Les routes touristiques en France

Joyeuse (Cité médiévale-07)

Joyeuse : entre légende et réalité !

Petite cité médiéval situé au pied de la Basse Cévenne ardéchoise Sud, Joyeuse est situé sur une colline surplombant la pittoresque rivière Baume au sud-est du département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes, à 25 kilomètres au sud d'Aubenas et vers le nord-est de Les Vans. Le village se situe dans le Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche. Etape idéale pour partir à la découverte des Cévennes Ardéchoise sur la route de vos vacances.

Entre Cévennes et Provence, Joyeuse doit son nom selon la légende à l'épée de Charlemagne "la joyeuse". Capitale de l’ancien duché de Joyeuse, et également ancienne capitale de la soie, la vieille ville atteste d’un passé historique très riche, avec le château des Ducs de Joyeuse du XVIe siècle et sa Tour de la Recluse, les restes de remparts et ses portes Sainte Anne et de Jales, ainsi que l’église Saint-Pierre ancienne chapelle ducale. Vos papilles se régaleront quant à elle des saveurs du cru en flânant sur le marché hebdomadaire du mercredi matin, l'un des plus grands marchés de l'Ardèche méridionale.Ces nombreux atouts font de Joyeuse une citée d’histoire et de culture, village incontournable du Sud Ardèche.

Préparer votre visite touristique à Joyeuse

Pour vous rendre à Joyeuse, vous pouvez soit prendre la D240 à partir de Ruoms, ou la D3104 à partir de Lablachère. Idéalement située le long de la rivière de la Beaume, à la croisée des routes, entre Cévennes et Gorges de l'Ardèche, Joyeuse s’élève solidement entre Beaume et Drobie, entre granit et calcaire. Fière et altière, Joyeuse donne une forte impression de noblesse et de force. Capitale de l’ancien duché de Joyeuse, la vieille ville atteste d’un passé historique très riche. Les pierres de cette cité  nous conte encore aujourd'hui ce qu'elle fut autrefois, une cité ducale et médiévale. Il suffit d'explorer la petite ville à pied pour mesurer la richesse du patrimoine historique et culturel. Parmi les endroits où il fait bon flâner, notamment en famille, le cœur du village séduit par son charme intemporel et son décor quelque peu pittoresque, avec ses ruelles médiévales en partie pavées, ses mystérieux Goulajous, ses bâtiments anciens, ses boutiques et cafés autour de la place du marché…

Joyeuse porte sainte anne routes touristiques de l ardeche guide du tourisme rhone alpesAussi, on ne peut décrire la ville de Joyeuse sans évoquer d’abord son histoire. Drôle de nom pour cette belle cité ?!?... La légende populaire prétend que Charlemagne aurait établi ici son campement, sur les bords de la rivière lors de son retour d'Espagne. Lors d'une partie de chasse, il aurait égaré son épée prénommée "Joyeuse". Plus de peur que de mal puisqu'un de ses soldats aurait retrouvé l'objet. Et Charlemagne, en signe de gratitude, de lui demander de bâtir ici-même un domaine dont le soldat serait le seigneur à condition que sa descendance porte le nom de la glorieuse épée de l'empereur. Ainsi donc naquit la cité de Joyeuse.

Succédant à l'antique agglomération gallo-romaine de Lavérune où les vestiges d'un important monument avec inscription ont été retrouvés en 1962, la cité de Joyeuse s'est établie au moyen-âge le long d'une arête rocheuse à la défense aisée. Joyeuse fait partie des anciennes communes à charte, la première fut concédée en 1237. Le consulat de Joyeuse remontant au début du XIIIe siècle Joyeuse dut connaitre les troubles liés à la croisade contre les Albigeois, la présence de Simon de Montfort étant attestée le 5 novembre 1213 à Largentière. Ancienne possession des comtes de Toulouse, puis des Châteauneuf qui prirent nom et armes de Joyeuse. Maison célèbre qui donna des personnages importants: le vicomte de Joyeuse, maréchal de France, eut plusieurs fils: l'aîné, Anne, favori de Henri III, épousa la sœur de la reine; le deuxième devint archevêque, cardinal, présida les Etats Généraux de 1614 et sacra Louis XIII à Reims; un autre enfin tour à tour soldat et capucin, commanda les ligueurs du Midi contre Henri IV, puis fut gouverneur du Languedoc avant de rejoindre son couvent.

