Les routes touristiques en France

Billom (Pays d’art et d’histoire-63)

Billom : petite cité médiévale au cœur de la "Toscane d’Auvergne" !

Billom est une charmante petite cité médiévale au cœur de la "Toscane d’Auvergne", est située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne. Elle fait partie de l'aire urbaine de Clermont-FerrandLa ville est sur le bord occidental du Parc Régional Livadois-Forez et proche d'Ambert et Thiers. La cité médiévale de Billom dispose d'un beau patrimoine, labellisé "Pays d’art et d’histoire de Billom Communauté" et site remarquable du goût  avec "Les champs d’ail de Billom".

De nombreux vestiges, mis au jour lors de recherches archéologiques, révèlent une occupation humaine du territoire depuis le Paléolithique. Billom était situé sur le parcours de la voie romaine qui relie Lyon à Bordeaux et qui passe par Clermont, des bornes milliaires ont été retrouvées. D'autres découvertes témoignent de son dynamisme à l'époque gallo-romaine. Un atelier monétaire est attesté à l'époque mérovingienne. On dénombre quatre paroisses à l'époque féodale, Saint-Cerneuf, Saint-Saturninet Saint-Loup qui paraissent antérieures à l'époque carolingienne ainsi que Saint-Michel dont l'emplacement de l'église demeure inconnu et qui a sans doute disparu au XVIIe siècle.

Une grande partie de son patrimoine bâti émane de la volonté des pouvoirs religieux et seigneuriaux du Moyen-Age. Billom doit son développement au Moyen-Age à l’implantation des établissements religieux. Parmi les nombreuses congrégations religieuses, on peut citer les chanoines de la collégiale de Saint-Cerneuf présents depuis la fin du XIe siècle, ils dévastèrent notamment l'église Saint-Loup qui appartenait aux bénédictins de SauxillangesLa cité de Billom fut l'une des premières Bonne ville d'Auvergne dès le XIIe siècle, comme 18 autres villes (Clermont, Riom, Issoire, Cusset, Brioude etc... ). Ces villes se réunissaient pour délibérer de leurs affaires communes et ensemble, elles participèrent largement à la défense de l’Auvergne durant la guerre de cent ans.

Préparer votre visite touristique à Billom

Le quartier Saint-Loup et celui de Saint-Cerneuf sont à l'origine deux agglomérations bien distinctes, le second correspondant à la ville de Billom fortifiée depuis le XIIe siècle. Ce n'est qu'au XIVe siècle que l'on modifie le tracé de l'enceinte pour y intégrer, entre autres le quartier Saint-LoupElle fut également notamment à l'époque médiévale une ville universitaire par la présence d'un studium médiéval. Son renom vient aussi de ses établissements d’enseignement, depuis l’école  de la collégiale Saint-Cerneuf jusqu’au collège jésuite, le premier de France, fondé au XVIe siècle.

À Billom, au détour des ruelles, les maisons à pans de bois côtoient les vestiges de l’enceinte médiévale. Vous serez conquis par la préservation du centre médiéval, ce dernier vous plonge dans l’histoire. Sur la rive gauche de l'Angaud, la ville ancienne et ses pavés. Sur l'autre rive, l'ancien faubourg et le quartier commerçant. On passe d'une rive à l'autre en flânant sur le joli pont du Marché qui nous ramène à l'époque médiévale.

Billom chevet de l eglise saint loup routes touristiques du puy de dome guide touristique de l auvergneAprès avoir stationné votre véhicule, dirigez-vous vers le boulevard Saint-Roch, au niveau du n°4 se retourner et admirer la vue sur les deux buttes volcaniques nommées les Turlurons, éléments caractéristiques du paysage Billomois dont il faut souligner la spécificité. En effet, il s’agit d’un paysage de transition : ce n’est plus tout à fait la plaine de la Limagne qui s‘étend au nord ni encore le relief accidenté des monts du Livradois tout proches. Continuez vers le domaine de la Recluse, au n°2 de la voie romaine. Il appartenait au XVIIème siècle à un chanoine de Billom. Après la seconde guerre mondiale, il sera divisé en plusieurs parties : un logis principal, un corps de ferme et un jardin ainsi qu’une chapelle dans l’angle de la propriété. Les chapelles de la Recluse étaient le lieu de refuge d’une personne désirant s’isoler du monde.

