Histoire de Abbaye Saint-Michel de Cuxa (66)

Abbaye saint michel de cuxa le cloitre depuis les vergers routes touristiques des pyrenees orientale guide du tourisme occidanieL'abbaye de Saint-Michel-de-Cuxa situé dans les Pyrénées-Orientales tire son origine de l'abbaye de Saint-André d'Eixalada, située plus haut dans la vallée de la Têt, et fondée vers 840. À l'automne 878, une crue soudaine de la Têt, consécutive à des pluies diluviennes, emporta dans ses eaux le monastère situé tout près du lit de la rivière, à l'emplacement de sources thermales déjà connues dans l'Antiquité.

Les 35 moines survivants se réfugièrent à Cuxa, où se trouvait une église dédiée à saint Germain, propriété du clerc Protase (Protasius) qui s'était, avec quelques compagnons, agrégé à la communauté de Saint-André en 854. Un document daté du 29 juin 879 régla la situation juridique des moines de Saint-Germain : ils se constituaient en une communauté monastique et Protase en devenait le premier abbé.

La nouvelle abbaye continua de bénéficier de la protection et des libéralités des comtes de Cerdagne-Conflent, issus de Guifred Ier le Velu (Wifredus), comte de Barcelone en 870, qui agrandirent considérablement son patrimoine foncier. Le monastère obtint de la papauté et de la royauté des privilèges répétés d'immunité, qui le faisait relever de la seule autorité du pape ou du roi.

Seniofred II, comte de Cerdagne, confia le monastère de Cuxà peu avant 965 à l'abbé Garin (Warinus); celui-ci y introduisit une réforme dans l'esprit de Cluny et rompit les derniers liens avec la monarchie carolingienne. Garin était déjà à la tête de cinq abbayes du sud de la France et il entretenait avec l'extérieur des rapports étendus.

Fondation et apogée de l'Abbaye Saint-Michel de Cuxa

Il existait une petite chapelle à Cuxà, mentionnée pour la première fois en 938, faite de pierres et d'argile. Seniofred fit bâtir une église en chaux, en pierres taillées et en bois, à partir de 956 ; il y fut inhumé à sa mort en 967. Elle fut consacrée le 28 septembre 974, veille de la Saint-Michel, pour qui la maison comtale avait une dévotion particulière. Cette église existe encore aujourd'hui, c'est l'une des plus importantes de l'architecture pré-romane.

De retour d'un pèlerinage à Rome et à Venise, Garin convainquit le doge Pietro Orseolo de le suivre à Cuxà. Dans la nuit du 1er septembre 978, le doge s'enfuit de Venise, abandonnant pouvoir, femme et enfants, emportant une bonne partie de ses trésors et accompagné entre autres de deux ermites, Marin et Romuald. La présence de ces hôtes illustres attira à Cuxà une foule de pèlerins. Le vieux doge mourut à l'abbaye en odeur de sainteté le 10 janvier 988?. Peu après ses compagnons rentrèrent en Italie ; Romuald y fonda l'ordre des camaldules, Garin partit en pèlerinage aux lieux saints pour trois ou quatre ans, et le comte Oliba Cabreta, fils de Seniofred se retira au monastère bénédictin du mont Cassin. Garin revint de Palestine et mourut peu avant l'an 1000.

Renonçant au pouvoir temporel, Oliba, abbé et évêque, fils du comte Oliba Cabreta, choisit la vie monastique ; élu abbé de Ripoll et abbé de Cuxa en 1008, nommé évêque de Vic en 1017, il s'efforça de consolider et d'agrandir le patrimoine déjà riche de l'abbaye. Moins voyageur que Guarin, Oliba fut surtout un grand bâtisseur. Il va profondément transformer l'abbaye en construisant au-devant de l'église les deux chapelles superposées de la Crèche (Pessebre) et de la Trinité, qui communiquent avec Saint-Michel par des galeries. Il augmente aussi le sanctuaire de trois absides, voûte les bas-côtés de la nef, construit les clochers. Ce fut un homme de grand prestige, qui se rendit au moins deux fois à Rome. Il mourut à Cuxa, où il fut inhumé, le 30 octobre 1046.

Par une charte datée du 30 avril 1091, Guillaume-Raymond, comte de Cerdagne, donna l'abbaye de Cuxa en propriété à l'abbaye Saint-Victor de Marseille et à son abbé Richard (Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 1 H 62 no 297). On pense que le nouvel abbé de Cuxa (de 1091 à 1102), Pierre Guillaume, fut chargé de réformer le monastère dont le relâchement dans la règle de Saint-Benoît avait affaibli le prestige.

