelle… Il possède aussi des éléments de style Renaissance : la façade, la cour intérieure, les galeries, et la chapelle.

Fin de cette deuxième étape de cette Route touristique "des Châteaux et Manoirs dans la Loire".

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 3 de la route touristique "des châteaux et Manoirs dans la Loire".

Pour vous rendre sur la route touristique "des châteaux et Manoirs dans la Loire"

Ciel dégagé

Saint-Paul-en-Cornillon

4 °C Ciel dégagé

Min: 4 °C | Max: 9 °C | Vent: 11 kmh 190°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.

Nos coups de cœur sur la route touristique "des châteaux et Manoirs dans la Loire"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de Loire

Préparez vos vacances sur la route touristique "des châteaux et Manoirs dans la Loire" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "des châteaux et Manoirs dans la Loire" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 15/09/2021