Les routes touristiques en France

Route de l'Art baroque en Savoie dans la vallée de la Tarentaise - Circuit 1(73)

Votre itinéraire et visites sur le Circuit 1 de la Route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Tarentaise

Au fil de votre escapade  en Tarentaise, cap sur les routes de l'art baroque  avec une kyrielle d’églises et oratoires dispersés le long des routes et sentiers. Les apparences sont trompeuses car ces chapelles savent dévoiler leurs trésors aux curieux qui poussent leurs portes… 

Après avoir parcouru la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Maurienne jusqu'à Bessans (km 0), direction Val-d'Isère via la D902 (37 km). En chemin, nous vous conseillons une pause au rocher du château situé à deux kilomètres du Villaron, en direction de Bonneval-sur-Arc, un imposant rocher domine la vallée : c'est le rocher du château. A la base du rocher qui fut sans doute un abri sous roche aujourd'hui éboulé, apparaissent des peintures rupestres (sept ou huit cerfs peints à l'ocre rouge). Ces peintures rupestres datent de la période du Néolithique.

Au cœur du Parc National de la Vanoiseau sommet de la Haute-Tarentaise, Val-d'Isère doit sa célébrité au potentiel d'activités liées aux sports d'hiver. Pourtant, au coeur du village ancien, marqué par son architecture ancrée dans les pures traditions savoyardes de chalets de vieilles pierres et bois aux toits de lauzes, l'église Saint-Bernard-des-Alpes (dit aussi Bernard de Menthon, saint patron des montagnards), édifice de style baroque datant du XVIIIe, mérite un détour. L’église Saint-Bernard de Menthon livre le témoignage de plusieurs siècles de construction aux visiteurs.

L'église Saint-Bernard-des-Alpes est construite à l’emplacement d’une grande chapelle romane, assez difficile à dater en raison de manque de sources historiques. À l’observation du bâti, on situe ce premier édifice autour du XIe siècle. Ses dernières traces sont l’arc de chœur et les petites fenêtres obturées sur les murs latéraux visibles depuis l’extérieur. L’église présente une enveloppe extérieure très sobre et minérale, à l’image de l’architecture vernaculaire de la vallée tarine. À l’intérieur, un vaste programme de décoration est réalisé au XVIIe siècle dans un style baroque.

Val d isere eglise saint bernard des alpes routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesDans l’église Saint-Bernard de Menthon, on y remarque, entre autres merveilles, le retable majeur d’inspiration baroque, mais comportant des éléments d’autres époques, le tabernacle entièrement doré, l’autel Sainte-Anne (tableau de 1790) et d’autres tableaux remarquables… En terme de patrimoine historique, les chapelles qui jalonnent les environs du bourg de Val-d'Isère comme les chapelles du Fornet, du Laisinant ou encore de la Daille, peut s'avérer intéressante. Val d’Isère vous invite à découvrir aussi le circuit des 7 chapelles qui s’adapte à vos envies : du cœur du village, c’est vous qui choisissez votre itinéraire et découvrez Val d’Isère par l’histoire  de ses chapelles.

Restez sur la D902 jusqu'à La Gurraz (53 km). Surmonté par le Dôme du Mont Pourri, le hameau de la Gurraz se fait discret. Bâti sur un promontoire rocheux, pour éviter les avalanches en hiver, le hameau a conservé une architecture traditionnelle savoyarde. En prenant la route de Val d’Isère, vous apercevrez La Gurraz, sur votre droite, un clocher au pied d’un glacier, en vous écartant de la départementale et au bout de 2 km vous allez découvrir le village de La Gurraz. En le visitant, vous pourrez admirer le charme de ce village montagnard qui a su conserver son authenticité

Depuis des siècles, les Gurrains cultivent l'art de la survie. C’est dans le massif de la Vanoise dans la vallée de la Tarentaise, et plus exactement à Villaroger, village montagnard perché à 1 090 m d’altitude, sur la rive gauche de l’Isère, que se trouve l’église Saint-Roch de La Gurraz. Cet édifice religieux, datant du début du XVIIe siècle a été construite sur l’emplacement d’une chapelle dédiée au saint, mais également à saint Théodule et fut consacrée en 1729.

