Route du circuit touristique de Brocéliande (35)

La Route touristique "Circuit touristique de Brocéliande"

En Brocéliande les pierres parlent un bien étrange langage, où se mêlent les époques et les légendes, pour le bonheur des rêveurs de tous âges…Pays animé par le souffle des légendes, Brocéliande est une invitation enchanteur au voyage. Cette route touristique de 85 km accompagne le voyageur dans la magie des lieux…

Une forêt et terre de légendes, Brocéliande l’est assurément. Tout le long du parcours, la forêt de Paimpont dicte sa douce loi végétale. La geste arthurienne y convie sans cesse le flaneur à s’arrêter, à la découverte de sites baignés de mystère.

Parmi les plus enchanteurs de ceux-ci figure le Val sans Retour où la fée Morgane y aurait longtemps enfermé les amants infidèles ; l’on connaît sans doute pire prison, tant ce paysage de schiste rouge, d’eau et de bruyères émerveille.

Promenez-vous du côté de Comper, à Concoret : c’est dans l’enceinte de schiste rouge qu’est désormais installé le Centre de l’Imaginaire Arthurien : expositions, parcours accompagnés en forêt, ateliers pour le jeune public… sont au programme. Terre de légendes, Brocéliande l’est assurément.

L'itinéraire touristique fait la part belle au patrimoine architectural, telle l’église Saint-Maxent,de style romano-bizantin. En l’église Sainte-Onenne de Tréhorenteuc, la quête du Graal ravira les amateurs d’art insolite à travers vitrail et mosaïque richement ornés. Imposante, l’abbatiale de Paimpont se mire dans les eaux de son étang ; surtout ne manquez pas la visite du trésor.

Des sites mégalithiques ont bien souvent été associés à la légende arthurienne : tombeau de Merlin, vestige d’une allée couverte ; l’hôtié ou maison de Viviane, sépulture datant de 4500 ans ; le Jardin aux Moines, mégalithe à la fonction demeurée inconnue ; le Tombeau des Anglais, allée couverte du néolitique…

Outre les traces d’un passé légendaire, le parcours touristique du circuit de Brocéliande propose aussi des activités tout à fait dans le vent: à Iffendic, le domaine de Trémelin offre ainsi un large choix de sports et de loisirs nautiques.

Tyrolienne, parcours «escalad’arbres» réjouiront, en toute sécurité, les amateurs d’émotions fortes. Des activités de découverte nature sur le lac et son environnement complètent les possibilités de détente, à proximité de la route du Circuit touristique de Brocéliande.

La Route touristique "de Brocéliande" en auto, moto, camping-car, en autocar, à vélo...

Plélan-le-Grand est une porte d'entrée idéale pour vous faire visiter le Pays de Brocéliande et commencer votre escapade sur cette route touristique. Selon les historiens, la commune serait née au IXe siècle suite à la construction de bâtiments religieux par les moines de l'abbaye Saint-Melaine de Rennes. Ils construisirent des bâtiments religieux au Gué près de l'oratoire qui leur avait été donné par Salomon, roi du comté de Porhoët.

Le village du Gué est le lieu de la paroisse primitive constituée autour de la Motte-Salomon où s'élevait au Moyen Âge le château de Judicaël, occupé aussi par le roi Salomon. On peut toujours découvrir les vestiges de la motte féodale, plateforme circulaire de 2,2 m de hauteur, de 58 m de diamètre à sa base, entourée d'une douve d'une dizaine de mètres de largeur et partiellement comblée.

Plelan le grand chevet de l eglise saint pierre routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagneLe nom du village de Plaisance situé à environ 300 m proviendrait du repos qu'y aurait pris le roi dans les moments de calme, avec l'hypothèse d'un souterrain reliant les deux sites et se prolongeant vers le bourg actuel. Une excavation se serait ouverte dans une étable à la Ruisselais au XIXe siècle.

Jusqu'à la Révolution française, Plélan-le-Grand possédait la particularité de voir le sud de son territoire constitué en une sorte de république. Avant son déplacement dans le bourg de Plélan au milieu du XIXe siècle, le marché , "un des plus considérables", se tenait en ce village le samedi matin. Aujourd'hui, le marché de plélan est reconnu dans tous le secteur.

