Les routes touristiques en France

Histoire des Ardennes (08)

Parc naturel regional des ardennes roches ardoisieres routes touristiques dans les ardennes guide du tourisme grand estContrairement aux lieux communs sur le caractère infranchissable de la forêt des Ardennes, cette région s'est montré perméable et ouverte aux échanges et aux flux migratoires. La première trace humaine dans les Ardennes date de 40 000 ans, comme en attestent des objets découverts à Roc-la-Tour et des vestiges de la plus longue ferme néolithique d'Europe, trouvés à Mairy. 

Cinq siècles avant J.-C., les Celtes se répandent sur la région, avant de céder la place aux Romains. Ces derniers construisent des voies, dont le tracé demeure visible, à la campagne, et des habitations dont les ruines sont dévoilées au fil des fouilles. Les civilisations mérovingienne puis carolingienne succèdent à l'époque gallo-romaine.

Charlemagne possède deux propriétés dans le département à Douzy et à Attigny. Les Ardennes sont ensuite morcelées en nombreux fiefs d'où émergent deux puissantes familles, les Comtes de Rethel et les Lamarck à Sedan. Charles de Gonzague, issu des premiers, a fondé la célèbre place Ducale de Charleville-Mézières, joyau du XVIIe siècle

 

C'est à Attigny, en Ardennes, que Widukind de Saxe aurait été converti au christianisme avec plusieurs de ses hommes en 785 par Charlemagne. Dès l’an 843, dans le haut Moyen Âge, le traité de Verdun qui partage l'Empire de Charlemagne entre ses trois petits-fils en fait cependant une zone frontalière, le long de la Meuse, entre la Francie occidentale, futur Royaume de France et la Francie médiane qui va de la Frise à l'Italie.

L’appartenance de ces territoires au royaume de France n’a été remise en cause réellement que durant quelques décennies, pendant la guerre de Cent Ans, sous l’action des Rois d’Angleterre et des ducs de Bourgogne.

Du XVe siècle au milieu du XVIIe siècle, les rois de France, dont l’autorité est fragilisée par les guerres de Religion et les mouvements de Frondenote, acceptèrent et encouragèrent même la création de principautés à la lisière du territoire ardennais.

Ces principautés étaient des fiefs théoriquement souverains et constituaient autant de marches protégeant le Royaume : les principautés de Sedan, de Château-Regnault et d’Arches notamment. Pour autant, Richelieu puis Mazarin s’employèrent au XVIIe siècle à rétablir l’autorité royale, à absorber ces principautés, et à mettre à profit la victoire de Rocroi en 1643 pour mieux délimiter les frontières et s’emparer de places-fortes telles que le fort de Charlemont6, dans la pointe de Givet.

Puis, dans la première moitié du xviiie siècle, les secrétaires d'État de la Guerre s’obligèrent à renforcer les lignes de défense aux frontières, sur la Meuse et la Semoy, avec un certain succès.

Les Ardennes subissent la violence de la guerre de Cent Ans, des guerres de Religion et de la guerre de Trente Ans, comme en témoignent encore aujourd'hui les églises fortifiées de la Thiérache Ardennaise. Parmi les grands conflits européens qui s'y sont déroulé, la bataille de Rocroi demeure l'une des plus célèbres. Condé y remporta, en 1643, une large victoire sur les Espagnols.

En 1840, le département était le second producteur français de fer, tandis qu'à Rethel, l'industrie lainière a été longtemps florissante. De son côté, Sedan, était, sous l'Ancien Régime, l'une des capitales européennes du drap. Mais à partir du milieu du XIXe siècle, les conflits vont se succéder.

Les Ardennes, un nom qui résonne dans l'histoire des conflits contemporains.

En août 1870, l’armée impériale française enchaîne les défaites face aux armées allemandes coalisées. Tandis que l’armée de Lorraine est enfermée dans Metz, une armée est reconstituée au camp de Châlons pour se porter à son secours.

Sedan ville d art et d histoire chateau routes touristiques dans les ardennes guide du tourisme grand estAccompagnée de l’empereur Napoléon III, elle traverse les Ardennes, poursuivie par deux armées allemandes. Le 1er septembre, elle se retrouve acculée dans la cuvette de Sedan, contrainte d’y livrer bataille. Sa position lui interdit toute possibilité de manoeuvre et elle se retrouve bientôt encerclée, sous le feu de 400 canons. Elle capitule au matin du 2 septembre.

La guerre franco-allemande de 1870 s'achève sur une défaite de Napoléon III à Sedan, malgré la résistance héroïque des troupes françaises à Bazeilles. L'acte de capitulation est signé au château de Bellevue.

