Route sur les pas de la guerre de Vendée - Circuit 2 (Vendée)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 2 de la Route touristique "sur les pas de la guerre de Vendée"

La Guerre de Vendée a marqué l’histoire de toute une région. Déçue par le nouveau pouvoir, la population locale s’est très rapidement rebellée en créant deux camps distincts, d’un côté les "républicains"» et de l’autre "l’armée catholique et royale". 

Les récits ne manquent pas pour attester avec force les exactions des généraux incendiaires, mais aussi la responsabilité de Robespierre qui « fut l'âme de toutes ces horreurs ». 

De Châtelliers-Châteaumur (km 0), votre escapade passera par La Flocellière, via la D64 (7 km). Le château de la Flocellière est l’un des rares châteaux habités depuis près de 1000 ans. Le château domine un paysage de bois, prairies, ruisseaux et étangs très caractéristique du Haut Bocage Vendéen. Le parc de 15 hectares, qui entoure le château, présente une grande variété de paysages, il est ouvert à la visite.

Fin Janvier 1794, les colonnes infernales, menées par le général Grignon incendient et font sauter le château de la Flocellière lors de la guerre de Vendée. Le donjon sera la seule partie qui ne sera pas détruite.

Le , une troupe de 900 Vendéens commandée par le comte Grignon de Pouzauges qui venait de succéder à Sapinaud à la tête de l'armée du Centre se présente à La Flocellière que venait de quitter le général Travot. Le lendemain, des troupes républicaines venues de Pouzauges et de La Châtaigneraie se lancent à l'attaque des Vendéens. Néanmoins ces derniers parviennent à se replier après avoir tué 40 soldats républicains.

Les lucs sur boulogne vitrail a la chapelle du petit luc routes touristiques de vendee du tourisme du pays de la loireRoch-Sylvestre Grignon de Pouzauges, comte de Grignon, est né le 17 juin 1775 dans le château des Echardières et est nommé en août 1799 commandant de l'armée catholique et royale du centre par le comte d'ArtoisLe château des Echardières se trouve sur la commune de La Flocellière. 

Le territoire communal dispose de souterrains-refuges. A voir aussi l'église Notre-Dame-de-l'Assomption et une réplique de la Santa Casa, à la chapelle Notre-Dame-de-Lorette.

Prendre la direction de La Pommeraie-sur-Sèvre, via la D27 (15 km). L'église Saint-Martin est un curieux mariage d'une architecture romane poitevine datant du XIIe siècle et d’une exceptionnelle Cavalcade des Vices peinte au XVIe siècle qui vous fera traverser la France à la fin du Moyen-âge. Quant aux voûtes de la nef, elles ont la particularité d’être de style angevine, appelé aussi “gothique Plantagenêt”.

Elles sont le témoin d’une architecture plus locale, comme il se pratiquait au milieu du Moyen Age. Les statues et vitraux de l’église vous permettent également de compléter ce parcours à travers les arts.

A voir : trois souterrains-refuges sont signalés à la Chaussée, Vilcreux, au Champ du Petit Étang. A proximité de La Pommeraie-sur-Sèvrele Château du Deffend est situé sur la commune de Montravers.

Saint-Mesmin (21 km) sera la prochaine étape de ce circuit "Sur les pas de la guerre de Vendée". Les premiers actes historiques relatant la ville de Saint Mesmin remontent à 1670 où Louis XIV est le Roi de France. Suite aux colonnes infernales de 1794 la ville fut ravagée par le feu et seulement les documents datant de 1670 sont sauvés des flammes. 

La Colonne Infernale de la seconde division est commandée par Grignon, son second Lachenay en commande la quatrième colonne, partant de Bressuire pour arriver les 26 et .

Saint mesmin la ville routes touristiques de vendee du tourisme du pays de la loireAprès la destruction de Saint-André-sur-Sèvre le , pendant la nuit, les patriotes de Saint-Mesmin apprennent que Lachenay a l'intention de faire massacrer tous les habitants de la commune à cinq heures du matin le . Cependant grâce à la prise de conscience de certains soldats de la colonne, les habitants parviennent à s'enfuir, seul un couple de personnes âgées et leur domestique sont sabrés.

Le , un détachement des Colonnes Infernales sous les ordres de Brisset, incendia le château, seule une vieille demoiselle de Vasselot qui l'occupait pendant la Révolution est tuée. L'armée de la révolution se dirige ensuite vers Pouzauges.

