Les routes touristiques en France

Route de l'Art baroque en Savoie dans le Val d'Arly et le Beaufortain (73)

La Route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans le Val d'Arly et le Beaufortain

Les vallées du Val d'Arly et du Beaufortain, sont riche en églises et chapelles baroques du XVIIe siècle. Ce parcours, passant par le Val d’Arly et le Beaufortain, permet de partir à la rencontre d’un grand nombre de joyaux de l’art baroque. Au cours de vos promenades, vous découvrirez les nombreuses petites églises et chapelles parsemées dans les vallées, certaines perchées sur des pitons rocheux semblent protéger les villageois.

La Savoie, terre de prédilection de l’art baroque, vous accueille pour un véritable voyage dans le temps. Combinez le plaisir d’une douce échappée au cœur d’une nature préservée tout en partant à la rencontre de l’art baroque. Ces églises et chapelles savent dévoiler leurs trésors aux curieux qui poussent leurs portes… Aussi, à la belle saison, empruntez les plus belles routes à flanc de montagne.

L'art baroque jalonne ces vallées de montagne, dans chacune de ces églises décorées d'or, de lumière et de couleurs. Les églises baroques dessinent ainsi un chemin de lumière dont les feux témoignent d'une foi solide et inventive, mais aussi d'une architecture qui a mis l'art au service du quotidien.

L'art baroque est né en Italie au début du XVIIe siècle, le Duché de Savoie fut une province italienne jusqu'en 1860, d'où la présence de l'art baroque dans l'art religieux, il se caractérise par l'opulence voire l’exubérance des représentations sacrées, chargées de dorures, de couleurs et d'arabesques.

La Route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans le Val d'Arly et le Beaufortain en auto, moto, camping-car, en autocar, à vélo...

Albertville (km 0) situé à la rencontre de 4 territoires, elle est en effet à la limite de la Tarentaise, du Beaufortain et du val d'Arly, et en amont de la combe de Savoie sera le point de départ de votre parcours. Cette situation géographique lui vaut actuellement le surnom de Carrefour des Quatre Vallées. Albertville se trouve également aux portes des Parcs naturels des Bauges et de la Vanoise, sera le point de départ de cette itinérance du Baroque en Savoie. Albertville est encore dans les mémoires grâce aux Jeux Olympiques d'hiver de 1992.

Albertville eglise saint grat de conflans routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesLa Maison des Jeux Olympiques d'hiver permet de revivre la grande aventure des J.O. en Savoie. Albertville, c'est aussi un patrimoine historique et architectural riche et varié, qui bénéficie du label Villes et Pays d'art et d'histoire. La place de l'Europe, vous offre une vue imprenable sur la cité historique de Conflans. Avec sa tour sarrasine, et le château de Manuel de Locatel, Conflans se dresse sur un éperon rocheux dominant la ville et les quatre vallées alpines. 

Le musée d'art et d'histoire d'Albertville, labellisé Musée de France, accueille des collections témoignant de la richesse du territoire : vestiges gallo-romains, art sacré du XVe au XXe siècle, mobilier régional, intérieurs reconstitués sans oublier un espace dédié à l'histoire de la ville. Un patrimoine, une histoire, la montagne, tout pour passer une étape idéal en Pays d'Albertville…

Quittez Albertville via la D105 pour la cité médiévale de Conflans (1 km). La cité historique qui à l'abri de son enceinte du XIVe siècle, de la porte de Savoie à la porte Tarine, a su garder un charme intact à travers les siècles : vieilles rues et venelles, fontaines, façades et enseignes traditionnelles, ses jardins... La tour sarrasine du XIIe siècle, le château de Manuel de Locatel du XVIe siècle, la maison forte de La Cour,  la Maison Rouge du XIVe siècle qui abrite le musée d'art et d'histoire, une très belle demeure.

Ces monuments ne sont  pas les seul joyaux de la cité médiéval, Conflans abrite aussi l'église baroque Saint Grat des XVIIIe et XIXe siècle. Ce chef-d’œuvre d'art baroque savoyard et néo-classique, avec son double clocher à bulbe atypique, est visible depuis tout le vallon d’Albertville. Les quatre cloches, la plus grande baptisée "Bourdon de Conflans" et trois cloches plus petites, résonnent dans tout Albertville. Cette église est dédiée à l'Assomption de Marie et à saint Grat d'Aoste ; évêque d'Aoste au Ve siècle, et saint patron de Conflans.