Visitez l'église Saint-Pierre construite à partir de 1850 à la place d'une église du XIIIe siècle dont ne subsiste que la très belle chapelle Sainte-Anne. Côté nord, une tour datant de 1620 joue le rôle de clocher. 

En vous promenant dans la commune, vous pourrez découvrir l'hôtel de ville aménagée dans les anciennes halles ou la fontaine de saint Fiacre, saint patron des agriculteurs, au début de la route du Thélin, à côté d'une vieille croix portant "1506 Thoumas Dannet", l'Hôtellerie de la Fleur de Lys. Admirer le Château du Pont-Mussard.

Une partie des Forges de Paimpont prend place à Plélan-le-Grand. Inscrit aux Monuments Historiques, il s'agit d'un ancien site industriel qui représentait autrefois les plus grandes forges à bois de toute la Bretagne. Il est possible de visiter le site via un parcours libre ou lors de visites guidées retraçant l'histoire des lieux.

Quitter Plélan-le-Grand par le village du Gué, en direction de Paimpont via la D38 (7 km). Ce n'est qu'au cours du XIXe siècle, bien après la vente de l'abbaye comme bien national en 1790, que le bourg commença à prendre la physionomie qu'on lui connaît aujourd'hui. Le monastère fondé au VIIe siècle par Judicaël est devenu abbaye Notre-Dame de Paimpont au XIIIe.

Située au bord du lac de Paimpont, l'abbaye est de style gothique médiéval pour les murs, les ouvertures, le baptistère et la chapelle du St-Sacrement et la voûte, l'abbatiale présente un décor intérieur de style baroque du XVIIe siècle. La sacristie contient le trésor de l'abbatiale composé d’un Christ en ivoire, d’un reliquaire offert par la duchesse Marguerite de Bretagne, mère de Anne de Bretagne, qui contiendrait un radius de St Judicaël.

Paimpont eglise et maison abbatiale routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagneLongtemps le bourg de Paimpont ne fut constitué que de l'abbaye avec ses bâtiments associés tels que l'hôtellerie pour l'accueil des pèlerins, du cimetière et de quelques habitations.

Continuez vers Tréhorenteuc via la D40 (en direction de campéneac), puis la D312 et la D134 (26 km). Aau coeur de la forêt de Brocéliande pour partir à la découverte des légendes avec la proximité du site populaire de cette forêt, le Val sans Retour qui doit son nom à la fée Morgane. Tréhorenteuc est entourée de landes et des collines du Val sans retour, dont les plus élevées culminent à 240 et 256 mètres.

Les pierres de schiste rouge typique de cette région de Bretagne s'y trouvent en abondance, particulièrement à la carrière située au lieu-dit la Troche. Après 1942, l'abbé Gillard restaure l'église communale qui se fait connaître sous le nom de la chapelle du Graal, et fait visiter le Val sans retour.

Commencez votre balade dans Tréhorenteuc par la visite de son église unique en son genre, une curiosité incontournable dans le pays de Brocéliande pour ceux qui s’intéressent au légendaire arthurien. Alors que l'édifice est en ruine, l'abbé Gillard est envoyé dans ce petit édifice en pleine campagne en 1942, en raison de conflits avec sa hiérarchie. Il restaure l'église à ses frais.

Le premier vitrail dit « de la Table ronde » est réalisé et posé en 1943 par le peintre verrier nantais Henri Uzureau. En 1945, l'abbé est aidé par deux prisonniers allemands, l'ébéniste Peter Wissdorf, qui fabrique les bancs et la voûte en coque de bateau ainsi qu'un artiste peintre, Karl Rezabeck, qui réalise quatre tableaux représentant à la fois le monde celte, la légende arthurienne et le christianisme.

Dans cette église, les vitraux, les tableaux et la mosaïque du Cert blanc au collier d'or créée par l'artiste contemporain Jean Delpech, représentent des éléments de ces trois mondes que l'abbé veut en harmonie. Pour cela, il trouve un tronc commun entre ces trois mondes, qui est le Graal. Ce dernier est fréquemment représenté, c'est pourquoi l'église porte aussi le nom de chapelle du Graal. Elle est dédiée à sainte Onenne.

Trehorenteuc le manoir des rues neuves routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagneAdmirer le manoir des Rues-Neuves ou château de Gerwan dont on peut associer le nom à celui d'un prince breton du IXe siècle. Restauré depuis son classement au Monument Historique, ce manoir est lié à plusieurs légendes de la forêt de Brocéliande et a servi de décor pour un téléfilm avec Jean Markale.