Vous pouvez stationner votre véhicule au Parking situé place du 14 Juillet, puis dirigez-vous vers l'Office intercommunal de tourisme du pays Beaume Drobie, 63 avenue François Boissel. Etabli dans un parc (le pré du Château) descendant jusqu'à la Beaume , "la Castellane" maison Renaissance, est l'ancienne propriété de Marie de Guise, duchesse de Guise et de Joyeuse, elle abrite désormais l'office de tourisme. L’office de tourisme tient de nombreux topo guide à la disposition des touristes. L’espace historique et légendaire propose aussi de découvrir ce passé prestigieux, durant tout l’été, à travers son musée et des visites théâtralisées dans la vieille ville. 

Lors de notre promenade à l'intérieur de Joyeuse labellisée Ville et Métiers d'Art, un détail interpelle : le nom des rues figure en français et en occitan. Cela s'explique par le fait qu'avant la révolution française, Joyeuse se trouvait en Vivarais, tout en appartenant aux états du Languedoc où siégeait à l'époque le consul de la cité. Le noms des rues et ruelles de nos villes et villages ont leurs importances pour le souvenirs de notre histoire. Engagez-vous dans l'Avenue François Boissel (ancienne Rue National). sur votre droite vous trouverez une ancienne tour d’enceinte : Cette tour prise dans le bâti contemporain faisait partie de la première enceinte urbaine de Joyeuse. Datée du XIIIe siècle, sa partie haute a été probablement remaniée au XIVe siècle.

Sur votre droite face aux vieilles maisons qui s'élèvent sur le monticule rond, avec comme fond la belle vallée ombragée et les montagnes, le monument aux morts est remarqué non seulement des ardéchois mais de tous les touristes qui estivent dans ce beau pays. Le monument représente un paysan et une paysanne de l'Ardèche. : L'habitant de la montagne ardéchoise, solide, trapu, musclé, maintient contre lui sa femme, douloureuse et pensive, tenant en main le souvenir matériel de son enfant. Ses traits, ses yeux, vont vers le fils, comme ceux du père. Non abattus, non résignés, mais songeurs.

Prendre sur votre gauche la Mnt du Portaletpour penetrer dans le centre historique de Joyeuse entre la rue principale et la vieille ville. À la fin du XIXe siècle, une percée fut réalisée entre la place de la Peyre et la route nationale 104, des escaliers et des rampes assurant un passage sécurisé à travers les remparts: le Portalet. Les vieilles pierres ont trouvé un refuge parfait dans ce village médiéval pour témoigner des traces du passé. Les liaisons avec la Grand'Rue et les rue parallèles sont réalisées par des venelles appelées Goulajous (prononcer goulatjou), qui sont en fait d'étroits passages voûtés. 

Le Goulajou de l’occitan « lo golatjou » sont donc des passages étroit et couvert. C'est passages sont voûtées selon des modèles divers, en fonction des contraintes de dénivelés et des constructions riveraines. Le modèle plein cintre fait référence à celui des portes de la ville, mais l'usage modifie selon les besoins l'aspect général des couverts. Les itinéraires complexes et leur difficulté de perception procurent un pittoresque ludique aux traverses couvertes. N'ayant pas subi de modifications sensibles, les goulajous ont conservé leur traitement originel des sols en galets posés sur chant. Les marches sont par contre en pierres locales, les eaux pluviales étant drainées soit vers le centre de la venelle soit sur les bords. Le Goulajou des Endettés doit son nom aux Joyeusains qui empruntaient ce passage afin d’éviter les commerçants chez qui ils avaient des dettes !

Joyeuse place de la peyre routes touristiques de l ardeche guide du tourisme rhone alpesVous voici sur la Place de la Recluse qui à l’ouest termine la grande rueCette place était le faubourg de Joyeuse, à l’ extérieur des remparts dont un vestige est la tour de la Recluse. Une recluse y aurait vécu de la charité publique dans une prison volontaire et perpétuellement close. La tour de la Recluse très bien conservée reste le symbole de la ville. Il y avait une porte, dénommée porte de la Recluse, dont on ne devine maintenant que les accrochages dans les façades des maisons de la grand rue qui la supportaient. Sous cette place il y a un immense réservoir d’eau potable de la source du Fada, construit au milieu du XIXe siècle. Il alimentait en eau Joyeuse. Aujourd'hui encore, ce réservoir distribue toutes les fontaines parmi celles-ci se trouve l'ancienne fontaine de la Grant-Font place de la Peyre Au début de ce siècle il y avait des fêtes organisées par les habitants de la Recluse, quartier qui formait un village à part entière. 

