Les routes touristiques en France

Abbaye Saint-Nicolas (Verneuil-sur-Avre-27)

L'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre : entre ville et champs !

Située dans l'Eure en Normandie, la cité de Verneuil-d’Avre-et-d’Iton possède un ensemble patrimonial exceptionnel, qui lui vaut d’appartenir au cercle restreint des "plus beaux détours de France". Chaque commune est dépositaire d’une histoire et d’un patrimoine plus ou moins riches. Au fil des canaux, des façades des maisons médiévales, des péripéties de la Tour Grise et de l’ancienne église St-Laurent, partez à la découverte de plusieurs siècles d’histoire normande dans le dédale des rues et ruelles de Verneuil de sa fondation en 1120 jusqu’au XXe siècle.

Mais Verneuil abrite également, à deux pas de son centre-ville, un joyau méconnu : l’abbaye Saint-Nicolas, fondée au XVIIe siècle. Elle accueillait, jusqu'en 2001, une communauté de bénédictinesLes bâtiments de l'abbaye ont été rachetés en 2009 par la communauté de communes du pays de Verneuil-sur-Avre pour en faire un lieu culturel. L'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre fait l'objet d'un important programme de valorisation, avec un Centre de l'architecture et du patrimoine.

Pour vous rendre à Verneuil-sur-Avre à partir d'Évreux prendre la D51 (39 km), depuis Alençon suivre la N12 (75 km). Le paysage de la route traverse un milieu d'une nature verdoyante, occupé par des prairies bocagères, par des coteaux et de grandes étendues forestières.

Préparer votre visite touristique à l'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre

Parmi les nombreuses abbayes normandes, l'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre est l'une des rares qui soit encore debout dans son site d'origine. Elle se cache au cœur de Verneuil-d’Avre et d’Iton une des plus anciennes cité normandes, réputée pour la richesse de son patrimoine. On y accède après avoir traversé un vaste espace en herbe, ancien verger de l’abbaye, situé entre l’église Notre-Dame et les vestiges du rempart médiéval du XIIe siècle. Ces derniers s’étendent sur 360 m autour de l’abbaye et sont un legs unique en Normandie. L'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre est l’une des dernières grandes fondations bénédictines de Normandie. Pour comprendre son histoire, il nous faut remonter aux XIe siècle.

Verneuil sur avre plus beaux detours de france l abbaye saint nicolas routes touristiques de l eure guide touristique de la haute normandieLa ville de Verneuil est fondée en 1120 à des fins militaires par Henri Ier Beauclerc, Duc de Normandie, roi d’Angleterre et fils de Guillaume Le Conquérant. Ce prince, pour protéger sa frontière contre les excursions répétées du roi de France, jeta, en 1120, les fondements de cette place sur la rive gauche de l'Avre. Il fit creuser tout autour de larges fossés qui s'alimentèrent des eaux de l'Iton, par un canal de dérivation partant de Bourth.

Aux premières années du XVIIe siècle, un certain Pierre Rouxel, baron de Médavy (Orne), occupe la charge de gouverneur de la place de Verneuil. L’homme a participé aux guerres de Religion dans les rangs de la Ligue et il passe pour exercer son pouvoir d’une main de fer sur ses administrés. Certes, on le respecte, mais on le craint surtout.

Pierre Rouxel a épousé Charlotte de Hautemer, comtesse de Grancey  : dix-sept enfants naissent de cette union particulièrement féconde. Parmi cette abondante progéniture, on compte pas moins de dix filles parvenues à l’âge adulte. Nous retrouverons deux d’entre elles comme abbesses successives de Gomerfontaine (Oise), une troisième à la tête de l’abbaye d’Almenêches (Orne), une quatrième aux commandes du monastère de Vignats (Calvados). Trois seront simples moniales, à Vignats ou à Almenêches. En 1617, à la mort du baron Rouxel de Médavy, Charlotte de Hautemer, conçoit le projet de fondation d'un monastère de moniales avec l'accord de l'évêque d’Évreux Mgr François de Péricard.

Le 25 avril 1627, la fondation de ce prieuré prend corps avec l'installation la première abbesse Scholastique Guyonne de Médavy, sixième enfant de la comtesse Charlotte de Hautemer et de cinq moniales. Guyonne-Scholastique de Médavy est née en 1608, elle est élevée avec ses sœurs à Almenèches par l’abbesse Renée des Guets. A onze ans, lors d’un voyage à Grancey avec sa mère, elle fait vœu de virginité. Elle entre au noviciat de Vignats et passe une année sous la coupe d’une maitresse des novices terrifiante. Guyonne-Scholastique de Médavy pratique l’oraison passive prônée par Bernières et est suspectée de quiétisme. Elle meurt en odeur de sainteté le 31 décembre 1659.

