Patrimoine du Poitou-Charentes

Cette page du patrimoine et de l'histoire du Poitou-Charentes à pour but de vous faire découvrir pendant vos vacances une partie des monuments, du La rochelle rue dans la vieille ville routes touristique de charente maritime guide du tourisme poitou charentepatrimoine et l'histoire de la région Poitou-Charentes.

Les monuments du Poitou-Charentes ne sont pas tous religieux. Il y a de superbes forteresses, comme l’illustre fort Boyard et l’inexpugnable Coudray-Salbart, de délicieux villages pittoresques, ruraux ou marins, les cités insolites de Rochefort, Brouage et Richelieu, au tracé éminemment militaire, mais aussi des grottes énigmatiques et le fabuleux Marais poitevin.

En sillonnant les chemins du Poitou, de l'Angoumois et de la Saintonge, en traversant les bourgs de ces anciennes provinces du duché d'Aquitaine, les églises romanes se dévoilent. Les formes rigoureuses du roman s'épanouissent dans une floraison monumentale d'absides, de colonnes et de coupoles en craie blonde...

À partir du XIe siècle, la région devient une terre de prédilection pour la diffusion de l'art roman. Ces édifices témoignent de l'émulation et du dynamisme culturel qui marquèrent deux siècles d'histoire. D'une manière générale, les églises de l'Angoumois et de la Saintonge obéissent à des schémas plus simples que celles du Poitou.

De Ré à Oléron en passant par l'île d'Aix et par toute la côte du Chapus à Fouras, pas moins de 12 places fortes furent édifiées du Moyen Âge au XIXe siècle.

Il y eut d'abord le château fort de Fouras, bâti au XIe siècle par les ducs d'Aquitaine pour contrer les Normands et défendre l'entrée de la Charente. Puis, au XIIe siècle, la haute tour de Broue, perdue dans les marais à quelques kilomètres de Brouage, et aujourd'hui en ruine.

Mais c'est sous Louis XIV et ses maîtres d'œuvre, Vauban et Montalembert, que les forts se multiplièrent. Il s'agissait de parer aux assauts des Anglais, Espagnols et autres Hollandais qui avaient alors la maîtrise des mers - sans oublier les pirates.

C'est principalement à Vauban que l'on doit le système de fortification en étoile, défense exemplaire dont seront dotés Ré, Oléron, l'île d'Aix et l'île Madame, quelques points côtiers (fort Lupin, fort Chapus), ainsi que l'îlot d'Énet. N'oublions pas le célèbre fort Boyard, au large d'Oléron.
Malgré quelques revers, ce système défensif - et dissuasif - s'est montré efficace.

Sept sites de la région sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco : l'abbaye de Saint-Savin-sur-Gartempe, les fortifications de Vauban de Saint-Martin-de-Ré et cinq édifices situés sur les Chemins de Compostelle (l'église Saint-Eutrope à Saintes, l'abbaye royale de Saint-Jean-d’Angély, l'église Saint-Hilaire de Melle, l'église Saint-Pierre d'Aulnay et l'église Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers).

Châteaux du Poitou-Charentes

Château de Chervreux – Deux-Sèvres (79)

Bâti au XVe siècle par l’Ecossais Robert Conningham, capitaine de la garde du roi Louis XI, Chervreux se distingue par la majesté de son donjon, véritable chef-d’œuvre de l’art militaire médiéval. Les imposants mâchicoulis ornés de bas-reliefs sont coiffés d’une élégante toiture qui tempère l’aspect martial de l’ensemble. Le château est toujours cerné par les larges douves défensives.

A découvrir : le donjon, la cour intérieure, le chemin de ronde.

Plus d’infos : château-de-Cherveux

Château de La Roche Courbon (17)

Érigé entre le XVe et le XVIIe siècle, le château situé sur la commune de Saint-Porchaire est le plus vaste de Charente-Maritime. La propriété fut sauvée de la ruine grâce à l’intervention de Pierre Loti et de son rachat par son ami Paul Chenereau. Magnifiquement restaurée, elle séduit par l’élégance de son architecture, de son jardin et la richesse du mobilier. 