Revenir sur ses pas et prendre sur votre droite la rue du Faubourg Saint-Loupjusqu'à l'église Saint-LoupSuccédant à un édifice plus ancien, l'église actuelle a été commencée en 1265 et terminée 150 ans plus tard. Elle doit son origine à un prieuré de Bénédictins, rattaché à l’abbaye de Sauxillanges et fondé en 995 par Hugues de Mercurol. Les chanoines de Saint-Cerneuf sont hostiles à cet établissement qui est saccagé en 1077. Le différent est réglé en 1131 par l’attribution de Saint-Loup à l’évêque de Clermont.

L'édifice se compose d'une nef de cinq travées avec bas-côtés et d'un choeur terminé par une abside à cinq pans. Il présente aujourd’hui une silhouette composite, coiffée d’un clocher du XIXe siècle. Le porche de l’église constitue l’élément le plus remarquable. Immense et voûté d’ogives, il protège et met en valeur un portail, qui a conservé ses piédroits et ses voussures en arc brisé. La peinture du tympan, très abîmée, date de la campagne de restauration du XIXe siècle. Le porche et portail font partie de la construction originelle.

De nombreux couvents vont s’établir autour de l’église Saint-Loup entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Les Jésuites, en 1555, seront les premiers à s’installer, suivis en 1559 par les Capucins puis des Bénédictines en 1620 et enfin des Visitandines en 1650. L’urbanisation de ce quartier de Billom, qui longtemps fut un bourg à part entière, rival du quartier de Saint-Cerneuf, conserve des traces de la persistance de ces enclos. Aujourd’hui en dépit des remaniements et des changements de fonction des couvents, on peut retrouver avec un peu d’attention, des éléments architecturaux qui ont traversé les siècles. Ainsi, le couvent de Visitandines, l’actuelle maison de retraite, ne garde du bâtiment d’origine que la forme générale.

Si vous souhaitez faire une halte bucolique en profitant de la tranquillité d'un théâtre de verdure, contourner l’église Saint-Loup. Sinon, prendre la rue Saint-Loup. Au n°10, la porte de l’Hôpital est un portail monumental en andésite édifié dans la seconde moitié du XIXème siècle. En face, au N°13 se trouve le couvent des Capucins. Le couvent a été préservé, bien que l’ensemble de l’édifice ait été vendu à plusieurs propriétaires, on repère encore quelques bâtiments remaniés, dont les restes de la chapelle, qui s’organisent encore autour de la cour intérieure.

La place Louis Grimard ou place du Vieux Marché au Chanvre s’ordonne harmonieusement autour de la fontaine. Cette fontaine placée au centre de la place est datée de 1706 et possède un bassin octogonal où les tisserands faisaient tremper le chanvre pour la fabrication des toiles et cordes. Au niveau du n°1 de la place du Marché au chanvre, admirez la maison des XVe et XVIe siècles. Elle possède au rez-de-chaussée les vestiges de baies de boutiques, ainsi qu’une tourelle d’escalier d’angle de type Renaissance. Au N°3, la maison du XVIIIe siècle : son fronton est orné d’un bouquet de fleurs dans un vase. Selon une source orale, cette maison aurait servi d’atelier de filage du chanvre. La culture du chanvre s’intensifie à partir des XVII et XVIIIe siècles. Les tisserands de Billom l’utilisaient pour confectionner draps, tissus, ainsi que toiles et cordages acheminés par voie fluviale sur l’Allier, jusqu’à la Corderie de la Marine Royale de Nantes.

