Les routes touristiques en France

Histoire de la Bretagne

Carnac alignement de menhir routes touristiques dans le morbihan guide du tourisme en bretagneLa Bretagne est peuplée par l'homme dès le paléolithique inférieur avec une population néanderthalienne qui ne se distingue pas de celle du reste de l'Europe occidentale et qui est sans doute peu nombreuse. Sa seule particularité est l'existence d'un faciès particulier, le Colombanien, centré sur Carnac. Un des plus anciens foyers connus au monde, datant d'environ 450 000 ans, a été découvert à Menez-Dregan en Plouhinec.

Les premiers hommes modernes arrivent en Bretagne vers -35 000 et remplacent ou absorbent les néanderthaliens. Le paléolithique supérieur est marqué par des industries de transitions, proches du châtelperronien sur la côte nord et par des industries plus classiques, de facture magdalénienne, au sud de la Loire, sans qu'on puisse savoir si la différence entre les deux est purement culturelle ou si elle reflète la persistance d'un réduit néanderthalien.

La Bretagne ne possède qu'une seule grotte ornée, La Dérouine. Au mésolithique la Bretagne se couvre de forêts et est peuplée par des communautés relativement nombreuses, divisées en trois groupes régionaux. Au mésolithique récent s'amorce une tendance à la sédentarisation, notamment dans les sites de Teviec et d'Hoedic, avec peut-être un passage à l'élevage.

L'agriculture arrive en Bretagne au Ve millénaire av. J.-C, apportée par des migrants venus du sud et de l'est. La néolithisation ne se traduit cependant pas par un remplacement de population. Les chasseurs-cueilleurs locaux adoptent les nouvelles techniques qui permettent l'émergence de sociétés complexes, notamment autour du Golfe du Morbihan.

Cela se traduit par l'apparition d'une architecture mégalithique, d'abord des cairns, puis des tombes princières et des alignements. Le département du Morbihan concentre à lui seul de nombreux mégalithes dont le Grand menhir brisé d'Er Grah, plus grand monument transporté et érigé par les hommes du Néolithique. Le site le plus connu est situé à Carnac.

Même si des influences de la culture de la céramique cordée se font sentir à la fin du Néolithique, la Bretagne présente une certaine continuité culturelle jusqu'au début de l'âge du bronze. Le campaniforme, très présent semble ainsi s'intégrer aux traditions locales.

Pendant la protohistoire celtique, le territoire est occupé par cinq peuples principaux :

  • les Coriosolites dont le territoire se situait dans l'Est de l'actuel département des Côtes-d'Armor, dans l'ouest de l'Ille-et-Vilaine et le nord-est du Morbihan et qui ont donné leur nom à la ville de Corseul ;
  • les Namnètes résidaient dans l'actuel département de Loire-Atlantique, en rive droite de la Loire (la rive gauche étant occupée par un peuple allié, les Ambilatres). Ils ont donné leur nom à la ville de Nantes (Naoned en breton moderne) ;
  • les Osismes étaient localisés dans l'actuel département du Finistère et la partie ouest des Côtes-d'Armor et du Morbihan ;
  • les Redones résidaient dans l'est de l’actuel département de l’Ille-et-Vilaine. Ils ont donné leur nom à la ville de Rennes ;
  • les Vénètes se situaient dans l’actuel Morbihan, apparentés aux peuples homonymes de Vénétie et du Gwynedd, ils ont donné leur nom à la ville de Vannes (Gwened en breton).

Auxquels on peut rajouter les Ambilatres, qui résidaient dans le sud de la Loire Atlantique et le nord de la Vendée, mais leur localisation n'est pas certaine et leur existence même est problématique.

Ces peuples avaient de fortes relations économiques avec les Celtes de l'île de Bretagne, notamment pour le commerce de l'étain. Ils appartenaient à une « confédération armoricaine » de peuples gaulois qui, selon Jules César, comprenait « les Coriosolites, les Redones, les Ambibarii, les Calètes, les Osismes, les Lémovices et les Unelles » (Commentaires sur la Guerre des Gaules, Livre VII, 75.).