Au début du XVIIIe, les remparts furent doublés au nord par une extension des maisons de la grand rue entre la porte Sainte Anne et la Recluse. Suivez la rue de la Recluse pour atteindre quelques instants plus tard la Place de la PeyreVous pouvez distingué la première extension urbaine de la fin du Moyen Âge : extension de l'habitat castral à peu près de la place de la Recluse  jusqu'à la place de la Peyre. Pendant votre déhambulation, ici et là, quelques hommes illustres. Vous rencontrez ainsi, outre un consul gallo-romain et un poilu de la guerre de 14-18, Charlemagne et son épée au pied des remparts, le duc Anne dans son château, le colonel Chabert devant l’hôtel de Montravel qu’il fréquenta beaucoup dit-on et, sur la place de la Peyre, François Boissel, le citoyen Boissel. Entre légende et histoire, retrouvez les hommes et femmes qui ont contribué au rayonnement de la cité.

Sur la Place de la Peyre pavée avec ses maisons à arcade trône une belle fontaine et la Salle de la PeyreL'ancienne fontaine de la Grand-font construite sous ou peu avant le mandat du Docteur Guigon (1870-1878). Son style semble cependant bien antérieur, Elle pourrait avoir été l'ornement du "Pré du Château" au XVIIe siècle. Cependant, le cadastre Napoléonien consultable sur les Archives Départementales la fait figurer au bas de la Calade.

La Salle de la Peyre également appelée salle du pesage des soiesLa Salle de la Peyre fut construite au début du XIXe siècle. Cette salle est le symbole de l’importance de la sériciculture à cette époque. Elle symbolise encore de nos jours la place occupée à cette époque par la sériciculture ou élevage du ver à soie, un artisanat qui donna durant des générations les plus belles soies ardéchoises, vendues sur place les jours de marché. Le bâtiment de l’ancienne salle de pesage des soies abrite l’Espace historique et légendaire. Composé de quatre salles thématiques, il est consacré au patrimoine historique de Joyeuse, de la Préhistoire à la Révolution. On peut y admirer en particulier une impressionnante maquette de la cité fortifiée. Les bâtiments de la soie la "grège"en Ardèche : Au XIXe siècle, des filatures et moulinages sont construits au plus près des cours d’eau de la ville (L’Auzon et La Beaume notamment) occupant parfois l’emplacement d’anciens moulins médiévaux. Outre la soie activité florissante, on trouvait également une usine de tannin et une usine électrique actives dans la première partie du XXe siècle.

Joyeuse hotel de montravel routes touristiques de l ardeche guide du tourisme rhone alpesContinuez par la ruelle des Gaudinelles, puis traversez la Place du Barry, passez le passage voutée. vous avez sans doute remarquez l'ensemble d’hôtels particuliers situés de la rue de la Recluse et dans la grande. Ils témoignent de l’habitat aristocratique urbain dans la cité. Reconnaissables à la qualité des matériaux de construction et des portes ouvragées, le plus bel exemple en est l’hôtel de Montravel, situé square François. AndréFrançois André, fondateur du groupe Barrière et mécène de l’hôpital, qui le créa au milieu du XXe siècle à l’emplacement de l’ancien marché couvert.

L’hôtel de Montravel fut construit entre le XIIe siècle et le XIVe siècle, seule la façade date de 1775, est inscrit au répertoire des cent plus beaux hôtels particuliers de Rhône-Alpes. Ancienne maison Pellier, du nom d'une famille de régisseurs du duché de Joyeuse, la maison devint la propriété des Montravel par le mariage des descendants des deux familles avant la Révolution. En 1775, Antoine Pellier de Sampzon fait faire d’importants travaux sur deux maisons qu’il possédait, dont la précédente propriétaire était la princesse de Marsan, duchesse de Joyeuse. L’essentiel en est la construction d’une belle façade XVIIIe siècle en pierres de taille, de cinq travées sur trois niveaux, couronnée par une corniche et ornée de grandes fenêtres rectangulaires à clés harpées. Le reste du gros œuvre et les caves sont datés des XIIIe et XIVe siècles. La légende voudrait qu'un souterrain qui depuis aurait été muré communiquait avec les oubliettes du château. La commune en devint propriétaire en 1955 et l’hôtel abrite désormais des logements communaux.

