Les routes touristiques en France

Route de l'Art baroque en Savoie dans la vallée de la Tarentaise - Circuit 3 (73)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 3 de la Route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Tarentaise

Le deuxième circuit s'etait arrêté à Champagny-en-Vanoise (0 km). Revenir sur vos pas, passez Bozel, puis sur votre gauche prendre la D91B, la D91A  direction Saint-Bon-Tarentaiseégalement appelée Saint-Bon-Courchevel (13 km). Les visiteurs peuvent admirer les restes d'un patrimoine historique intéressant et typique de cette région montagnarde. Saint-Bon est divisé en deux quartiers distincts séparés par la route départementale : Saint-Bon-Le-Haut et Saint-Bon-Le-Bas.

Partez à la découverte de l’église baroque de Saint-Bon, dédiée à saint Bonitus ou Bonnet de Clermontévêque de Clermont au VIe siècle. La première église construite à Saint-Bon est une église romane, sans-doute du XIVe siècle. C'est au cours d'une transformation et d'un agrandissement survenus entre 1650 et 1673 que l’église devient une église baroqueLa décoration intérieure réserve de belles surprises baroques... 

Derrière des murs d'une grande simplicité s'expose une luxuriance d'ornementation qui ne cesse de fuir la ligne droite, ce ne sont que colonnes torses, rinceaux, enroulements, enlacements de pampres de vigne, arabesques, spirales, draperies, volutes de nuées. Et de l'or, partout.

L’église baroque de Saint-Bon accueille quatre retables, avec leurs bonnes joues de bébés bien nourris, leurs boucles brunes ou blondes et leurs cuisses grassouillettes, ils volètent de retable en retable ornementant à profusion les églises de Tarentaise et de Maurienne, jusque dans le moindre petit village de montagne. Ces angelots généralement, sculptés dans le pin cembro, une espèce qui abonde dans les vallées savoyardes, marquent des retables baroques époustouflants au chœur d'églises ou de chapelles qui parfois pourtant ne payent pas de mine.

Saint bon tarentaise eglise baroque de saint bon routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesPromenez-vous dans les ruelles de Saint-Bon-Tarentaise à la recherche de la place du Mollard et de sa vue imprenable sur la vallée, de l’ancien four banal du village qui accueille aujourd’hui l’alambic, de l’ancien moulin ou encore des maisons de villégiature datant du XIX siècle. Ouvrez l’œil et observez la simplicité architecturale des maisons et des granges-écuries construites par les familles saint-bonnaises qui ont su adapter leur outil de travail à la rudesse du terrain pour vivre quasi exclusivement de l’agropastoralisme jusqu’au milieu du XXe siècle.

Passez par Les Allues, via les D98 et D90 (26 km). Installé dans la Maison Bonnevie, le petit musée des Allues retrace l'histoire de la commune et de sa station de sports d'hiver. Egalement à voir la maison forte au Villaret, résidence des archevêques de TarentaiseIl est également possible de visiter la scierie et le moulin du Raffort, situés au bord du Doron des Allues sous le village du Raffort entre Les Allues et MéribelA ne pas manquer au village des Allues, l'église Saint-Martin-des-Allues, construite au XIIe siècle, l'église dévoile une décoration intérieure de style baroque et un retable du XIIe siècle et sa décoration intérieure de style baroque.

Édifiée à la fin des années 1950, la chapelle Notre-Dame-des-Neiges, avec sa belle fresque murale, à l'entrée de la station de Méribel, de culte anglican, mérite également le détour.

Retour vers Moutiers (37 km), via la D90 et D915, puis suivre la direction de Saint-Jean-de-Belleville (50 km), située à l’entrée de la vallée des Belleville, via la D117. A mi-chemin entre Villarly et Saint-Jean de Belleville, se détache sur un éperon l’élégante chapelle Notre-Dame des Grâces. Il faut s’arrêter pour découvrir non seulement le panorama que l’on a sur les montagnes, mais surtout la façade de cette chapelle. Construite sur un plan centré en forme de croix grecque, son toit est dominé par le lanternon de la coupole et un clocheton au-dessus de l’entrée. L’édifice date de 1740-1741. L’histoire du sanctuaire est plus ancienne.

