Cognac, le secret de la distillation

Au XVIème siècle, les vignerons décidèrent de distiller les vins de qualité inégale, produits en très grande quantité. Le Chevalier de la Croix Maron eut l’idée de brûler une Le cognac et la pierre etape sur la route du vignoble de cognacdeuxième fois ces vins. Ainsi, il obtint une eau de vie pure à 70%. Mélangée à de l’eau,  naquit le Cognac.

L’Appellation « Cognac » ou « eau-de-vie de Cognac » ou « Eau-de-vie des Charentes » : les eaux-de-vie d’Appellation d’Origine Contrôlée d’origine viticole peuvent être accompagnées du mot « Fine ». Cette mention est facultative. Le Cognac est traditionnellement le fruit de l’assemblage d’eaux-de-vie d’âge et de crus différents, mais ce n’est pas obligatoire.

Si un cru est mentionné sur l’étiquette, cela signifie que 100 % de l’eau-de-vie qui constitue l’assemblage provient de ce cru. Exemple : « Appellation Cognac Petite Champagne contrôlée ».

L’Appellation « Cognac Fine Champagne Contrôlée » : Eaux-de-vie issues exclusivement de Grande Champagne (minimum 50%) et Petite Champagne. La conception du Cognac se fait par distillation de vin blanc sec, acide. Cette distillation se fait en deux chauffes de façon à obtenir un alcool appelé Eau de vie de Cognac titrant 70 °.  Stocké uniquement dans des fûts de chêne, il se bonifie en vieillissant.

De décembre à mars, les alambics charentais de cuivre rouge tournent à plein régime. Les bouilleurs de cru élaborent l’eau-de-vie nouvelle qui, après vieillissement en fûts de chêne, deviendra du cognac.

Après la « chauffe » du vin dans l’alambic, les bouilleurs de cru cognaçais en extraient la quintessence en isolant le « cœur », les « têtes » et les « secondes » de l’eau-de-vie.

Spécificité de l’opération : la distillation s’effectue en deux temps par deux « chauffes » successives. Lors de la première, pendant huit à dix heures, le vin blanc de l’année est distillé pour donner un « brouillis » titrant de 28 à 32 % d’alcool. Ce « brouillis » est réintroduit dans l’alambic pour une seconde distillation, la « bonne chauffe », durant cinq à six heures.

De celle-ci n’est extraite que la quintessence, une eau-de-vie limpide titrant de 58 à 76 % d’alcool,  appelée le « cœur ». Le reste – les premiers litres qui sortent, dénommés les « têtes », puis les derniers, les distillats titrant de 2 à 58 % d’alcool (« secondes ») – sera à nouveau distillé.

L’opération délicate qui sépare les « têtes », le « cœur » et les « secondes » s’appelle la « coupe ». La teneur en alcool des distillats au sortir de l’alambic, complétée par l’expérience et le nez du bouilleur de cru lui permettent de décider de l’instant très précis où il « coupe ». Tout un art.

La bonne chauffe est la seconde des deux distillations nécessaires à la naissance du cognac.

Le vin blanc de l’année est introduit dans la chaudière de l’alambic où il est porté à ébullition. Les vapeurs d’alcool s’accumulent dans le chapiteau, les plus volatiles s’engagent dans le col de cygne. Elles circulent dans un grand serpentin plongé dans de l’eau froide. Là, elles se condensent.

Elles s’écoulent sous forme de brouillis lors de la première distillation, ou d’eau-de vie lors de la seconde, appelée bonne chauffe. Lors de la bonne chauffe, le bouilleur de cru ne conserve que le cœur de la distillation, la quintessence, soit environ 40 % du volume obtenu.

Cette eau-de-vie incolore deviendra cognac après vieillissement en fûts de chêne. Le réchauffe-vin est facultatif.

Le cognac et la pierre route du vignoble de cognacÀ la dégustation, il est très facile pour un amateur initié de reconnaître une jeune eau-de vie destinée à devenir du cognac. Les plus chevronnés d’entre eux reconnaissent même les six différents crus de l’appellation. Réussie, l’extraction de la quintessence par la double chauffe de l’alambic charentais se traduit par l’obtention d’eaux-de vie fines, légères, élégantes, très parfumées, sans aucune lourdeur.

À la sortie de l’alambic, elles sont incolores. Elles montrent une grande noblesse et sont marquées par de très belles complexités aromatiques. Au nez et en bouche, l’amateur distingue de très beaux arômes floraux – tilleul, rose, violette, fleur de vigne –, fruités – agrumes, prunes mirabelle, poire, pêche, abricot, parfois pomme –, ou épicés.

Mal conduite, la distillation peut toutefois amener des notes désagréables d’artichaut, de verdeur végétale voire acétiques (notes vinaigrées), dans le pire des cas. Le vieillissement en fûts de chêne, parfois durant des décennies, apporte ensuite à l’eau-de-vie devenue cognac, sa couleur jaune d’or. Il lui donne son bouquet, caractéristique de son âge.

Nos coups de coeur dans le Poitou-Charentes

Hébergement :

Restauration :

Les dernières news touristiques

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes :

  • Feux interdits (pas de barbecue)
  • Camping interdit
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. 

​Pensez boite à mégots !

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans le Poitou-Charentes avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Poitou-Charentes tourisme Tourisme œnologique

Ajouter un commentaire