Cet hôtel particulier suscite l’intérêt de nombreux visiteurs. À l’intérieur de l’hôtel de Montravel, vous pouvez admirer un escalier monumental avec rampe en ferronnerie aux armes des Montravel, , son vestibule ainsi qu’une peinture murale représentant une vue de Joyeuse au XVe siècle. Au rez-de-chaussée, est installé le Musée de la Caricature et du dessin d’humour qui retrace l’histoire de la caricature des origines à nos jours. Il présente une très riche collection où trois auteurs, Urs, Hours et Dubouillon sont particulièrement mis à l’honneur.

De l’hôtel de Montravel, en quelques pas, nous nous dirigez-vous vers l'église Saint-PierreCet important édifice gothique s’élève sur le site d’une chapelle connue dès le XIe siècle. L'église  fut donnée en 1111 par l’évêque de Viviers aux moines de Cluny avec l’église Notre Dame de Rosières dont elle dépendait. De 1111 à 1617, Saint-Pierre de Joyeuse fut annexée au prieuré de Rosières qui lui-même relevait de celui de Ruoms. A l’instar d’autres enceintes chrétiennes en France, l’ensemble architectural de l’église Saint-Pierre comporte divers éléments datant d’époques différentes.  Au début du XVIe siècle, Guillaume de Joyeuse, évêque d’Alet, fait construire la chapelle ducale située à gauche du chœur et fonde un collège de chanoines pour la desservir. Son tombeau s’y trouve avec une dalle gravée le représentant. Cette chapelle de style gothique flamboyant, dite de Notre-Dame-de-Pitié, est ornée d’un autel en marbre blanc du XIXe siècle surmonté d’un tableau représentant L’Annonciation.

C’est en 1669 que l’antique église Saint-Pierre, devenue trop petite, sera reconstruite. La construction d'une nouvelle nef de 1669 à 1674 présente un mélange d'architecture classique et de persistance gothique (croisées d'ogives). Les huit chapelles qui s'ouvrent sur la nef sont également d'inspiration gothique. Seule la tribune à balustrade reposant sur trois arcades est purement classique. Le choeur gothique constitue la partie la plus ancienne, avec la chapelle ducale de style flamboyant. Cet édifice est un exemple de la persistance des techniques gothiques en plein XVIIe siècle. 
Le clocher, achevé en 1676, était à l’origine surmonté d’une flèche qui fut par la suite remplacée par un toit en tuiles qui laissa, lui-même, la place au clocher actuel en 1912. Enfin, une rénovation intérieure fut faite en 1953. 

Joyeuse chateau des ducs de joyeuse routes touristiques de l ardeche guide du tourisme rhone alpesAdossé aux contreforts nord de l'église, l’ancien collège des Oratoriens a été construit au XVII siècle. L'histoire de la paroisse de Joyeuse et des Curés de Joyeuse se confond avec celle de Rosières jusqu'à la fondation de la maison de l'OratoireEn 1617 le pape Paul V autorise la duchesse de Joyeuse à construire un collège à Joyeuse dirigé par des Oratoriens (congrégation religieuse établie en France en 1611 par le cardinal Bérulle). Bien que souvent en conflit avec les consuls de Joyeuse, les Pères de l’oratoire assurèrent jusqu’à la Révolution leur tâche d’enseignants et de curé de paroisse. L’enseignement était de très bonne qualité. C’était le passage obligé pour poursuivre des études au séminaire de Viviers. Parmi les élèves les plus illustres il y eut sans doute François Boissel, né à Joyeuse en 1728 : Il fut avocat au Châtelet et au Parlement de Paris. Il fut considéré comme un précurseur des idées communistes avant Babeuf. Le philosophe Nicolas Malebranche y avait enseigné au XVIIe siècle.

Jusqu’en 1960, le collège des Oratoriens abrita le presbytère et les locaux du rez-de-chaussée des commerces. L’oratoire est un bâtiment imposant, désormais il accueille l'espace Castanea (Musée de la châtaigneraie). La culture du châtaignier y est évoquée grâce à une exposition d’objets anciens.