Au début du XVIIe siècle existait un oratoire situé en aval, au bord du grand chemin entre les deux ruisseaux du Golet et du Nant Noir. La Vierge y était vénérée sous le nom de Notre-Dame-du-Roux. En 1628, Rd Pierre-Gaspard Aspord le remplaça par une petite chapelle. L’instabilité du terrain rendit la construction fragile. En 1661, on décida de la reconstruire à l’emplacement actuel. Mais la dévotion à Notre-Dame-de-Grâces s’accrut et l’édifice devint trop petit pour accueillir les fidèles. Rd Jean-François Dérex, curé de Saint-Jean (1723-1765), envisagea un agrandissement. Et en 1741, la chapelle Notre-Dame des Grâces était construite telle que nous la voyons actuellement.

Les peintures extérieures de la chapelle Notre-Dame des Grâces représentent les vertus théologales et cardinales accompagnant une représentation de Saint François de Sales. A l’intérieur, on peut y admirer un lanternon et une coupole datant du début XVIIIe. Pas moins de trois retables et un autel recouvert de « cuir de Cordoue ». Une grande croix en bois se dresse devant la chapelle comme pour nous inciter à admirer le paysage.

Ornée de peintures extérieures où figure notamment Saint-François de Sales, elle abrite à l'intérieur un lanternon et une coupole datant du début XVIIIe siècle mais aussi trois retables et un autel recouvert de cuir de Cordoue. L'ensemble est d'inspiration baroque. De la chapelle, un panorama remarquable sur les sommets proches attend le fidèle ou le touriste…

Au sein de la Tarentaise, la vallée des Belleville tient un rang important par le nombre et la richesse des églises et chapelles de style baroque. En terme de patrimoine bâti, la commune de Saint-Jean-de-Belleville a conservé la physionomie typique et caractéristique des villages de montagne d'une part, des fermes ou hameaux à vocation agricole d'autre part, mais elle permet également au visiteur de découvrir des édifices historiques d'intérêt. Son patrimoine et surtout son riche environnement préservé raviront notamment les amateurs de randonnées.

L'église Saint-Jean-Baptiste, située sur un promontoire, fût construite au milieu du XVIIe siècle, elle frappe par ses vastes proportions. Son austère façade à pignons est ornée d’un portail en pierre de taille à faible relief. Une belle statue en bois de Saint Jean-Baptiste occupe la niche du fronton interrompu. L'intérieur est spectaculaire, avec nombre de peintures et un retable évoquant le Rosaire. L’intérieur est riche en peintures et un retable du Rosaire dont on découvre cinq scènes parmi les quinze que comptent les mystères du Rosaire au sommet.

La toile du retable de gauche représente le mariage de la Vierge. L’église possède deux autres retables : celui du Sacré-Coeur et celui dont on peut apercevoir sur la toile centrale : saint François-de-Sales, saint Etienne et saint Antoine abbé. A l’extérieur des colonnes, deux sculptures en bois doré figurent saint Dominique et sainte Catherine de Sienne.

Saint jean de belleville eglise saint jean baptiste routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesSi le patrimoine religieux unique de Saint-Jean-de-Belleville témoigne d’une forte empreinte chrétienne à travers le temps, il est un autre patrimoine également important, que l’on peut qualifier de rural. Il s’agit des fours, bachals, moulins, mais également des « montagnettes », petites maisons construites dans les alpages. Dans cette vallée sauvage et tranquille, on trouve  de véritables “pépites” qui témoignent de la ruralité préservée des lieux comme. A voir absolument, le hameau de Deux-Nants ou l’ancienne montagnette d’alpage de la Sauce où paissent les troupeaux de Tarines l’été. Vous y découvrirez des chalets typiques joliment fleuris, des petites chapelles, des ruisseaux…

