Les routes touristiques en France

Route de l'Art baroque en Savoie dans la vallée de la Maurienne - Circuit 1 (Savoie-73)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 1 de la Route touristique "de l'Art baroque en Savoie dans la vallée de la Maurienne "

Ce parcours de la Route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Maurienne partira d'Albertville (km 0), Carrefour des Quatre ValléesSa situation géographique vous permettra évoluer dans des vallées de la Tarentaise, du Beaufortain et du Val d'Arly, en amont de la Combe de Savoie. Albertville est encore dans les mémoires grâce aux Jeux Olympiques d'hiver de 1992. La Maison des Jeux Olympiques d'hiver permet de revivre la grande aventure des J.O. en Savoie.

Albertville, c'est aussi un patrimoine historique et architectural riche et varié, qui bénéficie du label Villes et Pays d'art et d'histoire. La place de l'Europe, coeur culturel abritant le Dôme, vous offre une vue imprenable sur la cité historique de Conflans. Avec sa tour sarrasine (XIIe siècle), et le château de Manuel de Locatel, la cité médiévale de Conflans se dresse sur un éperon rocheux dominant la ville et les quatre vallées alpines. Le musée d'art et d'histoire d'Albertville, labellisé Musée de France, accueille des collections témoignant de la richesse du territoire : vestiges gallo-romains, art sacré du XVe au XXe siècle, sans oublier un espace dédié à l'histoire de la ville.

Prendre la direction de Cléry, via les D64 et D64 B (12 km). C’est à quelques kilomètres de la ville olympique d’Albertville qu’est installé le village de Cléry, à la fois sur les contreforts du Mont de la Coche et au sud-ouest du Parc Naturel du Massif des Bauges. Si le village nous offre une magnifique vue sur la Combe de Savoie avec en arrière-plan le Massif du Mont-Blanc, il possède une remarquable église baroque dédiée à Saint Jean-BaptisteC’est probablement en 1130-1140 que commence véritablement la grande histoire religieuse de Cléry.

Des chanoines réguliers de Saint-Augustin viennent s’installer sur cette commune de Cléry en construisant l’église que nous connaissons encore aujourd’hui.  Bien entendu, cette abbatiale devait faire partie intégrante d’un groupe de bâtiments similaire aux abbayes de Tamié ou de Saint-Maurice. Très vite, les chanoines vont également desservir les paroisses voisines. Sous leur présence, une première chapelle dédiée à St Jacques de Tarentaise sera édifiée sur un bas côté de l’église. Cléry doit sans doute beaucoup à l’archevêque Pierre Ier de Tarentaise.

Clery eglise baroque dediee a saint jean baptiste routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesAprès un siècle de présence, les chanoines sont forcés de partir pour Moutiers en 1263. Immédiatement après le départ des religieux, des fortifications et une maison forte sont bâtis. En 1600, l’invasion des français sur ordre d’Henri IV mis à mal le prieuré. Il ne restera que le gros oeuvre de l’église.  Après 150 ans de travaux, le mobilier baroque est installé dans l’église, en reprenant l’autel roman toujours aussi mystérieux. La Révolution Française n’épargnera pas le lieu de culte détruisant clocher et mobilier liturgique.

Comment ne pas évoquer également l’installation de l’autel en marbre vert qui sert encore aujourd’hui de maître autel de église baroque dédiée à Saint Jean-Baptiste. Bien plus ancien que l’âge roman, ce bijou architectural conserve encore bien des secrets. Aujourd’hui, la seule église romane intacte de Savoie fascine les touristes et elle n’a pas fini de nous livrer ses secrets. L'église présente un autel roman sculpté complet, des chapiteaux romans et des retables baroques du XVIIIe siècle constituent l'essentiel du décor.

La forte pente au-dessous de l’église et de récentes acquisitions foncières ont permis de garantir les différents axes de vue. La beauté du site a pu être conservée et Cléry fait maintenant partie du Parc naturel régional des Bauges.