Le portail de l'église baroque Saint Grat est en pilastre avec chapiteaux en ordre toscan. Un décor de fresques en trompe-l'œil, est réalisé sur ensemble des façades de l'édifice. L'architecture intérieure est constituée d'une nef de quatre travées, le tout voûté d'arêtes. Les voûtes de la nef sont ornées de caissons octogonaux à motifs de rosace, et chacun des douze quartiers de la voûte du chœur est décoré de motifs symboliques religieux.

Le riche mobilier de l'église baroque Saint Grat est constitué entre autres d'un retable monumental doré à l'or fin de 1708 de Claude-Antoine Marin de Flumet, et d'une chaire en noyer ornée des quatre évangélistes, de Jacques Clerant de 1718. Le tableau de saint Grat a été réalisé par le peintre Béranger. Vous pourrez aussi découvrir le tableau et la statue de la chapelle du Rosaire et le tableau de saint François de Sales, qui ont retrouvé leur splendeur.

Continuer vers Ugine, via la D1212 (11 km), nichée au pied des Aravis, à deux pas du Parc Naturel des Bauges réputé pour ses paysages exceptionnel. Ugine s'est construite dans la pente des pâturages sous le regard du Mont Charvin (2 409 mètres). La commune se trouve ainsi dans une sorte de « Cirque », bordée par la chaîne des Aravis, le massif des Bauges et le Val d'Arly.

Ugine ayant préservé son patrimoine architectural, la richesse architecturale peut encore être observée en parcourant les lieux les plus anciens de la commune. En commençant par l'église Saint-Laurent, consacrée en 1685 puis agrandie au XIXe siècle. De l'édifice primitif, il reste le chœur du XIIe siècle, avec deux travées et un chevet droit voûté d'ogives.

Consacrée en 1685 et agrandie au XIX° siècle, l'église Saint-Laurent d'Ugine abrite des retables de style baroque, des colonnes terminées par des chapiteaux ornés de feuillages, un ensemble de statues du XVIII° et XIX° siècles, une chaire classée provenant de l'Abbaye de Tamié. La façade en trois parties est séparée par des pilastres et contreforts. La partie centrale est ornée d'une rosace, les deux autres d'un oculus au-dessus de baies géminées. Le portail, encadré de colonnettes est à fronton triangulaire, avec de chaque côté un pinacle.

Nous vous invitons à découvrir sur la commune la tour carrée à proximité de l'église, probablement un élément de l'ancienne citadelle d'Ugine, les maisons anciennes, le château comtal, dite Tour sarrasine, situé sur une motte sur la route en direction d'Héry. Le château du Crest - Cherel du XIIIe siècle, aujourd'hui Musée d'Arts et Traditions Populaires du val d'Arly. L'église orthodoxe Saint-Nicolas : unique église orthodoxe des deux Savoie. L'église Saint-Sauveur d'Héry-sur-Ugine, reconstruite entre 1758 à 1760 selon les plans de l'architecte piémontais Cappellini.

L eglise saint nicolas la chapelle routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesSaint-Nicolas-la-Chapelle (25 km), village montagnard qui a su garder son authenticité sera votre prochaine étape,  Ce village, au cœur du Val d’Arly,  est situé sur le versant ensoleillé du haut Val d'Arly, entre la chaîne des Aravis et le Beaufortain. Face au Mont-Blanc et au pied du Mont Charvin. Saint-Nicolas-la-Chapelle dispose de deux églises, l'une dans le centre de Saint-Nicolas-la-Chapelle et l'autre dans le hameau de Chaucisse.

L'église Saint-Nicolas de style baroque, date du début du XIVe siècle. Elle est remarquable avec son clocher à bulbe, à double lanternon avec une flèche élancée. Sa façade est ornée d'un portail typiquement baroque, surmonté d'une niche avec la statue de Saint Nicolas et les trois enfants du saloir. Sa qualité architecturale, ses fresques et son maître autel en baldaquin (ne manquez pas ce dernier ornement : il est unique en Savoie) et la richesse de son mobilier valent à cette église votre visite.

Selon la légende, Saint Nicolas aurait ressuscité trois petits enfants mis dans un saloir. Saint Nicolas est bien connu dans la région, notamment depuis que le village de Saint-Nicolas-de-Véroce, à côté de Saint-Gervais-les-Bains, reçu il y a très longtemps, au XIe siècle, un os du poignet du vrai saint Nicolas, protecteur des enfants et des écoliers.