Le , un combat entre les armées républicaines et les vendéens a de nouveau lieu à Saint-Mesmin et au château de Saint-Mesmin. Une quarantaine de Vendéens avec à leur tête Louis Péault, sergent, garde-chasse du marquisat de Saint-Mesmin, attaquent un détachement républicain comprenant 250 hommes commandés par l'adjudant général Cortez.

À la suite d'une contre-attaque, Cortez tente d'encercler les Vendéens qui se replient vers le château de Saint-Mesmin où ils s'enferment pour résister. Du 21 au , les assauts des troupes républicaines sont sans résultats probants. Mais par manque de vivres, les Vendéens acceptent de se rendre. On leur promet la vie sauve.

La quarantaine de Vendéens est emmenée à la Châtaigneraie où le chef d'état-major ordonne à Bonnaire, de réunir un conseil militaire pour les juger et les fusiller, malgré la promesse de vie sauve qui leur avait été faite. Fort heureusement, le général Hoche, commandant en chef des troupes de l'Ouest, prévenu de l'incident, exigea et obtint de ses subordonnés le respect des clauses de la capitulation.

Les Vendéens furent alors dirigés vers Fontenay-le-Comte, puis vers Noirmoutier où ils restèrent jusqu'à la fin de la guerre.

Continuer en direction de Pouzauges via la D960 (30 km).  Lourdement touchée par les affres de la guerre de Cent ans, elle a également été marquée par les horreurs de la guerre de Vendée entre 1793 et 1796, notamment à travers le massacre de 400 personnes lors de messe de minuit de Noël 1793,  sans aucun procès préalable, dans l’église de Pouzauges  et le massacre par les Colonnes infernales en 1794.

L'ampleur de la tuerie, sa réalité se fonde sur une lettre, rédigée par un soldat républicain, Jean-Baptiste de Nogaret : « Il ne faut pas que je vous laisse ignorer non plus que la veille de la Noël, instruit par un espion qu’ils s’étaient retirés à Pouzauges au nombre de 400 pour y assister la messe de minuit, nous nous y sommes rendus sur le champ avec 100 cavaliers de la Légion du Nord, et 6 hussards du 8e régiment.

En effet, nous les avons trouvés dans l'église. Ne connaissant pas bien leur nombre, nous n'avons consulté dans ce moment-là que notre courage et le bien de la patrie. Nous y sommes entrés à cheval, laissant néanmoins des gardes à la porte. Nous nous sommes servis au commencement de nos pistolets, mais ennuyés de tirer, nous avons commencé de les sabrer.

Pouzauges l eglise du vieux pouzauges routes touristiques de vendee du tourisme du pays de la loireDans l’instant, l’église a été couverte de leur morts, pas un n’est échappé à notre juste vengeance, on n'a jamais vu boucherie pareille, nos chevaux avaient du sang jusqu'au jarret ».

Le 26 janvier 1794 les hommes d'une Colonne Infernale commandés pour la 4e par l'adjudant-général Lachenay. A l'issue d'un banquet offert par ce républicain à son général Grignon, fusillent 32 Pouzaugeais qui s'étaient alors réfugiés dans l'enceinte du vieux château. 

Le même jour, un détachement des colonnes infernales sous les ordres de Brisset se dirige vers les villes et villages alentour qui seront incendiés, notamment Saint-Mesmin et son château, et une partie des habitants est massacrée.

Aujourd'hui plus paisible, la cité de Pouzauges continue d'attirer les visiteurs de passage par le charme de son architecture et la richesse de son patrimoine historique. Construite au XIe siècle, l'église Saint-Jacques, mêlant les styles roman et gothique, prend place dans la partie haute de la ville. A l'intérieur, difficile de résister aux vitraux des XIXe et XXe siècles qui racontent en partie la guerre de Vendée.

Ouvert au public, le château de Pouzauges se situe sur l'une des plus hautes collines de la région, à plus de 240 mètres d'altitude. Construite au XIe siècle, l'église Notre-Dame du Vieux Pouzauges dévoile une architecture romane qui tend vers le style gothique. Son dallage, remarquable, est composé de 99 dalles funéraires provenant du cimetière qui jouxtait autrefois l'église.