Continuer vers Montsapey, via la D72 (44 km), située à 1 050 m d'altitude et dominée par le massif de la Lauzière avec notamment le Bellachat qui culmine à 2 484 m. Le village de Montsapey apparait tardivement au Moyen Âge, entre le XIIe et XIIIe siècle. Selon une convention passée entre le comte de SavoieAmédée V, et l'évêque de Maurienne, le village est donné le 27 novembre 1306 à la collégiale Sainte-Catherine de Randens. Au XVIe siècle, une église est érigée. 

L'église Saint-Barthélemyl'un des plus beaux trésors représentatifs du style néo-classique de la vallée de la Maurienne, est située à l'entrée de la vallée de la Maurienne, en surplomb du village de MontsapeyRéputée pour ses peintures murales et son retable baroque. L'édifice, accueille un festival de musique classique et baroque, « Les Arts jaillissants », en juillet, permettant de financer en partie la restauration.

Construite sur une forte pente, l'église Saint-Barthélemy possède une nef unique avec un clocher carré. À l'intérieur, de nombreuses peintures murales néo-gothiques et Renaissance ornent les voûtes, alors qu'à l'extérieur, seule la façade a été dotée d'un portail néo-roman, d'une triple baie et d'arcatures lombardes. Son retable, ses colonnes et ses anges marquent par leurs somptueuses dorures et sculptures. Les plafonds sont peints en 1891 par le turinois Pierre MorettiVous pourrez également voir de nombreuses statues en bois polychrome réalisées par les frères Gilardi dont une représentant Saint François de Sales.

La chaire en noyer présente les quatre évangélistes (saint Marc, saint Luc, saint Mathieu, saint Jean), surmontés par le bon pasteur. Un tableau réalisé par Célestino Gilardi en 1875, représente "le martyre de saint Barthélémy" écorché vif qui deviendra le saint patron de tous les corps de métiers en rapport avec la préparation des peaux et le travail du cuir. Sur la gauche à l'entrée de l'église Saint-Barthélemy de Montsapey, présence d'un autel qui se trouvait dans l'ancienne chapelle du Mollard (hameau de la commune) et transféré avant la destruction de l'édifice.

Revenir sur Val d'Arc, puis suivre la direction de Saint-Alban-des-Hutières, via les D72B et la D73 (62 km). La commune se situe au-dessus de la vallée de l'Arc, sur le passage du col du Grand Cucheron qui relie les Hurtières à la vallée des Huiles et le val Gelon. Le massif appartient à la chaîne de Belledonne. L'histoire de Saint-Alban-des-Hutières est très ancienne, le plateau ayant été défriché par les Templiers situés en contrebas à la Corbière de Saint-Pierre-de-Belleville ; les Arbarains étaient surtout "laboureurs".

Durant le Moyen Age central et tardif, le village de Saint-Alban-des-Hutières faisait partie d'une vaste étendue qui appartenait à la famille des Urtières puis aux seigneurs des Hurtières. Les Hurtières ont été ensuite sous la dominance de la famille de la Chambre. Au début du XVIIe siècle, les nobles de Tigny possédaient un fief à Saint-Alban-d'Urtières au lieu-dit actuel "la Tour". Le tableau d'un autel latéral de l'église paroissiale porte les armes de cette famille. La tour de la famille Regis-Tigny fut ensuite abandonnée et détruite au XVIIIième siècle, il n'en reste aucune trace aujourd'hui et les pierres de la tour ont été utilisées pour la construction de l'église actuelle de Saint-Alban du XVIIIe siècle.

Eglise de saint alban d hurtieres routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesSaint-Alban-d’Hurtières se caractérise par son église de style baroque blanche, plantée à mi- coteau, sur le versant des Hurtières, entre la vallée de l’Arc (341m) et le col de la Perche (1984m). Le retable majeur, mérite votre visite. Depuis son esplanade, une vue magnifique sur la plaine et le lac des Hurtières et toute l’entrée de la vallée de la Maurienne. L’église de Saint-Alban-d’Hurtières est sobre à l’extérieur et magnifiquement décorée à l’intérieur. Son retable baroque de style urbain, provenant de l’église Saint Léger à Chambéry, dédié au martyre de Saint-Alban. Il reste aussi des parties romanes du XIIe dont la sacristie et le bas du clocher. 

