Les routes touristiques en France

Histoire de la Champagne-Ardenne

Parc naturel regional de la foret d orient aube guide touristique de la champagne ardennePeuplée dès la Préhistoire de nombreux sites néolithiques en témoignent, la Champagne-Ardenne était déjà un espace d'échanges entre différentes peuplades sédentaires et nomades. Cela dura jusqu'au dernier siècle avant Jésus-Christ. A cette époque, les habitants du nord de la Champagne-Ardenne sont les Rèmes et ceux du sud les Lingons, premiers habitants de l'époque celtique, deux peuples venus primitivement de Belgique.

Les dolmens et les menhirs ne sont pas la propriété des terres bretonnes. Dans le département de l'Aube, reine des mégalithes, on dénombre à ce jour pas moins de treize dolmens, sept menhirs et seize polissoirs, un nombre de mégalithes (traduction littérale de " grosses pierres ") suffisamment étendu pour servir de prétexte à une promenade dans le Nogentais (10), car c'est dans ce coin, au nord-ouest du département, que ces monuments anciens, d'origine préhistorique, ont été conservés.

Dans l'Aube, les spécialistes ont daté les mégalithes de la période du néolithique final (entre 4 500 et 4 000 ans avant Jésus-Christ). C'est à Marcilly-le-Hayer à la sortie de la commune en direction de Bercenay-le-Hayer, sur la D374 que siègent encore deux dolmens à quelques centaines de mètres l'un de l'autre. Ils sont indiqués par un panneau " monuments historiques ".

Le plus beau des deux (voire du département) a été appelé le dolmen des Fossés-Blancs. De cet emplacement, on aperçoit à plusieurs centaines de mètres sur la gauche l'autre dolmen, celui de Vamprin, auquel mène le chemin qui gravit la colline.

D'autres curiosités s'élèvent ici et là dans la campagne auboise : les menhirs de la Pierre-au-Coq sur la D374 entre Trancault et Soligny-les-Etangs, et sur la D51 conduisant du Tremblay, hameau d'Avant-les-Marcilly, à Saint-Aubin. Le plus haut de tous (3,20 mètres) est situé au beau milieu d'un champ, à gauche de la route allant de Saint-Aubin à La Chapelle-Godefroy.

Il semblerait que les sources de la Douée et de l'Echevêtre, dans le pays d'Aix en Othe, ait été un lieu de culte pour les druides, fort comblés par la forêt d'Othe et ses richesses. En outre, sur l'emplacement du parc des Fontaines, à Aix-en-Othe, désormais lieu de concerts dont le Festival en Othe, furent retrouvés des vestiges de thermes gallo-romaines. Au hameau du Jard, on trouva aussi un Apollon en bronze, du mobilier de bronze...

Antiquité

Jules César, nouveau Consul de Rome, entame une guerre de conquête et envahit les Gaules de 58 à 51 avant Jésus-Christ. Il trouve dans les habitants de Durocortorum, la future Rheims puis Reims, des amis fidèles et sûrs. Cette capitale de la Belgique Seconde, selon le découpage de l'époque, est appelée par Rome aux rang et privilège de cité " alliée ". Elle ne paie pas de tribut et n'a pas de lien de vassalité avec la ville la plus puissante du monde connu. De plus, Rèmes et Lingons jouent un rôle de gardiens des marches de l'est contre les visées guerrières des Germains.

A partir du Ier siècle de notre ère, les populations sédentarisées sont peu à peu converties au Christianisme. En même temps, les barbares arrivés du nord de l'Europe - Alamans, Goths, Alains, Vandales, etc. - tous déferlent dans la région ; même les Huns d'Attila viennent se faire écraser aux Champs Catalauniques, entre Troyes et Châlons-en-Champagne.

Les Celtes en Champagne-Ardenne.

Les Celtes, qui occupèrent la Gaule de 200 à 50 avant Jésus-Christ, ont laissé des traces dans la Marne. C'est avec Napoléon III, au XIXe siècle, que les fouilles dans ce domaine se développent. La Marne, riche de trouvailles mises à jour en particulier à l'occasion de grands travaux (TGV, autoroute), fut donc un secteur occupé par les Celtes.

Entre Troyes et Chaource dans l'Aube, passionnés d'histoire et amateurs d'archéologie se rendent à Isle-Aumont. Classées Monuments historiques en 1967, la butte Vallee de la marne au niveau de courcelles route du champagne vallee de la marne ouest 1d'Isle-Aumont et son église constituent un vivant témoignage des temps anciens. À l'époque celtique, la butte constitue un lieu de culte et de refuge. Puis, un temple dédié au dieu Mercure succède au culte gaulois durant l'occupation romaine.