Prendre sur la droite la rue des anes, puis continuez vers la place des NonnesLa proximité du couvent des Visitandines, fondé au XVIIe siècle, a donné son nom à cette place, qui au XIXème siècle abritait le marché aux porcs. On peut encore y voir l’ancienne bascule municipale qui servait alors pour le droit de place et le pesage des bestiaux. En prenant l’étroite rue Bourrier, vous passerez sous un porche à pans de bois qui, au Moyen Age, permettait de relier les logis des deux côtés de la rue. Suivre la rue du Colonel Mioche, autrefois rue Mercière ou Marchande. Elle est bordée de maisons à pans de bois dont le rez-de-chaussée était occupé par une boutique avec une baie en anse de panier et un étal en pierre, ouverts sur la rue.

Prendre la direction de la place de la Halle. La fontaine de la Halle a été déplacée sur cette place après être restée plusieurs années place du Cibony. Cette fontaine est constituée par une superposition de vasques hiérarchisées de façon pyramidale, ornées de masques féminins. Hormis le bassin, le vocabulaire décoratif est emprunté à l'antiquité romaine. Cet ouvrage est traité dans le style éclectique caractéristique de la seconde moitié du XIXe siècle, peu représenté dans le Puy-de-Dôme.

Billom pont notre dame ou pont du marche entre le rue notre dame et le creux du marche routes touristiques du puy de dome guide touristique de l auvergneLa place de la Halle, la place du Marché au Chanvre, le Creux du Marché, le pont du Marché nous rappele l’identité de Billom depuis ses origines. En effet la vocation commerciale de Billom daterait de l’époque de sa fondation puisque le nom celte de Billom, "Biliomagus", serait formé sur le radical "mag" qui signifie "marché". Aujourd’hui, le marché du lundi reste aussi vivant qu’au Moyen Age, accueillant les nombreux producteurs fermiers de la région. Au moment de la célèbre foire à l’ail rose, le deuxième weekend du mois d’août, les rues du quartier retrouvent l’ambiance bruyante des nombreuses foires et marchés.

Revenir sur pas, pour se dirigez à l’angle du Creux du Marché et de la rue Gravière où se trouve la plus ancienne fontaine de Billom adossée à une maison. Le fronton est datée de 1619 et présente un écusson encadré de lauriers. Autrefois, l’eau jaillissait alors par deux masques. Admirez la maison à pans de bois  du XVe siècle situé au 1, 3 place Creux-du-Marché. Au N°7, admirez l'ancienne maison du poids public dite “du poids de ville” du XVe siècle, qui se trouve contre cette extrémité du pont du marché, a l'une de ses façades en encorbellement sur la rivière. Cette partie en encorbellement est construite en pans de bois dont l'ossature est dissimulée sous un crépi.

Traversez l'Angaud par le pont Notre-Dame ou pont du Marché, construit au Moyen Age, le pont conduit au quartier commerçant de la ville. Ce petit pont à une arche en ellipse, avec tablier légèrement bombé. La partie de son parapet s'appuyant contre l'ancienne maison du poids public contient une longue dalle de lave creusée de trois boisseaux. Ces mesures circulaires de différentes contenances sont percées chacune d'une ouverture latérale. Ces ouvertures étaient munies de petites trappes maintenues dans des coulisses de métal. Dans la position haute de la trappe, le grain s'écoulait du récipient mesureur dans des sacs maintenus sous l'ouverture par des crochets de fer. Elles témoignent de la proximité du “marché au bled” (blé). Le marché du blé se tenait sous la halle, construite assez tardivement pour une ville commerçante, entre 1793 et 1795, puis détruite vers 1970 et dont la place qui porte son nom conserve la mémoire.

Vous voici dans le quartier de l’AngaudAu Moyen Age de nombreux marchands et artisans, tels les corporations des bouchers, des tisserands, des sabotiers, des forgerons, des teinturiers et des tanneurs s’installent le long de l’Angaud. Au XIXème siècle encore, Billom est surnommée "la ville des marchés" car ici tout se vend et tout s’achète. Suivre la rue Notre-Dameau n°18 se trouve une maison, elle possède des balustrades du XVIIe siècle avec une ornementation de mascarons et de grotesques.