L'église Saint-François-de-Sales de Chaucisse construite en 1818, a d'abord eu le titre de chapelle. Elle est élevée au rang d'église en 1828. Chaucisse est un hameau qui vaut le coup d'oeil, avec de très belles fermes rénovées et de jolies maisons. C'est également un départ pour des randonnées exaltantes, à la découverte des massifs. Saint-Nicolas-la-Chapelle c'est aussi, des fermes avec ventes de fromages et goûter à la ferme, de magnifiques paysages, une terre d'histoire, et de saveurs.

Après vos dégustations à la ferme, prendre la D113 jusqu'à Flumet (27 km). L'ancienne maison forte, des nobles de Bieux, dite aussi Tour de Bieux est visible sur la droite, en venant par la route d'Ugine. Là s'écoule paisiblement l'Arly, depuis sa source au-dessus de Megève jusqu'à Flumet, l'ancienne cité fortifiée qui, bâtie avec son château sur un éperon rocheux au confluent de l'Arly et de l'Arrondine, marquait l'extrémité méridionale du Faucigny. Capitale historique du Val d'Arly, c'est entre 1100 et 1200 que s'édifie la cité de Flumet, blottie autour de son château fort. Un mur d'enceinte flanqué de 4 tours la protégeait. 

Malheureusement, en 1679, le château fort et la ville furent ravagés par un terrible incendie. La ville de Flumet obtint alors de Christine de Savoie l'autorisation de démolir la forteresse pour reconstruire avec ses pierres les maisons incendiées. Vous pourrez voir les ruines du château en prenant la rue de Riddes, du nom d'un châtelain dont la très belle demeure était située à l'emplacement de l'actuelle place du château et aussi en vous rendant dans le jardin d'agrément.

La maison du Meunier et le moulin, cachée dans une ruelle du vieux bourg et installée dans l'ancienne demeure pittoresque du meunier, est un espace muséographique reprenant l'histoire d'un moulin qui fut l'un des plus importants de savoie. Dès le XIème siècle une église est construite dans le bourg de Flumet, on dit même que son clocher faisait partie prenante de l’enceinte fortifiée qui protégeait la ville… C'est un clocher remarquable par son aspect féodal très différent des clochers à bulbe ou à flèche de Savoie typiques de la région.

L'église romane Saint-Théodule a été détruite en 1679 par l’incendie avant d’être reconstruite dans le style baroque. L'église est construite sur un rocher en cargnole (tuf), creusé de tombeaux. Comme beaucoup d'autres églises en Savoie, elle est modeste vu de l'extérieur.  A l’intérieur du lieu de culte, le mobilier actuel et les décors valent le détour. De nombreuses fresques peintes comme la Cène ou les évangélistes. des peintures murales du XIXe siècle, œuvres de Clément Giacobini, mises à jour lors de la restauration en 1992.

Notons aussi dans l'église romane Saint-Théodule la présence d’une chaire en pierre et d’un retable baroque construit en 1809. Le retable baldaquin, un des plus richement ornés de Savoie, ressemble aux trois retables de Saint-Nicolas la Chapelle construits par un fils de l’un des trois valsesiens piémontais qui l’ont fait en 1809.

Poursuivre cette escapade vers le Col des Saisies, via la D218B (42 km). Admirer la chapelle Notre-Dame-de-Haute-Lumière avec les vitraux en création de Joël Mône. Puis, filez en direction de  Hauteluce, via la D218B (50 km), situé au coeur du Beaufortain avec une vue imprenable sur le massif du Mont-Blanc. Au cœur des alpages, sur le versant ensoleillé du Doron de Beaufort, la vallée de Hauteluce a conservé un charme hors du temps. Ses paysages verdoyants en été et sa neige abondante en hiver, malgré de faibles altitudes, en font le petit paradis des skieurs et randonneurs. 