Monter à présent jusqu’au château des Ducs de Joyeuse dans lequel est installée la mairie et qui ne se visite pas. Le village s’est développé autour de ce château. Dominant la ville, il est établi sur une esplanade d’où l’on jouit d’une vue magnifique sur la vallée de la Beaume et les monts des Cévennes et du Tanargue à l’horizon. Rebâti au XVIe siècle, de style Renaissance, il comportait deux ailes et un grand corps de logis. La partie occidentale et le corps de logis ont été détruits au XVIIIe siècle. Il fut encore réduit au XIXe siècle pour édifier une halle aux grains. C’était la résidence des seigneurs de Joyeuse. Plus tard, il servit de casernement pendant la Révolution, de prison, de centre des impôts, d’école de jeunes filles et enfin de remise pour les sapeurs-pompiers.

Poursuivre vers la rue de Jalès où se trouve les restes de remparts et ses portes de Jalès et du Barry. La porte de Jalès est la dernière porte de l’enceinte médiévale de Joyeuse avec la porte Sainte-Anne, lelle surplombait l’ancien cimetière. Située sur la route de la commanderie templière de Jalès à Berrias et Casteljau, elle conserve des traces d’éléments défensifs et donnait accès à la rue principale de Joyeuse. La date exacte de la construction des remparts n'est pas précisée, mais l'on retrouve des traces écrites de conventions pour la participation de l'entretien et de la garde des portes par la ville de Lablachère en 1357 et en 1412. Ils ont été cachés par les maisons construites au XIXe siècle entre la RN 104 et la rue Sainte Anne.

Vous avez eu un aperçu de l'importance des remparts en dessous de la place de la Brèche jusqu'à la porte Sainte-Anne, et entre la place du Grand-Jeu et la Grand-Rue sur le trajet du goulajou des Endettés. Il subsiste également une autre tour carrée au niveau du grand jeu, plus discrète que celle de la Recluse. Terminez cette promenade en revenant sur les goulajous, poussez la porte des anciennes échoppes, refuge aujourd’hui d’artistes et artisans d’art. Joyeuse bénéficie par ailleurs d’un label Ville et Métiers d’Art.

Carnet pratique de Joyeuse

Les incontournables de Joyeuse

  • Les visites des villes et villages.
  • Circuits de randonnées pédestres et cyclotouristiques.
  • Au fil de l'eau : l’Ardèche

Visites

  • Visite de Joyeuse animée par une troupe théâtrale en costume du Moyen-Âge. Drôle, ludique, instructive, enrichissante, la visite de la cité médiévale est ponctuée par l'apparition de personnages historiques ayant marqué les grandes étapes de l'histoire ou la légende de la ville (Charlemagne, Anne de Joyeuse, Colonel Chabert...). En juillet et août, à 20h45 les mercredis et jeudis, départ place de la Recluse. Renseignements au 06 70 72 18 07.
  • Musée de la Caricature. Ouvert en juillet et août tous les après-midi sauf le lundi de 15h à 18h. Entrée payante. Renseignements au 06 70 72 18 07.
  • Musée espace historique. Ouvert en juillet et août tous les après-midi sauf le lundi de 15h à 18h. Entrée payante. Renseignements au 06 70 72 18 07.
  • Musée de la Châtaigneraie : Autre atout de cette petite ville, son musée de la châtaigne, qui raconte l’histoire de l’arbre à pain qui peut vivre mille ans et de son fruit, qui a nourri de nombreuses générations. Castanea -Espace découverte de la Châtaigne d'Ardèche, 2 parvis de l'église, 07260 Joyeuse - Tél. : +33 4 75 39 90 66 Site internet
  • Muséum de l’Ardèche : site web
  • Vignobles :

Trouver un vignoble à proximité de Joyeuse

  • Vignoble Beaulieu 6.06 kms
  • Vignoble Auberives-en-Royans 13.48 kms
  • Vignoble Saint-Hilaire-du-Rosier 14.46 kms
  • Vignoble Montagne 16.39 kms
  • Vignoble Saint-Gervais 17.12 kms
  • Vignoble à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs 18.1 kms
  • Vignoble à Parnans 21.75 kms
  • Vignoble à Villard-de-Lans 26.03 kms
  • Vignoble Colombe 26.23 kms
  • Vignoble à Triors 27.35 kms

Activités

  • Des sorties à thèmes sont organisées, à pied ou en vélo, par les joyeux randonneurs,
  • Baignade en rivière,
  • Balade à cheval,
  • Gastronomie,
  • Vin : les vins AOC Côtes du Vivarais, le vin de pays des Coteaux de l’Ardèche. Visite des vignobles des villages voisins et dégustation du Chatus, ce vin issu des vignes centenaires, sont aussi des activités à la fois ludiques et culturelles proposées.