Tournez à droite dans la rue de l’Etezon, l’entrée de la maison du N°14 présente une cour intérieure à galeries desservie par un escalier à balustres du XVIIe siècle conduisant à deux paliers ajourés superposés formant galeries. Deux colonnes séparant cette balustrade en trois parties s'élèvent pour supporter la galerie de l'étage supérieur. Ces colonnes, dont la base toscane repose sur un piedestal carré, sont surmontées d'un tailloir sous lequel l'échine du chapiteau est bombée et une griffe orne chaque angle. A une certaine distance sous ce couronnement, le fût est orné d'une astragale. 

La cloche du beffroi de Billom et son horloge rythment la vie de la cité depuis le XVIe siècle. Edifiée sur une base de l’ancienne enceinte, la tour hexagonale est coiffée d’un lanternon et d’un campanile. A son sommet, une Vierge en bois fut déposée à la Révolution et remplacée par un bonnet phrygien puis par un coq. Au XIIème siècle, Billom se dote d’une première enceinte dont deux portes de ville subsistent aujourd’hui, l’une rue de l’Evêché, la seconde placée au bas de la rue des Boucheries.

Prendre sur votre droite la rue des BoucheriesLa rue des Boucheries forme un axe principal à l’intérieur de la première enceinte. Au Moyen Age, les artisans et les commerçants étaient répartis par rues ou quartiers spécifiques. Ce quartier rassemblait la corporation des bouchers. Sans se soucier des passants, les bouchers n’hésitaient pas à s’établir au milieu de la rue pour tuer les bestiaux et les ébouillanter dans de grosses cuves dont ils déversaient l’eau dans le caniveau central. A voir dans le bas de la rue des Boucheries, crocs métalliques pour accrocher gigots et carcasses.

Billom maisons medievales routes touristiques du puy de dome guide touristique de l auvergneAu n°19, la maison dite du “Bailli” des XVe et XVIe. Selon une appellation récente, elle aurait appartenue à un bailli, agent de l’évêque de Clermont qui était chargé des fonctions administratives et judiciaires. Responsable des clés de la ville, il fermait l’enceinte chaque soir pour protéger Billom des agressions. Le tribunal de commerce (inscription « palais de justice ») En 1569, face à l’activité commerciale de la ville, le premier tribunal de commerce, placé sous la protection de Catherine de Médicis, est créé à Billom en même temps que ceux de Clermont-Ferrand, Riom, Montferrand et Thiers. Au XIXème siècle, au moment de son transfert dans l’ancienne salle capitulaire de la collégiale, sa façade est remaniée. 

Au N°20, la maison dite du “Doyen” de la fin du XVIème siècle comporte une baie de boutique réalisée en andésite, remarquable par ses dimensions, et une porte piétonne encadrée de moulures. On remarque à l’étage l’utilisation de fenêtres à meneaux et traverses. La façade sud de cette maison, qui s'ouvre au nord du chevet de l'église, possède deux étages en encorbellement, au-dessus d'un rez-de-chaussée comportant une porte et une grande baie modernes qui ont conservé leur linteau chanfreiné constitué d'une grosse poutre de bois. 

A ce niveau de la rue des Boucheries, remarquez les traces de l’église romane dans le chevet de la Collégiale. Les arcs en plein cintre sont entourés de mosaïques et rosaces grises, noires et ocres caractéristiques du décor roman auvergnat, en pierres locales de couleurs différentes.

Au N°17, au rez-de-chaussée de cette maison du XVe siècle, une petite porte s'ouvrant à l'extrémité sud possède un linteau en accolade mouluré d'un boudin. Cette moulure se poursuit le long des piédroits pour retomber sur des bases prismatiques. La fenêtre du premier étage a conservé son encadrement et son appui saillant mouluré, en bois. Au-dessus, l'encorbellement du second étage repose également sur une poutre horizontale moulurée que soutient une rangée de quatre consoles en bois sculptées. Un crépi masque l'ossature des pans de bois de la façade.