Autour de la commune, découvrez le paysage, les traces de la Maison de Savoie, les cadrans solaires, lchapelle Notre-Dame-de-la-Salette ou "petite chapelle", l'ancien temple protestant, les chalets d'Arbaretan et de la Jasse, le four communal du Bordier, le plan d'eau des Hurtières.

Sainte-Marie de Cuines sera votre prochaine étape de ce circuit touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Maurienne, via la D1006 (82 km). Situé au pied des cols mythiques de la Madeleine et du col de Glandon. Le village présente un bâti à la fois remarquable et pittoresque, un lieu chargé d’histoire où il reste des ruines imposantes de châteaux forts surplombant le village. Le premier, le Château-Joli, forteresse érigée dès le XIe siècle par la puissante famille de La Chambre. Il n’en reste aujourd’hui plus que quelques pans de mur qui rappellent une tour d’avant garde, un corps de logis et un bouclier auquel s’appuyait une chapelle.

La seconde, la tour de Châtel-André datant du XIIe siècle, appartenait à leurs vassaux de Cuines. Cet ancien manoir n’est plus que ruines… Cependant de la tour de 7 m x 8 m qui surplombe le hameau du Perrel, une vue magnifique s’ouvre sur le bassin de la Chambre. Sainte-Marie de Cuines a eu un passé lointain agité avec la grande Bataille “des Cuines”, en mars 1598 alors que le Duc de Savoie Charles-Emmanuel battit les troupes françaises commandées par Créqui.

Le patrimoine bâti religieux est le témoin de l’histoire de Sainte-Marie de Cuines, l’église Notre-Dame-de-l'Assomption est un vestige de l'art roman savoyard. Le clocher orné d'arcatures et de bandes lombardes ainsi que  l’abside en cul-de-four sont construits en tuf et datent du XIe siècle. L’entrée se situait autrefois sous le clocher d’où son nom d’église-porche, rehaussée au XVIIIe siècle suite aux débordements du Glandon. L’intérieur est de style baroque et une grande partie du mobilier est du XVIIe siècle, le transept a été rajouté au XIX° siècle.

Vers 1713 la communauté de église Notre-Dame-de-l'Assomption confie à Sébastien Rosaz la réalisation du tableau et du retable central avec ses six colonnes en pin cembro décorées de pampres et de roses dorées à la feuille d’or, et décorées d'angelots. Lle sculpteur ayant pris comme modèles les enfants du village.

Parmi les 12 hameaux que compte le village, certains comportent une chapelle : La Pallud et sa chapelle vouée à Notre-Dame-de Bon-Secours, les Champagnes avec une chapelle dédiée à Saint Sébastien et à St Roch, le Mont avec une vieille chapelle petite et basse également dédiée à Saint Sébastien et à St Roch, Bonvoisin et sa chapelle consacrée à St Antoine et à St Bernard, Champ Fleury avait sa chapelle et sa confrérie de la Fête Dieu.

Poursuivre en direction de Saint-Alban-des-Villards, via la D927 (92 km). Saint-Alban et Saint-Colomban des Villards, à mi-pente du Col du Glandon, riants, boisés, joyeusement animés par des torrents et des sources, voilà les deux villages de la Vallée des Villards. Authentiquement savoyards, éclatés en hameaux dont les maisons se serrent curieusement les unes contre les autres. Porte d'entrée de la vallée des Villards, Saint-Alban-des-Villards et sa dizaine de hameaux offrent toutes les facettes de l'authenticité savoyarde. 

Saint alban des villard routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesDurant les XIe et XIIe siècle, la Vallée des Villards connaît une période d'essor : églises et chapelles se construisent dans les villages les plus reculés. Au regard de la population actuelle de Saint-Alban-des-Villards, son église de style néo-classique sarde semble bien vaste ! Les 1 500 habitants du début du XIXe siècle expliquent les dimensions de l'église, consacrée en 1834 et dédiée à saint Alban, le premier martyr irlandais, dont l'effigie à fresque orne la façade. De style néoclassique sarde, elle abrite dans son clocher une des plus grosses cloches de Maurienne (912 kg).