L’évènement connaît un retentissement considérable. La captivité de l’empereur provoque la déchéance du régime et la proclamation de la république. Napoléon III devient "l’homme de Sedan". Pour la France, la défaite de Sedan est symbole de désastre, que vient atténuer l’image héroïque des marsouins à Bazeilles et des chasseurs d’Afrique à Floing. En Allemagne, la bataille de Sedan est célébrée comme une victoire fondatrice de l'unification du pays. 

Pour les Ardennes, la défaite de Sedan conduit à l’occupation du territoire par les troupes allemandes, une occupation qui se prolonge après la signature de l’armistice en janvier 1871. Le département reste occupé à titre de gage jusqu’au versement de l’indemnité de guerre et ne sera libéré qu’en juillet 1873.

En août 1914,, le département est à nouveau envahi par les Allemands jusqu'à l'Armistice de 1918. Les Ardennes connaissent de nouveau le choc de la guerre. Après l’échec des batailles aux frontières, l’armée française en retraite mène des combats retardateurs pour ralentir l’avancée allemande, notamment dans les régions de Sedan et de Signy-L’Abbaye. L’invasion allemande s’accompagne de multiples destructions et exactions à l’égard des populations civiles. Début septembre, la bataille de la Marne conduit à l’échec du plan allemand.

Le front se stabilise dans une guerre de tranchées. Treize départements, dont le département des Ardennes dans sa totalité, subissent l’occupation pendant toute la durée de la guerre. Les plus hautes autorités allemandes s’installent dans les Ardennes jusqu’en 1916 : l’empereur Guillaume II à Charleville et le G.Q.G. à Mézières. 

En novembre 1918, tandis que les pourparlers d'armistice sont engagés,  une ultime offensive est lancée dans la région de Vrigne-Meuse, où tomberont les derniers soldats de la guerre, parmi lesquels Augustin Trébuchon, tué le 11 novembre, quelques minutes seulement avant le cessez-le-feu. Le pays est entièrement détruit et portera pendant longtemps les séquelles de cette sombre époque.

Villy la ferte routes touristiques dans les ardennes guide du tourismeEn mai 1940, les Ardennes sont au coeur des combats de la campagne de France. L’armée allemande porte le coup principal de son attaque au centre du front, considéré comme le point faible du dispositif allié, à travers les Ardennes. Le front est percé sur la ligne de la Meuse, à Sedan, Monthermé et Dinant. La brèche ouverte permet aux divisions blindées allemandes de s’élancer vers l’ouest. La progression est rapide, entraînant l’exode massif des populations civiles.

Une ultime tentative de redressement est tentée en juin, sur les lignes de la Somme et de l’Aisne. Le général de Lattre de Tassigny organise la défense dans la région de Rethel mais ne peut empêcher la percée qui s’est étendue sur toute la largeur du front. Les troupes allemandes se déploient vers le sud du pays. L’armistice est signé le 22 juin 1940.

Les clauses de l’armistice découpent la France en plusieurs zones. La majeure partie du département ardennais est située en zone interdite, empêchant d’abord le retour de ses habitants. Des milliers d'Ardennais quittent le département avant la libération, en 1944. L'après-guerre va s'avérer difficile. La crise fait disparaître l'industrie textile et la métallurgie ardennaise.

Une nouvelle fois, les Ardennais sont contraints de participer à l'effort de guerre allemand. Plus de 100.000 hectares de terres sont confisquées aux exploitants agricoles et mis en valeur dans le cadre de la WOL. A l’image des populations occupées, ils sont soumis aux difficultés de la vie quotidienne et le département ne reste pas à l’écart des mouvements de résistance et de collaboration. Il subit la déportation de ses populations juives.

En 1944, tandis que l’Armée Rouge s’avance à l’est, les Alliés débarquent en Normandie et en Provence : la marche vers Berlin est engagée. La France est progressivement libérée, les Ardennes en août 1944. L’Allemagne capitule le 8 mai 1945, le Japon le 2 septembre.

Par trois fois, l’histoire des Ardennes s’est confondue avec l’Histoire. Cette légitimité, voire cette nécessité au nom du devoir de mémoire, a conduit le Conseil départemental à entreprendre le réaménagement du musée Guerre et Paix en Ardennes, pour lui permettre de répondre aux enjeux d’un grand musée du XXIe siècle.

Nos coups de coeur dans les Ardennes

Hébergement :

Restauration :

Les dernières news touristiques

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes. Merci de respecter le droit de propriété et de ne pas pénétrer sur les terrains privés :

  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue)
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots !

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans les Ardenne avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Histoire