Au niveau du N°11 de la rue des Boucheries et de la rue des Chanoines, la maison du XIVe siècle présente un portail du XVe siècle qui s'ouvre sur une partie d'immeuble complètement démolie. Le mur de la façade est percé, à gauche de ce portail, d'une petite ouverture à encadrement de pierre moulurée d'un cavet et munie de barreaux. Les deux vantaux sont assez bien conservés, sauf dans leur partie inférieure.

La maison ancienne dite Maison du Boucher se situe avant le n°5. Il s’agit d’une construction civile du XVème siècle dont on pense qu’elle appartenait à un membre de la corporation des bouchers. Sa vocation commerciale est certaine avec son entrée de boutique et un étal donnant sur la rue du Puits à l’angle gauche de la maison. Cette maison se compose d'un rez-de-chaussée et de deux étages. Le rez-de-chaussée est percé d'une ancienne arcade de boutique en anse de panier. Sur la droite, une galerie est constituée par des piles supportant un pan de bois à l'alignement de la rue, le pan de bois étant en avant du mur du fond de cette galerie. Le second étage est complètement en pans de bois sur les deu façades.

Vous voici arrivée à l'ancienne enceinte médiévale de Billom. Les portes du XIIe siècle sont parmi les derniers restes de l'enceinte médiévale qui défendait le bourg autour de l'église Saint-Cerneuf. La pièce de la porte des Boucheries a été dotée d'un décor de stuc au XVIIIe siècle. Cette dernière, une porte romane, avec son arc en plein cintre, formait une des deux entrées principales, et constitue un passage emblématique vers le cœur du quartier médiéval.

Au niiveau de l'office de tourisme, remarquez la porte de la fin du XVIe siècle, comportant des piédroits formés de moëllons appareillés, en légère saillie par rapport au mur et moulurés vers leur milieu d'un listel dont la face intérieure est elle-même moulurée d'un cavet. Dans sa partie supérieure, cet encadrement comporte une partie pleine formant tympan. Ce tympan nu est orné en son milieu d'une console sculptée en son centre d'une palme de chaque côté de laquelle deux moulures de profil bombé se terminent par deux enroulements symétriques supportant un motif ornemental. Ce motif se compose d'une tête humaine de forme ovale, encadrée de cheveux, et surmontée d'une sorte de bonnet pointu, de forme sensiblement pyramidale. 

Tournez à gauche sur le Quai du Terrail, passez devant l'hôtel de ville du XIXe siècle, au bout de la rue Carnot prendre à gauche puis enfin la rue PertuyboutAu N°6, admirez la maison de “l’Echevin”, l’attribution de cet hôtel à un magistrat reste hypothétique, mais il s’agit néanmoins d’une riche propriété bâtie à la fin du XVème siècle. La maison est composée de plusieurs corps de bâtiments organisés autour d’une cour fermée, avec une tourelle d’escalier. La porte principale en forme d’anse de panier est encadrée d’une riche mouluration et surmontée d’un écusson armorié qui a été martelé depuis. Au Moyen Age, le portail était au même niveau que le pavé.

Billom eglise saint cerneuf la crypte routes touristiques du puy de dome guide touristique de l auvergneContinuez votre escapade touristique vers la Collégiale Saint-CerneufL’architecture actuelle de la collégiale Saint-Cerneuf résulte de plusieurs campagnes de construction. Il est probable qu’une première église ait été construite à cet emplacement dès la période pré-carolingienne. A l’église attestée au Xème siècle, a succédé une église romane assez ambitieuse avec une crypte, trois nefs, un transept, et le chevet composé de quatre chapelles rayonnantes. La crypte est aujourd’hui considérée comme la plus ancienne d’Auvergne. Le déambulatoire témoigne également de l’architecture romane. Au XIIIe siècle, la collégiale Saint-Cerneuf est profondément modifiée avec la construction de la nef gothique. L’ensemble canonial Saint-Cerneuf était alors composé d’un cloître fermé par la salle capitulaire, la chapelle Saint-Jacques et des maisons canoniales.