On peut y admirer, entre autres nombreux éléments intéressants, au fond de son chœur, une toile peinte en 1839 signée J.-B. Cavalière du Cameau,  orne le retable majeur du XVIIIe siècle : elle figure une Assomption en présence de sainte Catherine d'Alexandrie, saint Théodule, évêque de Sion en Valais et titulaire de la nouvelle église de 1714, et saint Roch, patron de la paroisse. Deux colonnes torses ornées de pampres de vigne supportent un entablement sur lequel repose un tableau de Notre-Dame-des-sept-douleurs.

Complétant ce catéchisme en images, la poutre de gloire sur laquelle le Christ est entouré de la Vierge et de saint Jean sépare la nef du chœur. Un autre Turinois, Zamorra, peint au XVIIIe également la toile du retable de gauche présentant saint Joseph porté par les nuages avec, en-dessous, saint Antoine de Padoue et saint Pierre. Il représente également, sur le retable du Rosaire dans le bras opposé du transept, une Vierge à l'Enfant donnant le chapelet à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne.

Malgré la simplicité de sa décoration, cette petite église Saint-Roch de La Gurraz est pleine d'intérêt. Elle a notamment conservé en place sa chaire et, surtout, sa table de communion ; barrière de séparation entre la nef et le chœur, en fer forgé. Un mobilier qui a hélas disparut de la plupart des autres églises. Les habitants de La Gurraz cherchent à maintenir les traditions locales, notamment la fabrication et la cuisson du pain à l’ancienne dans son four qui date du XIXe siècle.

Continuer en direction de Montvalezan, via la D902 et sur votre droite, la D84 (70 km). Montvalezan, une commune remplie d’histoire qui ne demande qu’à être contée. Les 14 chapelles de la commune constituent un patrimoine reconnu, témoin du passé. Elles ont été construites par les aïeux en remerciement d'une grâce reçue ou tout simplement pour exprimer leur foi, parler de leur vie, de leurs souffrances et de leurs espoirs. Parmi elles, découvrez notamment le Châtelard et sa belle chapelle Saint-Michel posée sur un promontoire naturel.

Montvalezan a conservé intacte son église Saint-Jean-Baptiste de style baroque consacrée en 1688, entourée du presbytère et de la tour vicariale. Au cette époque la paroisse de Montvalezan est sous la juridiction de l'Hospice du col du Petit-Saint-Bernard : on peut en découvrir les armoiries sur le linteau gravée (1665) du porche de l'entrée du jardin... du curé ! Johan Ducloz, nommé curé de Montvalezan en 1664, est alors gouverneur de cet hospice.

Son ami mauriennais, le sculpteur Fodéré, réalise à sa demande une poutre de gloire semblable à celle de Séez et une partie des statues encore visibles aujourd'hui dans l'église Saint-Jean-BaptisteLe retable majeur du XVIIIe siècle est une explosion toute baroque de colonnes torses, d'angelots et de statues de saints... Comme engoncé au fond d'un chœur qui semble trop petit pour lui, il possède une toile centrale représentant le Baptême du Christ.

De chaque côté, trois colonnes torses enroulées de feuillages variés la séparent des volets latéraux, compartimentés en niches et cartouches rectangulaires ornés de scènes sculptées et dorées. Outre celles des quatre évangélistes, les statues de saint Bernard-des-Alpes et d'évêques animent cet ensemble. La restauration des peintures murales ont permit de mettre en valeur les clés de voûtes de facture baroque. D'autres chefs-d'oeuvre vous attendent à l'intérieur de l'église Saint-Jean-Baptiste...