Ce bâtiment présente une double porte charretière et piétonne. Il est aussi accosté d’une tourelle d’escalier polygonale. Une loggia donne accès à la cour. Dans cette cour, une belle porte moulurée du xvie siècle se mélange parmi les bâtiments de la ferme.

Prenez le temps d'une balade au Val sans retour,  un prolongement naturel du massif forestier de Paimpont, dont l'entrée est située près de Tréhorenteuc. À l'origine, il porte le nom de val de Rauco et sert de lieu de pacage pour les animaux. La localisation du légendaire Val sans retour, domaine de la fée Morgane dans la légende arthurienne, s'y substitue vers 1850.

Des poteaux indicateurs placés durant la seconde moitié du XIXe siècle entérinent cette nouvelle identité, que Félix Bellamy fixe définitivement dans les années 1890. Le Val sans retour, compte différents points d'intérêt comme la création artistique l’Arbre d'Or, le site mégalithique dit Hotié de Viviane ou Tombeau des druides ou Maison de Viviane, grand coffre funéraire Néolithique, le siège de Merlin ou Roche Dentelée : une roche sculptée par l'érosion.

Passez ensuite au Jardin aux Moines, site mégalithique, au croisement de la route menant à Mauron et de celle reliant Paimpont à Néant-sur-Yvel. Il est rattaché à cette dernière commune, mais sa légende l'associe au vil seigneur Gastern de Tréhorenteuc. Menant une chasse le jour de la Toussaint, ce mauvais seigneur aurait été pétrifié et changé en pierres blanches avec son équipage, et les moines corrompus qui l'accompagnent. 

Reprenez votre parcours en direction de La Saudraie par la D141, au hameau nommé "Folle pensée" sur votre droite, vous trouverez la fontaine de Barenton, elle est assez difficile d'accès dans la forêt de la Folle Pensée. Citée dans la littérature médiévale, cette fontaine a conservé une caractéristique déjà évoquée alors : elle "bout à froid", c'est-à-dire que de temps en temps on voit des chapelets de bulles monter à sa surface.

Les légendes associées à ce lieu sont nombreuses. Selon une légende tardive, c'est là que Merlin rencontra Viviane et l'eau de cette fontaine aurait le pouvoir de guérir les maladies mentales. C'est aussi ici que Yvain, le Chevalier au Lion, décrit par Chrétien de Troyes défia le Chevalier Noir, gardien de la fontaine.

La fontaine de barenton routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagneLa coutume veut aussi que les jeunes gens et jeunes filles visitent la fontaine en quête de mariage. Les filles y jettent des épingles pour la faire sourire et les garçons y cherchent le reflet de leur fiancée.

Revenez sur vos pas, passer La Saudraie par la D141 (31 km) pour arriver à Concoret (41 km). la commune situé à la lisière de la forêt de Brocéliande a reçu le label de Bourg du Patrimoine Rural de Bretagne qui reconnaît l'intérêt patrimonial du bourg et du village des Closiaux. Un chêne âgé d'environ 1000 ans, le chêne à Guillotin se trouve à l'ouest du village.

Il fait 15 m de haut et sa circonférence était de 9,51 m en 2000. Son nom vient de Pierre Paul Guillotin, prêtre réfractaire qui a trouvé refuge à Concoret en 17917. Il se cacha dans le tronc de l'arbre, lequel peut contenir une douzaine de personnes. Une légende raconte qu'au moment où il y trouva refuge, Notre-Dame de Paimpont est descendue sur terre transformée en araignée, et tissa une toile pour boucher l'entrée du tronc et ainsi rendre invisible la présence du prêtre.

Visiter l'église Saint-Laurent avant de partir vers château de Comper via la D2 (44 km)​. Le château de Comper est considéré dès le XIIIème siècle, comme l'une des plus fortes positions de Haute Bretagne. Il a été le théâtre de nombreux combats et de sièges et a vu passer entre autres, Du Guesclin et le Duc de Mercoeur. 