A l'interieur de la collégiale Saint-Cerneuf des grilles en fer forgé du XIIème siècle entourent le chœur : c’est l’ensemble de grilles romanes le plus important du centre de la France avec treize motifs différents. La chapelle du Rosaire : chapelle mortuaire de la famille des Aycelin décorée par une fresque murale du XIVème siècle reconnue comme l’une des plus remarquables d’Auvergne. L’ensemble iconographique symbolise le passage de la terre au ciel : on peut identifier les évangélistes entourés d’anges musiciens, les apôtres, les prophètes. L’Eglise, (mur sud), et la Synagogue, (mur nord), sont personnifiées par une femme.

L'église Saint-Cerneuf du XIIe siècle contigü primitivement du côté sud à la collégiale par une porte située entre deux chapelles absidiales, il formait un des côtés du cloître qu'un passage voûté au 16e siècle faisait communiquer directement avec la rue. Ce bâtiment a servi de salle ou chapelle capitulaire. Cette chapelle a été utilisée au cours des âges par les confréries des Pénitents et de manecanterie. Le bâtiment a également été utilisé, après la disparition des confréries, comme tribunal de commerce et mutilé sur sa face méridionale par l'architecte Mallay. Belles peintures murales. En 1569, face à l’activité commerciale de la ville, le premier tribunal de commerce, placé sous la protection de Catherine de Médicis, est créé à Billom en même temps que ceux de Clermont-Ferrand, Riom, Montferrand et Thiers. Au XIXème siècle, au moment de son transfert dans l’ancienne salle capitulaire de la collégiale, sa façade est remaniée.

C’est à partir du milieu du Moyen Age et plus précisément à la fin de la première croisade que deux chanoines Billomois ramenèrent la relique du "Précieux Sang" à Billom. Dès lors et jusqu’à la Révolution, la vénération du "Précieux Sang", conservé en la collégiale Saint-Cerneuf, donna lieu à des pèlerinages et une fois par an à une immense procession. Ces rassemblements participèrent à l’enrichissement du quartier Saint-Cerneuf, générant une certaine hostilité de la part du bourg voisin groupé autour de l’église Saint-Loup.

Contournez l'église Saint-Cerneuf en passant par la rue Saint-Cerneuf. Au N°3, se trouve une autre maison à pans de bois du XVe siècle. Le rez-de-chaussée de la façade nord de cette maison comprend une poutre de bois sur toute sa longueur, qui supporte les têtes moulurées de poutres soutenant l'encorbellement du premier étage. Ce premier étage est construit en hourdis : blocage de briques et de pierres et pans de bois disposés en décharges diagonales croisées. Le milieu est occupé par une fenêtre à encadrement de bois, sous laquelle les pans de bois forment deux croix de Saint-André. Le second étage est également en encorbellement. Les chevrons qui le soutiennent ont leurs têtes masquées par la sablière. Les pans de bois sont disposés en écharpes entre poteaux et sablière.

Billom enceinte medievale routes touristiques du puy de dome guide touristique de l auvergneSur la place des Ecoles, une plaque repère la maison dite du "chapitre à Billom"Cette maison a été construite entre la fin du XVème et le début du XVIème siècle. Son nom rappelle la présence de l’école, créée par les chanoines du Chapitre de Saint-Cerneuf et transformée en université au XIIIème siècle. A la suite de campagnes de restauration, la façade, composée d’arkose, de moellons et de pierres de taille, a gardé son aspect d’époque avec sa porte d’entrée, ses deux arcades de boutique en anse de panier et ses fenêtres primitives. Les petites fenêtres centrales attestent la présence, à l’intérieur, d’un escalier à vis.