Une abbaye est fondée sous les Mérovingiens, accompagnée d'une vaste nécropole de plus de 600 sarcophages, avant d'être successivement occupée par les Carolingiens, les envahisseurs normands et hongrois. Au XIIe siècle, Blanche de Navarre fait construire un second château et renforcer les fortifications, alors qu'Isle devient une étape importante sur la route des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Seuls subsistent aujourd'hui l'église remaniée, agrandie au XVe et XVIe siècles, ainsi que quelques vestiges du passé.

Enceinte celtique du camp d'Attila.

A quelques kilomètres de Châlons-en-Champagne, à la Cheppe (51600), en direction de Suippes, se trouve le lieu-dit " Camp d'Attila ", une place forte appelée oppidum. Serait-ce comme l'affirment certains, le lieu de la bataille des champs Catalauniques qui eut lieu en 451 ? Le combat principal aurait eu lieu sur une hauteur appelée "l'Ahan des Dibles" dont le nom ahaner vient du bruit fait par les soldats pour enterrer leurs morts.

S'il est possible que ce site ait été utilisé par Attila, aucune trace n'en demeure de son passage et aucune source historique n'y fait référence. Six belvédères et une promenade guidée vous permettront de vous forger une opinion sur cet oppidum !

Moyen-âge

La région reçoit la visite des Francs, encore des guerriers. Mais cette fois, ni glaive ni lance, mais la mitre et la crosse d'un évêque, un certain Rémi. Vers 498, le roi des Francs, Clovis, reçoit de lui le baptême chrétien à Reims, avec l'appui discret mais efficace de la reine Clotilde, déjà convertie. Rémi deviendra Saint Rémi et le baptême de Clovis peut être considéré comme l'un des actes fondateurs du royaume de France.

Reims, transformée en archevêché, rayonne. Néanmoins, l'époque demeure chahutée, et les périodes de troubles se succèdent. Rois, reines, ducs, aux noms presque oubliés par l'Histoire se taillent de larges tranches de territoires avant de disparaître dans les tourmentes.

Charlemagne ne fait pas l'unité de la Champagne - ni de l'Ardenne d'ailleurs - préférant Aix-la-Chapelle en Allemagne. Toutefois, son fils, Louis Ier, en se faisant sacrer à Reims en 816, marque le début d'une longue série de monarques de France qui viendront recevoir l'onction dans la " Cité des Sacres ".

C'est aussi le moment où les Maîtres Bâtisseurs vont donner leur pleine mesure. Les lieux de culte, fortifiés pour certains, particulièrement dans les Ardennes, se parent de beaux atours sous les ciseaux des tailleurs de pierre. Le style roman, assez dépouillé, va petit à petit faire place à l'art gothique, plus ouvert et plus resplendissant.

Les foires de Champagne, l'âge d'or.

Troyes connaît son premier âge d'or avec les comtes de Champagne : après avoir substitué leur pouvoir à celui des évêques de Troyes, à partir du Xe siècle, ils contribuent à embellir leur capitale. A lui seul, Henri Ier fonde treize hôpitaux - dont l'Hôtel-Dieu - et treize églises.

Sous son gouvernement, la ville s'agrandit considérablement. Sous celui de Thibault IV, la ville est parée d'un rayonnement intellectuel impressionnant : aux talents poétiques de Thibault " le Chansonnier ", répondent ceux de Chrétien de Troyes, " l'inventeur " du roman.

Bourmont petite cite de caractere routes touristiques dans l aube guide du tourisme grand estC'est sous le règne du " Chansonnier " que sont créées et se développent les foires de Champagne. Troyes est à son apogée avec des marchandises qui viennent de toute l'Europe et des denrées exotiques provenant d'Orient, via Venise. Thibault IV fut un des grands comtes champenois, et l'un des derniers à rêver d'une " grande Champagne ". Le 16 août 1284, la Champagne était devenue propriété de la couronne française.

Le Moyen-Age défile, avec sa triste cohorte de guerres, de famines et d'épidémies. Mais la foi soulève des montagnes de rocs qui deviennent cathédrales : Notre-Dame à Reims est l'un des chefs-d'oeuvre du gothique flamboyant, Saint-Pierre et Saint-Paul à Troyes, Saint-Etienne à Châlons-en-Champagne, Saint-Mammès à Langres, etc... Partout, et jusque dans les villages, la région concrétise sa foi.