Consulter nos pages :

  • A voir dans Joyeuse
  • A faire dans Joyeuse
  • Parcours touristique de Joyeuse
  • Histoire de Joyeuse

Festivités

  • Grande brocante : le week-end après Pâques et le week-end après le 15 août. Renseignements au 06 70 72 18 07.
  • Durant une semaine début août, le Festival de la Joye met en scène ce passé à travers des spectacles de rue à connotations historiques, un défilé d’une centaine de figurants en costume et de nombreuses troupes théâtrales.
  • Vide-grenier : en mars, mai et septembre. Renseignements au 06 70 72 18 07.
  • Journée du patrimoine : le 3ème week-end de septembre. Renseignements au 06 70 72 18 07.
  • Salon gourmand : le dernier week-end d'octobre. Joyeuse ancienne capitale de la soie, avec magnaneries, moulinages et vieilles échoppes qui revivent chaque année en octobre lors de son traditionnel salon gourmand. 

Marchés à visiter près de Joyeuse

  • Joyeuse : marché Mercredi (0km)
  • Rosieres : marché Lundi (1km)
  • Largentiere : marché Mardi (8km)
  • Ruoms : marché Vendredi (9km)
  • Naves : marché Samedi (12km)
  • Vallon Pont d'Arc : marché Jeudi (15km)
  • Saint-Paul-le-Jeune : marché Lundi & Vendredi (17km)
  • Jaujac : marché Mardi & Vendredi (17km)
  • Aubenas : marché Samedi (19km)
  • Barjac : marché Vendredi (21km)

Sites touristiques proche de Joyeuse

  • Gorges du Gardon : Grand Site de France (6 km)
  • Bois de Païolive : site de grand beauté naturel (11 km)
  • Balazuc : plus beaux village de France (11 km)
  • Gorges de l'Ardeche : Grand Site de France (15 km)
  • Vogue : plus beaux village de France (16 km)
  • Tanargue : site de grand beauté naturel (20 km)
  • Grotte de la Cocaliere : site de grand beauté naturel (21 km)
  • Jardin du mas de l'Abri : jardin remarquable (23 km)
  • Vals-les-Bains : plus beau détour de France (23 km)
  • Aven d'Orgnac : Grand Site de France (24 km)
  • Réserve naturelle nationale des Gorges de l'Ardèche : site de grand beauté naturel (24 km)
  • Jardin du Tomple : jardin remarquable (26 km)

Plus d'information

  • Mairie de Joyeuse - rue Saint-Anne - 07260 Joyeuse - Tél : 04 75 39 96 96
  • Office du Tourisme, 63, Avenue François Boissel à Joyeuse. Tél : 04 75 37 24 48 
  • Patrimoine Ardèche : site internet
  • Cévennes Ardèche : site internet
  • Ardèche Découverte : site internet
  • Sud Ardèche Tourisme : site internet
  • Ardèche guide touristique : site web
  • Ardèche guide web : site web
  • Auvergne Rhône Alpes tourisme : site web

Pour vous rendre à Joyeuse

Couvert

Joyeuse

13 °C Couvert

Min: 13 °C | Max: 13 °C | Vent: 11 kmh 317°

Le saviez-vous ?

N'oubliez pas !

Les lieux les plus enchanteurs sont souvent les plus vulnérables. L'affluence du tourisme pouvant fragiliser encore plus les lieux, veillez à en prendre soin et à ne laisser aucune trace de votre passage. Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter le droit de propriété et à la vie privée, respecter les panneaux signalétiques et consignes. 

  • Veillez à toujours respecter les biens et les personnes lors de votre passage et de ne pas pénétrer sur les terrains privés.
  • Observez le code de la route en tous lieux et en toutes circonstances, et soyez courtois avec les autres usagers que vous pourrez croiser sur votre chemin.
  • Camping et Feux interdits (pas de barbecue) - La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir. Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne. L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. ​Pensez boite à mégots.

Soyez vigilants et attentifs à tous ces petits gestes pour que nos petits et grands paradis le reste encore de nombreuses années et que les personnes qui passeront derrière nous en profitent tout autant.

Nos coups de cœur dans Joyeuse

Hébergement :

Restauration :

Découvrez les sites et lieux touristiques de l'Ardèche

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour à Joyeuse avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Date de dernière mise à jour : 29/05/2023