Le 28 avril 1627, l'évêque vient bénir l'église Saint-Nicolas, le cimetière et le presbytèreLe prieuré devient abbaye royale en 1631, par lettres patentes du roi de France Louis XIII. Ainsi les rois conservent le droit de nomination de l'abbesse jusqu'à la RévolutionLouis XIII fait également détruire le château de Verneuil, ce qui permet de construire la seconde aile de l'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre, terminée en 1635. L'abbesse Scholastique Guyonne de Médavy reçoit la bénédiction abbatiale le 8 septembre 1636 des mains de l'évêque sous le nom de Scholastique. Le 15 septembre 1643, Madame Scholastique consacre son monastère à Notre Dame de l'Escalier. 

À la fin XVIIe siècle, sa nièce, Marie Bernard de Médavy, lui succède et entreprend la construction de l’aile est. Sous l'influence du Jansénisme, le gouvernement interdit les nouvelles vocations. L'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre, privée de la dot de nouvelles soeurs traverse une période de difficultés financières. En 1738, l’évêque annexe à Saint Nicolas l'Abbaye Notre Dame de Pacy, le prieuré du Pont de l’Arche et le prieuré Notre Dame de Dilection de l’Aigle. Leurs domaines sont vendus. En 1739, les religieuses de l'abbaye Notre-Dame-de-l'Annonciation de Pacy quittent leur abbaye et sont réunies à celles de Saint-Nicolas de VerneuilEn 1772, Charlotte d'Hérissy (abbesse de 1753 à 1791) achète les remparts, fossés, buttes et le terrain dénommé « petit pré » derrière les remparts au bas de la propriété. En 1776, un pensionnat débute dans l'aile est.

Le 13 février 1790, l’Assemblée Nationale déclare que la loi cesse de reconnaître les vœux solennels. En novembre 1790, la municipalité procède à l’interrogatoire des religieuses, toutes sont fidèles à leurs vœux. Quand au père Charles Gabriel Leroy, le curé de Notre Dame de Verneuil, il prête serment à la Constitution. A la mort de Mme d’Hérissy, le 3 février 1791, alors qu’il est impossible de recourir au roi, la communauté s’adjuge le droit d’élection. Le 4 février 1791, Mme de Monthiers du Perron est élue sixième abbesse à l’unanimité, choix validé par Mgr de Narbonne avant son départ en exil. Entourée de prêtres jureurs, l’Abbaye est privée des sacrements et de la messe.

Verneuil sur avre plus beaux detours de france abbaye saint nicolas routes touristiques de l eure guide touristique de la haute normandieLa communauté est jetée hors de l'Abbaye le 2 octobre 1792. Mme du Perron et ses moniales se répartissent dans plusieurs maisons de Verneuil. Les pillards dépouillent l'Abbaye et saccagent l’église. Les archives sont brûlées par une moniale prise de panique. A aucun moment le service religieux ne sera toutefois interrompu. Le 2 septembre 1793, Mme du Perron est arrêtée, avec ses filles, puis conduite à l'Abbaye Saint Nicolas, devenue une maison d’arrêt. En 1794, à la mort de Robespierre, les moniales sont relâchées. Elles sont jetées hors de l'Abbaye mais se regroupent pour continuer la vie monastique, sans les sacrements, jusqu'en 1795. Fin 1796, Madame du Perron loue la maison de Vieilles. Puis, la paix rétablie, elle achète la maison de Courcy, bien plus vaste, et ouvre un pensionnat de jeunes filles.

À l’époque napoléonienne, la municipalité réclame des sœurs pour s’occuper de l’hospice. Mme du Perron accepte avec l’autorisation du cardinal légat Caprara. Elles deviennent « hospitalières » et leur travail est bénévole. À Noël 1804, les bénédictines reprennent leur habit quitté depuis 12 ans. Pour régulariser leur situation, Mme du Perron rédige les statuts des dames hospitalières de Saint Benoît.La communauté demande à réintégrer l'Abbaye, en vain. Celle-ci se transforme en théâtre, en fabrique, puis en hôpital dès 1805. Les sœurs travaillent donc à l'Abbaye le jour et retournent à la maison de Courcy le soir.