Le royaume connaît des fortunes diverses. L'une, mauvaise, durera environ un siècle et demeurera dans les mémoires comme la " Guerre de cent ans ". Elle oppose anglais et français. En 1429, Jeanne d'Arc apparaît pour faire sacrer dans la cathédrale de Reims, le roi Charles VII, avant de rencontrer son destin sur le bûcher à Rouen.

Le sentier historique de Jeanne d'Arc en Haute-Marne.

Pour revivre l'épopée de Jeanne d'Arc à pieds, à cheval et à VTT, il faut emprunter cet itinéraire. Jeanne d'Arc, âgée de 19 ans, part de Vaucouleurs en février 1429, pour rejoindre Chinon. Elle va tenter de persuader le Dauphin Charles VII de lui confier une armée afin de délivrer la France des Anglais. Le tracé de l'itinéraire de randonnée respecte les étapes historiques principales de l'épopée : Echenay, Poissons, Saint-Urbain, Blécourt, la traversée de la Blaise, Colombey-les-Deux-Eglises.

L'itinéraire, balisé d'est en ouest, à l'effigie de Jeanne chevauchant son destrier et à ses couleurs (blanc et bleu), est jalonné de flèches directionnelles et de panneaux cartographiés et historiés. Sur 107 km, ce sentier permet de découvrir des paysages très variés : vallées, plateaux, forêts, coteaux viticoles... Et de goûter à la véritable nature de la Haute-Marne. Le sentier traverse six vallées : la Saulx, le Rongeant, la Marne, la Blaise, la Renne et l'Aujon.

Une réelle activité économique se développe parallèlement à Reims et surtout à Troyes, berceau des grandes foires de Champagne. Les deux villes relèvent la tête et tirent la région vers des sommets ; leurs réputations dépassent largement les frontières du royaume. Mais les guerres de religion et la guerre contre l'Espagne qui, curieusement, se déroule en partie en Champagne, viennent encore une fois anéantir l'édifice.

Wassy et les guerres de Religion (Haute-Marne).

Le 1er mars 1562, les protestants installés à Wassy et le duc François de Guise, seigneur de Joinville vont s'affronter dans une grange provoquant la mort d'une cinquantaine de protestants : ainsi débute les guerres de religion ! Un Oradour avant l'heure ! Il faudra attendre la promulgation de l'Edit de Nantes en 1598 pour retrouver un semblant de calme.

En 2012, la ville de Wassy commémore les 450 ans de ce fait historique par plusieurs manifestations qui débutent le 1er mars par un hommage officiel et un colloque. Elles se poursuivront jusqu'en octobre par des concerts, des visites guidées et des expositions parallèlement à aux visites du musée protestant de La Grange. Renseignements au 02 25 07 64 47 ou sur office.tourisme.wassy@orange.fr

Les portes de l'Antiquité de Châteauvillain.

Chateauvillain petite cite de caractere les routes touristiques dans la haute marne guide du tourisme grand estÀ Châteauvillain (52), trois portes datant du Moyen Age permettent de pénétrer dans la ville. Une première enceinte date du XIIe siècle et la seconde du XIVe s'étendait sur 1,2 km avec 60 tours. Hugue de Broyes s'installa le premier dans le donjon, et en 1190, un château et ses remparts s'imposèrent. La porte Madame ouvre sur le parc aux Daims, d'accès gratuit. Si la fête médiévale n'a pas lieu cette année, l'été sera cependant ponctué d'animations médiévales.

De la Renaissance à la Révolution

C'est ensuite la Fronde qui amène à nouveau une série de malheurs, avant qu'enfin, au 18ème siècle, le temps des Lumières arrive. Il apporte une paix salvatrice qui permet à l'économie régionale de se reconstruire. Une industrie textile à Sedan, Troyes et Reims, le travail de la forge et des métaux dans les Ardennes et le Nogentais, autant de points forts qui rendent son poids à la région.

Le XVIe siècle : l'âge d'art.

Le XVIe siècle marque une nouvelle ascension troyenne. Oublié le honteux traité de Troyes signé en 1420, par lequel Isabeau de Bavière abandonnait la France aux Anglais ! La vie artistique est intense. Les maîtres verriers parent les églises de flamboyants vitraux, mais il est difficile d'en déterminer la paternité.

Ainsi, on soupçonne le maître verrier de l'église Sainte-Madeleine de Troyes d'avoir aussi réalisé ceux de l'église de Saint-Parres. Les sculpteurs troyens cultivent une manière unique, encore toute empreinte de l'art médiéval, mais puissante, saisissante, pétrie des sentiments les plus poignants... Les églises troyennes regorgent encore de ces oeuvres sublimes : la " sainte Marthe " de l'église de la Madeleine en est le plus bel exemple.