Hauteluce eglise baroque saint jacques d assyrie routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesHauteluce est un authentique village pastoral de la haute vallée du Beaufortain ou Beaufortin, au carrefour de deux domaines skiables. Le village de Hauteluce, est blotti autour de son gracieux clocher à bulbe de l'église baroque Saint-Jacques-d'Assyriepremier évêque de Tarentaise venu évangéliser la vallée vers le milieu du Ve siècle. Église appartient au patrimoine artistique et religieux du Beaufortain, labellisé Pays d'art et d'histoire. Cette église halle est conforme aux édifices du Beaufortain : la tribune ne se contente pas d’être au fond de la nef : elle remplit également une grande surface des bas côtés, représentant ainsi un « U » dans le sanctuaire. 

Un élément peut perturber le visiteur de l'église baroque Saint-Jacques-d'Assyrie s’il rentre la tête en l’air… l’ancienne horloge du clocher est décorée d’un squelette représentant « la mort » ! Notable exemple de l’art baroque en Savoie, le gros-œuvre semble avoir été achevé en 1558. Il y a donc fort à parier que l’église actuelle ait été le fruit d’un grand remaniement au XVIIIe siècle, après le ministère de Saint François de Sales qui introduit en Pays de Savoie le style baroque architecture de la « contre-réforme ». Il serait un tantinet long de citer un à un les remarquables éléments de cet édifice.

Haut lieu du patrimoine Savoyard vous pourrez aussi découvrir sur la commune de Hauteluce de nombreuses chapelles, des vieux chalets et mazots en madriers, greniers en bois et visiter l'Ecomusée. Au centre du village trône l'arbre de la liberté, un extraordinaire tilleul planté là à la Révolution Française. Un village de charme et une vallée enchanteresse, bien situés sur la Route des Grandes Alpes.

La prochaine visite sera dans Beaufort, via la D70 (59 km), du Mont-Blanc au Beaufortain le panorama se déroule sous vos yeux. Occupé dès l'Antiquité par les Ceutrons puis les Romains, le territoire de Beaufort s'évangélise dans le courant du Ve siècle avant de connaître un important développement au Xe siècle avec l'apparition des premiers seigneurs. Aujourd'hui, la cité savoyarde doit notamment sa renommée à son fromage produit sur place, le célèbre Beaufort. En plus de ses paysages d'exception, le village dispose également d'un très beau patrimoine architectural et historique.

Partez à la rencontre de l'église Saint-Maxime, un très bel édifice de style baroque, située dans le quartier le plus ancien du village de Beaufort : le Châtelard. Solidement accrochée au rocher,  plusieurs fois aménagée, agrandie entre 1608 et 1670 ou transformée à nouveau en 1958sa masse est dominée par un énorme clocher. Ses façades contrastent avec la décoration intérieure. Citons la chaire à prêcher, commandée en 1720 à Jacques Clérant, sculpteur renommé de Moûtiers, qui fut installée en 1722. Elle est en noyer, de forme hexagonale irrégulière et sculptée en ronde-bosse. Une splendeur.

Beaufort-sur-Doron, plus communément appelé Beaufort, a conservé plusieurs vestiges de ses nombreux châteaux. Ainsi, il est possible de découvrir les ruines du château de Beaufort du XIe siècle, dominant le confluent du Doron et du Dorinet, à 997 mètres d'altitude, du château des Outards du XIe, dont les vestiges se dressent en face de la colline des Vanches, sur la rive gauche du Dorinet, au sommet de la colline des Curtillets et du château de La Grande Salle du XIIIe. Le château de Randens du XVe siècle abrite aujourd'hui les services de la mairie.

Plusieurs sentiers de randonnée balisés sont également accessibles dans et autour du village de Beaufort-sur-Doron pour apprécier la faune et la flore locales. Vous pourrez également visiter la fromagerie ou faire le tour du lac de Roselend. Vous pourrez également visiter l'église Saint-Jean-Baptiste d'Arêches, également de style baroque. Arêches (64 km) est aujourd’hui le deuxième bourg qui constitue la ville appelée officieusement Beaufort sur Doron. Mais il y a des siècles, voire même des décennies, Arêches fut une paroisse indépendante, avec son église et ses chapelles.

L’actuelle église, dédiée à Saint Jean-Baptiste, a vu sa construction débuter peu après la Révolution Française, fin XVIIIe siècle. L'Eglise est un bel exemple homogène de l'art baroque savoyard qui mérite d'être visitée. Le gros oeuvre de l'église Saint-Jean-Baptiste d'Arêches est achevé en 1829, la décoration intérieure, riche et somptueuse venue d'Italie prendra plusieurs années. Le clocher à bulbes, traditionnel en Savoie, est construit à la même époque. On note l'importance de l'imagerie facilitant une représentation accessible de la bible, de la vie de la Vierge, du Christ, des Saints qui sont les intermédiaires auprès de Dieu. L'intérieur de l'église crée un contraste surprenant avec l'extérieur.