À partir de 1805, l'abbesse accueille 31 moniales venues d'autres congrégations et chassées de leur couvent. Mme du Perron meurt en 1813 sans avoir eu la consolation de réintégrer son Abbaye. L'évêque nomme Soeur Louise Françoise Anne Lamy. A cette époque, les moniales sont donc une congrégation enseignante avec deux pensionnats, et une congrégation de charité donnant des soins gratuits à l'hôpital situé dans l'Abbaye.

En 1824, les administrateurs de l'hospice proposent à l'abbesse, Mme Lamy, de rendre l'Abbaye aux bénédictines en échange des bâtiments qu’elles occupent à l'époque. L’acte d’échange est signé le 24 avril 1824. L'Abbaye n’est plus qu’une ruine où tout est à refaire, il faut célébrer l’office avec un parapluie. En 1825, les moniales, de retour après la période troublée de la Révolution et de l'Empire, font construire un nouveau bâtiment servant de pensionnat qui s’élèvera à l’est en prolongement de l’aile abbatiale, financé par le marquis de Montmorency et la duchesse de Richelieu. Le 27 mai 1825, le marquis de Montmorency et la duchesse de Richelieu posent la première pierre.

Le 5 juillet 1827, pour adapter les oeuvres telles que le pensionnat et le travail à l'hôpital à l'esprit de Saint Benoît et pour assurer la stabilité d'un point de vue spirituel, l'évêque d'Evreux approuve la rédaction de nouvelles constitutions. L'abbesse fatiguée donne sa démission en mars 1836. Elle meurt le 18 mars 1837. Après 66 ans de labeur le service des bénédictines à l'hospice cesse à la demande de Marie Louise Delvigne (abbesse de 1866 à 1870) au maire de Verneuil. Selon la règle de Saint Benoît, la vocation des religieuses est la prière et la louange avant tout. Les moniales conservent le pensionnat de jeunes filles et le transfèrent dans l'Abbaye.

En 1870, la guerre éclate et le pensionnat ne peut rouvrir. Les classes sont transformées en logement pour les troupes et plus tard accueillent les ambulances. Une épidémie de petite vérole emporte la mère abbesse et plusieurs malades. C'est alors que la prieure consacre l'Abbaye au Sacré Coeur de Jésus. En 1871, l'ambulance est fermée, et le pensionnat rouvre après Pâques. En 1888, Anastasie Grandineau, nouvelle abbesse élue, cède aux sœurs de la Providence d'Evreux l'externat et le cours gratuit. Les sœurs n'ont donc plus d'activité extérieure. Elles ne gardent que le pensionnat de jeunes filles pour subvenir à leurs besoins. Le 26 juillet 1888, les religieuses adoptent les constitutions et le cérémonial de l'Abbaye bénédictine Sainte Cécile de Solesmes, avec l'approbation de l'évêque.

Le 11 juillet 1892, Marie Gertrude Hastey est élue à l'âge de 29 ans. Le pensionnat ferme en 1895, mais les sœurs ouvrent à la place un alumnat. En 1897, le fisc menace de vendre l'Abbaye. La saisie et la vente aux enchères ont lieu en avril 1901. Par chance, l'acquéreur est l'oncle d'une moniale qui garde les sœurs comme locataires. En cette même année, la reconnaissance de la congrégation en tant que « dames hospitalières », acquise sous Napoléon, protège les sœurs. Elles ne sont pas inquiétées par les menaces d'expulsion. En mars 1903, le maire demande de fournir la liste des sœurs présentes dans l'Abbaye avec leur fonction, de faire l'inventaire des biens et l'état des recettes et dépenses. Les avis des moniales divergent sur la réponse à donner. La laïcité s'impose le 7 juillet 1904. Les sœurs perdent le droit d'enseigner.

Verneuil sur avre plus beaux detours de france abbaye les routes touristiques de l eure guide touristique de la haute normandieL'abbesse prend peur et pense à l'exil, à l'instar d'autres congrégations. Malgré l'avis contraire de Mgr Meunier, elle prend le chemin de l'exil en Hollande avec un tiers de la communauté. Elle vend les animaux de la ferme, emporte le linge de sacristie, les objets de valeur, et ferme les comptes. Elle emmène également les alumnates. La prieure et les autres moniales, fidèles aux conseils de leur évêque, décident de rester. Elles n'ont plus rien. Mme Hastey mourra en Hollande le 14 octobre 1904 et demandera pardon sur son lit de mort de la scission qu'elle a provoquée au sein de la communauté.