Le domaine est passé de l'histoire à la légende puisque le château abrite le Centre de l’Imaginaire Arthurien qui réalise chaque année une exposition sur deux niveaux, six scénographies avec accessoires et costumes, accompagné de textes et d'images pour découvrir la légende Arthurienne. Harpe éolienne dans le parc du château.

Chateau de comper routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagnePlusieurs fois par an, le château de Comper devient le théâtre d'animations : contes, musique médiévale, chevaliers, spectacles et marionnettes, et bien d’autres. Le château de Comper cache dans le lac, aux yeux des curieux, le palais de cristal de Viviane construit par Merlin pour sa belle. Lancelot, enlevé à sa mère par Viviane, y fut élevé jusqu'à son départ pour la cour du roi Arthur...

Poursuivez votre périple en direction de Saint-Malo-sur-Mel via la D31. A environ 5 km, vous tournerez sur votre droite pour vous rendre au tombeau de Merlin situé au au nord de la forêt de Brocéliande.

Ancienne allée couverte du Néolithique qui a été détruite en 1894, à la suite de fouilles et dont il ne reste aujourd'hui plus que deux dalles de schiste rouge, perpendiculaires, adossées à un vieux houx. De nos jours, de nombreuses personnes vouent un culte à ce monument en y déposant un mot adressé à Merlin, en général un souhait qu'on désire qu'il exauce ou un objet.

Selon la légende, après l'avoir séduit Viviane emprisonna Merlin dans une prison invisible, puis l'enferma dans un tombeau : Merlin s'étant allongé dans une fosse, la fée fit rabattre sur lui deux énormes pierres.

La fontaine de Jouvence ou plutôt la fontaine dite de Jouvence est un modeste trou d'eau situé près du tombeau de Merlin. Autrefois, lorsque les croyances populaires étaient fortement liées aux rythmes des saisons et à la nature, le recensement des enfants nés pendant l'année se faisait proche des fontaines.

À la date du solstice d'été (21 juin), ces enfants étaient présentés aux grands prêtres afin qu'ils puissent être lavés et inscrits sur le "marith" (registre). Les enfants qui n'avaient pu être présentés au recensement de l'année étaient ramenés l'année suivante et inscrits comme nouveau-nés de la nouvelle année, de sorte qu'ils se retrouvaient rajeunis d'un an. Ceci est peut-être à l'origine de l'appellation "fontaine de jouvence".

Rendez-vous à Saint-Malo-sur-Mel via la D31 (53 km). Saint Malon était un prieuré-cure qui relevait de l’abbaye Saint-Jacques de Montfort. Son origine semble devoir se rattacher à un monastère crée par Saint Maëlmon, évêque d’Alet au VIIème siècle. Les anciennes possessions des Chevaliers Hospitaliers de St Jean de Jérusalem en St Malon, ont pu avoir pour point de départ ce premier établissement charitable.

La Chapelle St Jean ou St Jouan-des-Landes fut probablement érigée par les Chevaliers Hospitaliers de St-Jean de-Jérusalemen, qui avaient installé leur premier établissement charitable à Saint Malon-sur-MelLes Chevaliers du Temple encore appelés Templiers appartenaient à un ordre religieux fondé à Jérusalem en 1118 et défendant la foi et les chemins conduisant à la Palestine. 

Les Chevaliers de St-Jean-de-Jérusalem eurent quelques possessions en Saint-Malon-sur-Mel, notamment le manoir des Maisons neuves. A 300 m environ de la chapelle, vous pouvez trouver la fontaine Saint Jean. L'église Saint-Malo dans le centre du bourg a la particularité d'avoir un clocher penché.

Autre époque… Saint Malon-sur-Mel possède depuis 1946, une réplique de la grotte de Lourdes (près du cimetière, route de Saint Gonlay). Elle fut construite en schiste de la vallée de la Marette, à l’initiative de l’abbé Dehoux en remerciement à Notre-Dame de Lourdes.

A la Carrière de la Marette se trouve un site d’un intérêt géologique international où un étang et un camping se côtoient. La caractéristique de la carrière de la Marette tient aux deux couches de schiste d’âge différent. Le schiste vert datant de l’ère primaire est recouvert par du schiste rouge datant lui de l’ère tertiaire. La carrière de la Marette permet de reconstituer l’histoire géologique de la Bretagne.