Découvrez Les Belleville (55 km), via la D117. La richesse du patrimoine des Belleville vous invite à faire une pause culturelle : musée de Saint-Martin, le moulin de Burdin, Mélifera la maison de l’abeille. Vous pouvez aussi profitez des visites guidées pour découvrir le village de Saint-Martin-de-Belleville à la lueur des flambeaux. C’est en prenant le chemin des écoliers, en s’aventurant à pied dans les ruelles étroites, que l’on découvre des fermes habillées de pierre et de bois dont les portes s’ouvrent sur des étables voûtées.

Depuis plus de dix ans, la commune Les Belleville a entrepris un très important programme de restauration et de mise en valeur de ce patrimoine religieux, qui compte deux sanctuaires, trois églises, une trentaine de chapelles, ainsi que de nombreux oratoires.

La prochaine étape sera Saint-Martin de Belleville (58 km). Situé au cœur du village, dans un ancien corps de ferme, le musée de Saint-Martin retrace 150 ans d'histoire de cette haute vallée savoyarde. Une histoire étonnante qui mena ce village d'altitude, vivant en quasi autarcie, vers un destin touristique. De l'apogée de la civilisation agro-pastorale au XIXe siècle, à la révolution touristique des années 60, en passant par les mutations industrielles du début du XXe siècle, découvrez les temps forts qui ont jalonné cette histoire.

Le sanctuaire marial de la chapelle Notre-Dame de la Vie, isolé sur un petit replat à l’entrée de la haute vallée, est, depuis des siècles, un lieu de pèlerinage célèbre. Le 15 août, on y venait à pied de très loin depuis la Maurienne, par le Col des Encombres. Depuis quelques années, Notre Dame de la Vie est illuminée dès la chute du jour, offrant ainsi un très beau spectacle, surtout en hiver sous un décor de neige. La chapelle est construite en forme de croix grecque : un dôme central et trois chapelle polygonales rayonnantes, le sanctuaire est doté de trois retables, dont l’un, sculpté en 1636, est considéré comme le plus ancien retable baroque de la Tarentaise.

Construite sur un précédent lieu de culte dans les années 1650, elle possède un décor intérieur remarquable. Le retable du maître autel, entièrement revêtu d’or, offre une profusion de motifs sculptés, notamment un foisonnement de têtes d’anges. Les ex-voto sont de grande qualité : plus de cinquante ont été classés monuments historiques. Ils ont été entièrement restaurés et sécurisés afin d’éviter les vols et seront réinstallés dans les mois qui viennent, avec le concours du conservateur des bâtiments de France.

L’église Saint Martin de Saint-Martin de Belleville date d’avant 1606. Reconstruite et agrandie entre 1650 et 1750, l’église Saint Martin est typique des églises de Tarentaise. En extérieur, le seul élément décoratif est le portail en bois, surmonté d’une niche abritant une statue de Saint Martin en habit d’Evêque de Tours. La sobriété extérieure du bâtiment contraste avec les ors et la polychromie des retables.

A l’intérieur, le retable majeur, sculpté dans le dernier quart du XVIIe siècle par Jacques-Antoine Todesco et Guillaume Moulin, a gardé son homogénéité originelle. Il comporte trois tableaux peints en son centre : Saint Martin à cheval partageant son manteau et, de part et d’autre, Saint Sébastien et Saint Joseph. Ce retable a été entièrement restauré en 1991.

Saint-Martin de Belleville occupe la majeure partie de la Vallée des Belleville, disséminés sur les 22 hameaux et villages de la vallée, on y trouve de nombreux éléments d'architectures patrimoniales : chapelles, églises, fours à pain, bassins et moulins.