En vous baladant dans les alentours, ne manquez pas de découvrir également les moulins jumeaux du Terrier Marteau ont été édifiés aux XVIIIe et XIXe siècles, uniques en Vendée, le château de la Cacaudière du XIXe siècle, le manoir de Puy Papin du XVe, le dolmen du Marchais, les ruines de l'abbaye de Bois Roland ou encore l'abbaye de l'Aumônerie.

Poursuivre vers Le Boupère via la D960 et D13 (38 km). Dès le mois de mars 1791, la garde nationale du Boupère, encouragée par le curé Hondet-Dugraviers, adhérait à la société "ambulante" des amis de la Constitution, et jusqu’au grand soulèvement de 1793, auquel prirent part de nombreux habitants du Boupère, aucun fait bien saillant ne s’y produisit.

Mais  à partir du 20 janvier 1794, la Vendée ne devait plus être qu'un "bûcher continu, un cimetière immense", et dans cette hécatombe de vies françaises, Le Boupère a une place tristement privilégiée. Au premier coup de feu annonçant la colonne infernale de Grignon, "Entendez-vous l'horloge de mort !" se disait-on de porte en porte.

Et, saisissant les provisions dans la mette, emportant les malades et les enfants, détachant les bestiaux de l'étable, ou s'enfuyant aux gîtes à travers les genêts et les chemins creux, les habitants espéraient au moins pouvoir sauver leur vie.

Le boupere l eglise fortifie routes touristiques de vendee du tourisme du pays de la loireEn février 1794, Grignon, fait égorger, au Boupère, 19 prisonniers. Au village des Combes, le sieur Vendé est horriblement mutilé. Au Bois-Rousseau, près la Bonnelière, l'Abbé Gaudin (Gaudon), curé de St Germain-l'Aiguiller, est massacré.

Prenez le temps à votre rythme pour découvrir le patrimoine de Le Boupère en commençant par l'église fortifiée Saint-Pierre. Cet édifice roman de la fin du XIIe siècle a été fortifié au XVe siècle pendant la guerre de Cent ans et agrandi à la fin du XIXe siècle. Le chemin de ronde Ouest, surplombant de 15 mètres la place de l’église, est couvert. 

Les contreforts, aux angles de la façade, disposent  chacun de petite salle ovale donnant accès aux  trois meurtrières pour arbalètes et bombardes. Des niches dans le mur sud étaient destinées aux défenseurs.

Admirer la fontaine sur la place de l'Église, lchapelle du Boupère, le Château du Fief-MilonConstruit pour une partie au xive siècle, le château-fort faisait partie du système de défense de Pouzauges. Sa position élevée lui donnait le rôle d'une tour de guet et offrait un panorama exceptionnel sur les monts Gâtine qui dominent le Haut Bocage vendéenSaint-Michel-Mont-Mercure et Le Boupère.

Sans oublier le Château de la Pelissonnière, ancien manoir style Renaissance comprenant en 1647 un donjon et un manoir principal, transformé au XIXe siècle. Puis, au cœur d’une épaisse forêt se cache une mystérieuse Fosse aux ChouansLe nom de "la Fosse aux Chouans" n’apparaît pas sur les cartes du Boupère. 

La Fosse aux Chouans fut marquée par deux événements historiques : les persécutions contre les protestants après la révocation de l’Édit de Nantes (1685), et les Guerres de Vendée. Des insurgés vendéens s’en sont servis de base de repli protégée par son isolement et par les tranchées aménagées tout autour.

On peut voir également, signalé par un panneau un peu à l’écart, l’emplacement d’un poste de garde placé à l’entrée de la Fosse aux Chouans. De là les combattants pouvaient rejoindre le chemin du Boupère à Algon, qui passe tout près du château de la Pélissonnière.

On lit également que le général Hoche aurait donné l’ordre, le 10 décembre 1795, d’envoyer des troupes pour chasser les Vendéens qui se cachaient dans les bois de la Pélissonnière. L’endroit servait donc bien de repaires aux Vendéens, que la tradition orale désigna sous le nom de « Chouans ». Il est vrai que c’est ainsi qu’on les appelait, même en Vendée, à l’époque des derniers soulèvements royalistes.

Passer Saint-prouant via la D26 (44 km). LRévolution française à partir de 1793 va réveiller les animosités. Durant la nuit du 5 septembre 1793 l'armée de Stofflet et d'Elbée traverse le bourg. Les colonnes infernales passent également. Saint-Prouant est épargnée. A découvrir : l'église Saint-Mathurin, le prieuré de Grammont.