Le territoire de la future Bretagne, comme toute l'Armorique, fut conquis par les Romains lors de la guerre des Gaules. À la fin du Ve siècle, les Bretons de l'île de Bretagne (Grande-Bretagne actuelle), ont émigré en Armorique avec leurs coutumes et leur langue, leur présence ayant été organisée antérieurement pour la défense de l'Empire romain face aux migrations germaniques.

La cote des ajoncs les routes touristiques dans les cotes d armor guide du tourisme en bretagneLa thèse selon laquelle cette migration aurait eu pour cause la pression des envahisseurs Anglo-Saxons a pour origine le De Excidio de Gildas et est maintenant remise en cause. André Chédeville et Hubert Guillotel notent, par exemple : « Il paraît maintenant certain que la pression vint de l’ouest et non de l’est et qu’elle fut exercée par d’autres peuples celtiques, de langue d’ailleurs distincte : les Scots d’Irlande ».

Ils ont donné leur nom à cette région, qui s'est longtemps appelée Petite Bretagne ou Bretagne continentale, par opposition avec leur île d'origine.

La Bretagne est divisée à l'origine en neuf pays (broioù), répartis en deux zones, suivant l'usage ou non du breton. Ce sont la Basse Bretagne (Breizh Izel) et la Haute Bretagne (Breizh Uhel), divisions approximatives aujourd'hui sans existence légale. Les expressions perdurent néanmoins dans l'usage courant. 

Ces neuf pays correspondent aux diocèses, qui sont eux-mêmes subdivisés en doyennés. Leur création s'est étalée du VIe au Xe siècle. Tous ces diocèses étaient rattachés à l'archidiocèse de Dol, puis de Tours.

Basse-Bretagne (Breizh Izel - Basse-Bertaigne) : Léon, Trégor, Cornouaille, Vannetais.

Haute Bretagne (Breizh Uhel - Haote-Bertaigne) : Pays de Saint-Brieuc, Pays de Saint-Malo, Pays de Dol, Pays rennais, Pays nantais.

Au haut Moyen Âge, la Bretagne était divisée en deux, puis trois royaumes : la Domnonée, la Cornouaille et le Broërec, qui furent réunis sous l'autorité des ducs et rois de Bretagne au IXe siècle. Nominoë, souverain de Bretagne de 845 à 851, fut à l'origine de la naissance d'une Bretagne unifiée et indépendante, d'où le qualificatif de père de la Patrie (Tad ar Vro en breton) qu'Arthur de La Borderie lui attribua en 1898.

Cette Bretagne s'érige donc au IXe siècle sous le roi Erispoë en un royaume unifié, le Royaume de Bretagne. Le Traité d'Angers en septembre 851 en définit les limites. Le traité d'Angers vole en éclat sous le roi Salomon qui repart en guerre contre Charles le Chauve aux prises avec les vikings.

Grâce aux conquêtes du roi Salomon, la Bretagne atteint alors son extension maximale et comprend l'Avranchin, le Cotentin, les îles Anglo-Normandes, une bonne partie du Maine et de l'Anjou.

Le royaume est déstabilisé par les occupations et les incursions des Vikings au début du Xe siècle. La Bretagne perd ses dernières conquêtes sur l'Anjou, le comté du Maine et la Neustrie. En 909, à la suite de la mort du roi de Bretagne Alain Ier le Grand, Foulque Ier d'Anjou reçoit le comté de Nantes, comté qui avait définitivement acquis le Pays de Retz sur le Poitou. Ce dernier est repris aux vikings par le duc Alain II de Bretagne en 937.

Fort la latte routes touristiques dans les cotes d armor guide du tourisme en bretagneDès la fin du XIIIe siècle, et bien avant l'union du Duché de Bretagne au Royaume de France, l'administration ducale abandonna le latin au profit du français, sans passer par le breton. Jusqu'au XIIIe siècle, les actes administratifs et juridiques sont rédigés en latin, puis le français concurrence le latin dans les actes de la chancellerie.