Le fort de la Redoute Ruinée (2400 m) est facilement accessible par le télésiège de Roches Noires. En haut, découvrez un époustouflant panorama à 360° sur le massif du Mont-Blanc, le col du Petit Saint-Bernard et la Haute-Tarentaise.

Poursuivre vos visites en direction de Séez (72 km), via la D84, D1090 et la route du petit Saint-Bernard. Séez est un village de montagne dont le territoire s'étend jusqu'au col du Petit Saint-Bernard. L'été, la vallée s'ouvre sur l'Italie, sur la Maurienne par le col de l'Iseran et sur le Beaufortain par le Cormet de Roselend. Elle constitue une étape de choix sur l'une des plus belles des itinérances : la route des AlpesSéez s'insère dans une tradition d'hospitalité séculaire et participe aux échanges entre la Tarentaise et la vallée d'Aoste

Le nom de Séez vient du latin « sextum » qui signifie sixième borne millière. Le village de Séez a été construit à l’emplacement de cette borne, étape incontournable de la voie romaine qui menait de Vienne à Milan via le Col du Petit-Saint-Bernard. Le village fut également l’ancien siège du Comté de la Val d’Isère. L’identité de la commune a été influencée par sa richesse historique et culturelle. La commune possède de nombreux sites touristiques à découvrir dont l'église baroque Saint-Pierre-et-Saint-Paul du XIIème siècleElle fut restaurée à partir de 1680 par le prieur Jean Duclos.

L'église actuelle est consacrée en 1683 dans une style baroqueA la fin du XVIIe siècle, le chanoine Ducloz, dont les armoiries apparaissent sur le mur du presbytère actuel, fait rebâtir l'église en conservant des éléments romans comme le clocher. A l'intérieur, le gisant du XVe siècle jouxte les décors baroques...

Seez eglise baroque saint pierre et saint paul routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesAvant d'entrer dans l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul , le baroque déjà vous accueille. Le regard est appelé au-dessus des colonnes lisses et sobres du portail : un entablement avec frise et une corniche très en saillie supportent un fronton curviligne interrompu. Au centre, la statue de saint Pierre, patron de la paroisse, vous domine dans sa niche ornée de volutes.

Le temps de vous habituer à la pénombre et c'est le seigneur du fief de la Val d'Isère qui vous attend... ou du moins son gisant d’albâtre placé dans son enfeu, cette niche murale située sur la gauche de l'église. Mais déjà les sculptures colorées et dorées du sommet des nefs vous interpellent... A découvrir également, le trésor de l’église Saint-Pierre-et-Saint-Paul : pièces d’orfèvreries sacrées offertes à la paroisse de Séez à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle.

Avant de poursuivre votre route nous vous invitons à découvrir la Tannerie et la filature Arpin. Des lieux de grand intérêt et de découverte de l'environnement et de l'artisanat local.  La fabrique de la laine remonte au début de 1815. Au début, le drap était troqué contre la laine puis sa renommée fit que le drap de Séez équipa les expéditions au Groenland et en Himalaya.

A partir de Séez deux options s'offres à vous. Pour la première option, prendre la direction de Bourg-Saint-Maurice, via la D220 (3 km), puis, le hameau de Vulmix (7 km). Village lumière, là où le cadran solaire de 1715, égrène les heures depuis 400 ans.. à la seconde prés et sans aucune intervention des horlogers voisins  de Picolard : Jean et Yves Delavest ! Situé sur un plateau, le petit village de Vulmix est blotti autour de sa chapelle St-Grat construite en 1461, où ses peintures murales du XVe siècle, telles une bande dessinée, peinte par Giacomo d'Ivréa pour une première tranche relatent la légende de son Saint patron, protecteur des récoltes et des semences.