Prendre la rue de l’Evêché, sur la droite au N°4 se trouve la maison de retraite de la Miséricorde. Elle présente un bel ensemble de bâtiments édifiés à différentes époques du XVI, XVIII et XIXe siècles. Ils ont été rachetés au XXème siècle par la congrégation des Sœurs de la Miséricorde. Passez la porte de l’Evêché du XIIe siècle, elle commandait une des entrées de la ville médiévale et délimitait la première enceinte fortifiée à la fin du XIIe siècle.

Au croisement de la rue du Montmouchet, sur la droite bâtie le long de la chapelle de l’ancien couvent de la Miséricorde, se trouve la fontaine de l’Eperon , dont la vasque est très abîmée, elle porte la date de 1856 dans un cartouche. Cette fontaine montre un décor varié fait de réminiscences de l'antiquité romaine. Il s’agit d’une réalisation du sculpteur Béraud, d’après un projet de l’architecte Taché.

Déhambulez dans l’allée des Marronniers sur votre gauche. De cette agréable allée située le long des anciennes fortifications de la ville, on aperçoit les bâtiments de l’ancien collège des Jésuites. Après le pont, tourner à gauche et longer le ruisseau Quai Porte-Neuve. L’Angaud, anciennement le Ricochet, prend sa source à l’Etang des Maures et se jette dans le Madet pour ensuite rejoindre l’Allier. Ce quartier sud de Billom était le quartier des tanneurs, teinturiers et des moulinets.

Dans les jardins du bord de l’Angaud, on peut voir des pigeonniers très caractéristiques du canton. De plan carré, ces petites tours couronnées de génoises, abritent les pigeons au dernier étage, et au rez-de-chaussée des petites pièces utilitaires. S’engager dans la ruelle Saint-Benoît. Au n°2 rue du Collège, on remarque les jambages de la porte couronnée d’une coquille Saint-Jacques. En continuant la rue, longer un mur délimitant l’ancien collège de Jésuites. Au n° 7, une belle porte du XVIIIe siècle. Entrer dans la cour de Valmy, en suivant l’indication "Trésorerie", pour traverser et approcher les bâtiments du collège de Jésuites. Pour rejoindre le boulevard Porte-Neuve jusqu’au boulevard Saint-Roch retraverser la cour de Valmy.

Le collège des Jésuites a été fondé en 1558 par l'évêque de Clermont, Guillaume Duprat, c'est le premier collège de Jésuites construit en France après la fondation de celui dit de Clermont à Paris. Edifié de 1558 à 1564, l'édifice correspond au premier type des collèges jésuites. Les bâtiments sont organisés en quadrilatère autour de cours fermées, et abritaient la salle de classe, la salle de théâtre, la chapelle, et les habitations avec cuisine, réfectoire, apothicairerie, jardin, ainsi que l'église et la sacristie. Avec la soumission de la ville à Henri IV, en 1594, les Jésuites sont bannis. Ils y reviennent en 1604. Des travaux de rénovation sont entrepris après 1621 et en 1750. Le collège des Jésuites fut porté sur le devant de la scène en 1762, lors du bannissement de France de l'ordre religieux et de la mise sous séquestre de ses biens. Une perquisition a révélé la présence du « typus religionis », un immense tableau qui montre le pape et les Jésuites à la barre d'un navire symbolisant le monde. Cette pièce sera utilisée lors du procès contre les Jésuites

À deux pas de Billom, les jardins de la Croze offrent une parenthèse poétique en plein centre-ville. Édifiés au XIXe siècle, les jardins de la Croze présentent quant à eux un jardin à l'anglaise, un potager à la française, des roseraies, un verger ou encore un jardin régulier. Ils comptent plusieurs arbres bicentenaires, un chêne tricentenaire classé, des chenils et un tapis de cyclamens sauvages.