A découvrir : les pièces richement meublées, les jardins, le musée de la préhistoire.

Chateau de la roche courbon routes touristiques de la charente maritime guide touristique du poitou charentesPlus d’infos : Château de la Roche-Courbon

Château de Dampierre-sur-Boutonne (17)

Cet élégant château à l’étonnante galerie ajourée fut érigé entre les XVe et le XVIe siècles. La galerie présente un incomparable plafond orné de près de 100 caissons sculptés de motifs uniques. A l’extérieur, le « jardin de Diktynna » s’inspire des mythes et des pratiques alchimistes de Merlin et accueille un magnifique labyrinthe végétal.

A découvrir : la galerie aux caissons, le jardin.

Plus d’infos : Château-de-Dampierre

Château de Dissay – Vienne (86)

Le Château de Dissay mêle avec une belle élégance la plus pure architecture militaire défensive et les façades empreintes d’austérité des demeures seigneuriales de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance. Le jardin à la française, s’il participe à la rigueur de l’ensemble, parvient à en atténuer la sévérité. Dissay se visite uniquement durant l’été.  

A découvrir : l’architecture défensive du château, les jardins.

Plus d’infos : Château Dissay

Château de La Rochefoucauld – Charente (16)

Remarquable mélange d’architectures s’étalant du Moyen Âge jusqu’au XVIIe siècle, le château de La Rochefoucauld, le plus grand de Charente, témoigne du passé tumultueux de la région et de son ouverture à l’élégance italienne. Le superbe escalier torsadé avec ses plafonds à moulure mérite à lui seul la visite. Plus de vingt pièces richement meublées et ornées de peintures sont ouvertes au public.

A découvrir : le grand escalier, les meubles et peintures, la grande bibliothèque.

Plus d’infos : chateau-la-rochefoucauld

Architecture militaire

Les fortifications du Moyen Age.

Le Poitou-Charentes est célèbre pour ses faits d'armes médiévaux  : bataille de Vouillé (507) et batailles de Poitiers (732, 1356), notamment. La région a conservé beaucoup de traces du Moyen Age. La plupart des villes sont d'ailleurs nées ou se sont fortement développées durant cette période. Seuls Poitiers et Saintes ont une origine beaucoup plus ancienne.

Jonzac porte de la ville du xve siecle routes touristique de charente maritime guide du tourisme de poitou charentesLa ville de Châtellerault, par exemple, est née au IXe siècle. Elle était au départ le château du seigneur Airaud (le "  castel Airaud  "), édifié à la confluence de plusieurs rivières : Clain, Vienne, Ozon... pour stopper les invasions vikings. Après l'an mil, les tours en pierre remplacent les anciennes fortifications de torchis ou de bois.

En 1040, le comte d'Anjou, Foulque Nerra, bâtit la tour carrée de Loudun dans une zone de marche (zone intermédiaire) assez turbulente entre les provinces d'Anjou et de Poitou. Après avoir divorcé de Louis VII, roi de France, Aliénor d'Aquitaine épouse en 1152 en seconde noce Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou puis roi d'Angleterre. Elle lui apporte en dot toutes ses possessions territoriales.

La rivalité entre Henri et la couronne de France est à l'origine de la construction de châteaux forts comme Le Coudray-Salbart dans les Deux-Sèvres et de fortifications urbaines (le donjon de Niort). Les conflits incessants entre seigneurs locaux puis la guerre de Cent Ans (1337-1453) ont causé de nombreux remaniements des forteresses (consolidations, agrandissements...).

Les éléments architecturaux peuvent dater de siècles différents  : châteaux de Tiffauges (en Vendée, donjon du XIIe, tour du XVe siècle), de Bressuire (dans les Deux-Sèvres, deux enceintes, dont une du XIe et une autre du XIIIe siècle)... A voir également  : le château de Gençay (dans la Vienne, XIIIe siècle), le château et la citadelle de Parthenay (Deux-Sèvres), le château fortifié de Villebois-Lavalette (Charente), l'enceinte de Surgères (Charente-Maritime, remodelée au XVIe siècle), etc...