Reconstituée par le duc Alain II de Bretagne, dit Barbetorte et ses successeurs, la Bretagne est un duché qui reprend globalement les limites du traité d'Angers. En Bretagne, les ducs continueront d’exercer les prérogatives royales de leurs prédécesseurs et maintiendront des alliances tant avec la famille royale française qu'avec la famille royale anglaise, par des mariages le plus souvent avec des princesses des noblesses respectives.

La Bretagne constitue un fief ou un arrière-fief du royaume de France ou du royaume d'Angleterre : hommage rendu au roi de France en 942, puis aux comtes d'Anjou ou de Blois, aux rois d'Angleterre et ducs de Normandie de 1030 à 1200, de nouveau au roi de France à partir de 1203 avec Guy de Thouars, puis aux rois d'Angleterre de 1341 à 1396.

Dans le jeu de liens féodaux, la Bretagne devient un enjeu important entre le roi d'Angleterre qui revendiquait le trône de France et le roi de France. Les relations entre le duché et ses voisins dépendaient essentiellement des rapports personnels qu’entretenaient leurs chefs. La politique des ducs de Bretagne est alors souvent menée de manière indépendante, mais parfois dominée par le roi d'Angleterre et parfois par le roi de France

Les ducs de Bretagne, profitant des difficultés du pouvoir royal face aux grands féodaux, entretiennent une indépendance politique vis-à-vis du roi de France, notamment à partir du XIVe-XVe siècle avec l'avènement de la dynastie des Montfort. Cette politique d'émancipation atteint son point culminant sous le règne de François II de Bretagne avec l'expulsion de l'administration royale.

Suite à la révolte de grands féodaux contre le pouvoir royal lors de la guerre folle, François II, duc de Bretagne, subit d'importantes défaites militaires en 1488 (Bataille de Saint-Aubin-du-Cormier). Le traité de Sablé dit « traité du Verger » est signé par Charles VIII, roi de France, et François II, duc de Bretagne le 19 août 1488. Il stipule que le duc ne peut marier ses filles, dont l'une est héritière du duché, sans l’accord du roi de France.

L'historien américain Eugen Weber pointe en ces termes les conséquences de la défaite de Saint-Aubin-du-Cormier : « Après l’union forcée avec la France, les villes bretonnes furent envahies par des Français qui écrasèrent ou même remplacèrent les commerçants locaux, francisèrent les gens qu’ils employaient ou touchaient d’une autre façon.

Les ports du roi comme Lorient ou Brest, étaient des villes de garnison en territoire étranger et le terme de colonie était fréquemment employé pour les décrire ».

La guerre reprend pour encore trois ans sur le prétexte du non-respect des clauses du traité lors du premier mariage d'Anne de Bretagne, jusqu'à ce qu'en décembre 1491, Charles VIII épouse Anne de Bretagne. Le roi de France affermit son autorité sur la Bretagne.

Combourg centre medieval petite cite de caractere routes touristiques dans l ille et vilaine guide du tourisme en bretagneEn 1532 l'union perpétuelle entre le duché et le royaume est sollicitée à Vannes par des États de Bretagne. Dans la foulée, François Ier fait publier au parlement de Bretagne l'édit royal qu'il a signé au Plessis-Macé et qui garantit à la province certains privilèges (législation et impôts spécifiques).

Ces privilèges existeront jusqu'à la Révolution française ; ils seront abolis lors de la nuit du 4 août 1789 au même titre que ceux des communes, des corporations, de la noblesse, du clergé et ceux propres à toutes les provinces du royaume.

La période du XVe au XVIIIe siècle est considérée comme la période la plus faste de la Bretagne qui est alors placée au cœur des routes commerciales maritimes les plus actives entre l'Espagne, l'Angleterre et la Hollande, et qui profite surtout du développement du premier empire colonial français en Amérique et aux Indes (création de la ville de "L'Orient" devenue "Lorient").

Les toiles de chanvre et de lin noyales, crées, bretagne ou olonnes symbolisent l'essor de cette période qui permit le financement d'un impressionnant patrimoine architectural. L'hôtel de la monnaie de Rennes est alors le premier de France. Le colbertisme, avec la création de manufacture dans d'autres provinces du royaume, et les conflits avec l'Angleterre soucieuse de limiter les flottes des nations continentales entraineront une récession qui culminera à la fin du XIXe siècle.