Poursuivre vers Mouchamps via la D113 (53 km), classé "Petite cité de caractère". La commune de Mouchamps est aussi connue pour son château du Parc-Soubise, théâtre d’un massacre perpétré par les Colonnes infernales le 31 janvier 1794.

Grignon divise sa colonne en deux détachements, ayant pour objectif le bourg de Mouchamps. Le premier doit suivre la rive gauche du Petit-Lay par Saint-Michel-Mont-Mercure, le Boupère et Rochetrejoux. Le second doit descendre de Saint-Michel à Saint-Paul-en-Pareds par les bas villages, franchir le Petit-Lay, et, suivant la rive droite de la rivière, puis aller incendier le château du Parc-Soubise.

Mouchamps petite cite de caractere chateau du parc soubise routes touristiques de vendee guide du tourisme du pays de la loireAlors qu'elle vient d'épargner les habitants de Le Boupère, la colonne infernale commandé par Lachenay massacre près du puits 200 femmes, enfants et vieillards dans la cour du château du Parc-Soubise et incendie celui-ci. Rentré d’exil, le comte de Chabot décide de conserver le château tel quel, en souvenir de ces évènements tragiques. Il n’a jamais été restauré depuis, hormis son toit qui protège les ruines.

Autre lieu de mémoire à Mouchamps, dans l’église paroissiale. À la base du clocher, près de la porte d’entrée, une grande plaque frappée du cœur vendéen énumère les noms de 46 héros et martyrs des Guerres de Vendée à Mouchamps. 

Au départ de la place Clémenceau, un parcours découverte du patrimoine permet pas à pas d'entrer dans l'histoire de Mouchamps et offre de jolis panoramas. La découverte de cette petite ville se poursuit tranquillement, au gré de ses ruelles étroites qui serpentent entre les maisons et les jardins, de ses places et de ses monuments. Quelques vieilles maisons, ont conservé des éléments d'architecture Renaissance, dispersées dans le bourg et les villages.

Juchée sur un escarpement rocheux qui domine le Petit Lay, Mouchamps dégage une authenticité et un caractère pittoresque. C'est la patrie de grands hommes, Georges Clemenceau, le Tigre enterré au Colombier. Le commandant Lionel Guilbaud, brillant aviateur, disparu en mer en juin 1928 ou Ernest Beaux, propriétaire du Château des Cèdres, parfumeur et créateur du Chanel n°5.

Après vos visite dans la "Petite cité de caractère" de Mouchamps, prendre la direction de Sainte-Cécile via la D48 (60 km).  Sur la route vers Sainte-Cécile, vous trouverez Gravereau (4 km de Mouchanps). Situé ur l'axe entre Saint-Vincent-Sterlanges et L'Oie sur la D137, la Bataille de Gravereau s'est déroulé le La Bataille de Gravereau, est aussi appelée Bataille de Pont-Charrault ou Bataille de la Guérinière.

a première bataille importante qui donna son nom aux  "Guerres de Vendée". En effet, c'est après cette bataille, que tous les insurgés de l'Ouest commencent à être qualifiés de "Vendéens" et que le conflit devient la "guerre de Vendée", alors que l'insurrection concerne pourtant de nombreux autres départements.

Le combat se déroule aux alentours du pont de Gravereau, sur le Petit Lay, au sud, et le pont de la Basse-Rivière sur le Vendronneau, au nord. Les paysans vendéens remportent ce jour-là une grande victoire sur les troupes républicaines. Bataille qui détermina pendant plusieurs mois la suprématie des forces insurgées dans le bocage vendéen.

Gravereau le pont sur le petit lay routes touristiques de vendee du tourisme du pays de la loireLe combat s'engage peu de temps avant la tombée de la nuit. Les Vendéens prennent position dans les bois et sur les hauteurs, d'où ils ouvrent le feu. Après les premières salves, les combats tournent au corps-à-corps. Sur l'aile gauche, les gardes nationaux cèdent à la panique, qui se communique rapidement à toute l'armée. En quelques heures, les républicains sont totalement mis en déroute.