La chapelle Saint Barthélémy  et Sainte Brigitte de Villanger est mentionnée dès le XVe siècle. Différents sondages ont permis de mettre à jour deux décors que l’on peut situer, pour le plus ancien, à la première moitié du XVIIIe siècle (date de la fin de la construction de la chapelle) et, pour le second, aux alentours de 1886, date de la première grande campagne de restauration. Les décors du XVIIIe siècle révélés sont très riches : décor de treille avec, aux intersections, des fleurs ocre rouge, et entrelacs de végétation stylisée, retable en trompe l’œil, personnages sur des socles, dont un représentant Saint Martin en habit d’évêque, croix de Savoie. Ils ont été restitués partiellement, notamment sur les murs sud et nord.

La chapelle de Villarencel (avant 1653) est dédiée à Saint François de Sales (1567-1622), très populaire en Savoie car né dans une noble famille savoyarde. Il fut nommé évêque de Genève mais exerça son ministère à Annecy, la ville de Genève s’étant ralliée au calvinisme. La chapelle Saint Marcel et Saint Grégoire est la plus grande de toutes les chapelles du territoire communal. Son existence est déjà mentionnée au XIIIe siècle, ce qui laisse présumer une édification au Moyen-Âge. Son aspect actuel date du XVIIe siècle, âge d’or du Baroque. Elle possède un plafond orné de fresques du XVe siècle...

Retour vers Moutiers (78 km), prendre la D92 jusqu'à Villargerel (86 km). Reconstruite à partir de 1682 par un maître maçon, Jean Meilleur, sur les plans de l'architecte Nicolas Deschamps, l'église Saint Martin présente un plan centré en "croix grecque"À l'intérieur, l'édifice est remarquable par ses peintures murales et ses retables. La coupole sur pendentif, divisée en huit voûtains est décorée de médaillons qui devaient représenter les apôtres et éclairée par un lanterneau. La base en stuc est en trompe-l’œil. Trois absides polygonales et un porche en pierre forment le reste de l'édifice.

Jacques Clérant réalise le retable majeur en 1707 : six colonnes torses séparent trois parties dont un tableau de la Crucifixion habille la partie centrale. De chaque côté des groupes de saints : à gauche, Sainte Marie, Saint Jean et Sainte Catherine d'Alexandrie, et à droite, Saint François-de-Sales, Saint Sébastien et Saint Antoine. Le tabernacle du XIXème est traité comme un retable en réduction avec sur sa porte, le pélican nourrissant ses petits (symbole de l'Euchariste). Le retable du croisillon sud a bénéficié de restaurations récentes : des cariatides engaînées supportent un entablement avec frise richement décorée de fleurs, fruits et têtes d'anges.

Des peintures imitant le point de Hongrie couvrent entièrement les murs de cette chapelle. C'est également Jacques Clérant qui sculpte le retable du Rosaire en 1712. La chaire en noyer présente les évangélistes sur la cuve, le Bon Pasteur portant la brebis égarée sur le dosseret et sous l'abat-voix, la Colombe du Saint-Esprit. Au niveau du croisillon sud se trouve un retable aux cariatides portant l'entablement, décoré d'une frise de fleurs, fruits et têtes d'anges. On peut également admirer un tabernacle du XIXe décoré du "pélican nourrissant ses petits". 

Eglise saint pierre de naves fontaine routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesMontez jusqu'à Nâves en restant sur la D92 (96 km). Perché à 1316 mètres d’altitude, le village de Nâves, adossé au massif du Beaufortain, possède un joli patrimoine religieux. Ne vous fiez pas à l'allure sévère de l'église de Naves... l'église Saint-Pierre de Nâves-Fontaine possède plusieurs retables resplendissants d'ors et de couleurs, un décor floral mis au jour récemment, des statues aux allures d'acteurs de théâtre : tout à l'intérieur vous invite à la découverte !

D'aspect austère, la façade de l'église Saint-Pierre de Nâves-Fontaine est cependant agrémentée d'un portail à fronton interrompu où est logée une niche avec la statue de saint Pierre portant la tiare. Un cœur décore la clef de l'arc au-dessus de laquelle apparaît la date d’achèvement de la reconstruction de l'édifice : 1673. La dernière restauration a mis au jour les vestiges d'un superbe décor floral qui a été finalement restitué à l'identique sur l'ensemble des nefs. Mais les voûtes n'ayant conservé aucune trace de peintures anciennes, le parti fut choisi de les laisser sans décor.