La chapelle St-Grat est un petit bijou et mérite votre visite, entrez à la découverte d'une histoire extraordinaire...  Une fois la porte franchie, c'est une symphonie de couleurs qui vous laisse coi. En effet, sous vos yeux, de gauche à droite vous verrez 24 tableaux, dont 12 sur chaque voute latérale. Cette oeuvre, admirablement conservée, est l'unique exemple restant racontant la légende de Saint Grat. Il vous faudra, si vous voulez la lire correctement, partir de la gauche puis vous retourner sur la droite, puis sur la deuxième ligne de gauche et ainsi de suite. Chaque bande détient 4 tableaux à lire de gauche à droite et 3 lignes à lire de bas en haut.

Les peintures murales peintes par des artistes soutenus par le duc Amédée VIII de Savoie et son fils Louis. Bien avant la période baroque, l'image est déjà utilisée pour servir la catéchèse : celles peintes ici avec une technique proche de la fresque, racontent le pèlerinage épique de saint Grat en Terre Sainte pour relever la tête de saint Jean-Baptiste et la ramener à Rome. Âme charitable, le pape offre au saint évêque et à son diocèse d'Aoste, la mâchoire inférieure en relique ! Celle-ci est ramenée par saint Grat en sa cathédrale où elle reste depuis pieusement conservée.

Le fond de la chapelle avec son rétable est plus récent et date du XVIIe. Pour visiter la chapelle St-Grat, une dame dont vous trouverez le nom sur la porte, et qui demeure tout près de là, se fera un plaisir de vous ouvrir la chapelle et de vous en conter l'histoire.

La prochaine étape pour cette option sera Les chapelles, via les D86 et D86B (11 km). Les Chapelles est un village qui doit directement son nom aux nombreuses chapelles qui s'y trouvent. Riche en activités et paysages, laissez-vous charmer par l'authenticité de ce village, et par son magnifique clocher à bulbe adossé au Dôme de Vaugel. A l'est du village se détache l'église Saint-Martin les chapelles, entourée de son cimetière sur lequel s'ouvre le portail réalisé en 1686 par Guillaume Cochet. Elle est dominée par l'imposante tour romane du clocher avec flèche à bulbe, tambour octogonal et aiguille pointue.

La façade présente un portail encadré de colonnes droites et lisses supportant un entablement brisé qui accueille la niche centrale : cinq pots à feu ornent l'ensemble qui est dominé par une triple baie permettant l'éclairage de la tribune. Le nouveau mobilier fut offert par le cardinal Alexis Billiet (1783-1873) originaire du pays. Le retable majeur, de style néo-classique, présente un tableau de Saint Martin et sur le devant d’autel figure une Cène en bas-relief. Les retables latéraux sont également de style néo-classique avec des éléments plus anciens : celui du Rosaire, de Todescoz (1693) fut refait en 1852 par Charles Pedrini. La poutre de gloire a gardé un Christ du XVIIè avec des anges recueillant le sang qui s'écoule de ses plaies.

Poursuivre vers Valezan (15 km), profitez d'une vue magnifique : comme sur un immense balcon qui irait du Col du Petit St Bernard à celui de la Madeleine. Située dans la partie haute du village de Valezan, l'église Saint-François-de-Sales a été édifiée entre 1727et 1730. Cette église remarquable offre un magnifique panorama sur la vallée et sur les glaciers du Mont-Pourri et de Bellecôte. À l’intérieur, le retable majeur de grande dimension met en valeur un tabernacle en bois doré rapporté d’Italie par un des desservants de la paroisse. D’autres éléments remarquables se trouvent du côté du retable du Rosaire, de la poutre de gloire située à l’entrée du chœur ou de la statue en bois polychrome du XVIIIe siècle figurant Notre-Dame-de-l’Allée.