Au départ de Mme Hastey, c'est Scholastique Couturier qui devient prieure, puis abbesse en 1904. Fille d'un notaire, elle est considérée comme la seconde fondatrice car elle sut redonner à l'Abbaye ébranlée par la scission un second souffle. Quand la guerre éclate en 1914, elle met à la disposition du maire l'aile entière de l'ancien pensionnat pour y établir un hôpital jusqu'en 1916. A leur suite, un groupe d'enfants belges avec leurs maîtres, chassés d'Ypres, occupent les locaux jusqu'en 1919. Scholastique Couturier meurt le 8 novembre 1919. A sa suite, l'abbatiat de Marie Couturier fut la prolongation morale et spirituelle du précédent.

En 1939, l'Abbaye est à son apogée avec 70 sœurs. La seconde guerre mondiale éclate et les locaux de l'ancien pensionnat sont à nouveau réquisitionnés pour des réfugiés éventuels. En juin 1940, devant les menaces de bombardement, Mme Saint Gilles (abbesse de 1934 à 1965) décide d'évacuer les sœurs vers la Vendée. Trois moniales demandent à rester et se dévouent sans compter auprès des réfugiés de passage. Parmi elles, Mère Laurentia Sibien se distingue. Arrêtée par la Gestapo, elle mourra en captivité en Allemagne où elle eut un rayonnement extraordinaire auprès de ses compagnes. L'Abbaye fut relativement protégée des bombardements et des incursions des Allemands. La vie monastique put s'y poursuivre en paix dans la prière, le silence et le travail.

Après la guerre, Mme St Gilles décide d'entreprendre la fabrication de pain d'épices et de biscuits pour subvenir aux besoins des moniales dont les fameuses nonnettes.  À partir de 1947, l'abbaye devient célèbre pour sa biscuiterie, dont les nonnettes se vendent jusqu'en 1995. Les moniales ont embauché jusqu'à 10 handicapées rémunérées et suivies. La seizième abbesse, Mme Marie Martzloff, élue en 1965, ouvre une hôtellerie dans l'enclos de l'Abbaye.

Le 25 avril 1977, Pour les 350 ans du monastère, le vieux clocher d'ardoise est reconstruit. Il se dresse fièrement, symbole d'une nouvelle jeunesse et de la pérennité de la louange divine que les moniales continuent de chanter sept fois le jour selon la tradition monastique, sans que jamais au cours de ces trois siècles et demi la célébration de l'office divin ait été interrompue. En août 2001, devenues trop âgées et peu nombreuses, les bénédictines prennent la dure décision de quitter Verneuil. Elle rejoignent l'Abbaye de Valmont, près du Havre, et confient l'Abbaye Saint Nicolas à la Communauté du Pain de Vie, avec pour mission de poursuivre en ces lieux la vie de prière, de travail et d'accueil chère à leur vocation.

La Communauté du Pain de Vie est née en 1976 et elle a été reconnue canoniquement par l'Église en 1984. Ses membres s’engagent, selon les conseils évangéliques, à l'obéissance, la pauvreté et la chasteté selon leur état, par des vœux. En Avril 2007, Mgr Nourrichard, tout juste arrivé dans le diocèse, a demandé au Pain de Vie de quitter les lieux. Le Pain de Vie a fait une demande d’achat, sans réponse. L'abbaye est rachetée en juillet 2009 par la communauté de communes.

Description de l'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre

L’ensemble de l'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre présente une intéressante variété de constructions et de styles : murs de « grison », décors de briques vernissées, rythme des façades à pans de bois, harmonie du cloître néo-roman. La présence des religieuses y est toujours perceptible, leur cadre de vie étant resté inchangé depuis leur départ. L’infirmerie, les cellules ou encore le réfectoire, ont été remeublés afin de Verneuil sur avre plus beaux detours de france abbaye saint nicolas parloir de l abbesse routes touristiques de l eure guide touristique de la haute normandierendre compte de l’austérité du quotidien des bénédictines au XVIIe siècle. Certains lieux sont particulièrement émouvants à cet égard, comme le parloir de l’abbesse, aux parois couvertes d’étonnantes peintures de paysages. Grâce à des enregistrements retrouvés, le chant des sœurs résonne encore au sein de ce bâtiment d’exception, invitant le visiteur au recueillement devant ce bouleversant témoignage de ferveur religieuse.