En contrebas de la carrière, un étang alimenté par les eaux de la forêt de Brocéliande ainsi que par la fontaine de Jouvence a été aménagé en 1976. Si aujourd’hui on peut y pêcher, au temps des druides, l’on baptisait les enfants à la fontaine, située au dessus de l’étang sur la commune de Paimpont, une seule fois dans l’année le jour du solstice d’été entre le coucher de la lune et le lever du soleil.

De grands feux (à l’origine de la fête de la St Jean) étaient allumés à proximité des fontaines dans lesquelles les enfants étaient baignés. Comme le temps était réduit, certains nouveaux nés pouvaient n’être enregistrés que l’année suivante ; ce qui, au fil du temps, faussait l’âge des enfants d’où le nom de la fontaine de Jouvence.

Selon une autre interprétation, venir, pieds nus et à jeun, 7 jours de suite entre le coucher de la lune et le lever du soleil, boire de l’eau de cette fontaine permettrait de retrouver une nouvelle jeunesse.

Saint Malon-sur-Mel est dotée d’un menhir, "le menhir de la Roche Trébulente", ou autrement appelé "le menhir de la Ville Guichais" ou encore "le Menhir la Chaise du Diable"». Il se situe à l’Est de la commune sur la route de Concoret entre la Ville Eon et la Ville Guichais. Celui-ci en forme de siège aurait des vertus de guérison.

Le Tombeau des Anglais se trouve sur le teritoire de la commune.

Vallon de la chambre au loup routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagnePoursuivez votre escapade touristique vers Saint-Peran via la D59 et D40 (63 km), avant d'arriver sur la commune de Saint-péran, une halte au vallon de la chambre au loup s'impossera. Laissez vous séduire par la beauté du pourpre des affleurements rocheux, l'or de ses ajoncs et genêts associé au violine des bruyères et au bronze des lichens.

Le vallon de la Chambre au Loup est un espace naturel sensible, aux airs de "petit canyon" ou de forêt canadienne. Prenez de la hauteur et profitez de la vue magnifique sur un paysage de landes boisées qui encadrent le ruisseau au pied de hautes falaises de 35 mètres qui ont été creusées par un effondrement dû aux failles apparues dans les plissements de schiste et à l'érosion provoquée par la rivière.

Après cette pause bucolique dirigez-vous vers Saint-Peran sur la lisière de la forêt de Paimpont, mais jadis perdu dans les grands bois de Brocéliande, Saint-Péran était, au moyen-âge, un petit prieuré membre de l’Abbaye de Montfort-sur-Meu, situé dans la paroisse de Paimpont.

Petit village certes mais riche de son patrimoine, Saint-Péran garde en son sein de nombreuses traces du mode de vie de nos anciens : fontaines, lavoirs, puits, fours, bâtis… La qualité architecturale du bourg réside dans la polychromie des matériaux de construction, dont les maçonneries traditionnelles à gros moellons sont dominées par le rose du grès de Corrouët.

Visiter l'église de Saint-Péran, bâtie au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, en schiste rouge à l'image des églises du pays de Montfort, elle possède un porche d'entrée appuyé sur deux gros piliers cylindriques. Elle a l’architecture typique des vieilles églises rurales du département d’Ille et  Vilaine, elle se compose d’une nef à chevet droit, d’un transept et d’un clocher à l’ouest.

La grosse tour carrée surmontée d’une flèche en ardoise porte le monogramme IHS avec la date 1709, date de reconstruction de l’église, au dessus d’un écusson ; sur le coté s’ouvre le vieux « chapitret » que soutiennent deux grosses colonnes cylindriques, c’est là où l’on publiait les bans sous l’ancien régime. Ce porche abrite de vieux fonds baptismaux de 1402 devenus bénitier.

Au dessus de la porte, le nom des ouvriers qui ont oeuvré à la construction de l’église : Demeuré, Colas, Brise-Orgueil. L’intérieur de l’église contient une pierre tombale aux armes des Rolland, avec deux autres écussons frustes et un bénitier ovale sculpté. Dans le transept, on peut voir une très petite statue de la vierge sculptée,avec une longue inscription latine rappelant qu’elle a été trouvée dans le tronc d’un chêne en 1522 et apportée à l’église en 1661.