Villard sur doron eglise saint pierre routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesRevenez sur Beaufort-sur-Doron, puis suivre la direction de Villard-sur-Doron, via la D925 (73 km). On imagine sans peine la vie des Beaufortins à travers la visite des hameaux et villages comme Villard-sur-Doron et ses peintures en trompe-l'œil. La chapelle de Belleville est un exemple d'architecture romane en Savoie.  Au coeur du village se trouve l’église Saint-Pierre reconstruite en 1672 et dont la restauration de 1999 a permis de restituer essentiellement les décors de 1852 faits de décors floraux et de tons pastels. Le clocher quant à lui, a été remanié plusieurs fois cause des guerres mais également par choix de certains riches marchands joailliers du village au XVIII siècle.

Laissez-vous guider par la flèche de l’église Saint-Pierre en forme de bulbe allongé qui couronne le clocher… n’hésitez pas toutefois à entrer dans l’église pour en découvrir les secrets. Bien que l’église soit dédiée à saint Pierre, vous pourrez rencontrer de nombreux autres personnages au fil des retables ou sur la poutre de gloire qui sépare nefs et chœur : les saints Paul, Jean-Baptiste ou Antoine et quelques autres vous donneront une bonne idée des savoir-faire de la sculpture sur bois de l’époque baroque.

Dans ce charmant village de Villard-sur-Doron, il  fait bon flâner dans les petites ruelles entre les jardins, les maisons et les vergers. Les rues dessinent avec les ruelles une trame au tracé irrégulier et qui engagent la promenade. On découvre alors les escaliers en pente parfois raide qui rattrapent les différences de niveaux, les avant-toits débordants qui protègent la circulation piétonne de la neige et de la pluie, les bassins très nombreux et témoins d’une hydrographie important et quelques architecture très anciennes. Au cœur du village, profitez du calme de la petite place pavée.

La D925, vous emmenera à Queige (81 km),  situé dans un écrin de verdure, prenez le temps d’admirer les paysages variés, ce pays aux milles sources offre aux visiteurs des habitats chargés d’histoire, les 7 chapelles de Queige et son église Sainte-Agathe, sans compter les nombreux oratoires. La première mention d’une église à Queige remonte à 1171, en effet, un édifice religieux était déjà construit en contrebas de l’actuel, près du Doron. Suite à une importante crue de cette rivière, l’église fut déplacée à l’emplacement actuel en 1351. La base de la tour clocher, qui sert également de chœur, est bien plus ancienne : il s’agit en fait de l'ancien donjon du château de la famille de Queige.

En 1674, le nouveau sanctuaire baroque est consacré. Les travaux sont réalisés par les tailleurs de pierres de la paroisse de Sixt, en vallée du Giffre. En 1793, Ablitte ordonne de raser la tour. Fini le temps du clocher majestueux qui dépassait fièrement la nef de l’église, sa flèche élancée et ses quatre clochetons. Aujourd’hui, une modeste flèche couronne un clocher qui ose à peine se démarquer de la nef. Grand classique pour les églises baroques des pays de Savoie, l’intérieur contraste nettement avec la sévérité extérieure. Le retable est sans doute l’élément le plus remarquable de l’église Sainte-Agathe.

De nombreux sommets dépassant les 2000 mètres d’altitude entourent la commune de Queige, qui possède un moyen de communication avec le Val d’Arly grâce au Col de la Forclaz, nom très répendu. En effet, en patois Forclaz signifie « petite fourche » ou « fourchette » : il faut comprendre alors « un passage dans la montagne ». La dernière étape de ce parcours de la Route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans le Val d'Arly et le Beaufortain sera Venthon (89 km)

Venthon, n’a pas d’histoire, sauf au point de vue religieux. La Paroisse existait en 1170, où elle fut mise dans le lot de la mense-archiépiscopale. A partir du XIV° siècle, la paroisse de Césarches lui fut unie et cela jusqu’en 1781. Pour accueillir les fidèles indigènes et leurs voisins, Venthon possède une église, dénommée Saint Christophe, qui n’est pas vaste, mais suffit cependant au service religieux. Cette église est dédiée à St Donat qui est le patron de la paroisse. Saint Donat, mort en 660 était le fils de Vandalène, Duc de la Bourgogne tranjurane.