Au fond du chœur, le retable majeur est l'oeuvre de Jean-Marie Molino, qui a également sculpté, entre autres, celui de Notre-Dame-de-la-Vie. ce décor de 1684 s'adosse aux murs du clocher et de la sacristie en intégrant les portes d'accès qui contribuent à équilibrer sa composition. Son architecture est harmonieuse avec, en son centre, un tabernacle à deux étages. Sa porte où figure un Christ à la colonne est encadrée par deux niches où sont logés deux saints chéris des savoyards : saint Grat et saint François-de-Sales. Le tableau central représente l'Assomption de la Vierge sous les yeux de saint Pierre et saint Paul. A l'attique, c'est-à-dire sur la partie supérieure, est figurée la Crucifixion entre les statues de saint Jean et de sainte Madeleine.

La facture du retable de saint Antoine ressemble beaucoup à celle du retable majeur, mais les couleurs y sont plus présentes. Les sept cartouches en bas-relief racontent la vie du saint. Le retable du Rosaire possède également des cartouches évoquant les Mystères joyeux, douloureux et glorieux qui sont les quinze événements majeurs de la vie de Marie et de Jésus.

Il est temps de filer vers Saint-paul-sur-Isère, via la D93 (131 km). Les édifices religieux du centre du village valent le détour, à commencer par l’église paroissiale de la fin du XVIIe siècle avec ses remarquables fresques, les « Grisailles », retables en trompe-l’œil sur les murs du transept. Si l’église et le château sont les éléments les plus visibles de ce patrimoine bâti, il faut découvrir, de hameau en hameau, le « petit patrimoine » qui témoigne de la vie quotidienne des populations locales : chapelles, fours, bassins, écoles…

Traverser La Bathie, via la D66 (147 km), pour arriver à Tour-en-Savoie (150 km), via la D990, dernière étape de votre escapade de la Route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Tarentaise. Tours-en-Savoie est située à l'entrée de la vallée de la Tarentaise en arrivant d'Albertville. Le point culminant de la commune est la pointe de la Grande Journée dans le massif du BeaufortainTours-en-Savoie a été érigé en paroisse au XIème siècle, sous le patronage de Saint Piat, un prêtre du Nord de la Gaule, mort martyr au IIIème siècle. C’est toujours sous ce vocable que l’on désigne l’église paroissiale aujourd’hui.

L'église Saint-Piat de Tours-en-Savoie est complètement excentrée du centre du village. Une église-musée, construite au XVIIème siècle, elle protège toutes les œuvres d’art qui l’ont enrichie depuis lors. Une constellation de chapelles accompagne l’église pour guider les fidèles dans la prière : Saint Clément, sous le rocher de l’avalanche, construite au XVIIème siècle, et Sainte Apollonie, au cœur du Grand Village, édifiée un siècle plus tard, décorée d’un lumineux retable polychrome. L'église Saint-Piat de Tours-en-Savoie est un véritable écrin d'art sacré.

La chapelle privée Saint Joseph (1677) aux Martinettes, et celle du château des barons, dédiée à Saint Ernest et Sainte Camille, la chapelle Saint-Clément, au sommet du village, juste au-dessus des digues de protection du village.complètent  ce réseau de prières.

Retour vers Albertville (156 km)

Fin de cette troisième étape de cette Route touristique "de l'Art baroque en Savoie".

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la val d'Arly et le Beaufortin.

Pour vous rendre sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie"

Couvert

Tincave

6 °C Couvert

Min: 2 °C | Max: 8 °C | Vent: 8 kmh 175°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue)
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots !

Nos coups de cœur sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de la Savoie

Préparez vos vacances sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 11/08/2021