La nef centrale, très large, est surmontée de voûtes d'arêtes. La façade  est ornée de deux double pilastres encadrant une fresque représentant Saint-Alban à cheval. Mais qui etait Saint-Alban ? Alban était un soldat romain qui vivait au IIIe ou IVe siècle  à Verulamium, aujourd'hui Saint-Albans, comté du Hertfordshire. Quoique païen, il aurait sauvé  un prêtre de la persécution en le cachant. Converti, baptisé il aurait alors revêtu les habits du prêtre et aurait subi le martyre à sa place. C'est bien en soldat romain que le saint est présenté au fronton de l'église. Pour en comprendre l'importance, il faut se reporter au milieu du Ve siècle lorsque les Burgondes s'installent en Savoie.

Ce sont avant  tout des guerriers, qui s'entendent assez bien avec la vieille aristocratie romaine (dont sont issus la plupart des évêques) qui s'appuie sur eux. Mais les Burgondes sont ariens. Selon la doctrine d'Arius, le Christ ne peut être l'égal du Père, comme l'affirment les catholiques depuis le concile de Nicée (325). Donner aux rois burgondes des modèles de saints militaires et nicéens comme saint Maurice, saint Martin ou saint Alban, serait donc pour l'église un moyen de combattre l'hérésie.

A côté de cette église de Saint-Alban, l’ancien presbytère est orné d’un cadran solaire. Trois Chapelles, dont une, la Chapelle des Voûtes, est située en pleine nature sur l’ancienne voie reliant la commune à la vallée. Découvertes lors d’une rénovation de la chapelle du Premier Villard, les trois boîtes de sainte Reine de Saint-Alban-des-Villards font partie des trente-six recensées en France, sans doute ramenées par des pèlerins qui s’étaient rendus à Alise-Sainte-Reine, haut lieu de pèlerinage entre le XVII et le XIXe siècle.

Derrière l’église de Saint-Alban-des-Villard démarre un sentier en balcon qui vous amène au hameau du Premier Villard en une demi-heure. Gagner le centre du hameau en descendant deux lacets pour trouver la chapelle du Premier Villard, dédiée à Saint-Roch et Saint-Sébastien. Très ancienne, elle était richement dotée avant la Révolution. Elle fut incendiée vers 1880. Descendre ensuite vers le bas du hameau où l’on trouvera un panneau indiquant la chapelle des Voûtes que vous atteindrez en 20 min. par un petit sentier. Le retour se fera ensuite en reprenant le même chemin, ou, pour faire une boucle par la petite route du Premier Villard à Saint Alban.

Rejoindre Saint-Colonban-des-Villards (94 km). Le village se situe à mi-pente du Col du Glandon, à 1 100 mètres d'altitude. Il est enserré dans une chaîne de hauts sommets parmi lesquels le Grand Truc, le pic de Frumezan, la cîme de Sambuis et les aiguilles d'Argentières qui dominent la combe d'Olle et le barrage de Grand'Maison. Village de montagne situé dans une vallée authentique, Saint-Colonban-des-Villards offre de charmants hameaux égrenés de part et d'autre du torrent du Glandon, aux maisons chaleureusement serrées entre elles. 

La Maison du patrimoine témoigne d'un passé laborieux de générations de Villarins entreprenants et durs au travail. Présentation des costumes traditionnels de la Vallée des Villards : mannequins, étoffes, broderies, film vidéo, dans un intérieur ancien et typique de l'architecture locale. La grande richesse de Saint-Colonban-des-Villards est son costume, d’une rare beauté. L’habit de fête a des couleurs chatoyantes avec tablier, ceinture, rubans, châle travaillé dans de la soie et une coiffe toute bordée de fine dentelle plissée, tenue sur un bonnet brodé de mille perles et paillettes.

Autres curiosités de Saint-Colonban-des-Villards : les chambres de bois ou greniers qui servaient à ranger les biens précieux, de nombreuses chapelles (circuit de chapelles en chapelles). Le Tilleul du chef-lieu classé “arbre remarquable de France”.

Fin de cette première étape de cette Route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Maurienne.

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 2 de la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Maurienne.

Pour vous rendre sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie"

Couvert

Albertville

11 °C Couvert

Min: 11 °C | Max: 13 °C | Vent: 8 kmh 181°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue)
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots !

Nos coups de cœur sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de la Savoie

Préparez vos vacances sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 11/08/2021