En plus des villes à protéger et des ouvrages purement militaires que sont les châteaux forts, la fortification a aussi concerné quelques édifices religieux  : l'abbaye de Nouaillé-Maupertuis près de Poitiers, avec son enceinte du XIVe siècle, l'église d'Esnandes au nord de La Rochelle, des XIIe-XIVe siècles, etc...

Fortifications Vauban. Sébastien Le Prestre de Vauban, ingénieur et architecte militaire de Louis XIV, est mort en 1707 en laissant derrière lui un vaste réseau de forteresses. Durant sa vie, il en a remanié 130 et construit ex-nihilo près d'une trentaine.

Notons qu'il ne faisait pas que construire des places fortes, il en prenait aussi, il a mené près de 50 sièges pendant son existence. Douze de ces places fortes ont été inscrites en 2008 au patrimoine mondial de l'Unesco pour leur caractère représentatif du génie protéiforme de Vauban, mais aussi du tournant qu'elles marquent dans l'évolution de l'architecture militaire et également en tant que témoins de la mise en forme d'un réseau de sites frontaliers, prémices de nos frontières actuelles.

Parmi ces douze places, figure Saint-Martin-de-Ré en Charente-Maritime. Vues du ciel les 14 km de fortifications dessinent une étoile de pierre géante qui devait abriter tous les habitants de l'île de Ré en cas de débarquement ennemi. La citadelle, construite entre 1681 et 1685, fut utilisée comme prison au XIXe siècle. D'après l'Unesco, " Saint-Martin-de-Ré est la plus belle application conservée du premier système de Vauban et sûrement le plus bel exemple d'un réduit insulaire ".

Architecture religieuse

Art roman

Le Poitou-Charentes compte 800 églises romanes, c'est la région romane par excellence. Vous pouvez parcourir la Route touristique de "L'art Roman, une leçon d'histoire médiévale". Ce style apparaît au XIe siècle, après les IXe et Xe siècles, marqués par la fragilité du pouvoir monarchique (déclin des Carolingiens) et les violences (rivalités entre grands féodaux, pillages vikings...). L'Eglise chrétienne semble impuissante à remettre de l'ordre en ces temps troublés.

Après l'an mil, l'influence du clergé se fait cependant plus forte et la foi religieuse connaît un véritable renouveau, comme en témoignent le début des croisades lors de l'appel du pape Urban II en 1095 et les pèlerinages. Poitou, Angoumois et Saintonge se trouvent sur les chemins des pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Ces provinces de passage se caractérisent en outre par la présence de pierre calcaire facile à sculpter, d'où la floraison de ces nombreux édifices religieux au plan cruciforme.

L'art roman s'est ainsi développé durant deux siècles au XIe et XIIe siècles, laissant apparaître selon les endroits quelques nuances architecturales.

Plassac rouffiac eglise saint cybard routes touristique de charente guide du tourisme de poitou charentesLa façade.

Le premier intérêt des églises romanes réside dans leurs façades. Les façades romanes sont constituées de plusieurs niveaux et d'arcades très souvent sculptées. En Poitou, elles forment des séries décoratives appelées arcatures, qui sont comme un livre ouvert. La façade de l'église Notre-Dame de Poitiers, par exemple, se caractérise par des statues nichées dans les arcatures. L'église Saint-Nicolas-de-Civray (sud de la Vienne) est un autre bel exemple de "  façade à lire  ".

On notera que les façades sont plus sobres en Saintonge et en Angoumois, excepté les 70 personnages sculptés de la cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême. Les portails, quant à eux, sont souvent profonds, avec plusieurs voussures mais rarement un tympan.

Le chevet.

A l'opposé des façades, les chevets sont "  l'arrière  " des églises. Une grande diversité les caractérise  : les chevets peuvent être polygonaux ou semi-circulaires. Mais le chevet roman le plus typiquement poitevin est constitué de chapelles rayonnantes, appelées aussi absidioles. En Saintonge, la forme de chevet la plus répandue est l'abside unique avec cinq pans et contreforts-colonnes comme l'église de Rioux.