Les terrains sont bordés vers la campagne par les anciens fossés et une partie du vieux rempart de la ville jadis fortifiée, qui datent du XIIe siècle.  Les remparts des anciennes fortifications permettent la clôture de l'abbaye ; on y trouve la porte d'Armentières, murée de nos joursLes bâtiments de l'abbaye forment un quadrilatère adossé à l'église Saint-Nicolas. L'ensemble des bâtiments présente une grande variété tant dans le style que dans les époques de construction.

Au niveau des bâtiments conventuels, la première pierre de l'aile ouest est posée le 10 juillet 1628. Elle est achevée en 1631. Le 6 décembre 1628, jour de la saint Nicolas, la clôture du dortoir est achevée et le prieuré reçoit les moniales qui adoptent la règle de saint Benoît. Le parloir de l’abbesse est remarquable, cette pièce présente un décor de caissons peints sur ses quatre côtés ainsi qu’au plafond. Chaque caisson est ornées de peintures de paysages, dont une représentant le château de Médavy. On y voit également la grille de clôture. Dans un escalier de style Louis XIII, se trouve une niche dans laquelle était placée une statue de la Vierge, réputée miraculeuse. Elle a été emportée à Valmont par les dernières moniales. Elle était présente avant la fondation de l'abbaye au-dessus du maître-autel de l'église paroissiale Saint-Nicolas. Sculptée dans le style Renaissance, haute de 1,25 m, cette Vierge à l'Enfant tient dans sa main droite une pomme.

Carnet pratique de l'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre

Les incontournables de Verneuil-sur-Avre

  • Les visites des villes et villages. 
  • Circuits de randonnées pédestres et cyclotouristiques.
  • Panoramas
  • Gastronomie : n'oubliez pas votre panier gourmand.

Visites à Verneuil-sur-Avre

  • Vous pourrez découvrir la ville en suivant ses deux circuits fléchés (circuit du centre historique, circuit des fossés), en réservant une visite guidée (décrite ci-après) ou en visitant de façon autonome ses édifices : Tour GriseAbbaye Saint Nicolas (lors d’animations), église Sainte Madeleineéglise Notre Dame.
  • Visites guidées organisées par l’Office de Tourisme Normandie Sud Eure sur des dates programmées par l’Office de Tourisme (voir notre agenda) ou à la demande pour des groupes ou des individuels (déterminez le jour et l’heure qui vous conviennent sous réserve de la disponibilité du guide). Contacte : 02 32 32 17 17
  • Secrets de l’Abbaye Saint Nicolas : La vie des bénédictines dans l’abbaye depuis sa fondation en 1627 jusqu’à leur départ en 2001. Du cloître à l’église, en passant par le parloir de l’Abbesse, la bibliothèque, le réfectoire, la biscuiterie et les cellules, entrez en communion avec l’histoire des lieux. Un guide passionné vous emmène dans les moindres recoins de cette bâtisse chargée d’histoire et de secrets.

Abbaye Saint-Nicolas : lieu accessible principalement en visites guidée renseignement sur le site internet  - Le cloitre est accessible en visite libre selon la saison se renseigner sur le site internet - Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre - rue de la Place Notre-Dame 27130 verneuil sur avre - +33(0)2 32 32 17 17

  • La Tour Grise est un donjon construit par Philippe Auguste après sa conquête du duché de Normandie en 1204. Au sein de cette tour vous pourrez découvrir la célèbre bataille de Verneuil de 1424 (Guerre de Cent ans) et une exposition présentant une variété d’armures, de maquettes et une boutique.
  • Abbaye Saint-Nicolas : La chapelle est ouverte en accès libre aux jours et horaires d'ouverture de la boutique / salon de thé l'Ermitage (06 62 11 98 95) selon disponibilité du lieu. Par ailleurs, l'Ermitage y propose une chasse au trésor "Le cartulaire Sacré de l'Abbaye" à faire en famille (3€). Abbaye Saint-Nicolas - rue de la Place Notre-Dame 27130 verneuil sur avre.
  • Tour de La Madeleine : des visites guidées sont organisées par l'office de tourisme pour la tour-clocher.

Activités à Verneuil-sur-Avre

  • Histoires en calèche : A bord d’une calèche menée par deux percherons, découvrez les richesses du centre historique de Verneuil lors d’une balade commentée. Au rythme des chevaux se dévoile l’histoire de la ville et ses métamorphoses. 2 formules sont proposées : Souvenirs de Verneuil (40 mn), Chevauchée médiévale au coeur du Duché de Normandie (1h).
  • Verneuil-sur-Avre est également une étape du chemin vers le Mont-Saint-Michel (GR22) qu’empruntent les randonneurs depuis Paris.