Les petites collines, couronnées de ruines de châteaux forts, et sur les pentes desquelles sont cultivés quelques arpents de vigne, le paysage de Billom conserve un petit air de Toscane. Le gros Turluron, coiffé d’un bois, abrite les ruines d’un château fort siège de l’un des quatrecomtés d’Auvergne. Le petit Turluron accueille une chapelle, Notre-Dame de la Salette, érigée en 1868 comme ex-voto par une famille de Billom pour la guérison de leur fille, Marie-Louise Méliodon.

Carnet pratique de Billom

Les incontournables de Billom

  • Les visites des villes et villages.
  • Circuits de randonnées pédestres et cyclotouristiques.

Visites

Activités & Festivités :

  • En juillet et août, les Jeudis du Pressoir proposent des apéros-concerts au théâtre de verdure St-Loup.
  • Une foire à l'ail prend place à la mi-août avec un marché de producteurs et différentes animations.
  • Festival médiéval fantastique, Charivari se tient chaque année au début du mois de septembre. Au programme, des spectacles, des jongleurs, des acrobates, des échassiers, des concerts, des stands, et bien d'autres divertissements.Plus d'information
  • Mairie de Billom : site internet
  • Billom Communauté - 7 avenue Cohalion - 63160 Billom - 04 73 73 43 24 - contact@billomcommunaute.fr - Site internet
  • Maison du tourisme du Livradois Forez - Vacances Livradois Forez : site internet
  • Loire Forez : site internet
  • Parc Massif Central : site internet
  • Panoramique des Dômes : site internet
  • Volcan Puy-de-Dôme : site internet
  • Auvergne Thermale : Site internet
  • Pays d'Auvergne  : site internet
  •  Auvergne Centre France : site internet
  •  Auvergne Destination : Site internet
  • Auvergne Rhône-Alpes Tourisme : site internet
  •  VPAH Auvergne Rhône-Alpes : site internet​​​​​​​

Marchés à visiter près de Billom

  • Billom : marché Lundi (0km)
  • Pont-du-Chateau : marché Jeudi (11km)
  • Cournon-d'Auvergne : marché Jeudi, Vendredi & Samedi (11km)
  • Lezoux : marché Samedi (11km)
  • Lempdes : marché Mardi (12km)
  • Vic-le-Comte : marché Jeudi (12km)
  • Courpiere : marché Mardi (16km)
  • Aubiere : marché Dimanche (18km)
  • Gerzat : marché Dimanche (18km)
  • Clermont-Ferrand : marché Mardi, Mercredi & Samedi (21km)

Sites touristiques près de Billom

  • Aulteribe Chateau : monument national (14 km)
  • Montpeyroux : plus beaux village de France (15 km)
  • Jardins du château d'Opme : jardin remarquable (18 km)
  • Jardins du château de la Batisse : jardin remarquable (19 km)
  • Cathédrale Notre Dame de l'Assomption (Clermont-ferrand) : monument religieux (19 km)
  • Saint-Saturnin : plus beaux village de France (20 km)
  • Clermont-Ferrand église Notre-Dame-du-Port (chemins de pèlerinage) : site du patrimoine (20 km)
  • Jardins du château d'Hauterive : jardin remarquable (21 km)
  • Issoire : plus beau détour de France (21 km)
  • Eglise de Saint Austremoine d'Issoire (Issoire) : monument religieux (21 km)
  • Clermont-Ferrand : secteur sauvegardé (21 km)
  • Eglise Notre Dame (Saint-Saturnin) : monument religieux (21 km)

Consulter nos pages :

  • A voir dans Billom
  • A faire dans Billom
  • Parcours touristique dans Billom
  • Histoire Billom

Pour vous rendre à Billom

Ciel dégagé

Billom

23 °C Ciel dégagé

Min: 23 °C | Max: 23 °C | Vent: 11 kmh 230°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue)
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots !

Nos coups de coeur à Billom

Hébergement :

Restauration :

Découvrez les sites et lieux touristiques du puy-de-Dôme

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour à Billom avec nos partenaires

Date de dernière mise à jour : 23/04/2022