Les fuyards traversent Saint-Vincent-Sterlanges et Chantonnay, puis arrivent à Sainte-Hermine à trois heures du matin. Les officiers ne parviennent cependant pas à rallier leurs hommes et la fuite reprend le lendemain matin, ne s'arrêtant qu'à La Rochelle où le Général Marcé arrive parmi les derniers. D'autres soldats refluent sur Niort.

Le bilan humain n'est pas connu avec précision, aucun état officiel n'est dressé et les registres de décès des communes situées dans le périmètre des combats ont disparu. Du côté des républicains, Jean-Baptiste Martineau annonce 300 morts. Dans ses mémoires, le chef vendéen Amédée de Béjarry fait état de 400 morts et de 200 à 300 prisonniersAuguste BillaudYves Gras et Émile Gabory évoquent quant à eux un bilan de 500 morts.

Les républicains laissent également aux mains des insurgés un canon, un grand nombre de fusils, 2 400 cartouches et un millier de poudre. Chez les Vendéens, Yves Gras parle de 250 tués. Parmi ces derniers figurent un chef, Sapinaud de Bois-Huget.

Quitter le site commémoratif de la bataille de la Guérinière ou de Gravereau, pour vous rendre à Sainte-Cécile. On trouve à Sainte-Cécile de typiques logis vendéens à cours fermées qui marquent un art de vivre à la campagne aux XVII et XVIII siècles. Citons par exemple le logis des Gâts, le logis de Réputé, Villars, la Javelière ou la Chopinière.

L’église de Sainte-Cécile est un remarquable exemple d’architecture néo–gothique, édifiée de 1893 à 1903. Venez admirer ses magnifiques vitraux, sa coupole arrondie et les colonnes monolithiques en granit.

Option : partir sur le circuit 3 de la Route touristique "Sur les pas de la guerre de Vendée" ou continuer vers Les Essarts pour revenir sur Les Lucs-sur-Boulogne.

Prendre la direction Des Essarts via la D39 (70 km). Pendant les guerres de Vendée, le , une bataille eu lieu au château des EssartsEn signe de déclaration de guerre et mettant fin au traité de La JaunayeCharette chargea un de ses lieutenants, Louis Pageot, d'attaquer la garnison des Essarts.

Essarts en bocage chateau medieval routes touristiques de vendee du tourisme du pays de la loireIgnorant la rupture de la paix, les Républicains laissent dans un premier temps les Vendéens s'approcher, mais lorsqu'au cri de « Qui vive ? », ces derniers répondent « Royaliste », les Républicains ouvrent le feu, blessant deux rebelles. Les Vendéens chargent alors le camp et les Républicains prennent la fuite, sans opposer presque aucune résistance, en direction du camp des Quatre-Chemins.

Le combat a été peu meurtrier, selon l'officier vendéen Lucas de La Championnière peu de Républicains sont tués, presque tous sont faits prisonniers, tandis qu'il ne mentionne pour les pertes des Vendéens que deux soldats et deux officiers blessés, parmi lesquels Pajot et Dumoutier. Dans son rapport, le général Canclaux écrit que sur les 500 hommes qui défendaient le camp, 117 sont portés manquants.

Les prisonniers sont conduits à Belleville. Charette proposa un échange de prisonniers à Joseph-Marie Gaudin, aux Sables-d'Olonne mais ce dernier refuse. Les prisonniers républicains sont finalement fusillés le 9 août, sur ordre de Charette en représailles de l'exécution de 748 émigrés et chouans capturés lors de l'expédition de Quiberon.

La visite Des Essarts, lieu empreint d'histoire, permet de découvrir l’actuelle église Saint-Pierre, construite au XIXe siècle, est située à l’emplacement même de l’ancien prieuré Saint-Pierre, détruit pendant la guerre de Vendée par les colonnes infernalesLe Vieux-Château des Essarts est aujoursd'hui, un ensemble de ruines.

Continuer ce périple vers Belleville-sur-Vie via la D98 et 78 (89 km). Pendant l'année 1793, Belleville-sur-Vie fut la plaque tournante des armées vendéennes. Le Général Charette, sous la terreur (1794 - 1795) y avait établi son quartier général d'où il mena une guerre impitoyable aux "bleus" les acculant à des pourparlers de paix qui aboutiront au "traité de la Jaunaye". Son quartier général devint par la suite un couvent puis l’école privée Ste Anne.