Au début du XIIe siècle, on construisit le cloître en lui donnant la forme d'une colonnade de marbre, avec des chapiteaux sculptés. On édifia aussi une tribune en marbre dans l'église. Ces travaux furent en partie l'œuvre de Grégoire, abbé de Saint-Michel de 1130 à 1143, puis archevêque de Tarragone jusqu'à sa mort en 1146.

Les périodes suivantes du Moyen Âge sont moins fastes pour Cuxa. Les bâtiments du l'abbaye ne sont pas renouvelés. La richesse du monastère est cependant évidente, avec un domaine foncier très important, et la juridiction quasi épiscopale sur une quinzaine de paroisses réparties entre les diocèses d'Elne et d'Urgell.

Abbaye saint michel de cuxa clocher sud routes touristiques des pyrenees orientale guide du tourisme occidanieCuxa à l'époque moderne

À partir du XVIe siècle, les moines ne vivent pour ainsi dire plus la vie commune. Les revenus de l’abbaye sont partagés en autant d'«offices» que de moines (l'infirmier, le cellérier, le sacristain majeur, etc) et chacun d'eux a son habitation particulière dans l'abbaye. L'église est transformée par la réalisation de chapelles latérales au détriment des bas-côtés de la nef, qui reçoit une voûte catalane en briques.

Le logis du sacristain majeur est édifié à l'emplacement de la chapelle de la Trinité, qui avait déjà dû subir de gros dégâts (ou même s'effondrer) au XVe siècle, selon quelques indices archéologiques. Le pape Clément XIV publia le 13 juillet 1772 une bulle qui rétablissait la vie commune dans les monastères de l'ordre de Saint-Benoît et qui supprimait en conséquence les «offices» à Saint-Michel de Cuxa.

Le roi Louis XV approuva la bulle par lettres patentes du 14 août 1772. Cette réforme se heurta à une résistance des moines des années durant, tant et si bien qu'il ne restait plus que 7 moines à Cuxa en 1790.

Après la Révolution

Cette vie monastique réduite se poursuivit jusqu’à la Révolution. L'abbaye fut alors vendue comme bien national le 28 mai 1791 à un négociant de Prades. Le 27 janvier 1793 des révolutionnaires envahirent le monastère et le pillèrent, obligeant les moines à l'abandonner. On y aménagea des installations industrielles et agricoles. Tout au long du XIXe siècle, l'ensemble des bâtiments de l'abbaye se ruinèrent peu à peu.

En 1825 un arceau de la grande nef se rompit, entraînant l'écroulement de la voûte de la crypte ; le clocher nord s'effondra à l'hiver 1838-1839. Le cloître fut vendu, chapiteau après chapiteau, ainsi que sa fontaine, à des amateurs ou collectionneurs. En 1908, il n'en reste que douze sur place.

En 1913, un sculpteur américain, George Grey Barnard, qui a déjà acquis quelques sculptures de Cuxa chez un antiquaire parisien, se rend sur place, et en acquiert beaucoup d'autres disséminés dans le pays.

Ces achats sont à l'origine de la reconstitution du cloître au Cloisters Museum de New York. Barnard n'a pu, cependant, emporter la série qui était devenue l'ornement de l'établissement de bains de Prades, pour la conservation desquels la population locale s'est mobilisée lors de son passage : les ayant acquis, il en fit don à la France, et ces chapiteaux furent utilisés pour la reconstruction de la moitié du cloître en 1955.

En 1919, Ferdinand Trullès acquit l'abbaye pour y reloger les Cisterciens de Fontfroide qui avaient quitté la France à l'époque des lois sur les congrégations. Les Cisterciens s'installent, et seront remplacés en 1965 par les Bénédictins de Montserrat. Depuis les années 1920, l'abbaye fait l'objet de campagnes de restauration par le service des Monuments historiques.

En 1936, les travaux sont marqués par la présence de l'archéologue catalan Josep Puig i Cadafalch, qui a dû fuir l'Espagne ; la crypte du Pessebre est dégagée. En 1952, sous les constructions de l'habitation du sacristain majeur, les ruines de l'église de la Trinité sont mises au jour. En 1954, Pablo Casals inaugure le Festival Pablo Casals dans l'église encore dépourvue de toit ; elle sera couverte en 1957. La crypte de l'abbaye fut ouverte au public en 1967.

Nos coups de coeur à l'Abbaye Saint-Michel de Cuxa

Hébergement :

Restauration :

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour à Abbaye Saint-Michel de Cuxa avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Languedoc-Roussillon tourisme Pyrénées-Orientales visites Languedoc-Roussillon Patrimoine

Ajouter un commentaire