La nef.

Il s'agit de cette longue allée qui mène de l'entrée à l'autel. En Angoumois et Saintonge, la nef est le plus souvent unique, sans collatéraux (bas-côtés). En Poitou, la nef est flanquée de deux bas-côtés. Dans le style roman purement poitevin, nef et collatéraux ont la même hauteur, l'éclairage de l'église se fait par conséquent par les bas-côtés voir l'église de Lencloître. Néanmoins, la plupart des églises poitevines respectent la règle romane générale avec une nef plus haute que les collatéraux.

Les voûtes.

De toutes les voûtes, celle en berceau plein-cintre est la plus associée à l'art roman. L'arc-doubleau est assez fréquent  : la voûte en berceau (ou voûtain) est supportée par des arcs en plein-cintre. On peut trouver aussi la voûte en berceau brisé. En levant les yeux, les visiteurs rencontrent un autre élément architectural, quoique plus rare  : la coupole. La nef de l'église Saint-Hilaire-le-Grand de Poitiers, par exemple, est surmontée de trois coupoles sur trompes.

Enfin, n'oublions pas la voûte en cul-de-four qui concerne les absides et absidioles.

Les fresques et les sculptures.

Les décors peints n'ont malheureusement pas toujours bien résisté au temps. Les églises médiévales étaient inondées de couleurs et servaient de livres d'images à des fidèles qui, le plus souvent, ne savaient pas lire. Les thèmes de ces fresques sont liés à des épisodes de la Bible ou à des vies de saints. De nos jours, des couleurs comme l'ocre rouge ou le jaune sont bien conservées, d'autres comme le bleu ou le vert ont disparu.

Les plus célèbres fresques se trouvent dans l'église de l'abbaye de Saint-Savin, considérée comme la "  chapelle Sixtine de l'art roman  " et classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Autres lieux à fresques  : l'église d'Antigny (Vienne), le baptistère Saint-Jean, les églises Notre-Dame et Saint-Hilaire (ces trois derniers édifices à Poitiers), la chapelle des Templiers à Cressac...

A partir du XIIe siècle, les sculptures prédominent sur les peintures. Chapiteaux, façades, voussures abondent. Les thèmes sculptés sont très diversifiés, allant du sacré au profane, avec bien sûr des scènes bibliques, en particulier le Jugement dernier, des saints, les Vertus et les Vices, des animaux fantastiques : dragons, griffons, serpents..., des éléments végétaux (la feuille d'acanthe...), le cavalier notamment celui de l'église de Melle, etc...

Le style Plantagenêt (XIIe-XIIIe siècles)

Saint jean d angely les tours de l abbaye routes touristique de charente maritime guide du tourisme poitou charenteLe style Plantagenêt est aussi appelé "  style gothique angevin  ". Il tient son nom de Henri Plantagenêt (1133-1189), comte d'Anjou et roi d'Angleterre, qui épousa la fameuse Aliénor d'Aquitaine en 1152. Ce style transitoire entre le roman et le gothique a connu son apogée au XIIIe siècle et s'est développé sur l'étendue des possessions territoriales de ce prince  : principalement en Anjou et dans le Maine, mais aussi en Poitou, Saintonge et Angoumois.

Particularités architecturales  : le style Plantagenêt est une forme architecturale pré gothique présentant des différences avec les constructions gothiques du nord de la France.

En premier lieu, la voûte sur croisées d'ogives est beaucoup plus bombée que dans le gothique traditionnel. De ce fait, la clef d'ogive est beaucoup plus haute que les doubleaux et les formerets. Cela dénote bien que le Plantagenêt est un stade intermédiaire entre la coupole romane (bombée) et la croisée d'ogives gothique (clef d'ogive, formerets et doubleaux à même hauteur).

Cette voûte "  angevine  " est visible dans la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, à Saint-Jouin-de-Marnes, à Airvault et jusqu'en Vendée et Saintonge. Une autre particularité du style Plantagenêt réside dans la présence de murs latéraux très renforcés  : contreforts extérieurs, arcatures intérieures aveugles.