Le style italianisant anéantira pourtant la manière troyenne, vers 1540, car quantité d'artistes italiens se sont installés dans la ville : un terrible incendie en a ravagé le tiers en 1524. L'ancienne capitale des comtes de Champagne est un immense chantier de construction. Les maisons seront plus belles encore. Les hôtels particuliers plus fastueux que jamais, et les églises... plus divines ! C'est le " beau XVIe siècle troyen " : la ville est alors la cinquième de France.

La Révolution.

La révolution de 1789 vient faire chanceler ces reconstructions efficaces, mais bien timides. Plutôt favorable aux idées premières révolutionnaires, la Champagne n'est pas touchée de plein fouet.

Deux épisodes fameux s'y déroulent néanmoins : du 20 au 25 Juin 1791, le roi Louis XVI et sa famille tentent de gagner l'étranger. Reconnus à Sainte-Menehould par le maître de poste Jean-Baptiste Drouet, leur fuite s'arrêtera à Varennes, dans la Meuse. Le destin de la famille royale est scellé dans la Marne.

C'est aussi dans la Marne, à Valmy, le 20 septembre 1792, que les généraux Dumouriez et Kellermann battent les armées prussiennes, asseyant le pouvoir révolutionnaire dans un fauteuil en rendant confiance à l'armée.

Le 20 septembre 1792 : la bataille de Valmy.

Site prestigieux où s'est déroulée sur les hauteurs la bataille, Valmy est le symbole de la République de Valmy. Le 20 septembre 1792, l'armée française, dirigée par Moulin de verzenay sur le versant septentrional de la montagne de reims la route touristique du champagne la montagne de reimsDumouriez, y affronte les forces coalisées des monarchies européennes... Le général Kellermann commandait le centre de l'armée, à proximité du moulin.

Le lendemain de la bataille fut proclamée la Ire République. On découvre sur le site le moulin, la chapelle de la princesse Ginetti, le monument de Kellermann. Le site est libre d'accès, le moulin est illuminé la nuit. L'intérieur du moulin se visite au cours des visites guidées organisées toute l'année par l'office de tourisme sur demande.

Visite guidée les mercredis et vendredis en été à 15 heures sur le site (rendez-vous devant la maison du meunier). Plus d'informations : www.argonne.fr - tourisme@argonne.fr

De la Révolution au XXIe siècle

Napoléon Bonaparte.

Arrive l'Empire. Bonaparte est élève à l'école militaire de Brienne-le-Château, dans l'Aube. Il y entre le 15 mai 1779. C'est l'un des douze collèges de France qui accueillent les enfants de la petite noblesse. Il y reste cinq ans. Considéré comme bon élève, particulièrement doué pour les mathématiques, il montre déjà une propension à l'art du commandement, en organisant des jeux militaires dont il prend la tête.

Une bataille de boules de neige, qu'il aurait dirigée un hiver, fait partie de sa légende. Napoléon livre ses derniers combats contre russes, autrichiens et prussiens sur le sol champenois en 1814. Un an plus tard, après la défaite finale de Waterloo, les armées alliées retraversent encore une fois la région pour soutenir la Restauration.

La guerre de 1870 éclate entre la Prusse et la France et les Ardennes sont en première ligne... Rimbaud, né à Charleville, dénoncera cette toute puissance dans son poème Rages des Césars. C'est à Sedan, après une défense héroïque, que l'armée française capitule, entraînant dans sa chute Napoléon III. La république est proclamée à Paris.

Avec la paix, la Champagne-Ardenne revit. Les frontières de l'empire allemand sont maintenant proches : l'Alsace et la Lorraine sont allemandes. Mais l'essor industriel n'est pas freiné.

La révolution industrielle.

Puis la révolution industrielle introduit le progrès. Textile, métallurgie (Haute-Marne et Ardennes), mécanisation de l'industrie du Champagne sont les domaines les plus significatifs. De plus, de grandes voies de communication se créent, voies ferrées et canaux, qui désenclavent certaines zones. L'économie est en plein essor et la période de stabilité dure jusqu'à la fin du second empire.

La ville de Troyes se développe un peu plus tard, et c'est véritablement vers 1830, avec l'apparition de machine à tricoter, qu'elle occupe une place conséquente dans le monde de l'industrie. En effet, non loin de Paris, elle propose une main d'oeuvre moins chère. Rapidement, trois pôles se démarquent : Troyes, Nogent-sur-Seine et Arcis sur Aube, spécialisée dans les draps et les serges. L'artisanat et l'industrie collabore : on délègue aux petites mains locales les pièces impossibles à produire sur machine.