Valezan eglise saint francois de sales routes touristiques de la savoie guide du tourisme de rhone alpesLevez les yeux au ciel : une poutre de gloire, ornée d'angelots qui recueillent dans des calices le sang du Christ, située à l'entrée du chœur, complète la décoration et le message théologique du retable central. Le mobilier intérieur, d’une grande unité, reflète parfaitement la ferveur de la population villageoise en ce début de XVIIIe siècle, tout en témoignant de son pouvoir financier.

Continuer en direction de Granier, via les D86 et D86A (21 km). Idéalement situé sur le Versant du Soleil, au-dessus de la petite ville d’Aime, il fait face au vaste domaine de La Plagne et du massif de la Vanoise. Granier est un village typique de Tarentaise avec ses ruelles étroites, ses fontaines, ses moulins, ses fours à pain et ses lavoirs. Pour mieux l’explorer, il suffit de sortir des sentiers battus, à savoir la rue principale.

L’église Saint-Barthélemy de Granier, de style baroque se démarque des autres sanctuaires environnants de par son clocher élancé et gracieux. Contrairement aux églises de la Côte d’Aime, de Macot, de Bellentre ou de Landry avec leurs beaux clochers à bulbe, celui de Granier est surmonté d’une flèche. entrez dans l'église de Granier et, entre les statues de saint Barthélemy et de saint Grat, faites un vœu pour vous assurer une abondante récolte... de découvertes !

L'église Saint-Barthélemy de Granier actuelle a été agrandie à partir du bâtiment médiéval et, originalité en Tarentaise, elle a gardé le plan en cul-de-four de son chevet et un clocher coiffé d'une flèche en tuf. Ce dernier est édifié en 1732 par Pierre Martinet, maître-maçon originaire de la Valsésia, vallée du Piémont qui fut un formidable foyer d'artistes aux siècles baroques. La façade du porche d’entrée est somme toute assez sobre. Elle est percée par une serlienne. Il s’agit d’une triple baie constituée d’une haute ouverture encadrée par deux plus petites. Les baies permettent d’éclairer d’une lumière naturelle la tribune du sanctuaire.

Jacques-Antoine Todesco, réalise le retable principal, installé au fond du chœur, en 1677. Sur la gauche de l'église, se situe le retable du Rosaire entouré de... Mystères, qui sont les 15 événements majeurs de la vie de Marie et de Jésus. Face à lui, sur la droite, s'offre à votre regard le retable dédié à sainte Barbe. Mais saint Antoine abbé, protecteur des ânes, des mulets et des cochons n'est pas loin...

Redescendre vers Aime (31 km), via la D218 pour la fin de cette option. Vous empruntez une route de montagne en passant par les villages de La Thuile, Tessens et de Villaroland. Peu à peu, les paysages époustouflants se succèdent : le versant de La Plagne, le sommet de Bellecôte, le mont Pourri et les Alpes Grées à la frontière avec l’Italie. Vous découvrirez les immenses maisons typiques des villages de la Tarentaise . Elles servaient autrefois de logis, d’écurie et de grange. L’impressionnante taille de la toiture déborde de la façade. Le toit permet ainsi de protéger les balcons ainsi que la circulation des résidents autour de la maison.

Autrefois, on ne trouvait pas d’escaliers à l’intérieur des maisons. On accédait d’un étage à l’autre par des trappes. Comme la face nord de la maison était à demi enterrée, il était plus facile d’accéder à certains étages, parfois de plein pied. 

Fin de cette première étape de cette Route touristique "de l'Art baroque en Savoie".

Poursuivez ce parcours touristique en suivant : itinéraire du circuit 2 de la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" dans la vallée de la Tarentaise.

Pour vous rendre sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie"

Couvert

Moncenisio

0 °C Couvert

Min: -3 °C | Max: 2 °C | Vent: 11 kmh 286°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue)
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots !

Nos coups de cœur sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie"

Hébergement :

Restauration :

Les routes touristique de la Savoie

Préparez vos vacances sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" avec nos partenaires

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour sur la route touristique "de l'Art baroque en Savoie" avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 11/08/2021