Ouvrages d’art

Le pont transbordeur de Rochefort - Martrou.

C'est le dernier pont transbordeur de France. Construit en 1900 pour remplacer le bac traversant la Charente au niveau de Martrou (à Echillais), ce pont devait assurer le passage des piétons sans gêner la navigation sur le fleuve, notamment celle des navires de l'arsenal de Rochefort. Conçu par Ferdinand Arnodin, cet ouvrage métallique est constitué de 2 pylones de 66 mètres de haut supportant un tablier long de 175 mètres sur lequel glisse un chariot.

L isle jourdain vue sur la vienne routes touristique de la vienne guide du tourisme de poitou charentesLes passagers embarquent sur une nacelle suspendue à ce chariot, ils n'ont qu'à faire un signe au nacelier pour faire la traversée de 4 minutes et 30 secondes. Le pont transbordeur fonctionne encore d'avril à novembre.

Canal de Marans.

Creusé de 1806 à 1883 entre La Rochelle et Marans (24 km), ce canal appelé aussi canal de Rompsay devait faire la jonction navigable entre La Rochelle et Niort. Son parcours est jalonné de nombreux ouvrages spécifiques tels que quatre écluses (à Marans, à Andilly - ouvrage de croisement -, à Rompsay et l'écluse de jonction avec le vieux port de La Rochelle), le tunnel Saint-Léonard à Dompierre-sur-Mer est équipé d'un chemin de halage et deux ponts-canaux.

Le canal n'est plus navigué mais sa réhabilitation est dans les cartons du conseil général, concessionnaire depuis 1978.

Les écluses.

On trouve deux types d'écluses en Charente-Maritime  : les écluses fluviales, qui jalonnent la Seudre et la Charente, et les écluses de Ré et d'Oléron. Régies par un système de concession, la pêche y était soumise à des règles très strictes. Ces pièges à poissons, en forme de fer à cheval, ont fait leur apparition au Moyen Age pour nourrir le peuple.

Leur reconstruction nécessitait entre 10 000 et 20 000 heures de travail, mais une fois les pierres ajustées, sans chaux ni ciment, elles s'avéraient d'une efficacité redoutable pour capturer les mulets, merlans, seiches et autres daurades. En se vidant après la marée haute, l'écluse gardait les poissons prisonniers. Il ne restait alors plus au pêcheur qu'à les assommer à l'aide d'un sabre en fer plat non tranchant, puis à les jeter dans un panier en osier appelé " gourbeille ".

Aujourd'hui, les écluses sont tombées en désuétude et les pêches miraculeuses n'existent plus. Il en reste à peine deux douzaines, alors qu'elles étaient plusieurs centaines au XIXe siècle. Des associations continuent de les valoriser en organisant régulièrement des visites de ce patrimoine intéressant, que l'on retrouve à l'identique dans le sud de l'Andalousie.

Nos coups de coeur dans le Poitou-Charentes

Hébergement :

Restauration :

Les dernières news touristiques

N'oubliez pas !

Par respect pour les habitants et l'environnement, merci de respecter les panneaux signalétiques et consignes :

  • Feux interdits (pas de barbecue)
  • Camping interdit
  • La nature est fragile et des chutes de pierres sont parfois fréquentes.
  • Veuillez ramasser vos déchets avant de partir.
  • Plus que les sacs plastiques ou les pailles, ce sont les mégots de cigarettes qui pollueraient le plus les océans. les filtres à cigarettes se dégradent très lentement. Deux ans en moyenne.
  • L'un des "petits gestes élémentaires" à accomplir : ne plus jeter ses mégots par terre. 

​Pensez boite à mégots !

Vacanciers_Noel 2013_300x250

Séjours Thalasso et Spa jusqu'à -70%: détendez-vous au meilleur prix!

Trouver un séjour dans le Poitou-Charentes avec nos partenaires

Aucun produit à afficher

Poitou-Charentes tourisme Poitou-Charentes Patrimoine

Ajouter un commentaire