La Grande Guerre.

En septembre 1914, c'est le début de la Première Guerre mondiale, lors de laquelle il y eut deux batailles de la Marne. La première eut lieu du 5 au 12 septembre 1914.

La seconde bataille de la Marne, quant à elle, se déroula du 15 au 18 juillet 1918. C'est elle qui amène la victoire finale le 11 novembre 1918. Ces épisodes furent un véritable massacre, et la région en ressort exsangue.

Les " Taxis de la Marne " sont au coeur d'un épisode historique pendant l'été 1914, lorsque les troupes allemandes menaçaient Paris. Sur ordre du général Gallieni, environ 600 taxis parisiens, pour la plupart des Renault AG1, furent réquisitionnés pour servir de transport aux fantassins de la 7e Division d'Infanterie. Cette opération permit de renverser le cours de la Première bataille de la Marne en faveur du camp français... et fut facturée à l'armée par la compagnie de Taxis !

" Plus jamais ça " est alors le slogan à la mode. Les villes furent presque entièrement détruites. Reims n'était plus qu'un champ de ruines dominé par la structure imposante de sa cathédrale dont les toits ont entièrement brûlé.

Sept villages disparus : Perthes-les-Hurlus, Hurlus, Le Mesnil-les-Hurlus, Ferme de Beauséjour, Ripont, Tahure, Nauroy et Moronvilliers furent sacrifiés. Les hommes, mobilisés, avaient déjà quitté ces villages situés sur des zones trop sensibles. Femmes et enfants furent évacués sans jamais y revenir.

La guerre 1939-1945.

L'économie se remet doucement mais, dès septembre 1939 éclate la Seconde guerre mondiale. Le 10 mai 1940, les colonnes allemandes de blindés se mettent en route, traversent bientôt les Ardennes réputées infranchissables par l'état-major français, en créant un couloir dans la forêt.

La Meuse est franchie à Sedan ; et ce sont les dures années d'occupation. Après un dernier sursaut à l'hiver 1944, dans les Ardennes les armées allemandes capitulent enfin.

Dans la nuit du 7 au 8 mai 1945 au Supreme Headquarters Allied Expeditionary Force à Reims, le chef d'état-major de l'Oberkommando der Wehrmacht le Generaloberst Alfred Jodl, signe le " German Instrument of Surrender ". Les combats de la Seconde Guerre mondiale sur le front européen cessent officiellement le 8 Mai 1945 en application de la capitulation sans condition de l'Allemagne nazie.

Marne 14-18 – Centre d'interprétation de Suippes

La Marne fut une région au coeur de la Première guerre mondiale, et plus particulièrement avec la Bataille de la Marne, contre-offensive qui permit de délivrer des Allemands les villes d'Epernay et de Reims.

Le Centre d'Interprétation de Suippes, qui était le coeur du front de Champagne en 1914, est intéressant pour se faire une idée du terrain. Sur 600 m2, ce centre est l'occasion d'une nouvelle approche de la guerre de 1914-1918. Mettant à profit les nouvelles technologies, à travers des bornes biométriques, des écrans entourent le visiteur pour mieux le plonger dans le réalisme de l'époque, des mises en scène, un film très émouvant, ce " musée nouvelle génération ", accessible aux handicapés.

En effet, une fois l'empreinte biométrique prise, vous endossez le destin d'un homme, civil ou soldat, ayant traversé cette guerre. Suivez le poilu qui dès l'entrée vous indiquera la route à prendre... Le multimédia est donc en oeuvre pour entrer dans le vif du sujet mais cependant, il manque encore d'ampleur et d'un environnement plus avenant pour attirer un public plus familial ou scolaire.

De nos jours

L'offensive alliée en Champagne

2015 est l'année du centenaire de l'offensive alliée en Champagne lors de la Première Guerre mondiale. Afin de repousser les Allemands, Français et alliés ont décidé de tenter le 25 septembre 1915 une percée en Champagne, entre la vallée de la Suippes et la forêt d'Argonne. Cela s'avérera un échec hélas, mais fut l'une des trois grandes offensives contre l'ennemi. Les cérémonies officielles du centenaire auront lieu à Navarin et à Souain le 20 septembre 2015.

Nos coups de coeur en Champagne-Ardenne

Hébergement :

Restauration :

Les dernières news touristiques

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes :

  • Feux interdits (pas de barbecue)
  • Camping interdit
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. 

​Pensez boite à mégots !

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans la Champagne-Ardenne avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Champagne-Ardenne tourisme patrimoine Histoire