La Bretagne était divisée en comtés : Cornouaille, Léon, Broërec, Tréguier, Penthièvre, Porhoët, Nantais, Rennais..., puis en huit baillies qui évolueront en quatre présidiaux, eux-mêmes divisés en sénéchaussées. Elle était aussi divisée en neuf évêchés. À la Révolution française, les privilèges des provinces sont abrogés dans la nuit du 4 août 1789. La Bretagne cesse d'exister en tant qu'entité administrative lors de la départementalisation.

Le premier projet débuta le 29 septembre 1789 où un quadrillage faisait partager la province en divisions parfaitement égales de 18 lieues de côté (72 km), divisé en 9 districts, ces derniers étant divisés en 9 cantons. Le but de cet aménagement territorial était de mieux contrôler ces entités à faible population afin de ne pas entraver le pouvoir central.

Un deuxième projet est discuté le même jour pour une Bretagne à 5 départements. Un troisième projet d'une Bretagne à 6 départements a vu le jour en décembre 1789. Finalement, la départementalisation définitive est appliquée le 26 février 1790 en cinq départements. On parle de Bretagne historique quand on veut signifier les 5 départements bretons, et non les 4 de la région Bretagne.

Le gouvernement de Vichy va voir la naissance d'une région Bretagne sous deux formes. Un décret du 30 juin 1941 institue des préfectures de région pour la zone occupée ; l'une siège à Rennes et n'est compétente que pour quatre départements bretons : c'est celle qui siège à Angers qui a compétence sur la Loire-Inférieure.

Un autre découpage, celui de la France en « provinces » défini par le Conseil national en août 1941 établit une province de Bretagne en cinq départements, dont les limites auront suscité un arbitrage du maréchal Pétain lui-même, mais qui n'aura guère d'existence effective. Ces découpages seront abolis à la Libération, les préfets régionaux disparaissant en mars 1946.

Nos coups de coeur en Bretagne

Hébergement :

Restauration :

Les dernières news touristiques

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue)
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots !

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour en Bretagne avec nos partenaires

  • Hôtel des Bains (Saint Cast le Guido 22)

    Situé en bordure de plage, l’hôtel des Bains de Saint-Cast-le-Guildo n’a pas d’égal pour les bains de mer. Hôtel à part entière, l’établissement est aussi un village de vacances de caractère, intégré au réseau VTF L'esprit vacances. Ses 36 chambres, desservies par ascenseur, sont pourvues d’une indispensable terrasse avec vue sur mer. Vous y séjournerez en demi-pension ou pension complète, attablé dans une grande salle de restaurant panoramique.

    349,00€ TTC

  • Village de Vacances Kerfetan (Landaul-22)

    L'implantation de ce partenaire dans le pays d'Auray entre Vannes et Lorient, au cœur du Morbihan, en Bretagne sud (56) à proximité du golfe du Morbihan, de la baie de Quiberon, des plages d'Erdeven et d'un arrière pays à découvrir, constitue un lieu privilégié de séjour pour allier repos, activités culturelles et sportives, dans une ambiance familiale et décontracté. Club enfants, club ados, piscine chauffée, bar/restaurant, salle d'animations, équipements sportifs de plein air. Mais également des visites gratuites ou à tarifs préférentiels des plus jolis sites touristiques et culturels du Morbihan. Idéal pour passer des vacances en famille ou entre amis, solos ou séniors.

    65,00€ TTC

  • Village de Vacances Beg Meil (Fouesnant-29)

    Ce village convient parfaitement aux familles qui recherchent des activités sportives et de plein air ou tout simplement repos et détente. A Beg Meil, c'est la nature qui vous accueille. Découvrez aussi des villes de caractère (Quimper, Locronan, Pont Aven, les ports de Guilvinec, Concarneau et la Bretagne intérieure).

    485,00€ TTC

Histoire