Maxent l eglise de saint maxent routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagneVotre chemin vous emmène à present à Tréffendel via la D36 (68 km), hameau de la paroisse primitive de Plélan-le-Grand, devenue paroisse indépendante seulement en 1803. L'église, reconstruite en 1574, fut alors consacrée à saint Pierre ; mais elle avait pour patrons sainte Marie-Madeleine en 1727, et saint Malo au milieu du xviiie siècle.

Prenez la direction de Maxent par la D63 (80 km) pour votre dernière étape de cette route touristique de Brocéliande. Vers 860, les moines de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon demandent protection au roi de Bretagne Salomon, pour se protéger des incursions normandes. Le roi, qui possède une résidence sur le territoire de l'actuelle commune de Maxent, leur fait construire un monastère richement doté sur ce territoire.

Ce monastère prend le nom de "Saint-Maxent" lorsque Salomon fait déposer dans l'église du jeune monastère le corps de saint Maxent, ce qui accroît la renommée du site, jusqu'à ce que le corps du saint soit finalement restitué à sa paroisse poitevine d'origine. La renommée des lieux grandit rapidement : le monastère Saint-Sauveur de la paroisse de Plélan prend le nom de Saint-Maxent.

Visiter la magnifique église bâtie par Arthur Regnault entre 1893 et 1896, au nord de l’ancienne église. Pour cet imposant édifice de plan centré, il choisit le parti de la polychromie. Il emploie, pour le gros œuvre, le schiste pourpre local et, pour les ouvertures et les détails d’ornementation, le granite et la calcaire.

Sur le territoire de la commune, vous pouvez admirer le château des Hayes du XIXe siècle, édifié à l'emplacement du manoir des Hayes, route de Loutehel. Ancienne propriété de la famille de Poulpiquet du Halgouët

Retour sur Plélan-le-Grand par la D38 (85 km)

Option : 

Plelan le grand hauts fourneaux des forges routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagneVisiter les Forges de Paimpont dont une partie se trouve sur le territoire de Plélan-le-Grand, a voir l'ancienne cantine des ouvriers devenu restaurant gastronomique, la maison de l'Évêché… Les forges de Paimpont sont un ancien site industriel remarquable de la forêt de Paimpont. 

Elles furent les plus importantes forges à bois de la Bretagne dès le XVIIIe siècle. Elles fonctionneront jusqu'à la fin du xixe siècle. Leur implantation est permise par la proximité d'un gisement de minerai de fer extrait à ciel ouvert, l'existence d'un réseau hydrographique important et l'approvisionnement aisé en charbon de bois produit sur place. La forêt fut surexploitée pour les besoins des forges.

Au bord de la route allant des Forges au Pont du Secret, se trouve le bâtiment principal des forges d'en-bas qui étaient alimentées en eau par un petit canal.

Pour l'histoire : Le 3 mai 1794, l'ouest de la commune de Plélan-le-Grand fut le théâtre d'un épisode de la Guerre de Vendée : l'armée royaliste commandée par Puisey attaqua à l'improviste l'armée républicaine qui franchissait sans précaution particulière le vallon séparant Plélan de Beignon au "Pont du Secret" ; la vigueur de l'attaque força les 3 000 fantassins et les 90 cavaliers à se replier sur les hauteurs au village de la Vieille-Ville.

Des manœuvres militaires furent commandées par le duc de Nemours en septembre 1843 dans les landes du Thélin. Le commandant du camp établi en cet endroit, le comte de Rumigny, se serait tué en jetant son cheval dans le vide ; si les lieux rendent cet événement plausible, cela n'a jamais été attesté autrement que par la date de 1843 qu'on trouve gravée dans le schiste des rochers dits de Ruminy .

Dans ce site escarpé, un ancien directeur des forges se blessa très grièvement en voulant prouver la possibilité de voler comme un oiseau en battant des bras après s'être enduit de plumes ; il mourut quelques jours après.

Carnet pratique de la Route touristique "de Brocéliande"

Les incontournables de cette route touristique

Randonnées

  • Plusieurs étangs prennent place sur la commune de Plélan-le-Grand, permettant de faire de belles promenades ou de s'installer le temps d'un pique-nique.
  • Vous pourrez ainsi découvrir les étangs de Trégu, Trécouët, du Perray, ou encore des Forges. Ce dernier possède une petite plage très appréciée des locaux.