Consulter nos pages : 

  • A voir à Verneuil-sur-Avre
  • A faire à Verneuil-sur-Avre
  • Parcours touristique à Verneuil-sur-Avre
  • Histoire de Verneuil-sur-Avre

Festivités à Verneuil-sur-Avre

  • La fête des Gueux, médiévales de Verneuil-sur-Avre, se déroulent chaque année au mois de mai. Pour l'occasion, la ville propose des concerts, des spectacles féeriques, des reconstitutions historiques, un marché médiéval, des spectacles de rue ou encore un camp paléolithique.
  • Un feu d'artifices et un bal populaire sont proposés au 14 juillet pour la Fête nationale. Un marché artisanal nocturne est également organisé.
  • Au mois d'août, place au festival jeune public Le temps des lutins avec des animations et des spectacles pour les enfants.
  • Le festival des Etoiles symphoniques se déroule au mois d'août et propose des concerts de musique de chambre ou de musique classique.
  • La Vache et le Caribou est un festival franco-québécois mettant en avant les deux cultures et leur attachement profond. Au XVIIe siècle, 4894 français ont émigrés au Canada. De ce nombre, 958 venaient de la Normandie dont un certain Paul Bertrand dit St-Arnault, né à Verneuil-sur-Avre en 1661. Depuis plus de 10 ans, ce Festival Franco-québécois célèbre chaque été la langue française et la culture québécoise : concerts, cinéma, spectacles et commémorations réunissent des artistes normands et québécois.
  • Le salon du livre Geneviève Moll se tient au mois de septembre, avec la remise du prix de la biographie.
  • Au mois de septembre, le festival Les Mauvaises Graines met en avant les musiques actuelles.
  • Un marché de Noël a lieu au mois de décembre.

Marchés à visiter autour de Verneuil-sur-Avre

  • Verneuil-sur-Avre : marché Samedi et Dimanche (0km)
  • Breteuil : marché Mercredi (11km)
  • Vitrai-sous-Laigle : marché Mardi (16km)
  • Damville : marché Mardi (18km)
  • Nonancourt : marché Mercredi (20km)
  • Senonches : marché Vendredi (21km)
  • Conches-en-Ouche : marché Jeudi (25km)
  • Tourouvre : marché Vendredi (26km)
  • Longny-Au-Perche : marché Mercredi (26km)
  • La Ferriere-sur-Risle : marché Dimanche (28km)

Sites touristiques à visiter près de Verneuil-sur-Avre

  • Jardin de la petite Rochelle : Jardins remarquable (36km)
  • Parcs naturel régional du Perche (39km)
  • Les jardins du château de Miserey : Jardins remarquable (40km)
  • Orbec : Villes d'art et histoire (49km)
  • Cathédrale de Chartres (Chartres) : Monuments Religieux (53km)
  • Chartres : Secteurs sauvegardé (53km)
  • Cathédrale de Chartres : Sites du patrimoine (53km)
  • Les jardins du château de Saint-Just : Jardins remarquable (55km)
  • Jardin du musée d’art américain : Jardins remarquable (58km)
  • Jardin de Claude Monet : Jardins remarquable (58km)

Plus d'information

Pour vous rendre à l'Abbaye Saint-Nicolas de Verneuil-sur-Avre

Nuageux

Verneuil d'Avre et d'Iton

7 °C Nuageux

Min: 7 °C | Max: 9 °C | Vent: 15 kmh 13°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Les lieux les plus enchanteurs sont souvent les plus vulnérables. L'affluence du tourisme pouvant fragiliser encore plus les lieux, veillez à en prendre soin et à ne laisser aucune trace de votre passage. Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter le droit de propriété et à la vie privée, respecter les panneaux signalétiques et consignes. 

  • Veillez à toujours respecter les biens et les personnes lors de votre passage et de ne pas pénétrer sur les terrains privés.
  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue) - La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir. Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne. L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots.

Soyez vigilants et attentifs à tous ces petits gestes pour que nos petits et grands paradis le reste encore de nombreuses années et que les personnes qui passeront derrière nous en profitent tout autant.

Nos coups de cœur à Verneuil-sur-Avre

Hébergement :

Restauration :

Découvrez les sites et lieux touristiques dans l'Eure

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour à Verneuil-sur-Avre avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 21/02/2024