Belleville sur vie le quartier general du general charette routes touristiques de vendee du tourisme du pays de la loireLa commune a récemment acquis l’ensemble pour mettre en place un centre culturel et associatif.Les officiers étaient logés dans le mess, en face, rue Jean Moulin. Ce bâtiment qui fut pour un temps la mairie et l’école publique est désormais réhabilité en logements.

La caserne et les écuries étaient, elles, situées entre la rue de l’Océan et la rue De Gaulle ; ce qui correspond aujourd’hui au village de la Bordinière.

Pendant son séjour à Belleville-sur-Vie, le Général Charette fit construire une demeure pour accueillir le jeune roi Louis XVII, proclamé par les immigrés après la mort en 1793 de Louis XVI, son père. Enfermé à la prison du temple où il mourut le 8 juin 1795 à l’âge de 10 ans, il n’y viendra donc  jamais. La demeure, qui est aujourd’hui une résidence privée, gardera le nom de "palais royal".

Belleville-sur-Vie est aussi connue pour le Massacre de Belleville le  désigne l'exécution de 200 à 400 prisonniers de guerre républicains massacrés par les Vendéens, sur ordre du général Charette, en représailles des exécutions de prisonniers émigrés et chouans, fusillés après la prise de Quiberon.

Offrez-vous une promenade dans Belleville-sur-Vie pour découvrir le seul vestige de l'ancienne église de Belleville-sur-Vie, le porche composé de quatre arcades ogivales concentriques et reposant sur des colonnettes à chapiteaux ornés. À l’entrée de la nouvelle église de style néogothique se trouve une pierre tombale armoriée du XVIe siècle. Sous l'église, vers le ruisseau, la grotte imitation de la Grotte de Lourdes.

Retour sur Les Lucs-sur-Boulogne, via la D937 (98 km).

Fin de cette deuxième étape de cette Route touristique "Sur les pas de la guerre de Vendée​".

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 1 de la route touristique "Sur les pas de la guerre de Vendée".

Pour vous rendre sur la route touristique "Sur les pas de la guerre de Vendée"

Saint-Amand-sur-Sèvre

Couvert 18 °C

Couvert

  • Min: 18 °C
  • Max: 18 °C
  • Vent: 4 kmh 31°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes.

Nos coups de coeur sur la route touristique "​Sur les pas de la guerre de Vendée"

Hébergement :

Château de Belle-Vue

À seulement 25 min du Puy du Fou, le château de Belle-Vue est une grande propriété familiale de charme du XIXème siècle.

Le château de Belle-Vue vous propose 5 logements spacieux, confortables et atypiques.

Un appartement avec cuisine équipée, situé en rez-de-chaussée, accueillant 4 personnes, se révèle idéal pour les moyens séjours.

Possibilité de table d’hôtes sur réservation. Le parc, entièrement clos de mur, est mis à votre disposition avec ses salons de jardin.
La table d'hôtes est disponible sur réservation.

Plus d'informationchâteau de Belle-Vue - RD 39 Route de Saint Vincent Sterlanges 85110 Sainte-Cécile - Téléphone : 02.51.40.20.44 / 07.70.31.22.69 - contact@bellevuechateau.eu - Site internet

Restauration :

Le Canotier

Après la découverte du village de Mouchamps, petite cité de caractère, installez-vous à la table du Canotier,  pour une véritable balade gastronomique.

Le restaurant le Canotier reste un lieu de convivialité, situé sur la place du village, propose plusieurs types de restauration, dans 3 salles : traditionnelle type brasserie, ou gastronomique sur réservation, plus une spécificité atypique, qui vous invite à déguster des spécialités montagnardes dans un petit chalet tout en bois posé au cœur du jardin du Canotier, baptisé le Kota-Grill, puisqu'au centre de la table se trouve un grill. 

Le Canotier vous fera découvrir des saveurs, des goûts que vous ne connaissez pas en travaillant uniquement des produits frais et de saison.

Plus d'information : Le Canotier - 5 Place Georges Clemenceau - 85640 Mouchamps - Tél. : 02 51 66 28 49 - resto.lecanotier@orange.fr - Site internet

Les routes touristique de la Vendée

Préparez vos vacances sur la route touristique "Sur les pas de la guerre de Vendée" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "Sur les pas de la guerre de Vendée" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Ajouter un commentaire

Date de dernière mise à jour : 24/05/2020