Autres activités

  • Base de Loisirs Domaine de Trémelin Tél. 02.99.09.73.79 - Site web
  • Voile et Nature à Trémelin Tél. 02.99.09.93.09 ou 02.99.09.88.10 Toute l’année pour les activités «Nature, Découverte» et de mars à novembre pour l’activité voile
  • Centre équestre poney club de Trémelin Tél. 02.99.09.77.92 Stage journée, demi-journée ou semaine. Promenade en forêt et autour du lac de Trémelin - Site web

Plus d'information

  • Syndicat d’initiative de Brocéliande 5 esplanade de Brocéliande 35380 Paimpont Tél. 02.99.07.84.23 syndicat-dinitiativepaimpont@wanadoo.fr
  • Office de tourisme de Tréhorenteuc Place Abbé Gillard 56430 Tréhorenteuc Tél. 02.97.93.05.12 valsansretour@club-internet.fr
  • Pays touristique de Brocéliande 1, rue des Korrigans 35380 Plélan le Grand Tél. 02.99.06.86.07 - Site web
  • Comité Départemental du Tourisme Haute-Bretagne Ille-et-Vilaine 4, rue Jean Jaurés - BP 60149 35101 Rennes Cédex 3 Tél. 02.99.78.47.40 contact@bretagne35.com - Site web
  • Plélan-le-Grand : site web
  • Tourisme à Brocéliande : site web
  • Val sans retour : site web
  • Saint-Malo-sur-Mel : site web

Visites

Visite guidée de l’abbatiale de Paimpont Tél. 02.99.07.81.37 ou 02.99.07.83.20 Ouvert de Pâques à mi-septembre (week-ends et jours fériés). Juillet et août (tous les jours) - Site web

Boutique d’art celtique «Au Pays de Merlin» Tél. 02.99.07.80.23 • Exposition Art Bro (peintres, céramistes, sculpteurs…) Derrière l’abbatiale de Paimpont. Tous les jours en juillet et août.

Visites guidées des sites légendaires de Brocéliande par le Syndicat-d’Initiative Tél. 02.99.07.84.23 syndicat-dinitiativepaimpont@wanadoo.fr En juillet et août : tous les jours.

Les anciennes Forges de Paimpont Visites guidées pour individuels et groupes(sur réservation) Tél. 02.98.25.50.51 lesforges.de-paimpont@wanadoo.fr

Parc de Treffendel – Cirque Métropole Tél. 02.99.61.04.21 Parc animalier, parc de loisirs et cirque dans un site boisé de 10 ha. Stages et spectacles. D’avril à octobre.

Visite commentée de l’église de Tréhorenteuc par l’Office de Tourisme Tél. 02.97.93.05.12 du 15 juillet au 15 août, à 15h (sauf week-end).

Balades guidées et contées des hauts lieux de la forêt de Brocéliande Tél. 02.97.93.05.12 Tous les jours, du 15/06 au 15/09.

Le Centre de l’Imaginaire Arthurien propose toute l’année des visites contées sur les sites incontournables de la forêt de Brocéliande, des expositions thématiques (Merlin, Arthur, la Table Ronde…), des spectacles pour vivre les aventures de Brocéliande comme si vous y étiez

Centre Imaginaire Arthurien : site web

Pour vous rendre sur La Route touristique "de Brocéliande"

Plélan-le-Grand

Nuageux 10 °C

Nuageux

  • Min: 9 °C
  • Max: 11 °C
  • Vent: 26 kmh 270°

Le saviez-vous

La forêt de Paimpont renferme plusieurs arbres remarquables.

Le plus célèbre d'entre eux est un vieux chêne âgé d'environ 1 000 ans et faisant plus de 9 mètres de circonférence : le chêne de Guillotin. Il est situé entre Concoret et Tréhorenteuc.

Selon la légende, un prêtre réfractaire nommé Pierre-Paul Guillotin s’y réfugia pendant la Révolution française. Il continua à administrer sacrements et bénédictions dans la région, et rédigea un précieux journal des événements révolutionnaires.

Parmi les autres arbres remarquables, on peut aussi citer le chêne des Hindrés, qui mesure environ 5 mètres de circonférence, le hêtre de Ponthus, le hêtre du voyageur et le hêtre de Roche Plate.

Nos coups de coeur sur la Route touristique "de Brocéliande"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique d'ille et Vilaine

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans l'Îlle-et-Vilaine avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 26/04/2018