Retour sur Albertville (94 km).

Fin de cette première étape de cette Route touristique "de l'Art baroque en Savoie".

Après cette journée riche de découvertes dans le Val d'Arly et le Beaufortain, pourquoi ne pas continuer en Maurienne, la vallée voisine en suivant la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de Maurienne  ? Elle offre aussi son lot de chapelles intéressantes.

Carnet pratique de la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans le Val d'Arly et le Beaufortain

Les incontournables de cette route touristique

Visites & Activités

  • Les visites des villes et villages.
  • Circuits de randonnées pédestres et cyclotouristiques.
  • Ski nordique, ski de fondraquette, balades avec chiens de traîneau, le ski de fond ou de randonnée, ou encore la luge
  • Escalade et l'alpinisme, le canyoning, le parapente, des parcours acrobatiques, via ferrata du Diable

Activités et Festivités

  • Albertville 
  1. Les visites guidées, ateliers ludiques, chasses au trésor et jeux de piste varient  selon le programme d'animations saisonnières et à la demande pour les groupes. Parcours audioguidés de la cité médiévale de Conflans disponible toute l'année à l'accueil du Musée d'art et d'histoire selon les horaires d'ouverture du musée.

Plus d'infos au service Ville d'art et d'histoire : + 33 (0)4 79 37 86 85 - patrimoine@albertville.fr

  • Ugine
  1. Circuit architectural sur l'oeuvre de Maurice Braillard, Robert Fournez, Henry Jacques le Même, Claude Fay : primé aux prix rhônalpins du patrimoine et au prix initiative Alpes de la banque populaire.
  • Saint Alban d'Hurtières 
  1. Visite guidée « Circuit champêtre » : Balade rurale facile de 3 km à partir de la chapelle Notre-Dame de la Salette : Chapelle reconstruite en 1880, anciens chemins, maisons tricentenaires, four à pain.
  2. Visite « Eglise et panorama » : (A partir de la place de l'église) Présentation de la place de l'église, panorama, cadrans solaires classés remarquables, table d’orientation en lave émaillée, église de l’époque romane au XXème siècle, retable classé Monument Historique à histoire particulière.

Symbolisme du baroque, évocation de la Maison de Savoie et de l’Empire romain, exposition-photos des quatre cloches de l’église.

Ateliers pédagogiques pour enfants : Dans le cadre du "Club des petits curieux" de Porte de Maurienne, pendant les vacances d'été, à l'Atelier Alban, sur les rives du plan d'eau (à l'étage du restaurant "Le Café gourmand"). Expériences, contes, magie, sciences, à la découverte des trésors cachés de notre patrimoine. 

Pour aller plus loin

  • Dominique RICARD et François PAROT, Les chemins du baroque, Art religieux des vallées de Savoie, Les Savoisiennes, la Fontaine de Siboé, 1994
  • Michel THOMAS, Trésor de l’art sacré dans les hautes vallées de Maurienne, Montmélian, Les Savoisiennes, la Fontaine de Siboé, 2004.
  • Fondation pour l’action culturelle internationale en montagne (FACIM) sur les chemins du baroque : site internet

Informations pratiques

  • Il est conseillé de se renseigner avant une visite afin de vérifier l’ouverture des sites au public. En effet, ils peuvent être fermés pour éviter la dégradation de ces lieux éloignés ou simplement en période hivernale.
  • Ces édifices cultuels sont encore en activité, une tenue et un calme adapté sont attendus de la part des visiteurs afin de respecter les personnes pouvant s’y recueillir. Il s’agit toutefois d’endroits insolites pour faire découvrir aux plus jeunes le patrimoine religieux.

Plus d'information :

 
 

Pour vous rendre sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans le Val d'Arly et le Beaufortain

Légère pluie

Albertville

9 °C Légère pluie

Min: 8 °C | Max: 10 °C | Vent: 8 kmh 263°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue)
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots !

Nos coups de cœur sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans le Val d'Arly et le Beaufortain

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de la Savoie

Préparez vos vacances sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans le Val d'Arly et le Beaufortain avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans le Val d'Arly et le Beaufortain avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 11/08/2021